Management de l'entreprise

Tag Décision

A lire : Les billets Décision du Blog

Organiser ses idées avec le Mindmap


Mindmap pour ses idéesLa simplicité du mind map, aussi dénommées cartes heuristiques en français, est son principal avantage. Le Mind Map a été conçu par Tony Buzan, le spécialité de la créativité et de ses outils.

Un papier blanc et quelques crayons de couleur sont suffisants pour se presser le citron et structurer ses idées. Bien entendu, ça ne marche pas du premier jet et après quelques gribouillages, il faudra reprendre une page neuve et recommencer. C'est ainsi qu'émergent les idées.

Pour une réflexion en groupe, en remplacement ou en complément d'un classique brainstorming il suffira d'un tableau blanc et de quelques marqueurs.
Pour les inconditionnels de la souris il existe un produit pas mal du tout, "Xmind" disponible en téléchargement sur le site www.xmind.net

Voir aussi la solution open source et en téléchargement gratuit (licence GNU GPL.): Freemind
Freemind est écrit en Java. Il est donc multi plate forme : Windows, Linux et Macintosh OS X. Il se télécharge comme il se doit depuis sourceforge : Freemind
L'outil comporte une aide en ligne sous forme d'une mind map.
Lire la suite...


Stratégie et Big Data


Articles à propos du Big Data, le mythe et ses limites

Le Big Data peut s'avérer un excellent instrument pour mieux connaître ses produits et ses concurrents. Pour juger de l'opportunité de s'en équiper, il est prudent de ne pas prendre trop au pied de la lettre les discours de ses promoteurs.

Qu'ils soient éditeurs de solutions, vendeurs de technologies ou consultants spécialistes de l'analytique, ils sont comme tous les bons marketeurs. Ils maîtrisent la stratégie de la communication et notamment le storytelling. Pour attirer le chaland, ils n'hésitent pas à illustrer leur propos d'anecdotes époustouflantes. C'est leur job.

À ce sujet, il est bon aussi de se méfier un tant soit peu des experts improvisés. Ils foisonnent sur le net, et relaient sans discernement aucun les fictions autour du Big Data. Ils font preuve d'un tel aplomb qui laisse supposer qu'ils les ont eux-mêmes vécues. C'est ainsi que se construisent les légendes, c'est aussi ainsi qu'elles s'ancrent dans l'imaginaire commun.
Lire la suite...


Communiquez qu'ils disaient ...


Humour communication dans l'entreprise

humour communication performance

Il n'est guère possible de parvenir à l'amélioration de la performance globale sans préciser au préalable un référentiel commun. Pour cela, encore faut-il s'accorder pour définir un sens commun aux termes employés pour exprimer la performance. Chaque métier possède son propre registre lexical. C'est indispensable pour accomplir sa tâche et communiquer avec ses partenaires.
Lire la suite...


First : Break all the rules


La troisième voie : redéfinir les règles

humour le décideur tranche

Pourquoi choisir entre la peste et le choléra ? Brisons plutôt la règle.

Soupeser les éléments, juger des avantages et des inconvénients,  puis choisir et s'engager définitivement en espérant ne pas s'être trop  planté, ce n'est  pas  chose aisée. (cf Le décideur face à son dilemme)

Mais que dire lorsque les avantages à comparer se réduisent à la portion congrue, lorsque le choix se limite non pas à rechercher la meilleure alternative mais bien la moins pire ?

Choisir entre la peste et le choléra dit-on. La difficulté est là à son paroxyme. Quelle perspective !   Et ce n'est pas la peine de compter sur la petite poussée d'adrénaline préalable à l'action qui généralement incite à décider. L'enthousiasme ne sera pas au rendez-vous.
Alors que faire ?
Lire la suite...


la prise de décision et le droit à l'erreur


La qualité d'un décideur ne peut être jugée au seul vu des résultats

Qu'est-ce que c'est épuisant d'entendre toujours les mêmes expressions ! Tenez prenez par exemple le coup de monsieur Jourdain et de la prose. Dans une rencontre professionnel, il y en a toujours un qui s'imagine original de ponctuer l'échange d'un "C'est comme monsieur Jourdain, il fait de la prose sans le savoir !"
Oh! là. Ça fait bien 20 ans qu'on nous la ressasse celle-là !
Elle doit sûrement réveiller en nous quelque chose de coincé entre Racine et Corneille. En ces temps de potache, Molière était en effet une forme de soulagement, en tout cas moins barbant que les deux autres.

Des YAKA FOKON...

Une autre expression est tout aussi lassante : C'est la référence au "Yaka Kokon". A croire que l'entreprise ne serait peuplée que de conseilleurs aux bras coupés, toujours prêts à proposer une réponse simple qui commence par une formule du type : "Il suffit de...". Mais attention, à la condition que ce ne soit pas eux qui la mettent en oeuvre. Pas fous !
Bon ! Ok, je vous l'accorde, ils sont assez nombreux et plutôt envahissants.
Mais cela dit, tout bien réfléchis ce ne sont pas les plus nuisibles. Eux ne font rien ou pas grand chose. Ils ne font donc que peu d'erreurs. Non, non.


Lire la suite...

Lorsque le décideur fait face à un dilemme


Décider, ce n'est pas facile !

Il n'est pas toujours aisé de décider lorsqu'il faut choisir entre une ou plusieurs alternatives et qu'aucune d'entre elles ne se distinguent franchement. décideur en action

C'est pourtant le cas courant de ce que l'on appeler une décision "difficile". On est toujours seul pour résorber une situation délicate. Pénétrons en catimini le "cerveau" d'un décideur en action et suivons le cheminement de sa réflexion (en couleur bleu pour le distinguer du reste du texte) :

La problématique...

Bon Voyons un peu les faits.
En fait, une fois éliminer les possibilités inutiles ou aberrantes, il ne reste que deux choix possibles : soit je prends l'option "A" soit je prends l'option "B"
Bon Ok. Voilà où j'en suis.
  Maintenant il faut que je décide, je ne peux plus repousser, le temps presse. Il n'y a pas à tortiller plus longtemps. De toutes façons je suis une femme (un homme) d'action et ça ne va pas traîner...

Lire la suite...

Comment lire les indicateurs de performance


Dis-moi quels indicateurs as-tu choisis et je te dirai quelle stratégie tu suis...

stratégie et indicateur

Un indicateur pertinent, et donc utile, ne se choisit pas au hasard. Il est le fruit d'une profonde réflexion afin d'intégrer du mieux possible l'objectif poursuivi, la démarche mise en place pour l'atteindre et d'une manière un peu plus subtile : la personnalité du décideur...

Aujourd'hui, cette introduction ne surprendra plus personne. Il est tout à fait acquis que seuls les indicateurs choisis et construits en respectant une démarche adaptée sont susceptibles d'orienter le décideur et ainsi de l'inciter à agir dans la bonne direction.

Maintenant considérons cette question du choix de l'indicateur à contre-pied. Est-ce que, quelque part, l'indicateur pertinent n'est pas le reflet des motivations ayant servi à son élaboration ? N'est-il pas possible de « faire parler » un indicateur, ou mieux plusieurs indicateurs, afin d'en retrouver les fondamentaux et de pénétrer si ce n'est la « stratégie secrète » de l'entreprise ce sera en tout cas celle du décideur concerné ?


Lire la suite...


L'entreprise : rationnelle ou irrationnelle ?


Un beau tableau de bord, parfaitement raté...

N oubliez pas de regarder par la fenêtre...
Pourquoi existe-t-il un si grand décalage entre nos pensés et nos actes ? Pour illustrer l'irrationnel, un exemple puisé dans l'entreprise....

Pourquoi existe-t-il un si grand décalage entre nos pensés et nos actes ?
Un problème nous préoccupe et pourtant aucune de nos actions ne contribue à le résoudre. tableau de bordCe thème bien connu de la psychologie que l'on peut rapprocher dans certains cas des biais cognitifs, se rencontre aussi dans l'entreprise où il peut être considéré comme une faiblesse majeure du management.
C'est d'ailleurs un cas où un regard extérieur accompagné d'un questionnement impromptu peut être salutaire pour lever quelques lièvres de bon poids....
Mais trêve de discours et prenons un exemple...
C'était il y a déjà quelques temps, chez un client habituel, dans le cadre d'une visite amicale.
Le dirigeant me reçut accompagné de ses principaux adjoints dans son bureau particulièrement cossu. Placé sur un creneau hyper mouvant, l'entreprise était à ce moment en situation de porte à faux. Pas facile de définir une stratégie gagnante !


Lire la suite...


Comment augmenter son salaire


Il n'existe que deux manières de s'enrichir :
1) soit on élève ses revenus pour accéder au niveau de ses désirs
2) soit on abaisse ses désirs pour les mettre en niveau de ses revenus
D'après Alphonse Karr

Accroître ses revenus significativement

Il n'existe pas cinquante manières d'obtenir une augmentation de salaire digne de ce nom. En tout cas, ce n'est ni en pleurnichant, ni en contant ses misères à son employeur que l'on parviendra à lui faire comprendre que vous méritez une rémunération plus en phase avec vos compétences et votre talent... tels que vous les estimez !

Remarque : Il vaut mieux éviter de suivre à la lettre les suggestions de comportement du type "les conseils du coach du journal Le Monde" qui vous exhortent notamment à remercier platement, puis à redoubler d'efforts une fois l'augmentation obtenue en signe de gratitude. Ce n'est pas la charité que l'on demande.
Lire la suite...


Business Intelligence et agilité du développement


Le projet Business Intelligence est un type de projet assez particulier. On le représentera plus facilement comme un processus continu.
On ne mettra pas en place une solution BI complète "one shot". le projet est non seulement complexe, il est aussi totalement lié aux besoins toujours en évolution des utilisateurs appelés à prendre des décisions en un univers changeant.

Parce c'est cela la finalité de la Business Intelligence :

Assister tous les acteurs impliqués dans le processus de décision de l'entreprise, qu'ils soient managers ou membres d'un groupe autonome et responsable pour les décisions stratégiques, tactiques ou, plus trivialement, opérationnelles.

Lire la suite...

Stratégie et objectifs


Réunion stratégiqueLors de la conception de la stratégie gagnante d'une entreprise, la définition des objectifs n'est pas le moindre des aspects, loin s'en faut.

La sélection rigoureuse et méthodique d'objectifs réalistes et consensuels n'est de toute façon jamais une mince affaire. Et c'est bien en choisissant de prendre à la légère cette étape, fondamentale par définition, que bien des entreprises se révèlent incapables de garantir leur devenir.
Lire la suite...


Histoire vécue d'un créateur freelance


Histoires vécues de créateurs d'entreprise

travaux de rentrée Pour écrire le livre À son compte, j'ai recueilli de nombreux témoignages de créateurs d'entreprise. Ils m'ont tous été fort utiles pour réaliser ce livre mais malheureusement je n'ai pas pu tous les insérer au risque de le transformer en recueil d'histoires vécues.
En accord avec les entrepreneurs qui ont aimablement accepté de témoigner, je reproduis sur le site www.piloter.org/asoncompte quelques-uns d'entre eux, deux pour commencer.

Le témoignage de Lucìa

Lucia est organisatrice en évènements d'entreprise, freelance depuis quelques années. Après un master en relations publiques, elle s'est retrouvée au sein d'une grande boîte, major des télécoms, en charge d'un travail assez ennuyeux à ses yeux. Dynamique comme je la connais, je ne suis pas surpris.Elle raconte ainsi l'instant déclencheur, le moment où elle a pris la décision de se lancer en solo.
Lire la suite...

Choisir un indicateur de performance KPI


Comment choisir un indicateur de performance pertinent (KPI)?


5 critères définissent un bon indicateur (KPI)
KPI : Key performance indicator

1Un bon indicateur (KPI) délivre une information en Temps Réel
Les entreprises utilisent majoritairement des indicateurs financiers et productivistes issus de la comptabilité analytique ou légale publiée à échéances fixes. Ce rythme de publication est en décalage avec l'évolution du système. Il n'autorise que le constat. Trop tard pour agir. Pour piloter, l'information essentielle doit être disponible lorsque la décision est possible.
C'est cela que l'on appelle le temps réel.
Lire la suite...


Qu'est-ce que le management ?


Une Définition du Management

The real problem is what to do with problem solvers after the problem is solved. G. Talese journaliste Pour les uns le management est un "art".
Mais ceux qui ont appris à ne pas trop s'en laisser compter préciseront que si le management est un art, c'est avant tout celui d'inciter les autres à faire ce qu'ils n'ont pas toujours forcément envie. L' art des apparences en quelque sorte.

Ainsi, la contrainte liée à une soumission de principe ("moi je commande toi tu obéis") en est la forme la plus rustique. On parle alors de management directif. Bien qu'encore couramment pratiquée, cette forme de management n'est plus vraiment adaptée aux exigences actuelles.
Lire la suite...


Contrôler ou piloter ?


Pourquoi mesurer la performance ?

On ne mesure pas pour contrôler mais pour piloter !

Dans la logique de nos entreprises encore porteuses du poids taylorien, nous associons trop facilement les termes "mesure" et "indicateurs" avec "contrôle".

A l'origine de l'entreprise taylorienne, le mot d'ordre était
«on ne peut pas être bon dans tous les domaines, il faut donc être spécialiste»
On trouvait (et on trouve encore) ainsi les spécialistes de l'encadrement, les spécialistes de l'exécution et les spécialistes de la mesure pour garantir le fonctionnement global selon un mode prédéterminé.
Les trois rôles principaux étant définis par les formules suivantes :
"je commande, tu travailles, il mesure et tu seras sanctionné/gratifié selon les résultats".
Lire la suite...


Réussir le management stratégique


Critique du livre Building Business Solutions Through Collaborative Strategy

Pour réussir le déploiement d'une stratégie gagnante, il n'existe d'autres solutions que de changer radicalement les modes de management stratégique et d'adopter rapidement une structure organisationnelle favorisant la coopération.

Management et démarche stratégique

Il faut bien le constater, bon nombre d'entreprises ne sont pas particulièrement séduites par la démarche stratégique.
- Concevoir et mettre en action une stratégie compétitive mûrie et validée ?
- Bof bof. C'est pas pour nous tout ça.
- Vous savez, nous, on fonctionne encore comme une petite boîte. On a nos habitudes et ça marche bien comme ça. Bon avec des hauts et des bas c'est sûr, on est pas responsable de la conjoncture économique...

Les projets à long terme restent dans la tête des dirigeants, dans le flou. Pour le quotidien on préfère suivre le fil de l'eau, se laisser porter par l'onde des marchés. C'est dommage. Construire une vision à moyen et long terme est la garantie d'un pilotage assuré et assumé. Les aléas sont abordés avec un peu plus de recul. Ils ne sont pas pris systématiquement comme des coups de bélier. Quelquefois ils peuvent même s'avérer de véritables opportunités... Mais encore faut-il que la stratégie soit bien déclinée à tous les niveaux !
Lire la suite...

Le risque, le tableau de bord et le droit à l'erreur


Humour risque de la décision

Le dialogue

  • Le consultant enthousiaste et positif : Avec le nouveau système de tableaux de bord, vous serez tous équipés pour prendre les BONNES décisions
  • Le cadre inquiet : Et quand on ne prend pas la bonne décision, c'est qui le responsable ? Le tableau de bord peut-être ?

Sommes-nous prêts à prendre des risques ?

Suffit-il de diffuser la Business Intelligence et ses outils tels que le tableau de bord, pour réformer les processus de décision des entreprises et plus généralement des organisations ?
Les outils d'aide à la décision, toujours plus sophistiqués, contribuent à mieux mesurer, apprécier et anticiper le risque de la décision.
Mais qu'en est-il du droit à l'erreur ? Comment le décideur sera-t-il jugé après coup ? Le sait-il au moins ?
A-t-il vraiment intérêt à prendre des décisions audacieuses, c'est à dire avec un risque difficile à appréhender ?
Pas vraiment...
Les décisions "ambitieuses" seront vraisemblablement jugées de "hasardeuses" si jamais on a tiré la mauvaise carte.
Sans un droit à l'erreur bien défini, Il vaut mieux demeurer autant que possible dans l'espace sécurisé, autrement dit éviter les décisions ambitieuses et se limiter à un minimum de prise de risques même si ceux-ci dont déjà bien évalués et parfaitement connus...
Lire la suite...

Les indicateurs manipulés


Comment changer la réalité en manipulant les indicateurs de performance

Il n'est pas bien difficile de faire dire tout et son contraire aux indicateurs. Mais où s'arrête l'information et où commence la manipulation pour un parfait enfumage ?

cible indicateurs de performance Le week-end dernier, j'ai croisé une ancienne voisine. Pas vraiment au meilleur de sa forme. Elle venait juste d'apprendre la veille qu'elle faisait partie de la charrette. Licenciée. « Ce sont les indicateurs », me dit-elle. « Ils sont tous dans le rouge, et comme je suis la dernière arrivée... En tout cas, c'est ce que l'on m'a expliqué lors de mon entretien. Il n'y a pas d'autre solution. »

« Ce sont les indicateurs !». Cette phrase résonne encore dans ma tête.
Moi, qui consacre une bonne part de mon temps à promouvoir l'usage des indicateurs de performance, je me sens un peu mal à l'aise lorsque j'entends ce type de discours. Il est temps de faire une mise au point.

Il est vrai que désormais les indicateurs ont envahi notre quotidien. Dévoyés de leur rôle initial, ils sont bien pratiques pour servir d'explication incontestable à un peu tout et n'importe quoi. Ainsi, il devient coutumier dans l'entreprise, comme dans la vie publique, de justifier les décisions prises ou à prendre par la publication d'un indicateur à l'intitulé ronflant appuyant l'argumentation et coupant court à toutes objections.
Lire la suite...


Analyse de la valeur et changement


B6335

L'analyse de la valeur au service de la conduite  du changement...
(En complément du billet "Réussir le changement

L'analyse de la valeur, conçue par Lawrence Miles chez Général Electric, il y a plus de 50 ans, est une méthode particulièrement efficace pour recentrer la conception des produits sur la question du « juste nécessaire» pour satisfaire les clients. Son objectif est d'éradiquer les coûts inutiles grevant les coûts de conception.


Lire la suite...

Indicateur de performance, pièges et difficultés


Quatre précautions pour bien choisir un indicateur de performance

1) Résister à la persistance de l'orientation des décisions passées

decideur humour Pas facile de remettre en cause ses choix passés. Admettre que l'on ait pu se tromper n'est pas à la portée de tout un chacun. On préfère et de loin persister dans les choix passés et etouffer dans l'âme la petite lueur de clairvoyance qui nous interpelle et clignote en chuchotant :

"Tu te trompes, tu te trompes depuis le début...".
Chut ! Tais-toi ! On saura la faire taire en ne choisissant que les indicateurs qui confirment les choix passés.
Super le tableau de bord ! Tous les voyants sont au vert ! On continue !

J'en ai même connu qui bricolaient les indicateurs pour cela... Mais, chut! Ça reste entre nous...

Ces tableaux de bord ne reflètent que les aspects positifs des actions engagées et ne pourront inciter le décideur à prendre les bonnes décisions, souvent radicales. Ce type de tableau de bord n'est rien d'autre qu'un puissant destructeur de valeurs.
Pas aisé aisé, depuis l'exterieur, de décoder ces manips occultes.
Lire la suite...


L'art de la guerre : Bousculez les règles !


Le renard et les rhinocéros

Dans ce monde de brutes, tu dois foncer, tu n'as guère d'autres solutions...
Ca passe ou ça casse...
A moins que...
A moins que tu ne joues la carte du renard en lieu et place de celle du rhinocéros et que tu te permettes de bousculer un peu les règles arbitrairement établies par la pratique.
Pourquoi agit-on ainsi ? Parce que c'est ainsi que l'on a toujours agi Pourquoi changerait-on ?
Et... pourquoi ne changerait-on pas ?
Lors d'un affrontement tu peux non seulement tenter de prendre l'avantage en choisissant les armes, le terrain ou le moment en bon lecteur de Sun Tzu, mais aussi en bousculant quelque peu les règles établies. Faire diversion diraient les spécialistes de la tactique en pratique...
Vous trouvez ce court développement un peu sibyllin ?
Regardez-donc cette vidéo ci-dessous, vous allez vite comprendre...


Trick Touchdown American Football (youtube.com)


Lire la suite...


Reussir son analyse de risques


...Comment réaliser une analyse de risques réaliste et pertinente ?

Ok ok. Je suis d'accord. La poisse a souvent bon dos et ne doit pas justifier toutes les erreurs du chef de projet (voir billet Analyse de risques expliquée). Une bonne analyse de risques permet de limiter quelque peu son impact.
Cela dit lorsque la poisse arrive en force comme dans l'exemple de ce film, il n'est pas dit que le chef de projet gagnera à tous coups le bras de fer. C'est en en tout cas ce que je cherchais à montrer avec le billet précédent.

Mais parlons un peu de l'analyse de risques. On y met quoi dans l'analyse de risques ? Parce que là non plus elle ne doit pas exempter le chef de projet de ses responsabilités. L'analyse de risques ne doit pas de venir l'équivalent de.. Attendez je cherche...

Ah voilà. Tenez par exemple la sécurité dite « active » des voitures. Tous ces décérébrés qui sous prétexte de disposer d'un ABS foncent comme des malades sur les routes, vous collent à la roue, et s'amusent à freiner au dernier moment aux passages cloutés lorsqu'ils sont en ville. Ils se sentent puissants et maîtres de leurs engins ces demeurés.
L'analyse de risques c'est un peu la même chose....
Lire la suite...


Critique du livre : Turn The Ship Around !


L'art et la manière de bâtir une vraie coopération

Le perfologue a lu pour vous : Turn the ship around ! « A True Story of Turning Followers into Leaders » de David Marquet

Turn the ship around ! *****
La critique : Une démarche expliquée pas à pas "d'empowerment" pour une meilleure coopération d'une équipe technique composée de spécialistes en un environnement particulièrement difficile.

La thèse : Un délégation massive du pouvoir de décision est l'unique solution pour piloter efficacement un système complexe en un contexte fortement hiérarchisé à l'origine (en l'occurrence un sous-marin nucléaire de l'US navy, 135 hommes, chacun spécialiste d'un aspect technique).

La forme : une expérience vécue contée phase après phase, suivi d'une explication concrète et des conseils pratiques et méthodiques ( comme des fiches pratiques en quelque sorte). Le livre est bien structuré, les 3 principaux chapitres, Control, Competence & Clarity sont les 3 piliers de la démarche.
Un ouvrage assez court, (236 pages en version kindle), l'auteur sait rester concis, limite les redondances et ne dilue pas inutilement son sujet (comme c'est souvent le cas pour les ouvrages de management US).
Lire la suite...


C'est mon premier projet...


votre premier Projet Comme tous les (vrais) managers de l'entreprise, vous devez prendre en charge un projet. Cette mission est importante. Son issue conditionne la suite du déroulement de votre carrière. Une réussite est toujours un argument de poids pour démontrer ses qualités et mieux se "vendre" en interne ou ailleurs. Les formations, ouvrages et sites web ne manquent pas.
Il est toutefois bien utile de comprendre que la clé du succès n'est pas dans la connaissance de trucs et de machins. Notons d'ailleurs que si la maîtrise des méthodes et des outils est une condition nécessaire, elle est loin d'être suffisante.
J'ai réuni ici quelques conseils destinés aux chefs de projet débutants. Ils vous éclaireront sur les points clés d'un projet "bien conduit".
Lire la suite...

Plan B = salariat Vs Plan A = Monter sa boîte


« La vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux » Henri de Montherlant.

Lancez votre « plan A » : entreprenez en solo !

entreprendre, le plan A S'investir corps et âme dans une entreprise, se contraindre â exécuter des tâches qui ne vous intéressent pas toujours, et espérer en vain que votre compétence soit enfin reconnue : est-ce réellement ainsi que vous aviez envisagé votre carrière professionnelle ?

Et si ce mode de vie était en fait votre « plan B » ?

Comme la plupart des salariés, vous n'avez pas vraiment choisi. Vous vous êtes engagé dans le monde de l'entreprise, sans trop réfléchir aux exigences inhérentes â ce statut, avec l'espoir de construire une carrière solide et durable.

Il y a quelques années, c'était encore possible. Mais depuis que nous vivons dans un monde de concurrence exacerbée, les règles ont changé. Hormis quelques rares privilégiés, il est devenu extrêmement difficile de réaliser un projet de vie professionnelle tout en conservant un statut de salarié.

Le salariat n'est donc plus la solution.

Mais pas d'inquiétude. Il n'est jamais trop tard pour prendre les bonnes décisions. Si vous souhaitez exercer un métier que vous aimez et le pratiquer comme vous jugez bon de le faire, c'est-â-dire avec le professionnalisme adéquat et sans contrainte inutile, il n'est que temps d'entreprendre en indépendant et de lancer votre « plan A ». C'est ainsi que vous révélerez vos talents et que vous exploiterez au mieux vos qualités pour bâtir une carrière conforme â vos aspirations.

Vivre de ses passions et conjuguer plaisir et travail, n'est-ce pas lâ une ambition bien légitime ?


Lire la suite...


Les KPI ne sont pas la priorité


“Que m'importe la force du vent si je ne sais vers quel port je me rends.”

Les indicateurs de performance KPI

Nouveaux tableau de bordAu cours d'un séminaire pour dirigeants, je développais les aspects bien spécifiques de l'identification des facteurs de succès lorsqu'un auditeur me dit ainsi :
- “ Ma mère qui est une femme de raison m'a toujours dit : ne perds pas ton temps avec les préliminaires et va directement à l'essentiel. Dites, on pourrait aborder dès à présent la question des indicateurs de performance ?”
Je lui répondis : - “Bien que je connaisse quelques situations où les préliminaires sont particulièrement importants, je reconnais que dans le cas présent votre mère a tout à fait raison. Mais vous, vous avez tort. Désolé de vous le dire ainsi. Les indicateurs de performance ne sont pas le plus important. Le plus important, c'est de savoir ce que vous voulez faire et comment vous allez le faire. Le moyen choisi pour mesurer ne vient qu'ensuite. “
Lire la suite...

Le Big Data et la conception du Système d'Information


Le big data, du rêve à la réalité

Les mots bleus...

La notion de big data, "mégadonnées" ou "données massives", deux traductions types reconnues comme officielles en France, dépasse largement la simple traduction littérale du terme ainsi proposée.
Le big data, ce n'est pas uniquement le stockage de très grandes quantité de données. Le big data, c'est aussi la capacité de trier, de classer et d'analyser très rapidement lesdites données. De tels moyens sont riches de promesses, et les fournisseurs, éditeurs et cabinets de conseils fraîchement devenus spécialistes ont rapidement su trouver les termes marketing, "les mots bleus", pour faire rêver (pâmer ?) les clients.


Lire la suite...


Définition du développement durable


Qu'est-ce que le développement durable ?

Comment expliquer le développement durable ?, Quelle définition en donner ?
Il y a bien la définition d'origine proposée par la commission dirigée par Gro Harlem Brundtland avec le rapport éponyme de 1987 (en fait le rapport est intitulé : Our Common Future). Mais il n'est pas dit que ce postulat de départ soit suffisant pour se prémunir des opportunistes qui masquent les agissements de croissance capitalistique systématisée derrière un vernis qui, s'il n'est pas franchement éthique, est en tout cas pas mal démago.

Ainsi avec l'industrie agro et la grande distribution qui nous bassinent à grands coups de commerce équitable ou encore les constructeurs automobiles qui labellisent du titre de "voiture écologique" (sic !) des véhicules qui ne sont même pas hybrides, il est temps de bien préciser de quoi l'on parle. Parce que il faut bien se dire, que durant ce temps, et bien les Hedges Funds et autres instruments spéculatifs destructeurs de valeurs (et donc d'emplois) ne perdent pas le leur de temps !


Lire la suite...

Analyse de risque expliquée


La poisse au coeur du projet

Avez-vous, au  cours d'un projet, déjà rencontré la poisse ? Attention, la vraie, celle qui colle à la peau, celle qui rend fataliste, celle qui transforme tous les efforts en simples velleités ?  Terry Gilliam, lui, l'a rencontrée....

Lorsque la poisse s' en mêle...
L'autre matin, dans un bar du boulevard Saint-Antoine, je rêvassais devant mon café tout en regardant à travers la vitre la ville déjà bien éveillée, lorsque Marc un copain, formateur de profession, me demanda comme ça de but en blanc :
- Quelle analogie, utiliserais-tu pour expliquer ce qu'est la conduite d'un projet complexe ? Moi ça m'aide bien les analogies. Mais là je sèche un peu.
Lire la suite...


Méthode d'analyse des risques


...En fait, la pertinence de l'analyse de risques est surtout une question de methode...

Analyse de risques

Une bonne analyse de risques se déroule en cinq temps majeurs:


1er temps : Etablir l'inventaire des risques.
Il s'agit de ratisser large et de considérer toutes les formes de risques (humain, financier, organisationnel, technologique...)
2ème temps : Valoriser les risques.
Tous les risques n'ont pas la même probabilité de survenance, tous les risques ne sont pas égaux en terme de criticité. Il s'agit au cours de cette étape d'effectuer un classement rationnel
3ème temps : Définir les parades.
Pour chacun des risques, on se posera ces 3 questions successives :
- Peut-on l'éliminer ?
- Peut-on en limiter les effets ?
- Doit-on modifier le déroulement du projet ?
Lire la suite...

La F.A.Q Piloter.org


Questions et réponses management de la performance

Les réponses aux principales questions posées à propos du management de la performance et de la conduite de projet sur le site "Piloter.org"
Lire la suite...

Conduire le projet BI


J'ai remis à jour le dossier Business Intelligence. Les 85 fiches de ce dossier constituent un guide de formation ou plutôt de sensibilisation, essentiellement destiné aux managers confrontés de près ou de loin à la problématique de la mise en oeuvre de solutions BI en entreprise. A la lecture de ce dossier en ligne, les décideurs ultimes en charge de la définition du projet et les managers consultés pour en délimiter les contours, seront un peu mieux armés pour établir l'étude d'opportunité.
Lire la suite...

Humour prise de décision


Vous êtes un décideur ? Rigolons un peu...

Ah la délégation ! Aplatir la pyramide, réduire les niveaux hiérarchiques, responsabiliser les acteurs de terrain, ça fait des années qu'ils nous le répètent les experts ! Tous sans exception préconisent de diminuer le nombre de strates afin d'accélérer la vitesse de circulation de l'information et de dynamiser ainsi la prise de décision ! La seule méthode gagnante qu'ils disent.

Et vous alors qu'attendez-vous ? Pourtant ce n'est pas bien difficile !
Tenez, comme je ne suis pas trop vache je vous livre ici en exclusivité la recette la plus couramment pratiquée. En tout cas c'est ainsi que je l'ai vu faire.
Lire la suite...


Piloter et Mesurer


On ne pilote que ce que l'on mesure

tableau de bord
Vous connaissez cet aphorisme, véritable leitmotiv des pros de la performance.
Cela dit rien de plus vrai. Il n'est d'autre moyen d'évaluer un quelconque progrès que celui d'appliquer régulièrement son mètre étalon.
L'exemple du conducteur automobile ou du commandant de bord, surveillant du coin de l'oeil ses instruments de pilotage, sera encore utilisé à profit pour expliquer aux néophytes le B.A. BA du pilotage de la performance et de la conception des tableaux de bord.
Mais sans pour autant chercher la lapalissade, le bon sens commun nous fera aussi remarquer que dans tous les cas :
On ne mesure que ce qui est mesurable !
Une évidence me diriez-vous. Comment pourrait-il en être autrement ? Pourtant toutes les formes de progrès ne s'évaluent pas systématiquement en données quantifiées. Il existe des notions bien plus subjectives qui mériteraient un traitement qualitatif.
Lire la suite...

L'audit du tableau de bord


Dis-moi quels sont tes indicateurs je te dirai comment tu pilotes.

Un homme se rend chez son médecin et lui explique qu'il a mal partout. Il suffit qu'il se touche une partie du corps pour immédiatement ressentir une douleur : « Je me touche la tête, j'ai mal, je me touche le bras, j'ai mal, je me touche la jambe, j'ai encore mal ... Ce nest pas grave, répond le docteur, vous avez simplement mal au doigt... »

L'audit du système décisionnel et des tableaux de bord de pilotage en pratique

tableau de bord Plantons le décor : Vous êtes chargé de l'audit d'un nouveau système de pilotage fraichement mis en service.
La nouvelle direction informatique vient en effet de se réorganiser et a révisé de fond en comble son processus de décision.
Paraît-il même que le projet de gouvernance du système d'information longtemps en gestation serait quasimenent prêt.
Le nouveau système de pilotage et d'aide à la décision est la brique fondamentale de ce vaste projet. Tout le monde l'a bien compris et c'et bien pour cela que l'on fait appel à l'expert, vous en l'occurrence.
Lire la suite...

Mesurer la performance individuelle


La mesure de la performance individuelle n'a vraisemblablement jamais autant été encensée que ces dernières années.
Elevée au rang de culte, la politique du chiffre ou son euphémisme la culture du résultat, n'est pas exempt d'effets pervers. En cherchant à favoriser exclusivement l'émergence de nouveaux "stakhanov", ce mode de management désormais universalisé se positionne en totale opposition de phase avec les attendus de la société de la connaissance, fondée sur une coopération libre et étendue.
Les effets dévastateurs d'un tel mode de management sont déjà très nettement perceptibles au sein des entreprises dès que l'on cesse d'écouter les discours encenseurs de la direction et des relations publiques et que l'on s'attarde un peu sur les pratiques de terrain et leurs conséquences.
Lire la suite...

Manager un projet, une question de bon sens


Le facteur humain est la clé du projet

"Faire preuve de bon sens, en substance, c'est prendre conscience que le facteur humain fait toute la différence. C'est bien là le principal reproche que l'on peut faire aux modes de conduite de projet traditionnels. Ils sont trop instrumentalisés, et le facteur humain a été oublié. Seuls le choix de la méthode, l'exécution des procédures et le suivi des temps et des dépenses sont considérés comme dignes d'intérêt.

Des instruments de production...

Les femmes et les hommes ne sont perçus qu'en terme de compétences, c'est-à-dire comme des instruments de production. Pourtant, il n'est guère besoin de se livrer à de longues explications pour prendre conscience que l'humain est présent dans toutes les phases du processus. Ce sont bien des hommes qui décident de la portée et de l'enveloppe budgétaire du projet, ce sont encore des hommes qui le réalisent, et ce sont toujours des hommes qui utiliseront au final le système, une fois celui-ci déployé.

Mais qui prend les décisions ?

Toutes les décisions sont prises par des femmes et des hommes dont la rationalité est influencée par leurs sensations, leurs émotions et leurs ambitions. Comment espérer réussir un projet d'entreprise si l'on prend un soin méticuleux à le déshumaniser sous une couche d'instruments formalisés ?
Lire la suite...

Limiter les risques du projet


Le manager n'était pas causant...

Aussi bien conçu que puisse être un tableau de bord, il ne prendra jamais la décision à votre place... Et lorsque la problématique tend à devenir complexe, lorsque l'incertitude envahit le terrain et que le doute s'instaure, on est bien seul pour décider...ou ne pas décider.

Un bon décideur est un rationnel avant tout dit-on. Pleinement informé, il juge froidement les données à sa disposition et choisit toujours la meilleure alternative.
Bon. Ok.
Encore faut-il être pleinement informé !

Ce qui est loin d'être le cas en situation complexe. Il est en effet assez rare de tenir toutes les cartes en main pour bien apprécier le risque. Notre vision est partielle et de plus, comme disait Herbert Simon, notre rationalité est limitée.
Pour étendre les limites de la rationalité, il n'est d'autres solutions que d'échanger avec ses pairs qui, utilisant un autre prisme (déformant) de la réalité, l'observe depuis un angle de vue différent.
Ainsi, le « parfait » tableau de bord sera complété d'une palette d'outils de communication facilitant l'établissement de relation d'échanges, impromptus ou continus. C'est en effet le seul moyen pour mieux cerner ce diamant multi facettes et insaisissable qu'est la réalité d'une situation à un instant donné.


Lire la suite...

La bonne méthode et la création de valeur


Dans tous les cas, la réussite d'un projet passe nécessairement par la case « méthode »

Qu'est-ce qu'une bonne méthode ?

métaphore médicale bonne méthode

Un jour, au cours d'une formation, on me proposa la réponse suivante : "la bonne méthode, c'est celle qui me permettra d'atteindre mes objectifs sans que j'ai à me poser trop de questions. Pas plus compliqué !..." Un peu lapidaire comme définition mais terriblement juste. Développons.

Définition

Une méthode peut être définie comme la formalisation des règles de réussite d'un projet. Conçue selon un processus dit « inductif », elle synthétise les expériences passées afin d'en extraire les fondamentaux ou bonnes pratiques. Une fois formalisée, elle propose un cadre de travail balisé pour conduire le projet. C'est le processus déductif. Ainsi, l'utilisation d'une méthode digne de ce nom permet de profiter pleinement de l'expérience du ou des concepteurs.
Lire la suite...

Un petit tour sur le front de la Business Intelligence


Le marché de la Business Intelligence est en pleine effervescence

. Au fil de la décennie écoulée l'offre s'est bien structurée et les PME sont plus que jamais une cible de choix....

Désormais, l'informatique décisionnelle ne mérite plus le qualificatif de "marché de niche" dont elle fut longtemps affublée. La Business Intelligence est un secteur dit "porteur", elle semble en effet un peu mieux résister à la crise que les autres domaines des technologies.
La Business Intelligence affiche encore aujourd'hui un taux de croissance à faire pâlir les autres secteurs de l'industrie du progiciel. Cela dit, avant de se livrer à des comparaisons hasardeuses, on va encore attendre un peu que les parts de marché soient suffisamment significatives.
Lire la suite...


Et l'ergonomie dans tout ça ?


Ergonomie et Business Intelligence

Depuis quelques temps déjà, les éditeurs d'outils d'aide à la décision font pas mal de bruit. A grand renfort d'annonces marketing, ils tentent de mettre en avant l'originalité et le côté incontournable des solutions proposées.
C'est de bonne guerre. Il est vrai qu'un grand pas a été accompli et désormais, on touche du doigt l'intégration globale de l'ensemble des étages de la chaîne décisionnelle.
Espérons simplement que les contraintes imposées par la logique de standardisation, chère aux éditeurs de progiciels, ne deviennent pas le nouveau challenge des entreprises. Mais de cela on en a déjà parlé dans un billet précédent. Ce n'est pas sur ce point que je souhaite attirer votre attention, mais plutôt sur la question de l'ergonomie, où depuis déjà quelques années, l'innovation me semble sérieusement en panne.
J'entends déjà mes contradicteurs ! Comment il y va celui là ! Qu'est-ce qu'il lui faut... Et pourtant...


Lire la suite...

Data Visualisation au service de l'analyse des données


Analyse graphique des données décisionnelles

J'ai mis en ligne un premier volet consacré à la "data visualisation" ou "analyse graphique des données" dans le chapitre Business Intelligence du site piloter.org.
Bien exploitée, la data-visualisation de nouvelle génération s'avère un puissant instrument d'analyse là où des outils plus classiques révèlent leur impuissance notamment face à l'abondance des données et à la complexité des situations. Le rôle de l'analyse n'est autre que de mieux comprendre les données, de révéler un enseignement caché.
Il existe aujourd'hui pas mal de travaux autour de la visualisation graphique des données pour trouver de nouvelles représentations et mieux extraire le sens porté tout en facilitant la communication. Pour capter l'attention de son auditoire, le graphique a tout intérêt à être esthétique sans pour autant tomber dans le piège de la recherche du spectacle aux dépens du passage du sens et de la compréhension commune. Sur cette page du chapitre analyse du dossier Business Intelligence, vous trouverez une explication un peu plus complète, quelques outils et des ressources de référence.


Lire la suite...


Formation tableau de bord


Cours en ligne les tableaux de bord de l'entreprise

Formation entrepreneurJ'ai repris la formation aux tableaux de bord du site www.piloter.org/mesurer et je l'ai mise en ligne sur youtube. C'est une sensibilisation à la méthode Gimsi® et à la conduite du projet Business Intelligence.
Le premier chapitre de ce cours s'attarde le temps qu'il faut pour exposer les principes du management de la performance en entreprise. C'est une phase indispensable pour bien comprendre le rôle et les fonctions d'un outil de tableau de bord et bâtir ainsi un véritable instrument d'aide à la décision.
Ensuite les trois autres chapitres présentent les étapes de la méthode Gimsi. Pour mémoire, Gimsi est une méthode de conception et de réalisation du système décisionnel de l'entreprise centré sur les tableaux de bord. C'est un guide pour mettre en oeuvre une solution de Business Intelligence au service des utilisateurs - décideurs.


Lire la suite...


Business Intelligence et aide à la décision


Business Intelligence et aide à la décision

La Business Intelligence n'a d'autre finalité que de faciliter le processus d'aide à la décision dans l'entreprise. Ce n'est pas en réduisant la BI a un assemblage de briques technologiques que l'on accèdera à cet ambitieux objectif. Sur le plan technologique, la BI remplit les fonctions suivantes : collecte, stockage, analyse et présentation. Une grande majorité des concepteurs de solutions BI, influencés par les éditeurs de progiciels il est vrai, se contentent de ce schéma et prennent pour argent comptant le postulat suivant :
il suffit de mettre à la disposition des décideurs le maximum d'informations pour qu'il prennent la bonne décision"

Ce n'est pas ainsi que se déroule le processus d'aide à la décision. Nous le savons depuis déjà plusieurs décennies, en tout cas depuis les travaux de Herbert Simon autour de la rationalité limitée.

  • En premier lieu il est impossible d'être pleinement informé et ce, malgré le phénomène "big data". La possibilité de collecter et d'analyser de très grande quantité de données a en effet réveillé le mythe de l'homo oeconomicus que nous pensions bien enterré.
  • En second lieu, chaque décideur a des préoccupations bien précises selon les activités qu'il pilote. C'est uniquement pour celles-ci qu'il souhaite une information plus complète afin d'éclaircir un peu mieux sa perception de la situation, de mieux évaluer les risques en quelque sorte et de prendre la décision qui s'impose le cas échéant. C'est pour cela que ce livre de référence est centré sur le tableau de bord afin d'être au plus près des besoins des décideurs.

Lire la suite...

Le projet Business Intelligence centré tableau de bord


La V6 est sortie !

La nouvelle édition des nouveaux tableaux de bord des managers est disponible en librairie dès aujourd'hui. Cette 6ème édition a été entièrement refondue et remise à jour. Elle profite en effet des retour d'expériences de l'utilisation de la méthode Gimsi sur le terrain pour différents secteurs d'applications, dans le privé comme dans le public, dans l'industrie comme dans les services, en France comme à l'étranger. Pour mémoire, la méthode Gimsi, décrit en 10 étapes le processus de conduite d'un projet Business intelligence centré sur les besoins précis des décideurs.


Lire la suite...


Projet Business Intelligence


Les points d'inflexion du projet BI


1 Business Intelligence et aide à la décision
Le projet Business Intelligence 1
Postulat fondamental : Quel que soit le type de décision que vous soyez amené à prendre, vous aurez toujours besoin de disposer d'informations validées et actualisées. C'est ainsi. Le processus de décision commence invariablement par une phase de collecte des informations.
Lire la suite...

Management démocratique


Tower Colliery une autogestion exemplaire

la mine Tower Colliery, une auutogestion exemplaireCette mine du pays de Galles fut rachetée par l'ensemble de ses salariés à l'époque où Maggie Tatcher, Tina pour les intimes (There Is No Alternative) avait décidé de casser le syndicalisme particulièrement actif chez les mineurs.
Après les grandes grèves des années 80, les puits étaient systématiquement fermés les uns après les autres. Lorsque ce fut le tour de Tower Colliery en 1994, les mineurs décidèrent de ne pas en rester là. Ils investirent la totalité de leurs indemnités de licenciement (8.000 Livres) pour racheter la mine. Puis, ils mirent en place une coopérative autogérée, fondée sur un management démocratique.

Le principe est simple. Toutes les décisions importantes sont prises en assemblée générale et tout le monde vote : un homme = une voix. Les dirigeants et cadres du Board sont élus ainsi.

Après le redémarrage, une des premières décisions fut d'augmenter significativement les salaires hebdomadaires, puis de mettre en place une véritable couverture maladie accident assurant le salaire jusqu'à 15 mois d'arrêt. Ingénieurs et cadres de haut niveau furent recrutés en assemblée générale, eux-mêmes devenant à leur tour sociétaires de la coopérative après avoir payé leur quote-part : 8000 Livres Sterling.


Lire la suite...


Le poste de travail de l'utilisateur Business Intelligence


Le poste de travail idéal de l'utilisateur de la BI

Un peu de prospective pour terminer cette série d'articles consacrés au projet Business Intelligence.

Au cours du premier billet de cette série, nous nous étions attardés sur la réalité des sources d'information du décideur.
Toutes les données susceptibles de devenir des informations utiles à la prise de décision ne passent pas systématiquement par le système d'information de l'entreprise.
Loin s'en faut.
Seules les données formelles et de surcroît structurées sont à même d'être stockées dans les bases de données de production et récupérables par les outils de collecte (ETL) afin d'alimenter la base décisionnelle, le Data Warehouse.
Ainsi, pour assister au mieux le décideur en situation, le poste idéal comportera les moyens d'accéder aisément, autant aux données formelles structurées et non structurées qu'aux données informelles.
Lire la suite...


Rentabilité des projets BI


Finalité du projet Business Intelligence

Encore récemment et en dépit des discours émaillés de bons sentiments et de résolutions définitives, les projets informatiques ne visaient qu'une seule finalité : Rationaliser les processus..
L'investissement informatique devait alors se traduire par l'éternel couplet, symbole de la réussite de la société industrielle : produire plus et moins cher.
Le ROI (Return On Investment) n'était alors pas bien difficile à calculer.
Dans une grande majorité des cas, même s'il était de coutume de ne pas le chanter sur les toits, la rentabilité du système informatique se mesurait en nombre de postes supprimés. L'usine sans papiers, chère aux fans de la pyramide du CIM (Computer Integrated Manufacturing) des débuts 80, masquait en fait une ferme volonté d'accéder à l'usine sans hommes.
Lire la suite...

BI, informations & Aide à la décision


Considérons maintenant les informations dites formelles

Restons modestes, au mieux 20 % d'un tiers de l'information nécessaire au décideur serait disponible au sein du Data Warehouse...

Les informations formelles se classent elles-mêmes en deux catégories distinctes :
Les informations structurées et les informations non structurées.
Les premières sont bien sûr les informations que l'on peut ranger plutôt aisément dans une base de données : résultats et autres données quantitatives.
Les secondes sont bien plus délicates à gérer. Ce sont les mails, courriers, rapports, compte-rendu de réunion, dont il faut extraire le sens avant de pouvoir les exploiter.
Lire la suite...


Projet Business Intelligence et aide à la décision


Le projet Business Intelligence, les informations pour décider

Postulat fondamental :
Quel que soit le type de décision que vous soyez amené à prendre, vous aurez toujours besoin de disposer d'informations validées et actualisées. C'est ainsi.
Le processus de décision commence invariablement par une phase de collecte des informations.Ceux qui vous affirment avec aplomb décider en toute situation à l'instinct, avec leurs tripes, "with the guts", ne procèdent pas différemment.
Ils sont simplement parvenu au stade du processus où l'on prend effectivement la décision. Ils ont déjà accompli cette phase de collecte des informations. Ensuite, c'est bien en s'appuyant sur sa propre expérience et sa personnalité que l'on estime le risque et que l'on envisage les potentialités des alternatives pour prendre ou ne pas prendre la décision.
Lire la suite...

Formation à la Business Intelligence


Cours Business Intelligence gratuit

Le chapitre Business Intelligence a été profondément restructuré afin de coller au plus près des critères que l'on pourrait attendre d'un document d'auto formation, d'un cours en ligne.
Ce dossier comporte désormais 85 fiches pratiques organisées en 12 sections thématiques. Il est recommandé, dans le cas d'une auto formation rapide comme une sensibilisation pour manager, de parcourir les sections de ce cours en ligne dans l'ordre de présentation (voir aussi le guide de formation "acceléré" disponible directement sur le site piloter.org). Bien entendu, rien n'empêche le lecteur un peu plus averti de "butiner" à volonté les fiches pratiques de ce dossier.
Lire la suite...

Network : A perfect world


Un monde parfait...

" Et nos enfants vivront pour voir ce monde parfait, un holding immense et oecuménique, dans lequel tous les hommes détiendront des actions..."

NETWORK  (1976)

de Sidney Lumet
avec Faye Dunaway et
William Holden.

Intro :
Un animateur style journal du 20 heures craque et confie à l'antenne son point de vue personnel sur les thèmes du moment. Coup de chance, l'audimat remonte. Il est ensuite persuadé par la nouvelle direction de se lancer dans l'apologie du nouvel évangile : l'économie de marché.


Lire la suite...

Une réunion efficace


L'art et la manière de conduire une réunion...

Une réunion efficace ce n'est pas bien compliqué. Il suffit de respecter quelques règles de préparation et d'organisation du déroulement.

  • Un motif et un ordre du jour précis
  • Des participants correctement ciblés
  • Un déroulement minuté.
En conclusion :
  • Un plan d'actions,
  • Un ou plusieurs responsables nominativement désignés,
  • Un calendrier
  • Un compte-rendu.
Facile non ?
En exemple, pour illustrer le propos, une réunion rondement menée...
Contexte : Société Martin, Lundi 10h30.
Motif de la réunion : Retard de développement d'un nouveau produit. Le client a dépassé le stade de l'inquiétude et commence à faire sérieusement chauffer le téléphone.
Bref, ça ne va plus.
Réunion de travail d'urgence.


Lire la suite...


Booster l'intelligence collective


Booster l'intelligence collective, couverture du livre Le perfologue a lu pour vous : Booster l'intelligence collective de Olivier D'Herbemont (Armand Colin 2012)

De la complexité des projets

L'accroissement de la complexité des projets est quelque part la caractéristique la plus saillante de notre époque, vue en tout cas sous un angle professionnel.

C'est par ce juste constat que l'auteur introduit son étude publiée aux éditions Armand Colin. La taille des projets est en effet en continuelle augmentation.

La concurrence toujours plus aiguë accroît la pression et impose une accélération de tous les cycles. Le développement technologique continu accentue la dépendance technique de tous les acteurs.
Lire la suite...


Qui prend réellement les décisions ?


L'inoxydable Homo oeconomicus

Le modèle du décideur, Homo oeconomicus, omniscient et omnipotent semble inoxydable.
Malheureusement...

décideurL'image d'Epinal soigneusement entretenue présente le Décideur avec un D majuscule, omniscient et omnipotent qui, en toute conscience, sûr de lui, prend toujours la bonne décision. Quel est le problème ? Le décideur, homo economicus parfait, consulte ses éléments, analyse avec soin le pour et le contre et Pif ! Paf !
La décision est prise.
Elle est nécessairement bonne, puisque c'est lui le Décideur.

Cette image du décideur, qui me rappelle quelque part de vieilles BD de Gotlieb, du temps de Pilote et des dingo-dossiers semble reprendre du poil de la bête dans l'imagerie populaire.
Pourtant, la question de la décision en entreprise est à mon avis un poil plus complexe que cela.
Pesez le pour et le contre et choisissez.
Ok facile.
Mais peser quoi ?...
Qui aujourd'hui dispose de tous les éléments pour évaluer en toute conscience avant de trancher ?
Lire la suite...


Critique du livre How de Dov Seidman


Revenir à la question du Comment travaillons nous

Le perfologue a lu pour vous : HOW de Dov Seidman (Dunod 2011)
Dans un monde hyperconnecté et hypertransparent tel le notre aujourd'hui, il n'est guère concevable d'envisager une quelconque réussite durable sans une profonde réforme des modes de pensées économiques et managériaux.

Les problèmes sont bien trop complexes pour être résolus en persistant à conserver les principes de l'entreprise du XXème siècle.
Fondées sur le modèle de la forteresse, les entreprises n'ont foi que dans l'individualisme et la continuelle compétition. Ceux qui gagnent aujourd'hui et gagneront demain ont déjà révisé en profondeur leur éthique. Ils se posent clairement la question du comment Non pas le « comment faire » qui succède au « quoi faire ». Avec ce type de raisonnement, nous resterions dans le schéma classique. Il s'agit là du « comment se comporter » Quelle est la meilleure manière de se comporter vis à vis de ses clients, de ses employés de ses partenaires ou de ses concurrents ?
Lire la suite...


Il faut sauver les banques !


Le sucre

Un film de Jacques Rouffio ( Sept morts sur ordonnance)
Avec Jean Carmet, Gérard Depardieu, Michel Piccoli, Roger Hanin, Claude Pieplu

Un ancien inspecteur des impôts (Jean Carmet) se laisse tenter par le démon de la spéculation sur les marchés à terme.
Sur les conseils d'un jeune fils de famille (Gérard Depardieu), rabatteur d'un requin de la finance (Roger Hanin), il engage la totalité de l'héritage de sa femme sur le "sucre" censé être le coup du siècle.
Lire la suite...


Quelle méthode pour trouver les bonnes idées ?


Une bonne idée commerciale, c'est ce qu'il me faut !

Idées innovation, le penseur de RodinNul besoin d'être un gourou de l'entreprise pour exprimer l'évident constat que seule une politique d'innovation, continue et sans cesse renouvelée, permet d'espérer l'assurance d'une rente durable et profitable.
Les clients aiment les bonnes surprises et sont sensibles à un renouvellement permanent de l'offre. De nouveaux marchés sont prêts à s'ouvrir pour ceux qui sauront innover, comme le démontrent entre autres W. Chan Kim et Renée Mauborgne dans leur étude la stratégie océan bleu.

Mais encore faut-il avoir des idées... Et de bonnes idées ! C'est-à-dire des idées susceptibles de se transformer à plutôt brève échéance en espèces sonnantes et trébuchantes, tout en limitant au maximum la prise de risques mal évalués.
Une définition un peu matérialiste de la bonne idée, mais qui colle assez bien avec les besoins de l'entreprise. Autrement dit, il ne suffit pas de se contenter de renouveler les gammes de produits ou de services après quelques infimes modifications "cosmétiques", de peindre en rose ce qui était en noir et vice versa, le tout relayé par une tonitruante campagne marketing. La corde est déjà bien usée.
Lire la suite...


Références du management


Quelques dossiers pour les managers

Ci après, un bref rappel des articles les plus récents publiés ces dernières semaines sur le site portail management de la performance et sur le site des Echos.
Tous ces articles sont en libre accès.
Douze articles au total et trois principaux thèmes : Le management de projet et notamment les méthodes agiles et la gestion des délais, la gestion de trésorerie sur le site contrôle de gestion et quelques compléments à propos du management d'entreprise.
Lire la suite...

Informatique décisionnelle et stratégie


Le projet décisionnel est étroitement lié au déploiement de la stratégie

Lors de la réalisation du projet d'informatique décisionnelle, les préoccupations technologiques ont fortement tendance à occulter les attentes des utilisateurs en matière d'aide à la décision. Il ne sera pourtant guère possible d'assurer une aide à la décision efficace sans associer le projet d'informatique décisionnelle à la question du déploiement de la stratégie.

Je vous propose quelques éléments de réflexion à propos de la dimension stratégique du projet décisionnel sur le site piloter.org, au chapitre Business Intelligence.
Lire la suite...


La Business Intelligence pour tous, une réalité ?


Démocratiser les outils d'aide à la décision

Il y a déjà pas mal d'années, quelques sagaces experts remarquaient bien justement qu'au delà des contingences technologiques, l'architecture des systèmes informatiques était toujours à peu près en phase avec le principe organisationnel en vigueur. Ainsi, du temps de l'entreprise monolithique, le système informatique était ce monstre central inaccessible aux vulgaris salariés, véritable Minotaure logé dans son labyrinthe climatisé, nourri sans relâche par ses fidèles servants, de bandes et de cartes perforées.

Puis, l'entreprise s'est peu à peu disloquée pour adopter une organisation en services et unités indépendantes, classés par la suite selon un radical barème : centre de coûts, centre de profits. L'informatique est alors « départementale » avec l'essor des « minis ».


Lire la suite...

Perspectives Business Intelligence


Carré magique

Le Gartner Group publie ces jours-ci le traditionnel "carré magique" de la Business Intelligence. Je laisse de côté la critique du "top 50" des éditeurs, les "up" and "down" et les commentaires de rigueur. Le thème est bien développé sur le site et suffisamment commenté par les spécialistes de la Business Intelligence présents sur le web.


Lire la suite...


Business intelligence et tableau de bord


Le dossier PDF Business Intelligence

La Business Intelligence en 15 fiches pratiques


Un nouveau dossier réservé exclusivement aux lecteurs de la toute dernière édition des nouveaux tableaux de bord des managers, la 5ème, parue tout récemment et disponible en librairie et chez les libraires en ligne.
Ce dossier PDF de 15 fiches pratiques, une manière de "digest" du projet décisionnel en entreprise est bien entendu gratuit. On le télécharge directement ici :
Ebook Business Intelligence
Munissez-vous de l'ouvrage et répondez simplement à la question posée. Rien de plus simple.
Au programme
Lire la suite...

Nouveaux tableaux de bord


Vos tableaux de bord sont-ils adaptés au pilotage de la performance ?

Les tableaux de bord sont au coeur du processus de management de la performance. La qualité et la cohérence du système d'information décisionnel conditionnent la réussite de la stratégie déployée.
Encore faut-il que les tableaux de bord soient conçus méthodiquement, qu'ils mesurent toutes les formes de performance et qu'ils assistent du mieux possible les décideurs en situation.

Les nouveaux tableaux de bord des managersLes nouveaux tableaux de bord des managers
Le projet décisionnel dans sa totalité
Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
490 pages 33,50 Euros
Téléchargez le dossier pdf
Best-seller auprès des managers, chefs de projet et consultants. 35.000 exemplaires vendus

ISBN-13: 9782212556476

Pour aller plus avant ...


Lire la suite...


L'organisation orientée prise de décision


A lire, "The decision driven organization " signé Marcia W. Blenko, Michael C. Mankins, Paul Rogers, un très bon texte paru récemment dans la version papier de la Harvard Business Review et disponible en téléchargement libre sur le site de la revue.

En substance : la qualité du processus de décision d'une organisation conditionne sa capacité à réagir et à innover. Pourtant cette question fondamentale n'est que trop rarement considérée lors de la remise à plat du schéma organisationnel d'une entreprise ou de tout autre structure. Cet étude propose une démarche concrète en 6 étapes afin de reformer efficacement une organisation.

Pour pousser plus avant, c'est bien la totalité du système décisionnel ou Business Intelligence qu'il s'agit de bâtir afin qu'il colle au plus près avec l'ensemble du processus de décision et qu'il remplisse enfin son office...
Je reviendrai d'ici peu sur ce dernier point avec un développement plus construit... A suivre
Lire la suite...


Le modèle de la poubelle ou les solutions avant le problème


Les décisions sont-elles toujours rationnelles ?

C'est ainsi qu'on les juge...Après coup en tout cas.
Prenons un simple exemple.
Comment, dans vos entreprises, définissez-vous la priorité des projets ? garbage modelToujours après une étude d'opportunité rondement menée avec une définition précise de l'urgence... ou plutôt en tenant compte de la disponibilité des ressources ?
Il y a déjà pas mal de temps, nous avions monté, avec un collègue de l'époque, une petite boîte de développeurs spécialisés dans les problématiques d'informatisation de la production industrielle.
L'automne, était particulièrement propice pour effectuer notre marché auprès de nos clients et récupérer un ou deux projets conséquents à notre échelle, afin de démarrer correctement l'année suivante. Les responsables de division disposant de queues de budget, et nous sachant disponibles (nous étions peu nombreux sur le créneau et les besoins étaient alors énormes), profitaient de l'opportunité et « découvraient » de nouvelles urgences. Les priorités des projets étaient rapidement chamboulées...Il est aussi vrai qu'avec le temps, les « queues de budget » se sont plutôt raréfiées...)
Curieuse approche de la décision me diriez-vous. Mais est-elle vraiment originale ?


Lire la suite...

la prise de decision en groupe


Comment prendre des décisions en équipe ?

Manager une équipe c'est aussi dynamiser la prise de décision en groupe.
Comment garantir l'expression de chacune des individualités pour un échange plus riche et une décision pleinement acceptée ? Pas si facile.
Si on souhaite éviter le consensus mou des genoux il s'agira de s'intéresser sérieusement au processus de la décision en groupe.
L'influence néfaste de la pression du groupe est l'un des travers les plus courant. Lors d'une collecte d'avis, au moment de s'exprimer il n'est pas toujours aisé d'être en contradiction avec la majorité. Non seulement il faudra défendre sa position, mais d'une manière bien plus subtile, on aura toujours un peu tendance à adhérer à la thèse communément partagée même si au fond de nous même nous sommes en total désaccord. On parle alors de norme de groupe...
Ce travers assez connu des spécialistes en psychologie sociale est assez facile à expérimenter.
Lire la suite...

Gouvernance du SI en pratique


Gouvernance, méthode pratique

Pour illustrer la mise en oeuvre d'une gouvernance du SI, je vous propose sur le site piloter.org un nouveau dossier complet : Mettre en place la gouvernance du système d'information, méthode pratique" .
L'exemple choisi pour support n'est pas l'un de ces éternels cas d'école où tout tombe miraculeusement juste pour confirmer la méthode ou la théorie du moment. J'ai sélectionné un cas réel d'entreprise informatisée avec son histoire et ses particularités.
Même si elle n'est qu'ébauchée sur ce site, cette étude cherche à montrer l'importance de la connaissance du terrain pour mieux laisser s'exprimer le bon sens. Du pur pragmatisme en quelque sorte.
Lire la suite...

Piloter par les enjeux ...Facile à dire


Informaticiens, vous pensiez avoir tout vu en informatique ?

Et bien non !
Il paraît que maintenant vous devez adopter une vision globale et piloter les projets par les enjeux !
Selon certains gourous, ce serait la recette miracle pour réussir les projets d'intégration IT.
Eh bien tiens donc !
Pourquoi pas, cela dit. Il est vrai que nous sommes tous prêts à sortir de temps en temps la tête du guidon. Encore faudrait-il ne pas être en permanence en phase de sprint. Sinon, ce n'est qu'un slogan de plus à afficher sur les murs comme ils en fleurissaient dans les entreprises à une époque pas si lointaine.
En théorie, tout le monde est parfaitement conscient, informaticiens compris (et oui !), de l'importance d'une prise de recul et de l'opportunité d'adopter une vision globale. Mais en pratique, sur le terrain, ce n'est pas si évident. Comment peut-on imaginer résoudre la multitude de problèmes techniques inhérents à tout projet avec la tête hors du guidon et le regard porté loin devant ?
Lire la suite...

Un tableau de bord, ce n'est pas bien compliqué


Pas si difficile que cela

Lorsque l'on maîtrise bien son besoin, concevoir un tableau de bord,  ce n' est pas bien compliqué. Explications...

Maintenant que l'on commence à se connaître, je peux vous le confier : Construire un tableau de bord, ce n'est pas bien compliqué.

Si si, je vous l'assure.
Choisir les indicateurs, composer le un tableau de bord , configurer l'outil, il n'y a pas vraiment de quoi en faire tout un plat.
Souvent, les indicateurs vous les connaissez déjà. La composition du tableau de bord ne demande qu'un peu de logique élémentaire. Et la configuration de l'outil, avec le niveau de performance ergonomique des produits proposés aujourd'hui, ce n'est pas non plus une affaire. Non.

Construire un tableau de bord, ce n'est pas compliqué du tout.
Et surtout, ne vous inquiétez pas, je ne casse pas la baraque en disant cela. C'est simplement une réalité !


Lire la suite...

IT Gouvernance ITIL COBIT et ROI


Gouvernance du SI tout commence par un changement de mentalité

Ainsi, on appelle Business Intelligence ce qui n'est en fait que du reporting. Le CRM ne dépasse pratiquement jamais le stade de l'automatisation des forces de ventes. Quant au KM,après quelques velléités de capitalisation de connaissances indépendamment des cerveaux qui les détiennent, on se contente d'en parler, sans agir, fuyant toujours les possibilités de partage et d'échange horizontaux offertes par la technologie actuelle. (3)
Quelles sont les caractéristiques de ces projets ? Non seulement ils ne réforment pas la structure en place mais en plus le ROI semble visible, quasi palpable (mais attention, en apparence seulement). C'est d'ailleurs pour cela qu'ils ont été choisis. La gestion globale du portefeuille de projets est en fait bien plus opportuniste que raisonnée. Traitant les problèmes au coup par coup et sans vision globale, elle n'évite pas les redondances et se rapproche bien plus souvent qu'on ne le pense du modèle de la "poubelle" .


Lire la suite...


Auto-gestion, l'entreprise adulte


Pourquoi ne sommes-nous pas tous patrons ?

Vous en avez ras la casquette du management par le stress (Orange stressé : Le management par le stress à France Télécom & Suicide et travail : que faire ?), vous vous sentez pris au piège d'un salariat corvéable à merci (Travailler plus pour gagner moins : la menace Wal-Mart), vous n'avez pas du tout confiance dans un paternalisme de légende tout droit sorti du XIXème (Michelin : ils dénoncent la pression au travail), vous craignez l'extension de l'emploi jetable (Le quai de Ouistreham) et le modèle Toyota ne vous fait pas rêver (Toyota : L'usine du désespoir).
Il existe pourtant d'autres manières d'organiser la création de valeurs sans être pour cela contraint de subir en permanence les abus managériaux. L'inexorable financiérisation exacerbe déjà suffisamment les lois de la concurrence sans encore en rajouter.

L'auto-gestion, un mode de survie en environnement chahuté ?

L'auto-gestion par exemple, un modèle d'organisation fondé sur des principes démocratiques(1), est bien mieux adapté aux fonctionnements horizontaux tels que l'on devrait les pratiquer. Lorsqu'il est bien appliqué, ce mode d'organisation à l'échelle humaine est suffisamment mobilisateur pour relever des entreprises en faillite et vidées de leur substance par les ex-propriétaires. Même s'ils sont bien peu médiatisés, les exemples d'entreprises redressées depuis le passage en coopérative ne manquent pas.
Lire la suite...

Indicateur et risque de la décision


Prendre le risque de décider

Pour expliquer le principe du tableau de bord on utilise souvent la métaphore de la voiture. Cette métaphore n'est pas juste...

Le Syndrome chinois

J'ai éprouvé une certaine nostalgie lors de la projection du " syndrome chinois", (cf Lorsque le cinéma devance la réalité). L'histoire se déroule essentiellement au coeur même d'une salle de conduite. J'ai en effet réalisé mes premiers tableaux de bord au sein d'unités de conduite de ce type. J'étais avec quelques collègues parmi les tous premiers à introduire des postes de conduite à base de systèmes informatiques graphiques et interactifs au début des années 80, au sein d'unités de production dans l'industrie et notamment celle du process en continu (industrie chimique, raffineries...)...

Origines de Gimsi

C'est là que j'ai compris la puissance d'un indicateur bien choisi; comment l'homme responsable en charge d'une unité autonome, automatisée mais fragile pilotait et essayait d'en tirer le meilleur.
Jack Lemmon est parfait dans son jeu de chef de quart qui doit prendre ses responsabilités, piloter le risque et utiliser uniquement ses indicateurs clés pour assurer son action.
C'est dans cette relativement longue expérience auprès de ces hommes qui savent mesurer le risque qu'il faut chercher les origines de Gimsi ®. C'est pour cela qu'elle est essentiellement centrée sur l'homme et le risque de la décision.


Lire la suite...


La modélisation de la décision


Les effets pervers de la modélisation simplificatrice

Avant de lancer un  projet, sommes-nous toujours sûr de percevoir la réalité de l'organisation, ou nous contentons nous seulement d'un modélisation autant simplificatrice qu'illusoire ?

illusion J'ai reçu ce mail : « Finalement, vous êtes de ceux qui pensent que la décision n'existe pas... »
Pas du tout. Bien sûr que la décision existe. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Tout le tracé de notre vie est balisé des décisions que nous avons prises à un moment donné. Et à relire le billet de Lundi dernier, il ne me semble pas énoncer cette contre-vérité.
En revanche j'affirme que le culte du modèle décisionnel de l'homo oeconomicus (celui qui prend ses décisions en toute conscience car il sait calculer et est toujours pleinement informé) est non seulement simpliste à l'extrême, mais aussi dangereux dans ses conséquences.
Lire la suite...


Comment utiliser le data mining ?


Le datamining en pratique, une expérience de terrain

Si vous voulez faire parler le data mining, commencez donc par nettoyer vos données....

Image d'un mineur pour symboliser le data miningCas pratique.
A noter, je ne cite ni le nom ni le type de produit afin de respecter l'anonymat.
Cette légitime omission ne nuit en rien à la compréhension du texte.

L'entreprise K, leader de son créneau, est sur un marché particulièrement complexe en terme de clientèle. K en effet propose une gamme de produits couvrant autant les besoins des particuliers que des grands comptes. Jusqu'à ce jour, l'approche commerciale était particulièrement cloisonnée et seules les techniques de segmentation trouvaient grâce aux yeux de la direction.
Le nouveau responsable marketing a, à juste titre, souhaité moderniser les outils afin de « transversaliser » l'analyse et décloisonner un tant soit peu l'approche classique.
«Accédons à la connaissance "client", elle est déjà dans les tuyaux. ...»


Lire la suite...

Collecter les données


La Collecte des données ou de l'importance des préliminaires....

La phase la plus importante d'un projet se situe bien en amont du lancement proprement dit. On parle alors de l'avant-projet.
Cette caractéristique n'est pas propre aux projets technologiques. Lors de grands travaux de génie civil, le terrassement, la consolidation des sols, la préparation des fondations peuvent représenter une part importance du projet que ce soit en terme de coûts, de délais ou de compétences techniques à mobiliser.
La qualité de l'ouvrage dépendra directement du soin accordé à ces travaux préparatoires.


Lire la suite...

L'Intelligence collective en pratique


Expert vs Intelligence collective.

Que ferait-on aujourd'hui, sans experts, prévisionnistes et autres spécialistes de la prospective ?
Une décision délicate à prendre ? Quelle chance ! J'ai justement un expert sous le coude, prêt à éclaircir la problématique. Sauvé !
Pas un domaine ou une activité n'échappe à cet engouement pour les experts et prévisionnistes. La politique, les marchés boursiers, la météo, la circulation routière.
Ah ! mon rêve, être prévisionniste chez Bison Futé : «Ne prenez pas la route samedi 1er août, Bison Futé prévoit une journée rouge dans le sens des départs » Ben voyons ! Reconnaissons que Bison Futé ne se trompe jamais. Si les embouteillages prévus n'ont pas eu lieu, c'est tout simplement que les automobilistes ont bien suivi les recommandations. Aussi simple que cela ! C'est d'ailleurs la force des prévisionnistes de toujours retomber sur leurs pattes.
De toutes façons ils ne sont pas prêts de disparaître. En ces temps d'incertitude, je les verrais plutôt se multiplier.


Lire la suite...


Data mining : Les chercheurs de trésors


Oú sont les pépites ?

Ils sont rigolos les nouveaux chercheurs de trésors.La plage commence à peine à se vider et déjà ils débarquent avec leur poêle à rallonge en main, le casque bien ajusté sur les oreilles.Data Mining
Ils sont prêts à ratisser méticuleusement les quelques kilomètres de sable. Ah ? Quelque chose ? Un bip ? Il creuse un petit peu... Le signal se précise... Il creuse encore... Le signal devient fort. Ah ah ! Là il y a vraiment quelque chose ! 

Une bague en or ornée de rubis ? Un vieux camé, unique souvenir d'un parent regretté ? Une broche relique d'un amour perdu ? Fébrile, il s'accroupit et fouille avec son outil passoire. Il ne trouve rien. Il pose la poêle et remonte sa manche pour creuser avec sa main. Pas de bol pour cette fois. Ce n'est qu'une capsule de bière. Mais l'optimisme est là. Et il continue à chercher en espérant qu'un(e) pauvre malheureux(se) ait perdu un bijou de valeur. Sympa comme démarche....
Lire la suite...


The take, des usines sans patron


Une expérience d'autogestion à grande échelle

2001, la crise en Argentine. Fuite massive des capitaux. Les avoirs des argentins de base sont bloqués. C'est le sauve qui peut. Les usines ferment, les patrons vendent ce qu'ils peuvent, oublient de payer les salaires en retard et prennent le large.
Ici et là, les ouvriers des usines au chômage forcé ne se laissent pas abattre. Ils se remontent les manches, occupent les usines vides, se remettent au travail et relancent la production et l'économie du pays.
Ocupar, resistir y producir.
        Autres articles...
 Autogestion, l'entreprise adulte
 Jack Welch, strategie, actionnaires et coopératives
 Management democratique Tower Colliery
 Intelligence collective en pratique


Lire la suite...

Historique de la Business Intelligence


Les origines de la BI

Les origines de la Business Intelligence, depuis Hans Peter Luhn en 1958 jusqu'a la BI 2.0 en passant par les DSS Decision Support Systems Peter G.W. Keen et Michael S.Scott Morton et Howard Dresner...

Lire la suite...

F.A.Q Piloter la performance


Questions et réponses pilotage de la performance

Classement thématique des principales questions posées à propos du management de la performance. Cette série en 6 chapitres est aussi un point d'entrée transversal du portail.
Lire la suite...

F.A.Q Manager le projet


Questions fréquentes "Gestion de projet"


Lire la suite...

F.A.Q Gouvernance Developpement Durable


Questions fréquentes "Gouvernance et Développement Durable"


Lire la suite...

F.A.Q Indicateur KPI


Questions fréquentes "Indicateurs de performance"


Lire la suite...

F.A.Q Tableau de bord


Questions fréquentes "Tableau de bord"


Lire la suite...

Faits et foutaises dans le management


Management : pourquoi ça ne marche pas

couverture du livre Jeffrey Pfeffer , Robert Sutton
Vuibert
265pages 28 Euros
Méthode systématique pour démolir les demi-vérités pernicieuses et les croyances idiotes qui empoisonnent trop souvent la vie des entreprises...

4ème de couverture

  • * Ce qui fait marcher les gens dans l'entreprise et ailleurs, ce sont les incitations financières...
  • * La réussite d'une entreprise repose avant tout sur sa stratégie...
  • * Une entreprise doit savoir maîtriser le changement...
  • * Ce qu'il faut à une entreprise, c'est un grand leader...
Autant d'exemples d'affirmations péremptoires que vous avez sans doute déjà entendues... et pour cause, puisqu'elles inspirent fréquemment le management et les prises de décision dans les entreprises. Et si elles étaient fausses, ou seulement partiellement vraies ? Par exemple, et si les incitations financières avaient des conséquences qui altèrent la performance ? Et si se focaliser sur la stratégie plutôt que sur l'efficacité opérationnelle, c'était mettre à côté de la plaque ? Et si le changement était parfois pire que l'absence de changement ? Et si les "grands leaders" ne jouaient qu'un rôle mineur dans la performance de leur entreprise ?


Lire la suite...


Bois de Fausses-Reposes


Bucolisme

Corot34_1L'autre dimanche, Paris me pesait lourdement. Besoin de respirer, besoin de voir du vert, ne plus entendre mouliner en zone rouge les moteurs des automobilistes maladroits recommençant inlassablement leurs créneaux dans ma rue en pente.
Le plus simple: la banlieue Ouest, Parc de Saint-cloud et bois de Fausses-Reposes.
Cela faisait pas mal de temps que je n'avais pas traîné mes guêtres du côté de Ville d' Avray. J'ai retrouvé ces bois avec pas mal de plaisir et il faut le dire, un brin de nostalgie
Lire la suite...

Prendre une decision ad hoc


Le décisionnel : décision opératoire ou décision ad hoc ?

Si si, je vous assure. Les projets d'informatisation rentables sont aujourd'hui des projets dits "décisionnels".

décisionnel Eh ? Vous avez vu ? Le décisionnel a le vent en poupe. Si si, je vous assure. Les projets d'informatisation rentables sont aujourd'hui des projets dits "décisionnels".
Du coup, on libelle du flatteur qualificatif de "décisionnel" un peu tout et n'importe quoi. Il suffit de bâtir un projet ayant trait au traitement de l'information pour que ce dernier devienne un "projet décisionnel. Ou mieux encore, un bête système de reporting se voit lui affublé du titre flamboyant de : Business Intelligence ! ". Rien que ça !
Vous classez des feuilles en fonction de leur couleur : les rouges dans le panier rouge, les bleues dans le panier bleu et les vertes dans le panier vert.  Eh bien vous savez quoi ? Vous faîtes du décisionnel ! Véridique ! Et le système informatique qui vous indique la couleur et le numéro de la corbeille ? C'est un système décisionnel, bien entendu ! CQFD !
Mais dîtes-moi si je me trompe, mais quand même, l'informatique, c'est bien le traitement de l'information non ?  Alors l'informatique c'est du décisionnel si on va par là ...


Lire la suite...


Les progiciels de la Business Intelligence


Les progiciels de la Business Intelligence (informatique décisionnelle) répondent à trois besoins :

  • Collecter, nettoyer et consolider les données de l'entreprise étendue
  • Stocker les données
  • Exploiter l'information de l'entreprise étendue

Collecter : Les outils d'ETL (Extract Transform and Load)

outils BIL'aspect "collecte" est du ressort des outils d'ETL (Extract Transform load). Les systèmes d'information de l'entreprise sont hétérogènes. En dépit des efforts conséquents pour standardiser les outils informatiques (ERP), la disparité des formats des données stockées au sein des bases de production incompatibles deux à deux est toujours une réalité. Avant d'être utilisables, les données doivent être formatées, nettoyées (élimination des valeurs aberrantes et consolidées. C'est le prix à payer pour que les données deviennent des informations pertinentes, utiles au décideur en situation de décider. Les outils d'ETL (Extract Transform load) permettent d'automatiser ces traitements et de gérer les flux de données alimentant le Data warehouse ou le Datamart. C'est une étape fondamentale du projet décisionnel.
Lire la suite...

Formation et performance


Mesure de la performance de l'éducation

But, finalité, objectifs, performance
Dis-moi et j'oublierai, Montre-moi et peut-être que je retiendrai, Implique-moi et je comprendrai (proverbe chinois)

EnseignantBut, finalité, objectifs, performance, décisions, actions sont des notions indissociables. Ce n'est pas une règle, c'est encore moins une norme, c'est tout simplement ainsi dans la vie. Chacun d'entre nous poursuit son propre but avec ses propres objectifs fixés à plus ou moins brève échéance. Chacun d'entre nous décide et lance les actions les plus adéquates selon son sentiment, la situation, le moment, pour surmonter les obstacles, profiter des opportunités, et atteindre ainsi le plus efficacement possible les objectifs fixés.
Lire la suite...


Selection des objectifs


..

Les objectifs avant les indicateurs

Au cours du billet "Un tableau de bord ce n'est pas bien compliqué" je relevai le point d'achoppement que représente l'étape de choix des objectifs (étape 3 de la méthode Gimsi © ).
Il est en effet particulièrement ardu de sélectionner de véritables objectifs de progrès autant en accord avec la tactique choisie que les ambitions personnelles des utilisateurs concernés (1).

J'ai repris en totalité le site www.piloter.org/mesurer afin de mieux le spécialisé sur la question du tableau de bord. Piloter.org étant plus orienté le projet global de pilotage de la performance. Ainsi, les deux sites se complètent.
. Le site inclut un didacticiel afin de présenter et de décrire simplement les 5 phases fondamentales de la réalisation d'un tableau de bord.
Comme un bon chef de projet est un chef de projet averti, ce dossier expose aussi les 3 principales embûches qui, à mon avis, perturbe au premier chef cette étape fondamentale de choix des objectifs.

  • La carotte et le bâton
  • Le culte de la réussite individuelle
  • Passer de la logique produit à la logique client


Lire la suite...


Choisir les Indicateur clé de la performance. les KPI


KPI Indicateur de performance

Gare à la dictature de l indicateur
Vous devez mettre des indicateurs. Il faut placer des indicateurs. Voilà des recommandations en forme d'ordre que l'on entend de plus en plus souvent. Est-ce lié à une dérive des normes ISO qui recommandent légitimement de piloter les processus clés ?......

Lire la suite...


Dis-moi quels sont tes indicateurs et je te dirai qui tu es 1ère partie
Un indicateur pertinent, et donc utile, ne se sélectionne pas au hasard. Il est le fruit d'une profonde réflexion afin d'intégrer du mieux possible l'objectif poursuivi, la démarche mise en place pour l'atteindre et d'une manière un peu plus subtile : la personnalité du décideur...

Lire la suite les indicateurs


Lire la suite...

Concevoir et réaliser le tableau de bord d'entreprise


Le tableau de bord

L'entreprise est-elle irrationnelle ?
Concevoir le tableau de bord, un cas concret, une histoire réelle de terrain...

Lire la suite...


Un tableau de bord, ce n'est pas bien compliqué
Lorsque l'on maîtrise bien son besoin, concevoir un tableau de bord, ce n' est pas bien compliqué. Choisir les indicateurs, composer le un tableau de bord , configurer l'outil, il n'y a pas vraiment de quoi en faire tout un plat....

Lire la suite, un tableau de bord pas compliqué...



Lire la suite...

sigles et acronymes, je vous aime 2/2


Détourner les acronymes

Mais plutôt que de se creuser les méninges à chercher la signification d'un sigle (voir sigle et acronyme première partie), il est bien plus “sport” d'improviser sa propre interprétation. Les détournements d'acronyme, lorsqu'ils sont bien trouvés, sont révélateurs du sens profond, du vécu de terrain.
On essaie ?
Allez, je me lance.
Dernièrement, j'avais titré un billet ROI et TCO.
En remplacement du désormais consacré Return On Investment, il me semble préférable de traduire ROI par Le “Rituel Ovni de l'Informatique”.
Lire la suite...

Le syndrome chinois et le risque du décideur


Le décideur face au danger

Lorsque le cinéma devance la réalité : Le syndrome chinois avec Jane Fonda , Michael Douglas et Jack Lemmon.
Ce week-end j'ai revu Le Syndrome chinois avec Jane Fonda , Michael Douglas et Jack Lemmon.
Le film date de 1979 et relate un accident dans une centrale nucléaire camouflé au public afin de ne pas être contraint de stopper trop longtemps la production d'energie et de disposer de toutes les autorisations pour en construire une nouvelle. Rassurez-vous brave gens. Les centrales sont sécurisées ! ...
Chaque élément est vérifié 1 fois, 2 fois, 3 fois, chaque soudure est radiographiée. Bref, faites confiance au contrôle qualité. Mais Jack Lemmon, chef de quart et responsable de la conduite de l'unité met en doute certaines soudures. Il se rend compte que le contrôle qualité a été bâclé. Toutes les soudures n'ont pas été vérifiées... Le danger est réellement là.
Bon j'arrête là mais ce film est une bonne étude du paramètre humain avec toutes ses contraintes et défauts dans un monde régulé par la procédure et la norme d'une part et par la politique et la loi des marchés d'autre part. Peu de semaines après la sortie du film, c'était l'accident de la centrale de three Mile island. Et aussi, revoir ce film ne manque pas de rappeler l'accident de la navette Columbia ou encore le trop fameux nuage de Tchernobyl.
Certains critiqueront le côté un peu hollywoodien de la mise en scène et la mise en avant du journalisme d'investigation. C'est en tout cas une bonne préparation à la question du risque zéro...


Lire la suite...


Equiper les PME


Quel progiciel pour la PME ?

Un gérant d'une PME du Sud-Ouest me fait part de ses difficultés pour trouver un équipement informatique adapté à ses propres besoins et à son budget. Il est vrai que le marché des PME est longtemps resté le parent pauvre des équipements en matière des technologies de l'information...

j

Des solutions inadaptées

La grande majorité des solutions s'adressent essentiellement aux grandes entreprises. Pourtant, en France notamment, les PME représentent 99% des entreprises et emploient 2 salariés sur 3. Ce n'est pas rien ! Les éditeurs de progiciels de type ERP ne sont d'ailleurs plus sourds à ce secteur du marché. Bien au contraire. La reprise des ventes de licences repose de plus en plus sur l'équipement des PME. Restent à fournir des solutions adaptées.

Si une grande entreprise peut se payer des mois et des mois de développement maison type ABAP pour écrire ses propres règles de gestion au sein du maelström généré par les progiciels éléphantesques, ce ne sera pas le cas de la majorité des PME. Le créneau des prestataires « métiers » est toujours à prendre.
Dans le cadre du décisionnel, la question se pose différemment.

Si la chaîne décisionnelle est toujours plus complexe, il est tout à fait possible, et même recommandé, de démarrer simplement. Excel ®, par exemple, est amplement suffisant pour créer quelques tableaux de bord de pilotage. Le temps d'apprécier les bienfaits de l'aide à la décision et d'en recueillir les fruits. Par la suite, lorsque le système d'aide à la décision prend de l'ampleur, il est temps alors de jeter un coup d'oeil du coté des progiciels spécialisés. L'utilisateur est alors bien plus averti et connait, sur le plan fonctionnel, en tout cas ses besoins.

Excel dans sa livraison de base dispose en standard de fonctions d'aide à la décision particulièrement évoluées. Le solveur, les scénarios, et surtout, les tableaux dynamiques (pivots tables) que vous pouvez connecter simplement à un cube OLAP extérieur. Voilà de quoi satisfaire les plus curieux.
Lire aussi : "l'essentiel du tableau de bord" dédié à la conception et la construction d'un tableau de bord de pilotage avec Microsoft Excel.
Lire la suite...


Comment dissocier le bruit de l'information ? Avec bon sens


la décision, les données et le bruit...

Pour prendre une bonne décision, il faut disposer de données propres, précises et validées. Ok. Bien sûr. Nous sommes tous d'accord. Mais est-ce suffisant ? Il n'est peut-être pas inutile de savoir aussi lire et trier les données avant de pouvoir espérer en extraire la substantifique moelle. A ce sujet, une petite pointe de bon sens ne sera pas superflue...
Bruit et données La mise en place de la structure de collecte des données et d'alimentation du système décisionnel est une phase essentielle du projet. Longue et coûteuse, c'est aussi la plus ingrate.

Au cours d'un projet Business Intelligence un poil conséquent, l'équipe de développement achevait de bâtir une première tranche de la structure d'alimentation, fournissant des données *propres* et donc *utilisables* au système global d'aide à la décision. Le coût et la durée de l'opération, conséquents comme il se doit, suggérèrent quelques réflexions de techno-fiction.
Lire la suite...


La soumission forcée


Le pied dans la porte et la  soumission forcée en pratique...

Où l'on commence par une histoire vécue pour présenter une des plus vieilles arnaques du monde : "le pied dans la porte" et où l'on poursuit avec la présentation du best seller "Petit Traité de Manipulation à l'Usage des Honnêtes Gens"
humour manipulation

Je me ballade dans Paris, boulevard de Clichy. Depuis que l'allée centrale est aménagée, le boulevard semble retrouver sa fonction première : un lieu de flânerie. Une bande de jeunes ados, sûrement du lycée Jules Ferry juste en face, glandent sur un banc. Ils me voient arriver.

La plus dégourdie du groupe, vraisemblablement, m'aborde pour me demander l'heure. Ca tombe bien, pour une fois j'ai une montre. Le temps de me rappeler dans quelle poche j'ai bien pu la glisser, elle enchaîne immédiatement : "Et vous n'auriez pas 1 Euro ? "Je regarde le poignet de la copine qui, entre temps, s'était rapprochée : elle portait une montre...

Elles étaient purement et simplement en train de me faire le "coup du pied dans la porte" !
Une technique si bien décrite par Joule et Beauvois dans ce super bouquin  de vulgarisation socio-psy: Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens (si vous ne l'avez pas encore lu, n'hésitez pas toutes les références sont en bas de l'article)
Lire la suite...


Réorganisation - Délocalisation


Une histoire réelle de réorganisation où tout le monde a été trompé, les salariés se sont engagés derrière le consultant, mais les dés étaient pipés d'avance. la délocalisation était déjà programmée...

Une réorganisation rondement menée

réorganisation - DélocalisationJ'ai eu des nouvelles de Mark, un collègue Canadien. L'année passée, il avait entièrement réorganisé une PME (150 personnes, environ 130M$ de CA) de Kamloops (BC).

Il avait réussi ce tour de force pas très commun de convaincre et de mobiliser la plus grande part des salariés de cette PME à la notion de qualité et de performance.

J'avais d'ailleurs assisté à une réunion de travail en tant qu'observateur muet...
Quelle pêche ! Un bel enthousiasme partagé et une réelle envie de participer. Bref, la boite était bien remise sur les rails. On n'attendait plus que les premiers résultats tombent.


Lire la suite...


Bibliographie du management


La short list bibliographique du manager averti

Les livres à lire pour exercer efficacement son métier de manager
Tous les livres présentés ici sont cités dans le texte : définition du management

Tu seras un chef : Le management dans l'entreprise
de Gérard Layole
Éditions : Les Empêcheurs de penser en rond

"Adoptant la forme du guide pour futur manager, ce livre dénonce, en manière de pamphlet, le coté machiavélique et donc manipulateur du management en pratique."

www.amazon.fr


Cultivez votre charisme. Comment développer votre pouvoir de conviction.
de Chilina Hills
Éditions Eyrolles


Lire la suite...


Blog Piloter la performance En 9 verbes


Piloter la performance dans une dimension de développement durable

Piloter efficacement la performance en environnement complexe n'est pas vraiment une sinécure.
La performance est un concept multi-facettes qui ne se satisfait pas toujours de l'équation simpliste et destructrice de valeurs : réduire les coûts pour augmenter les profits. Dans une optique de développement durable il s'agit d'aborder la question dans toutes ses dimensions. La problématique du pilotage de la performance est ici organisée en 8 verbes qui sont autant de recommandations pour le responsable souhaitant cumuler les atouts avant d'aborder cette question essentielle.
Lire la suite...


Comment réussir son echec


Humour projet décisionnel

Quelquefois, prendre à contre-pied une situation donnée, facilite la compréhension du message.
Le "faîtes comme cela et vous êtes sûr de vous planter" donne un peu de consistance à la recommandation et, à l'occasion, eveille en chacun d'entre nous des souvenirs plus ou moins heureux...
Il y a quelques années, je m'étais laissé aller à l'exercice et j'avais mis en ligne un
petit guide pratique "Le projet décisionnel : comment réussir son échec en 10 leçons".
A mon avis il est toujours d'actualité.

Il commence ainsi :
1 Commencez par choisir l'outil. Il est forcément très bien puisque toute le monde en parle...

2 Ne questionnez pas les utilisateurs, de toutes façons ils ne comprennent jamais rien...

3 Pourquoi perdre du temps à étudier précisément les besoins ? On a choisi un progiciel configurable !

4 Surtout ne dérangez pas la direction ! Contentez-vous de lui présenter les factures...


Lire la suite...

L'autre performance


Anti-consommation ou décroissance ?

Comment ? Vous ne connaissez pas la Royal Enfield India ?  Il faut réparer cela immédiatement !
Ou comment mieux comprendre la définition de "performance"...

Moi, c'est un fait, j'aime à me balader de l'autre côté de l'atlantique.
Après avoir certifié à l'immigration que je n'avais pas été un nazi dans les années 30 en Allemagne et que je n'étais pas un espion recherché, j'ai retrouvé cette atmosphère si particulière à cette terre de contraste bien loin de l'image Bushienne actuelle. Rita m'attendait à l'aéroport. Elle m'avait réservé une surprise. L'an passé nous avions travaillé ensemble sur un projet, et je venais pour participer à la touche finale : un Big Show de réception comme il se doit. Mais la surprise était ailleurs, dans le garage de sa semi-detached. Elle était là. Une superbe Royal Enfield. Rouge. « Riviera Red ». Rita, anti-consommatrice convaincue s'était enfin détournée des marques régnantes du monde de la moto pour adopter ce remake de vieille anglaise à la « India touch ».
Mais parlons un peu de la Royal Enfield...


Lire la suite...

Decisionnel et cartographie


Décisionnel et géolocalisation

Pentaho dashboard et Google MapsEquiper un tableau de bord de pilotage d'un outil performant de cartographie, contribue à accroître significativement le confort d'utilisation et la pertinence de l'outil. C'est d'autant plus juste lorsqu'il s'agit d'évaluer la réalité de performances régionales en fonction des potentialités locales.
J'aborde cette question essentielle dans le livre L'“essentiel du tableau de bord” au cours de la description de la fiche pratique numéro 7. L'outil Mappoint permet notamment d'intégrer des cartes géographiques dans Excel.
A noter, dans la même logique Pentaho, l'outil de BI Open Source désormais bien connu intègre ni plus ni moins que Google Maps


Lire la suite...


Et l homme dans tout ca ?


Balanced Scorecard "humains"

Un article intéressant publié sur le site Camagazine.com et signé de Robert Angel et Hubert Rampersad.

http://www.camagazine.com
Cet article fait le point sur l'utilité des Balanced Scorecards (vaste sujet !).
Remarque : il s'agit d'une traduction. Les termes "tableau de bord équilibré" et TBE ont été utilisés à juste titre pour traduire celui de "Balanced Scorecard". Cependant, de temps à autre, le qualificatif "equilibré" est oublié (notamment dans le titre et la première partie) ce qui peut prêter à confusion avec les autres approches de conception de systèmes de tableaux de bord.

la version anglaise est ici : http://www.camagazine.com/index.cfm/ci_id/26179/la_id/1.htm


Lire la suite...

Manager le projet


Gestion de projet

4 conseils pour un jeune chef de projet
Le rôle du chef de projet n'est pas particulèrement aisé. Il s'agit en effet de conduire une réalisation qui n'est pas toujours bien définie, qui n'est pas toujours bien acceptée, avec une équipe qui n'est pas toujours parfaitement cohérente.

Lire la suite...


3 réflexes pour un jeune chef de projet
Il est difficile pour un débutant de mesurer à sa juste valeur l'importance de la communication la plus étendue possible quelles que soient les circonstances et de repérer les inévitables influenceurs. Il faut s'être frotter à plusieurs projets pour connaître l'importance de lever ses yeux et d'ouvrir ses oreilles au-delà du seul contexte de travail.

Lire la suite...


Bilan, reporting et compte-rendu
Quels sont les pèges de la multiplication des reportings lors de la conduite des projets délicats?

Lire la suite...



Lire la suite...

La confiance en dieu Progiciel


Lorsque l'on commence par choisir l'outil...

L'usage d'un progiciel exonérerait-il les concepteurs des étapes préalables du projet décisionnel ? Il en existe encore pour le croire...

Il n'y a pas si longtemps, j'intervenais en conseil de « dernier recours » sur un projet de pilotage en déroute à base de Balanced Scorecard.
Bon, le Balanced Scorecard n'est pas vraiment ma tasse de thé .
En tout cas, pour que l'approche soit opérationnelle, il s'agit d'en accepter le principe et les limites, et de se placer dans l'esprit des concepteurs. On utilisera la méthode des Balanced Scorecards de Kaplan et Norton pour implanter des Balanced Scorecards et non pour résoudre un besoin plus ou moins vague de pilotage. Point.
Comme il s'agit d'une méthode de pilotage globale, la mise en oeuvre du Balanced Scorecard exige un travail de fond conséquent aussi bien au niveau de l'organisation que des mentalités. ...


Lire la suite...

On fait le chemin en marchant


Cherche ta route, trouve ta voie. Depuis que l'on est en âge de décider, ou tout au moins de donner son point de vue, on entend ces conseils en forme de règles de conduite.

Mais quelle est donc cette voie tracée quelque part, juste pour toi, juste pour moi, juste pour elle, juste pour lui  ?  En tout cas, elle n'est pas facile à trouver. J'en connais qui la cherche encore jusque tard dans la vie sans jamais la rencontrer.
Existe t-elle vraiment ?  Antonio Machado dans ce merveilleux poème extrait de "Proverbios y cantares" nous fait part de son point de vue sur la question : (Extrait)


Lire la suite...

Integration, data warehouse et Google OneBox


Facteurs d'utilité et de performance du système Data Warehouse

La qualité de l'intégration des données au sein du Data Warehouse est désormais reconnue comme le principal facteur conditionnant la réussite du système décisionnel.
C'est dire si cet aspect du projet Business Intelligence mérite un soin particulier.
Il ne faudrait pas pour autant que ce point, quoique essentiel, mobilise la totalité des efforts de conception. L'ensemble du projet est complexe. Il serait ainsi peu judicieux de ne pas consacrer autant d'attention à l'épineuse question de l'organisation des bases décisionnelles.
Lire la suite...

Mise en oeuvre d'une stratégie efficace


La stratégie selon Robert Kaplan

Pour Robert Kaplan, si 90% des démarches stratégiques passent à côté de leurs objectifs, ce n'est par manque de formulation mais bien en raison des difficultés d'implantation.

Il est vrai que la notion de stratégie a toujours été marquée par une théorisation un peu poussée à l'extrême. Et cet excès de théorisation, qui enveloppe la notion de stratégie d'une sorte de voile intouchable pour le commun des mortels, est vraisemblablement le principal handicap à son extension. Cela dit, ce n'est pas vraiment de théorie dont on a besoin actuellement mais bien de mise en pratique....

Comme le relevait avec pertinence Robert Kaplan, si 90% des démarches stratégiques passent à côté de leurs objectifs, ce n'est par manque de formulation mais bien en raison des difficultés d'implantation. La mise en oeuvre de la stratégie implique en effet une mise en cohérence de l'organisation et des mentalités. Aux prises avec la complexité, l'entreprise du 21ème siècle est plutôt en quête du cumul des intelligences et d'une franche prise de responsabilité afin de devenir totalement réactive que de dilution de la décision dans une pyramide ultra hiérarchique.
Les stratégies les plus opérationnelles parleront plutôt d'alliance et de coopération que de destruction et d'élimination. De plus, dans un monde caractérisé par la rapidité du changement, il est aussi prudent de tenir compte des stratégies émergentes comme Henry Mintzberg les avait plutôt bien exposées dans ce livre critique de l'excès de planification et toujours d'actualité et d'ailleurs récemment réédité.


Lire la suite...


Le marché des progiciels décisionnels


Le marché des progiciels décisionnels : ça bouge...

Depuis quelques années, le marché des éditeurs d'outils décisionnels est en pleine restructuration.
« Concentration » semble d'ailleurs être le mot clé pour décrire cette évolution....
Lire la suite...


Manipuler les indicateurs


Comment choisir les mauvais indicateurs

Quelques news...
De la manipulation des indicateurs,  et aussi le film The Corporation pour mieux comprendre le statut et le rôle de l'entreprise, et pour finir une enquête sur les décideurs...


Effectivement, comme le suggère un lecteur, la question de la manipulation de l'indicateur est une réalité et c'est bien pour cela qu'il est important de toujours connaître le mode de calcul, ne serait-ce que pour repérer les changements intempestifs. Il est aussi "pratique" en tout cas à des fins politiques de ne pas choisir le bon indicateur. Ainsi, par exemple, l'indicateur de mesure du chômage n'est vraisemblablement pas la meilleure mesure du taux d'activité. Etant donné qu'il ne comptabilise que les inscrits, il ne reflète pas la réalité de l'emploi ou plutôt de la pénurie d'emploi d'un pays. Son opposé : le taux d'activité mesurant le taux effectif de personnes en activité par rapport à la population totale est nettement plus parlant, bien qu'il faudrait ensuite le corréler avec les taux de contrats temporaires et de temps partiel toujours en croissance. Il faut aussi pister dans l'entreprise ces indicateurs dévoyés, appuyant la politique mais pas le progrès....
Lire la suite...


La dérive technologique du data warehouse


Pourquoi  une telle course au gigantisme des data warehouses

Est-ce simplement parce que la technologie le permet ?

Savez-vous combien de pages contient la base de recherche de Google ?
Quelques dizaines de milliers de milliards (30.000 Milliards déjà en 2012 d'après la Wikipédia)
Bon. Combien de pages consultez-vous régulièrement ?
Pas tant que cela j'imagine... Chacun prend vite ses habitudes et se limite à ses centres d'intérêt.
Autre question : Savez-vous combien de pages de textes pourrait-on stocker dans une base de 1Tera Octets ?
...

1 Tera octet c'est 1.000.000.000.000 octets.
A raison de 3000 octets par page, je vous laisse faire le calcul....
Le tera-Octet, c'est aussi la nouvelle unité de stockage des Data Warehouses. En tout cas d'après le vendeur que j'ai rencontré dernièrement, on y coupera pas ! (remarque, ce texte est assez ancien, il a été écrit il y a une bonne dizaine d'années)
Ne me dites pas qu'avec autant de données, vous ne trouverez pas l'information essentielle !
Ah ! Bon ? Vous n'êtes pas sûr de trouver l'information décisive ?
Vous ne pensez pas que de disposer d'autant de données améliorera la qualité de vos décisions ?
Et pourquoi donc ?
Ah parce qu'il vous faut pouvoir accéder aisement uniquement aux données qui vous intéressent, les autres vous vous en fichez !
Très bien. Et quelles sont les données qui vous intéressent ?
Ah voilà la question.
Cela dépend comme dirait l'autre...
En fait c'est bien par là qu'il faudrait commencer.
Par où ?
Et bien par définir quelles sont les données qui nous intéressent et les rendre facilement accessibles.
Alors pourquoi des data warehouses aussi gigantesques ?
Parce que la technologie le permet !

C'est un peu vrai et d'ailleurs Teradata avait publié un papier à ce sujet.
Cela dit, il ne faut pas jeter la pierre à la technologie. Elle n'est pas responsable du manque de structure. Car c'est bien par la question de structure qu'il faut commencer. En tout cas pour de classiques Data Warehouse. Toutes les entreprises ne sont pas prêtes à passer au Big data (voir ici le dossier big data"). Le Big Data exige un investissement compétent, non seulement dans la technologie mais aussi dans la compétence. Sans un spécialiste de l'analyse et des managers bien sensibilisés donc bien formés la technologie a elle seule ne sert pas à grand chose... Revenons à la question du Data Warehouse plus classique :
Lire la suite...


Communautés de pratique et performance


Rencontre avec Cyril Docquin, fondateur de Allquality (www.allquality.org) une communauté de pratique dédié à la qualité.

La tâche du responsable qualité n'est pas toujours aisée.
Précurseur des métiers transversaux de l'entreprise,  sa mission le conduit à intervenir à tous les niveaux, au coeur de  chacune des fonctions.
Dans nos entreprises encore porteuses d'une lourde structure hiérarchique et toujours fortement  cloisonnées, on comprend aisément les difficultés rencontrées au quotidien par cet acteur essentiel.
De surcroît, le métier est encore jeune. Le qualiticien, souvent isolé, ne peut se référer qu'à ses seuls pairs, oeuvrant dans d'autres activités, d'autres types d'organisations.  Pour faciliter ce travail d'échanges et de communication Cyril Docquin a eu la géniale idée de concevoir une « communauté de pratique » gratuite et ouverte à tous :  Allquality.org. 
Propos recueillis par Alain Fernandez

Lire la suite...


Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2016 Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog ««