Management de l'entreprise

Le dictionnaire des nouveaux entrepreneurs

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Depuis que la marchandisation systématique et la maximisation des profits sont devenues l'idéologie officielle des politiques de droite comme de gauche (la com.pé.ti.ti.vi.té qu'ils disent...), s'il y a un cocu dans l'histoire, c'est bien celui qui se lève tôt pour aller trimer dès potron-minet.
Mais bon entre nous, il n'a qu'a faire comme tout le monde et monter son entreprise.
C'est vrai non ?
D'ailleurs on rencontre de plus en plus de nouveaux entrepreneurs. Une génération spontanée peut-être.
Il n'y a pas si longtemps, au cours d'un séminaire, il y en a un comme cela qui m'interpella pour faire part de son point de vue. Comme de coutume, il se présente :
"Jean Boche entrepreneur, chef d'entreprise d'une TPE".
Une TPE c'est une "Très Petite Entreprise" ou une "Toute Petite Entreprise" ? lui demandai-je.

Le mythe de l'entrepreneur...

En l'occurrence, il s'agissait d'une toute petite entreprise. Bref il était tout seul et proposait, prosaïquement, une activité de conseil en management. A une époque pas si lointaine, il se serait présenté comme consultant, conseil indépendant ou encore free lance peut-être. . Mais faut croire que les temps ont changé l'indépendant ne fait plus recette. Désormais il faut être un "En.tre.pre.neur".
On se sent peut-être ainsi plus proche de ceux qui possèdent yacht et jet privé, qui sait ?

Ce n'est d'ailleurs pas un cas isolé. Au cours d'une soirée un peu chiante, j'en avait croisé un autre qui, bien que son activité soit encore fort jeune il venait de démarrer quelques semaines plus tôt, était déjà en quête d'investisseurs intéressés par le concept à forte valeur ajoutée (?). Ensuite me confiait-il il serait prêt à recruter des "talents".

Ne vous méprenez pas. Je serai toujours à l'écoute des ambitions lorsqu'elles sont concrètes (j'aime bien aussi ceux qui rêvent debout, mais bon, à petite dose quand même). Là, c'est la juxtaposition de ces termes, "investisseurs", "valeur" et "talents", tout comme le ton bien trop assuré employé, qui m'avaient fait un peu tiquer. En effet au cours d'une émission de France-Culture consacrée aux luttes syndicales, l'an dernier, Sellières l'ex patron des patrons exprimait exactement les mêmes propos sur le même ton (après avoir longuement expliqué qu'il n'y avait plus de classes sociales la preuve même des héritiers Wendel pointaient au chômage ! (sic))

Alors pour en revenir à ceux qui triment, "camarade" Euh là non ça ne le fait plus, plutôt "futur collègue entrepreneur", il est temps de réformer ton vocabulaire si toi aussi tu souhaites être un acteur "performant et compétitif" de ce nouveau monde merveilleux encore à construire.
Comme je suis bien sympa, je te livre ci-après les formules adéquates à utiliser sans retenue afin de paraître branché lorsque tu rencontreras tes "amis entrepreneurs" qui comme toi, ont choisi de franchir le pas.

Allez, on commence.

Investisseur

Déjà on ne dit plus un "actionnaire" mais un "investisseur".
Ainsi on ne dira pas "Les actionnaires s'en mettent plein les fouilles"
Mais on dira : "Les investisseurs attendent une rémunération proportionnelle à la prise de risques".
Compris ? On continue.

Entrepreneneur

On ne dit plus non plus "patron". Trop ringard. On dit désormais "entrepreneur", un terme bien plus porteur de dynamisme même s'il ne change rien au rôle de ce dernier.
Et puis, "entrepreneur" rime avec "valeur" et même "créateur de valeur". Ce n'est pas un signe ça ? "Patron", ça rime avec quoi hein ? Raconte-moi un peu...
Ainsi ne dites pas :" Le patronat ne se préoccupent pas des besoins de la base"
Mais dites :"Les entrepreneurs sont des créateurs d'emplois"
En effet, dorénavant un entrepreneur est un créateur d'emplois. Il faut apprendre à considérer la conséquence comme la cause, voire même la raison d'être.

Talent

De même, on ne dit plus un "salarié" ni même un "collaborateur", c'est dépassé. Non maintenant on parle de "talent".
Ne dites plus :"Pour permettre aux actionnaires de s'en mettent plein les poches, les patrons jettent à la rue les salariés des activités les moins valorisées".
Mais dites : "Les investisseurs jugent favorablement les entrepreneurs qui adoptent une stratégie fondée sur la concentration des talents les plus pointus. Ils voient là la perspective d'une valorisation de leur investissement conforme à la hauteur de la prise de risques.
Compris ?
Alors Comment traduiriez vous : "Les patrons ne rêvent que d'une seule chose, casser le droit du travail ?"
Facile : "Il faut commencer par supprimer toutes les entraves qui empêchent nos entrepreneurs de se développer dans une économie de marché toujours plus concurrentielle."

Et pour finir n'oubliez pas que ce n'est pas un "travail", un "job", encore moins un "boulot" que vous cherchez à accomplir, mais bien un "challenge" !
A bientôt collègue ou plutôt... concurrent !


Points de vue


RIgolo comme texte. J'aime bien habituellement ce que vous faites mais là ça me questionne un brin. Lorsque vous écrivez ceci "Les investisseurs jugent favorablement les entrepreneurs qui adoptent une stratégie fondée sur la concentration des talents les plus pointus." Vous n'êtes pas d'accord ? Vous pensez qu'il faut se trimbaler des gouffres à fric comme l'administration éternellement ?
Ecrit par : Allibert le 2007-05-16 21:45:18

L'administration n'était pas le thème que je visais. D'ailleurs il vaut mieux ne pas oublier que l'administration englobe les services publics comme l'école ou la santé pour ne citer que ceux-ci.
D'autre part, dans le monde marchand, il est vrai qu'il est absurde de maintenir sous perfusion des activités qui sont déficitaires à court, moyen et long terme. Mais il est bien plus dangereux de continuer à vivre sous le couperet du ROE (Return On Equity) qui, fixé arbitrairement à 15 %, anéanti purement et simplement des activités rentables dans la durée.
A plus
Ecrit par : afz le 2007-05-16 23:07:08

L'administration, services publics... C'est vrai, mais pourquoi ne parle-t-on jamias de réduire le budget de l'aqrmée qui est tout de même le duxième après l'éducation nationale hors dettes ?
Ecrit par : Amateur le 2007-05-17 01:02:50

Billet permettant de prendre du recul par rapport à des concepts entendus quotidiennement... je l'ai repris sur le blog capitalsocial.fr
Ecrit par : Jean-Philippe le 2007-05-19 09:23:27

Mmh, c'est vrai que la sphère des affaires (entreprises et prestataires de ces entreprises) emploient un jargon agaçant. On n'y comprend plus rien. Pour moi, un boulot, c'est d'aider quelqu'un à faire quelque chose. Quelque chose qu'il aime ou qui lui est utile. Un ami me disait il y a plusieurs années : J'ai retrouvé un contact, sur le Net. Le type m'explique qu'il construit des usines. Je trouve ça simple et ça suffit. On se représente le gars : plannings, outils, partenaires, etc. Ca a du sens. La faune, pourtant intéressante, des rassemblements professionnels (événements, séminaires, etc.) a tout avantage à bosser un "elevator pitch" propre et direct. Ou alors à parler de ce qu'ils font en vrai, au quotidien : je vois ci ou ça, fais ci ou ça, propose ci ou ça à untel ou untel. Qu'en dites-vous ?
Ecrit par : Lionel le 2009-02-18 18:29:33


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 195)

Pour établir un lien vers cet article depuis votre site recopiez le lien suivant.

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2015- Tous droits réservés


Parcourez le site...

Les 9 verbes du management

10 articles de ce dossier

Raconter le vécu
sigles et acronymes, je vous aime 2/2
Le monde avance...
De passage a Valence
Nous sommes tous des voleurs
Le troisième homme
Paris n'aime pas les utopistes
Une bonne blague
Le Zen et la qualite
Sigles et acronymes, je vous aime 1/2
Lorsque l'effet devient la cause
...Tous les articles "Raconter"...

Management de projet

Manager les projets complexes de l'entreprise



6 Sigma Actualités Autogestion Business Intelligence Conduire le Changement Consultant CRM Data Mining Data Warehouse Décision Développement Durable Economie Entrepreneur ERP ETL Excel Formation Gimsi Gouvernance Humour Management Indicateurs Information Informatique Décisionnelle Intelligence Collective Knowledge Management KPI Livres Management Méthode OLAP Performance Procédures Processus Projet Qualité Reporting Risques Tableau de bord Technologie Tranches de vie Wiki

References du Portail
Glossaire
Sites de reference
Plan du site
Executive dashboard
Cuadro de Mando
Contact
A propos...
Copyright©


Toutes les pages de ce site, textes, graphiques images sont sous Copyright Alain Fernandez 1998-2015. Mentions légales, confidentialité
IDDN Certification IDDN Certification

Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail

»» Toutes les fiches du Blog »»