Management de l'entreprise

Sampieru corsu

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
...

Un restaurant libertaire

Un repas serviAu début des années 80, je fréquentais de temps à autre un restaurant particulièrement convivial du 15ème arrondissement: "Le Sampieru Corsu".
Tenu par Claudiu Lavezzi un communiste libertaire, ce restaurant avait instauré un mode de paiement pour le moins original. Chaque convive payait son repas en fonction de ses revenus. Le dos du menu présentait un bilan précis du fonctionnement économique du restaurant. Une table de correspondance prix du repas à payer/revenus permettait d'évaluer son dû.

L'idée était simple : permettre à tout un chacun de venir dîner sans façons. Ceux qui étaient dans la dèche, ne payaient que ce qu'ils pouvaient voire rien du tout. L'équilibre du restaurant étant assuré par tous ceux qui, se sentant responsables, payaient un peu plus que le prix de revient du repas, pivot économique du système.
Mais attention, il n'était surtout pas question de charité, un mot dont le restaurateur avait horreur. Personne ne devait savoir qui et combien chacun payait son écot. Au moment de quitter le restaurant, il suffisait de glisser discrètement dans une boîte prévue à cet effet, la somme dont nous nous sentions redevables.
Comme vous vous en doutez, j'appréciais cette forte et généreuse volonté d'instaurer un autre de mode de commerce. J'en parlais d'ailleurs régulièrement autour de moi. Ainsi, un soir je vins accompagné de deux collègues de travail curieux de découvrir ce restaurant.

A peine la porte franchie, le restaurateur nous salua depuis sa cuisine. Ah tu soignes ma publicité, c'est bien, j'aime voir de nouvelles têtes. me dit-il en substance.
Et là je compris mon erreur. Ces deux cons, car il s'agissait réellement de cons, se mirent tour à tour à jauger le cadre et les convives avec l'air suffisant de ceux qui se sentent d'une classe sociale supérieure. Une fois servis, ils critiquaient la chère et chipotaient dans leur assiette d'un air dédaigneux, simulant la recherche d'un morceau digne de leur noble palais. S'il est vrai que Claudiu Lavezzi tirait les prix pour maintenir son équilibre, sa cuisine n'était pas plus mauvaise que celle proposée par la cantine, appelée pompeusement restaurant d'entreprise, où ces deux là mangeaient tous les midi sans se plaindre. De toute façon, l'objectif n'était pas de dîner avec fastes mais bien de passer une bonne soirée de rencontres au contact de personnes d'univers totalement différents.

Le repas se déroulait habituellement dans une bonne ambiance et se concluait assez souvent par un petit spectacle offert par quelques convives habitués des lieux. Ce soir là c'était un conteur. Mais mes deux "invités" étaient des gens bien trop sérieux. Les histoires joliment racontées semblaient les plonger dans un profond ennui. Les voyant une fois de plus regarder leurs montres, je décidai de mettre un terme à ce calvaire commun. Prétextant auprès du maître de céans un rendez-vous urgent j'enjoignis aux deux infâmes de lever le camp. Ils n'hésitèrent pas une seconde.

Lorsque l'on pense avoir atteint le comble de l'exaspération, il est assez déplaisant de constater qu'il faut encore finir sa coupe sans en laisser une goutte, jusqu'à la lie dit-on.
En sortant, répondant effrontément au salut du restaurateur qui se tenait près de la porte, il passèrent devant la fameuse boite sans daigner y jeter un coup d'œil. « Et alors ? Ne nous as-tu pas dit que l'on pouvait ne pas payer non ? Et pour ce que l'on a mangé excuse moi ! » Je vidais mon porte-monnaie dans cette boîte, de quoi couvrir largement les 3 repas mais le mal était fait. J'apprenais alors, à mes dépens, qu'il ne faut pas mixer les différentes phases de sa vie sans un minimum de précautions. Comme vous vous en doutez, une fois dehors je les abandonnais sur place. Le fort turn-over était alors la caractéristique des métiers de l'informatique, je ne les revis jamais.
Par la suite, je suis peut-être retourné dans ce restaurant une ou deux fois mais guère plus. Les détours de la vie m'ayant entraîner vers d'autres chemins de fortune.

Pourquoi je vous raconte cette histoire ?
Déjà, surprise ! lLe Sampieru Corsu a son site internet. Il aura ainsi duré bien plus longtemps que ce que prévoyaient les esprits défaitistes pour qui l'humain ne serait qu'un profiteur né. Le modèle économique de ce restaurant est viable. Claudiu Lavezzi récemment décédé était réellement un homme d'exception et cela il ne faut jamais manquer de le signaler.
A plus tard…


Points de vue


C'est sympa de rappeler ce resto. Je ne le fréquentais plus depuis quelques temps mais j'y ai aussi passé de bons moments.
Ecrit par : Mario

Comme quoi, il faut vraiment déjeuner avec les gens pour savoir ce qu'ils ont dans le ventre (et dans le coeur). Très beau billet, Alain - Bien à toi, Lionel
Ecrit par : Lionel

Merci Lionel A+
Ecrit par : afz

J'y ai mangé aussi deux ou trois fois, il y a bien longtemps. Comme quoi, le fait qu'il ait survécu prouve au moins que l'on peut vivre, économiquement, en faisant le pari de la fraternité humaine. Bien entendu, les deux types n'étaient tout simplement pas équipés côté coeur pour bénéficier de la leçon.
Ecrit par : Jean-Marc Berlioux

ou alors les 2 types étaient de droite tout simplement ?
Ecrit par : antony

Le hasard d'internet, c'est de tomber sur un blog qui conte une histoire et comme il s'agit de l'histoire de bien avant les restos du coeur, on peut se dire que c'est l'histoire d'un mec, qui n'a pas chercher ni fortune ni gloire, juste d'être et de rester un exemple pour les siens en laissant vivre ses valeurs. Et c'est certainement par le souvenir qu'il vitvra plus vieux qu'Abraham... preuve qu'il avait raison.
Ecrit par : Emmanuel Vrel-Lavezzi

J'ai habité quelques années en face de chez Claudiu. Un grand homme, avoir un brin de son courage et de son humanité nous ferait déjà réussir notre vie.
Ecrit par : Denis Lafont


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 145)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»