Management de l'entreprise

Un petit tour sur le front de la Business Intelligence

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Le marché de la Business Intelligence est en pleine effervescence

. Au fil de la décennie écoulée l'offre s'est bien structurée et les PME sont plus que jamais une cible de choix....

Désormais, l'informatique décisionnelle ne mérite plus le qualificatif de "marché de niche" dont elle fut longtemps affublée. La Business Intelligence est un secteur dit "porteur", elle semble en effet un peu mieux résister à la crise que les autres domaines des technologies.
La Business Intelligence affiche encore aujourd'hui un taux de croissance à faire pâlir les autres secteurs de l'industrie du progiciel. Cela dit, avant de se livrer à des comparaisons hasardeuses, on va encore attendre un peu que les parts de marché soient suffisamment significatives.

La BI pour les PME

D'ailleurs le thème de « l'accroissement de la part de marché »est l'enjeu du moment. Les éditeurs sont sur tous les fronts. Faut dire qu'il y a de quoi faire. A l'origine réservée aux seuls « executives » des grands groupes, les "exécutants" se contentaient uniquement d'outils de "reporting", la BI, la vrai, peut désormais être vendue à tous les niveaux de l'entreprise.

Et last but not least, les PME sont aussi très demandeuses de solutions opérationnels adaptés à leur besoins et à leur portefeuille. Et avec les PME, cela en fait des ventes de licences potentielles ! Tenez. Rien qu'en France, les PME représentent plus de 95% des entreprises et emploient 2 personnes sur 3. Bon je suis d'accord. Elles ne vont peut-être pas toutes s'équiper tout de suite de lourds et complexes système décisionnel.

L'equation Excel®, BI et PME

Les solutions de type Excel ® ont encore de très bonnes perspectives. D'ailleurs Microsoft ne s'y trompe pas. Il suffit de s'attarder sur les possibilités "BI" et les capacités d'analyse de grands volumes de données de la toute dernière livraison. (lire aussi Excel et la démocratisation de la BI)

Dans l'attente des "bons" intégrateurs

Nous sommes seulement au pied de la courbe de croissance. Si si je vous assure. Ce n'est pas le slogan introductif d'un speech de motivation pour team de vendeurs. Je le pense réellement. Néanmoins, pour les éditeurs spécialisés, Il s'agit de ne pas louper la marche. Les regroupements ne laissent présager que peu de chance pour les demi pointures.

En revanche pour tous les intégrateurs et consultants qui ont bien compris que l'Informatique Décisionnelle c'était de l'Aide à la Décision et pas de la technologie, c'est à dire que l'informatiquee passe toujours APRÊS l'humain et les besoins stratégiques de l'organisation, le marché est très largement ouvert...

On apprend des erreurs du passé, le marché des ERP pour la PME

Pour en revenir aux PME, notons qu'elles ont souvent été les parents pauvres de l'équipement informatique. Rappelez-vous, lors de la grande époque des ERP (ou progiciel intégré, voir le dossier), les éditeurs avaient mis un certain temps à évaluer la potentialité des PME, laissant le juteux secteur à nombre de petits challengers.

Par la suite, ce ne fut pas si simple d'administrer une cure d'amaigrissement style weight watcher aux monstrueux progiciels afin qu'ils présentent une silhouette un poil plus séduisante, susceptible de charmer les entreprises de taille moyenne .

Poursuivons le rappel historique...

Les éditeurs d'ERP de première génération étaient aussi passés à côté du marché de la décision. Paradoxalement, la mesure de la performance n'était pas une préoccupation des concepteurs. Extraire des bases de données de production quelques semblants de schémas décisionnels ne se réalisait pas sans une bonne dose de sueur.

Faut dire aussi, à la décharge des éditeurs, que les entreprises n'avaient pas encore bien évalué le besoin décisionnel. Bien sûr elles se doutaient qu'elles pourraient avoir besoin d'outils, mais pas au point de débloquer des budgets conséquents.

...Et illustrons-le d'une expérience personnelle

Je me souviens, il y a une bonne quinzaine d'années, un responsable de département de taille respectable qui, devant les écrans de son nouvel ERP, me disait:
« Et avec toutes les données qui sont contenues dans cette base, cela devrait faciliter la prise de décision non ? Mais comment faire ?» Je lui avais alors préconisé l'outil "Business Objects" qui était alors le plus simple d'utilisation . Je lui avais aussi vendu une très rapide formation mais pas plus. Il n'avait guère envie d'investir. Trois mois plus tard, le système développé durant la formation n'avait pas bougé d'un iota.
*On n'a pas le temps en ce moment, mais dès que l'on trouve un instant, on s'en occupe. Promis....*

Car la vraie question est là. Ce n'est pas la disponibilité ou le degré de maturité de produit qui définit l'ouverture d'un marché, mais bien la volonté d'investissement des clients. Et aujourd'hui, ce n'est plus un scoop, les entreprises sont prêtes à investir dans la BI ; prêtes à placer un maximum d'atouts de leur côté pour dynamiser la réactivité de l'organisation et piloter dans les meilleures conditions en environnement pour le moins agité.

Les éditeurs flairant la bonne affaire, étoffent leur offre et proposent des « suites » complètes susceptibles de couvrir l'ensemble des besoins. S'appuyant sur les concepts en vogue comme le management de process ( BPM, CRM, ou toutes autres combinaisons des mots : Corporate, Performance, Process, Strategic, Management...), ils proposent d'identifier les puits sans fond où se perd la performance et de dénicher les sources cachées d'efficacité. Sur le papier, le modèle bien structuré semble sans faute. Le tout est de réussir à l'appliquer à l'entreprise sans tout casser.

Un consultant averti en vaut deux...

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaises augures, je me demande si on ne va pas revivre les éprouvantes implantations de progiciel, lorsque qu'il s'agissait de faire entrer une organisation avec toutes ses particularités dans un modèle parfait, en tout cas sur le papier, à grands renforts de consultants armés d'huile pour le mieux, de pieds-de-biche pour le pire...
En tout cas un dernier conseil : consultants, recyclez-vous ! La BI vous attend...

Fiche régulièrement complétée et mise à jour, dernière version : Octobre 2013

A lire

Les nouveaux tableaux de bord des managersLe projet Business Intelligence clés en main

Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
495 pages 35 Euros
Téléchargez le dossier pdf
Les thèmes de ce dossier sont méthodiquement développés dans cet ouvrage.



Points de vue



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 125)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»