Management de l'entreprise

La bonne méthode et la création de valeur

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Dans tous les cas, la réussite d'un projet passe nécessairement par la case « méthode »

Qu'est-ce qu'une bonne méthode ?

métaphore médicale bonne méthode

Un jour, au cours d'une formation, on me proposa la réponse suivante : "la bonne méthode, c'est celle qui me permettra d'atteindre mes objectifs sans que j'ai à me poser trop de questions. Pas plus compliqué !..." Un peu lapidaire comme définition mais terriblement juste. Développons.

Définition

Une méthode peut être définie comme la formalisation des règles de réussite d'un projet. Conçue selon un processus dit « inductif », elle synthétise les expériences passées afin d'en extraire les fondamentaux ou bonnes pratiques. Une fois formalisée, elle propose un cadre de travail balisé pour conduire le projet. C'est le processus déductif. Ainsi, l'utilisation d'une méthode digne de ce nom permet de profiter pleinement de l'expérience du ou des concepteurs.

Deux exemples pour le projet pilotage

La méthode Gimsi ou encore les BSC, balanced Scorecard sont fondées sur un tel principe de conception. Bien que fortement différentes.
Les deux méthodes sont toutes deux parfaitement adaptées à la conception d'un système de pilotage.
Reste encore la question du choix .
Une méthode intègre en substance une certaine philosophie de conception. Les méthodes ne sont pas interchangeables. Selon le système de pilotage que l'on souhaite mettre en place, on utilisera une ou l'autre des deux méthodes. Ce choix n'est en aucun cas motivé par les compétences particulières du prestataire de service.

Il faut en effet choisir une méthode adaptée et éprouvée pour le contexte. Jusque là, vous me direz, rien de nouveau sous le soleil. Depuis Descartes, on sait ce que méthode veut dire. Il est aussi vrai que les adeptes du pragmatisme absolu ne sont plus légion...

La foi en la bonne étoile n'est plus suffisante pour contrer les risques et répondre aux enjeux de l'obligation de résultats.
Cela dit, si la méthode est incontournable, elle n'exonère pas pour autant les concepteurs d'une solide étude préalable.

Les méthodes informatiques

Depuis quelques années, les méthodes agiles ont le vent en poupe, essentiellement Scrum et dans une moindre une mesure XP Programming. Il ne faut pas oublier les méthodes plus classiques tels que Prince2 ou en encore le PMbok qui sont toutes deux d'excellents guides pour baliser les projets d'envergure.

Un projet, c'est répondre aux questions...

Expliquons-nous. Une bonne méthode répond à la question « Comment ?».
Mais avant de répondre à la question « Comment ?», encore faut-il avoir répondu à la question « Pourquoi ?».

Et c'est là que le bât blesse. Je croise encore trop de managers un poil déçus par leur système décisionnel. Conçu dans les règles de l'art par un prestataire chevronné, il semblerait pourtant qu'il ne réponde pas à leurs attentes. Ces managers espéraient autre chose.

Autre chose mais quoi ?

En fait, pourquoi voulaient-ils un système décisionnel ?
Ont-ils suffisamment développé au préalable cet aspect essentiel de la question ? Sûrement pas.
Le prestataire a dû vraisemblablement improviser et a, légitimement, fait au mieux,ou en tout cas à réaliser ce qu'il sait faire, autant pour le client que pour limiter ses propres contraintes.

N'oublions pas : si la question du choix de la méthode est essentielle, elle ne remplace pas celle de la finalité.

  • Pourquoi vouloir un système d'aide à la décision ?
  • Qui l'utilisera ?
  • Que souhaite-t-on en tirer ?
  • Quelle en sera la valeur ajoutée ?
Voilà quelques questions primordiales à se poser avant d'entreprendre la réalisation proprement dite....

Reprenons la définition initiale

Une bonne méthode doit présenter au moins les quatre caractéristiques suivantes :

  • 1 Un vocabulaire précis
  • 2 Une identification des rôles et des responsabilités
  • 3 Un phasage soigné
  • 4 Une métrique pour évaluer la performance

Une méthode, c'est un référentiel...

Mais au delà de la définition du cadre de travail, la méthode constitue un véritable référentiel de travail entre le prestataire et le donneur d'ordre. Il est indispensable que ce dernier bénéficie d'une formation rapide aux rudiments de la méthode afin de pouvoir suivre et communiquer efficacement avec le prestataire.

La simplification de la communication n'est pas le moindre des avantages apportés par de l'utilisation d'une bonne méthode, loin s'en faut.

Il s'agit en effet d'éviter la classique phase de « trou noir » composant le coeur de toute réalisation où le client ne sait pas ce qui se passe et attend le résultat. Silence radio sur toute la ligne ! « Attendez monsieur le client, nous on fait au mieux ! »
Les temps ont changé. Les projets sont plus complexes et l'implantation des technologies de l'information exige d'autres pratiques. La réussite des projets passe nécessairement par un suivi consensuel de la création de valeurs au fur et à mesure de la réalisation.

Lecture recommandée

Nouveaux tableau de bordNouveaux tableaux de bord des managers
Livre de référence
6ème édition Eyrolles

Le projet Business Intelligence clés en main
Fiche détaillée

Dispo en librairie :
Essentiel du tableau de bordL'essentiel du tableau de bord
4ème édition
Eyrolles

Méthode et mise en action avec Excel Microsoft
Fiche détaillée

Disponible en librairie :




Points de vue


Alain, je suis toujours avec beaucoup d'intérêt les échanges sur vos blogs. Je souhaiterai revenir sur la bonne méthode et plus spécialement sur la Balanced Scorecard et le tableau de bord. Il est difficile de comparer la BSC avec un TAB car une BSC n'est pas (plus) un Tableau de bord prospectif équilibré pour reprendre les différentes traductions françaises. La finalité d'une BSC n'est pas un tableau de bord (ce fut, c'est vrai le cas à l'origine de la BSC) mais de formaliser une stratégie à l'aide d'une carte stratégique et de l'exécuter. Le tableau de bord devient accessoire. De nombreuses sociétés pilotent à partir de la carte stratégique et non plus à partir d'un TAB. Bravo encore pour vos sites. Dr Patrick Jaulent Président du club BSC France
Ecrit par : Patrick Jaulent

Merci . Il est vrai que la clé des BSC actuels sont bien les cartes stratégiques. Cela dit il ne faut pas perdre de vue la dimension opérationnelle. Le pilotage n'est pas l'exclusivité des seuls exécutifs, c'est aussi sur le terrain que se décline (et se concrétise) la stratégie.
A+
Ecrit par : afz

Vous avez raison Alain, c'est bien dans l'exécution de la stratégie sur le terrain que la partie se gagne. Très cordialement Patrick Jaulent Et encore bravo pour vos ouvrages.
Ecrit par : Patrick Jaulent


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 125)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»