Management de l'entreprise

Manager de projet, remise donc tes préjugés!

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Pour réussir vos projets, commencer donc par remiser au placard vos jugements a priori, quels qu'ils soient, méprisants ou au contraire, marqués d'estime et de respect...

Manager un projet et l'effet Pygmalion

Un manager méprisant Les préjugés et bien sûr le mépris, inévitable corollaire des précédents, sont à mon avis une des principales causes d'échecs des projets un tant soit peu complexes. Personne n'y échappe.

Même lorsqu'on a la chance d'être doté d'une grande ouverture d'esprit on ne pourra résister aux jugements a priori et arbitraire.

Il n'est pas non plus toujours facile d'être bombardé au sein d'une structure pour prendre en main un projet délicat par nature avec une équipe que l'on ne connait pas et qui ne correspond pas toujours à ce que l'on aurait souhaité.
Et quoi de plus humain que de se laisser aller aux préjugés ?
Ne s'agit-il pas quelque part de la manière la plus évidente de se protéger des éventuels risques d'échecs ?

C'est pas de ma faute, j'ai fait ce que j'ai pu mais l'équipe était bien trop nulle !
Bien évidemment, un préjugé peut être positif, mais nous traitons ici uniquement le cas le plus courant et le plus nuisible à la réussite du projet.

Comment agir pour se débarrasser de ses préjugés

Un premier conseil : évitez ces justifications fallacieuses et faites donc comme les managers les plus chevronnés, ceux qui ont appris de longue date à remiser les préjugés au vestiaire afin de laisser s'exprimer en toute liberté les qualités de chaque individualité. maintenant, Développons.

Les causes d'échec

Les budgets peaux de chagrin, les délais trop courts, les compétences inadaptées, les ressources indisponibles ou les objectifs imprécis sont bien entendu des causes d'échecs assurés. Mais elles sont évidentes, visibles, palpables.
Les effets dévastateurs des préjugés et du mépris sont eux insidieux.
Les préjugés bloquent la communication efficace en instaurant une barrière infranchissable de par et d'autre des interlocuteurs.

Le chef de projet n'entendra pas les petits détails, insignifiants en apparence, mais qui mis bout à bout assurent la juste perception du contexte et des enjeux et l'anticipation des risques et menaces.

  • Lorsque l'on méprise, on n'écoute pas et on ne dit rien de plus que l'essentiel.
  • Lorsque l'on se sent méprisé on est pas pas vraiment tenté de se surpasser, d'aller au-delà de ce que l'on attend de nous. C'est-à-dire pas grand chose puisque on est victime de préjugés négatifs (1).
Voilà un moyen garanti pour un échec assuré.
Une expérience de psychologie expérimentale, "l'effet Pygmalion" démontre à la perfection la puissance castratrice des préjugés mal gérés.

L'effet PYGMALION

"En 1968, deux psychologue R. Rosenthal et L. Jacobson avaient mis en évidence ce postulat appelé depuis l'effet Rosenthal, ou Pygmalion dans le monde de l'enseignement.
Ils s'étaient rendus compte que les préjugés des éducateurs à propos des potentialités d'apprentissage de leurs élèves conditionnaient les résultats. Pour démontrer et généraliser le propos, Rosenthal avait confié deux groupes de rats génétiquement identiques à un groupe d?étudiants en charge de leur apprentissage.

Au moment de leur confier les rats, l'expérimentateur avait précisé, et ce d'une manière totalement arbitraire, que les deux groupes étaient différents. Le premier groupe serait composé d'animaux d'excellente qualité intellectuelle alors que le second serait composé d'animaux peu doués.

A la fin du dressage, l'hypothèse de départ était confirmée. Le premier groupe était nettement mieux dressé que le second. L'effet Pygmalion a été confirmé dans l'enseignement ainsi que dans de très nombreuses situations d'éducation, de formation et d'accompagnement de projet.

Si vous souhaitez être agréablement surpris par la performance d'un groupe, il est hautement recommandé de laisser de coté vos préjugés négatifs."
Ce dernier paragraphe est un extrait des "nouveaux tableaux de bord des managers", copyright éditions d'Organisation Eyrolles

Note (1) : Dans l'ouvrage "Le chef de projet efficace", lire :

  • Le témoignage de Clara, "Le nouveau est un tire-au-flanc qui sait aussi tirer les ficelles" p 109 à propos des préjugés "positifs"
  • Le témoignage de Dominique, "Le mépris ne paie pas" p 179 à propos des effets destructeurs d'un égo un poil excessif...
  • Le témoignage de José-Miguel, p187 "Pour réussir le changement, éviter les classements a priori" à propos des effets pervers des légendes en matière d'accompagnement du changement.

A lire...

Extrait : Le livre s'adresse autant aux chefs de projet déjà expérimentés qu'aux débutants. Les premiers profiteront de cette lecture pour forger leurs propres outils ; les seconds trouveront matière à aiguiser leurs propres pratiques.

Le chef de projet efficace Le chef de projet efficace
Alain Fernandez
Editions d'organisation
5ème Edition 2014 revue et augmentée

220 pages 22 Euros
Dispo : www.amazon.fr
Immédiatement : eBook (PDF &ePub), Amzn Kindle (prix ebook)



Points de vue



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 165)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»