Management de l'entreprise

tag ETL Extract Transform and Load

A lire : Les billets ETL Extract Transform and Load

Comment utilisez-vous vos bases de données ?


Les bases de données, ça sert à quoi ?


Le bon usage des technologies dessin humoristique

Le dialogue

- Le DSI Doctoral : "Avec le nouveau système de bases de données, vous pouvez, avec une simple question, connaître la liste de tous les clients qui commandent d'habitude et n'ont pas commandé ce mois-ci"

- L'UTILISATEUR Enthousiaste :" Wahou ! Super ! : 'Donne-moi la liste de toutes les filles disponibles de la boîte qui ne me connaissent pas encore'..."

Commentaire

Et vous, vos bases de données, vous les utilisez comment ? Vous collectez des monceaux d'informations. Mais vous en faîtes quoi ensuite ? Comment mesurez-vous le Retour sur Investissement ?

Pour aller plus avant

Deux types de bases de données fondamentalement différentes... laquelle sera capable de donner la bonne réponse à cet incorrigible "dragueur" ?
Lire la suite...

Devenir un manager de projet


Un conseil pour les managers qui abordent leur premier projet

L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs." Oscar Wilde
Réunion projet

Quels sont les "réflexes" les plus difficiles à acquérir pour un manager débutant ?

Je vous en propose trois. Tant que l'on n'a pas été amené à conduire plusieurs projets dans des contextes différents, ils ne tombent pas toujours sous le sens. L'importance de ces "réflexes" n'apparaît qu'avec l'expérience. Celui qui sait en saisir la portée sans perdre de temps s'accorde une avance certaine et améliore sérieusement son "quota" de projets réussis.
Ces trois "réflexes" complètent les 4 conseils au manager débutant déjà développés au cours d'un article précédent.
Lire la suite...

Plan B = salariat Vs Plan A = Monter sa boîte


« La vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux » Henri de Montherlant.

Lancez votre « plan A » : entreprenez en solo !

entreprendre, le plan A S'investir corps et âme dans une entreprise, se contraindre â exécuter des tâches qui ne vous intéressent pas toujours, et espérer en vain que votre compétence soit enfin reconnue : est-ce réellement ainsi que vous aviez envisagé votre carrière professionnelle ?

Et si ce mode de vie était en fait votre « plan B » ?

Comme la plupart des salariés, vous n'avez pas vraiment choisi. Vous vous êtes engagé dans le monde de l'entreprise, sans trop réfléchir aux exigences inhérentes â ce statut, avec l'espoir de construire une carrière solide et durable.

Il y a quelques années, c'était encore possible. Mais depuis que nous vivons dans un monde de concurrence exacerbée, les règles ont changé. Hormis quelques rares privilégiés, il est devenu extrêmement difficile de réaliser un projet de vie professionnelle tout en conservant un statut de salarié.

Le salariat n'est donc plus la solution.

Mais pas d'inquiétude. Il n'est jamais trop tard pour prendre les bonnes décisions. Si vous souhaitez exercer un métier que vous aimez et le pratiquer comme vous jugez bon de le faire, c'est-â-dire avec le professionnalisme adéquat et sans contrainte inutile, il n'est que temps d'entreprendre en indépendant et de lancer votre « plan A ». C'est ainsi que vous révélerez vos talents et que vous exploiterez au mieux vos qualités pour bâtir une carrière conforme â vos aspirations.

Vivre de ses passions et conjuguer plaisir et travail, n'est-ce pas lâ une ambition bien légitime ?


Lire la suite...


Les 12 facteurs de réussite de l'entreprise indépendante


Qu'est-ce que la réussite ?

Le principe critique n'est autre que de bouger vos fesses et de faire quelque chose. Beaucoup de personnes ont des idées, mais bien peu décident d'en faire quelque chose sans tarder, pas la semaine prochaine, aujourd'hui même. Le véritable entrepreneur est un homme d'action, ce n'est pas un rêveur...Nolan Bushnell, fondateur d'Atari et d'une vingtaine d'autres entreprises
Pour réaliser les livres :
- "À son compte, le guide pratique pour passer de salarié à entrepreneur" et
- "44 astuces pour démarrer votre business", tous deux publiés aux Editions Eyrolles, j'ai suivi dans la durée plusieurs créateurs d'entreprise et j'ai aussi questionné de nombreux entrepreneurs afin d'identifier les paramètres les plus saillants qui leurs ont permis d'accéder à ce que l'on peut appeler "une réussite durable".
Une mise au point avant de commencer : "Réussir", ce n'est pas accumuler des montagnes de lingots. On peut dire que l'on a réussi lorsque l'on ne rechigne pas à se lever le lundi matin et que l'on n'attend pas impatient que le vendredi arrive. Au contraire, on est pleinement heureux d'exécuter les tâches de son métier, de répondre aux besoins de ses clients et d'échanger avec ses partenaires.
On peut aussi dire que l'on a réussi lorsque l'on a l'impression de construire "quelque chose" de satisfaisant pour soi et pour ses proches. Dans tous les cas, en aucune manière on envisage de changer sa situation actuelle si ce n'est pour continuer à progresser dans la même direction.
Lire la suite...

Le poste de travail de l'utilisateur Business Intelligence


Le poste de travail idéal de l'utilisateur de la BI

Un peu de prospective pour terminer cette série d'articles consacrés au projet Business Intelligence.

Au cours du premier billet de cette série, nous nous étions attardés sur la réalité des sources d'information du décideur.
Toutes les données susceptibles de devenir des informations utiles à la prise de décision ne passent pas systématiquement par le système d'information de l'entreprise.
Loin s'en faut.
Seules les données formelles et de surcroît structurées sont à même d'être stockées dans les bases de données de production et récupérables par les outils de collecte (ETL) afin d'alimenter la base décisionnelle, le Data Warehouse.
Ainsi, pour assister au mieux le décideur en situation, le poste idéal comportera les moyens d'accéder aisément, autant aux données formelles structurées et non structurées qu'aux données informelles.
Lire la suite...


BI, informations & Aide à la décision


Considérons maintenant les informations dites formelles

Restons modestes, au mieux 20 % d'un tiers de l'information nécessaire au décideur serait disponible au sein du Data Warehouse...

Les informations formelles se classent elles-mêmes en deux catégories distinctes :
Les informations structurées et les informations non structurées.
Les premières sont bien sûr les informations que l'on peut ranger plutôt aisément dans une base de données : résultats et autres données quantitatives.
Les secondes sont bien plus délicates à gérer. Ce sont les mails, courriers, rapports, compte-rendu de réunion, dont il faut extraire le sens avant de pouvoir les exploiter.
Lire la suite...


Projet Business Intelligence et aide à la décision


Le projet Business Intelligence, les informations pour décider

Postulat fondamental :
Quel que soit le type de décision que vous soyez amené à prendre, vous aurez toujours besoin de disposer d'informations validées et actualisées. C'est ainsi.
Le processus de décision commence invariablement par une phase de collecte des informations.Ceux qui vous affirment avec aplomb décider en toute situation à l'instinct, avec leurs tripes, "with the guts", ne procèdent pas différemment.
Ils sont simplement parvenu au stade du processus où l'on prend effectivement la décision. Ils ont déjà accompli cette phase de collecte des informations. Ensuite, c'est bien en s'appuyant sur sa propre expérience et sa personnalité que l'on estime le risque et que l'on envisage les potentialités des alternatives pour prendre ou ne pas prendre la décision.
Lire la suite...

Formation à la Business Intelligence


Cours Business Intelligence gratuit

Le chapitre Business Intelligence a été profondément restructuré afin de coller au plus près des critères que l'on pourrait attendre d'un document d'auto formation, d'un cours en ligne.
Ce dossier comporte désormais 85 fiches pratiques organisées en 12 sections thématiques. Il est recommandé, dans le cas d'une auto formation rapide comme une sensibilisation pour manager, de parcourir les sections de ce cours en ligne dans l'ordre de présentation (voir aussi le guide de formation "acceléré" disponible directement sur le site piloter.org). Bien entendu, rien n'empêche le lecteur un peu plus averti de "butiner" à volonté les fiches pratiques de ce dossier.
Lire la suite...

Perspectives Business Intelligence


Carré magique

Le Gartner Group publie ces jours-ci le traditionnel "carré magique" de la Business Intelligence. Je laisse de côté la critique du "top 50" des éditeurs, les "up" and "down" et les commentaires de rigueur. Le thème est bien développé sur le site et suffisamment commenté par les spécialistes de la Business Intelligence présents sur le web.


Lire la suite...


la prise de decision en groupe


Comment prendre des décisions en équipe ?

Manager une équipe c'est aussi dynamiser la prise de décision en groupe.
Comment garantir l'expression de chacune des individualités pour un échange plus riche et une décision pleinement acceptée ? Pas si facile.
Si on souhaite éviter le consensus mou des genoux il s'agira de s'intéresser sérieusement au processus de la décision en groupe.
L'influence néfaste de la pression du groupe est l'un des travers les plus courant. Lors d'une collecte d'avis, au moment de s'exprimer il n'est pas toujours aisé d'être en contradiction avec la majorité. Non seulement il faudra défendre sa position, mais d'une manière bien plus subtile, on aura toujours un peu tendance à adhérer à la thèse communément partagée même si au fond de nous même nous sommes en total désaccord. On parle alors de norme de groupe...
Ce travers assez connu des spécialistes en psychologie sociale est assez facile à expérimenter.
Lire la suite...

Internet, l'usine à crétins


L'hypertexte empêche de réfléchir...

L'Internet, nouvelle usine à crétins ? Cette question, un poil polémique on n'en doute pas, est désormais le dada de Nicholas Carr (1).
Son premier article sur ce thème fit déjà pas mal de bruit : "Is Google Making Us Stupid ? What the Internet is doing to our brains" 1. Il développe sa thèse et argumente son propos avec un livre de fond, The Shallows.

Les hyperliens sur la sellette

Selon l'auteur, les liens hypertextes notamment seraient la cause d'une dispersion des esprits. Les internautes, fortement incités à virevolter de page en page (butiner comme disent les cousins du Québec), ne prendraient plus le temps d'approfondir un thème précis. L'abondance des "news", la multiplicité des "flux RSS" et autre Twitter contribueraient à nous transformer en girouette. Les usages du Web ne sont pas sans conséquences. Notre cerveau se réorganise en permanence. Les connexions neuronales s'adaptent à l'environnement informationnel. Selon l'auteur, il sera de plus en plus difficile de conserver son attention sur un sujet précis. Le risque est là. Bref, c'est la crétinerie globalisée qui nous pend au nez.
Lire la suite...

De l'importance d'un Tableau de Bord Citoyen accessible à tous (web)


Stilglitz et le PIB

Pour ceux qui ne sont pas encore lassés de la question du futur PIB en gestation, un article GDP Fetischism publié sur le site de Project Syndicate et traduit en français Fétichisme du PIB sur celui des Echos. Joseph Stilglitz revient sur la fonction et les dérives de l'indicateur chouchou de la société (Est-il nécessaire de rappeler que Joseph Stilglitz prix Nobel d'économie préside la "Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress" en charge de réviser la définition du PIB ?)
PIB: Produit Interieur Brut, GDP: Gross Domestic Product
L'auteur rappelle notamment l'importance de la mesure dans un monde privilégiant la course à la performance, avec les risques d'erreurs de trajectoire lorsque les indicateurs sont mal choisis, mal construits ou suivis avec des oeillères (fétichisme).
A lire donc.

Une micro remarque en passant :

Nos éminents prix Nobel semblent remarquer que la Médiane, le juste milieu d'une population, est bien plus parlante que la Moyenne, total/nombre d'individus, pour tenir compte des disparités de revenus. En effet, il semblerait que les banquiers et patrons grassement payés auraient tendance à tirer cette dernière vers le haut. La médiane, pointant bien sur la valeur centrale : 50% au dessus et 50% au dessous, serait plus proche de la réalité. Sympa, même si j'ai l'impression que cette remarque était déjà au programme des classes de collège de mon époque. En tout cas, le thème débattu est très largement accessible...
Lire la suite...

Comment utiliser le data mining ?


Le datamining en pratique, une expérience de terrain

Si vous voulez faire parler le data mining, commencez donc par nettoyer vos données....

Image d'un mineur pour symboliser le data miningCas pratique.
A noter, je ne cite ni le nom ni le type de produit afin de respecter l'anonymat.
Cette légitime omission ne nuit en rien à la compréhension du texte.

L'entreprise K, leader de son créneau, est sur un marché particulièrement complexe en terme de clientèle. K en effet propose une gamme de produits couvrant autant les besoins des particuliers que des grands comptes. Jusqu'à ce jour, l'approche commerciale était particulièrement cloisonnée et seules les techniques de segmentation trouvaient grâce aux yeux de la direction.
Le nouveau responsable marketing a, à juste titre, souhaité moderniser les outils afin de « transversaliser » l'analyse et décloisonner un tant soit peu l'approche classique.
«Accédons à la connaissance "client", elle est déjà dans les tuyaux. ...»


Lire la suite...

Collecter les données


La Collecte des données ou de l'importance des préliminaires....

La phase la plus importante d'un projet se situe bien en amont du lancement proprement dit. On parle alors de l'avant-projet.
Cette caractéristique n'est pas propre aux projets technologiques. Lors de grands travaux de génie civil, le terrassement, la consolidation des sols, la préparation des fondations peuvent représenter une part importance du projet que ce soit en terme de coûts, de délais ou de compétences techniques à mobiliser.
La qualité de l'ouvrage dépendra directement du soin accordé à ces travaux préparatoires.


Lire la suite...

Data mining : Les chercheurs de trésors


Oú sont les pépites ?

Ils sont rigolos les nouveaux chercheurs de trésors.La plage commence à peine à se vider et déjà ils débarquent avec leur poêle à rallonge en main, le casque bien ajusté sur les oreilles.Data Mining
Ils sont prêts à ratisser méticuleusement les quelques kilomètres de sable. Ah ? Quelque chose ? Un bip ? Il creuse un petit peu... Le signal se précise... Il creuse encore... Le signal devient fort. Ah ah ! Là il y a vraiment quelque chose ! 

Une bague en or ornée de rubis ? Un vieux camé, unique souvenir d'un parent regretté ? Une broche relique d'un amour perdu ? Fébrile, il s'accroupit et fouille avec son outil passoire. Il ne trouve rien. Il pose la poêle et remonte sa manche pour creuser avec sa main. Pas de bol pour cette fois. Ce n'est qu'une capsule de bière. Mais l'optimisme est là. Et il continue à chercher en espérant qu'un(e) pauvre malheureux(se) ait perdu un bijou de valeur. Sympa comme démarche....
Lire la suite...


F.A.Q Piloter la performance


Questions et réponses pilotage de la performance

Classement thématique des principales questions posées à propos du management de la performance. Cette série en 6 chapitres est aussi un point d'entrée transversal du portail.
Lire la suite...

F.A.Q Indicateur KPI


Questions fréquentes "Indicateurs de performance"


Lire la suite...

Les progiciels de la Business Intelligence


Les progiciels de la Business Intelligence (informatique décisionnelle) répondent à trois besoins :

  • Collecter, nettoyer et consolider les données de l'entreprise étendue
  • Stocker les données
  • Exploiter l'information de l'entreprise étendue

Collecter : Les outils d'ETL (Extract Transform and Load)

outils BIL'aspect "collecte" est du ressort des outils d'ETL (Extract Transform load). Les systèmes d'information de l'entreprise sont hétérogènes. En dépit des efforts conséquents pour standardiser les outils informatiques (ERP), la disparité des formats des données stockées au sein des bases de production incompatibles deux à deux est toujours une réalité. Avant d'être utilisables, les données doivent être formatées, nettoyées (élimination des valeurs aberrantes et consolidées. C'est le prix à payer pour que les données deviennent des informations pertinentes, utiles au décideur en situation de décider. Les outils d'ETL (Extract Transform load) permettent d'automatiser ces traitements et de gérer les flux de données alimentant le Data warehouse ou le Datamart. C'est une étape fondamentale du projet décisionnel.
Lire la suite...

Comment dissocier le bruit de l'information ? Avec bon sens


la décision, les données et le bruit...

Pour prendre une bonne décision, il faut disposer de données propres, précises et validées. Ok. Bien sûr. Nous sommes tous d'accord. Mais est-ce suffisant ? Il n'est peut-être pas inutile de savoir aussi lire et trier les données avant de pouvoir espérer en extraire la substantifique moelle. A ce sujet, une petite pointe de bon sens ne sera pas superflue...
Bruit et données La mise en place de la structure de collecte des données et d'alimentation du système décisionnel est une phase essentielle du projet. Longue et coûteuse, c'est aussi la plus ingrate.

Au cours d'un projet Business Intelligence un poil conséquent, l'équipe de développement achevait de bâtir une première tranche de la structure d'alimentation, fournissant des données *propres* et donc *utilisables* au système global d'aide à la décision. Le coût et la durée de l'opération, conséquents comme il se doit, suggérèrent quelques réflexions de techno-fiction.
Lire la suite...


Boites a idées et ingeniosité collective


Les boîte à idées de nouvelle génération

Pour capter l'ingéniosité collective, passez donc de la boîte à idées à la Bourse d'entreprise

Les boîtes à idées, vous vous souvenez ? Ah bon ? Elles existent encore dans votre entreprise ? On a dû oublier de les décrocher. Pour ceux qui n'en ont jamais vues, les boîtes à idées, en vedette au début des années 90, sont un moyen économique pour recueillir en direct les suggestions de la base.

Comme vous vous en doutez, la direction n'attend pas d'idées révolutionnaires. Il ne s'agit pas de proposer une refonte totale de l'organisation, ou de suggérer de nouveaux produits ou partenariats, chacun à sa place quand même.
En règle générale, seules les améliorations de procédures sont retenues. Quelquefois, une prime encourage l'esprit de participation. Mais entre-nous, parlons franc, les boîtes à idées ne sont qu'un subterfuge de plus pour éviter d'établir une véritable communication dans l'entreprise.
Lire la suite...



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2016 Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog ««