Management de l'entreprise

Le capitalisme, Artus et Virard

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
...

La folie des banques centrales

Le Perfologue a lu pour vous : Le capitalisme est en train de s'autodétruire, ainsi que La folie des banques centrales: Pourquoi la prochaine crise sera pire, de Patrick Artus et Marie-Paul Virard

Constat :
Le capitalisme est en train de s'autodétruire de ses propres excès.
L'épargne qui, par essence, sert à préparer le long terme est remplacée par l'obsession de la rentabilité à court terme pour le seul profit des investisseurs.
L'investissement à long terme est en panne. Les salaires n'évoluent plus et la consommation stagne. La croissance "molle" est durable.
Cette quête d'un rendement très élevé à court terme pour satisfaire exclusivement les investisseurs génère des effets pervers irrémédiables à plus long terme.

Analyse :

Tous les moyens sont bons pour obtenir les rendements les plus élevés bien au delà des possibilités "normales" des entreprises. On n'hésitera pas à avoir recours aux délocalisations, à capter en exclusivité pour le capital les gains de productivité, à baisser les salaires sous la contrainte (d'autant plus facile que les salariés ne disposent plus d'aucun moyen de pression), à multiplier les rachat d'actions et à entretenir une allergie chronique à l'investissement à long terme.
La pression des fonds de pensions, institutionnels et autres hedge funds et Private Equity, CDO (Collaterized debt obligations), LBO (Leveraged Buyout) et le recours systématique à l'endettement pour racheter les entreprises ne sont pas des plus rassurantes.

Solution :
Une gouvernance rigoureuse sur les règles de pilotage des entreprises, une réforme en profondeur de la gestion de l'épargne des modes d'investissement afin de bien différencier le court, le moyen et le long terme.

Phrases clés :
"Si le capitalisme est menacé c'est d'abord et comme toujours par ses propres excès"
"Selon nos études, une moitié de la hausse des profits provient de la déformation du partage des revenus en faveur du capital et au détriment du travail. L'autre moitié est le résultat de la baisse des coûts engendrée par la mondialisation"
"...Tout pousse aujourd'hui les dirigeants à jouer le rendement maximal du capital…"
"...Voilà pourquoi il est urgent de réformer en profondeur la gestion de l'épargne et d'établir de nouvelles règles de gouvernance."

Avis :
Un bon livre pour bien comprendre le paradoxe actuel : une masse énorme d'argent disponible et pourtant une croissance molle durable. Un danger : la quête permanente de profit destructrice de valeurs. Les règles d'une gouvernance fondée sur le long terme restent encore à définir et c'est peut-être là où le livre est un peu court...

Remarque : Le livre "Le capitalisme est en train de s'autodétruire" est aujourd'hui épuisé, il est bien plus profitable de lire l'étude récente "La folie des banques centrales: Pourquoi la prochaine crise sera pire" qui traite de sujets similaires et connexes par les deux mêmes auteurs :

La folie des banques centrales: Pourquoi la prochaine crise sera pire
Patrick Artus et Marie-Paul Virard
Fayard
168 pages 15 Euros.



Points de vue



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 165)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»