Management de l'entreprise

Tag Humour management

A lire : Les billets Humour management du Blog

Lorsque le client essaie de communiquer avec l'informaticien...


Humour dialogue informaticien et client

Pas facile le métier d'informaticien. Traduire pour une machine particulièrement têtue et butée un besoin mal exprimé, faut le faire ! Bon je suis d'accord, quelquefois les informaticiens en oublient d'écouter le client...


Lire la suite...


Communiquez qu'ils disaient ...


humour communication performance

Il n'est guère possible de parvenir à l'amélioration de la performance globale sans préciser au préalable un référentiel commun. Pour cela, encore faut-il s'accorder pour définir un sens commun aux termes employés pour exprimer la performance. Chaque métier possède son propre registre lexical. C'est indispensable pour accomplir sa tâche et communiquer avec ses partenaires.
Lire la suite...


Le dictionnaire des nouveaux entrepreneurs


Depuis que la marchandisation systématique et la maximisation des profits sont devenues l'idéologie officielle des politiques de droite comme de gauche (la com.pé.ti.ti.vi.té qu'ils disent...), s'il y a un cocu dans l'histoire, c'est bien celui qui se lève tôt pour aller trimer dès potron-minet.humour entrepreneur, chef des ventes
Mais bon entre nous, il n'a qu'a faire comme tout le monde et monter son entreprise.
C'est vrai non ?
D'ailleurs on rencontre de plus en plus de nouveaux entrepreneurs. Une génération spontanée peut-être....
Il n'y a pas si longtemps, au cours d'un séminaire, il y en a un comme cela qui m'interpelle pour me faire part de son point de vue. Comme de coutume, il se présente :
"Jean Boche entrepreneur, chef d'entreprise d'une TPE".
Une TPE, c'est une "Très Petite Entreprise" ou une "Toute Petite Entreprise" ? je lui demande.
Lire la suite...

L'art de faire des dettes


...Et de ne pas les payer

Vous êtes un jeune homme, 30-40 ans, bien sous tous rapports, d'autres diront "comme il faut" et malheureusement vous n'êtes pas fortuné.
Pourquoi ? Parce que la société est ainsi faite, la cupidité et l'ambition des uns lèsent les autres. L'état a donc une dette envers vous.
Une dette particulièrement justifiée. Vous êtes en effet quelque part à l'origine de l'essor économique du pays. Non pas en produisant bêtement, mais en sélectionnant avec intelligence et subtilité les meilleurs produits vous incitez les masses à la consommation.

Comment récupérer le confort qu'aurait dû vous conférer une fortune légitime ?
Tout simplement en vivant à crédit... Après s'être initié au plus vite à l'art de promener ses créanciers ! Les états modernes ne fonctionnent-ils pas ainsi ?
Lire la suite...


Elaborez votre cahier des charges Humour


Cahier des charges informatiques

Le dialogue

La représentante du prestataire confiante, elle est sûre de maîtriser la situation : "J'ai parfaitement compris ce que vous voulez ! Nous allons procéder ainsi..."

Le client est pour le moins perplexe : "???"


Lire la suite...


Sécurité informatique et malfaisance interne


"Le ver est dans le fruit"

Sécurité informatique, humour

  • Le DSI est réjouit et totalement rassuré : "Avec le nouveau Firewall, nous sommes protégés de toutes attaques extérieures. Nous allons enfin pouvoir travailler en toute sécurité !"
  • Le salarié brimé contraint de signer un contrat léonin : "Je ne suis pas si sûr..."
  • Le contrat : "Nouveau contrat avec diminution du salaire"

Les entreprises ne sont pas vraiment une grande bande de copains. Déjà il n'y a pas que des mecs sympas. Il faut apprendre à se méfier de tous ceux qui suivent une stratégie de reussite "toute personnelle".

Ensuite, la direction n'est pas nécessairement aux "petits soins" pour ses salariés. Au final, les vacheries, brimades et autres gracieusetés du même tonneau engendrent nécessairement inimitiés, jalousies et esprit de vengeance.
Conclusion : l'ennemi est aussi à l'intérieur.
Lire la suite...


Soigne ta comm !


Aïe, aïe aïe... La nouvelle version est arrivée...

Bug Intelligence artificielle, humour

Les chargés de communication des boites de services informatiques ne perdent jamais courage. Avec eux, la nouvelle release est toujours une véritable révolution. Faut dire aussi qu'ils sont payés pour cela.

Une fois installées, le masque tombe vite et les nouveautés ont toujours un arrière goût de réchauffé. Une seule constante, la version débarque toujours avec sa petite livraison de nouveau bugs en prime... De toutes façons, le client n'a pas le choix. L'éditeur lui a bien fait comprendre qu'il ne maintiendra plus les versions antérieures...

Le dialogue : Soigne ta comm !

Le Commercial exubérant et débordant d'enthousiaste : "Ces nouveaux ordinateurs sont tellement puissant qu'ils anticipent vos besoins ! On peut presque parler d'intelligence..."
Le client fataliste : "Ah Bon ?"


Lire la suite...


Comment utilisez-vous vos bases de données ?



Le bon usage des technologies dessin humoristique

Le dialogue

- Le DSI Doctoral : "Avec le nouveau système de bases de données, vous pouvez, avec une simple question, connaître la liste de tous les clients qui commandent d'habitude et n'ont pas commandé ce mois-ci"

- L'UTILISATEUR Enthousiaste :" Wahou ! Super ! : 'Donne-moi la liste de toutes les filles disponibles de la boîte qui ne me connaissent pas encore'..."

Commentaire

Et vous, vos bases de données, vous les utilisez comment ? Vous collectez des monceaux d'informations. Mais vous en faîtes quoi ensuite ? Comment mesurez-vous le Retour sur Investissement ?

Pour aller plus avant

Deux types de bases de données fondamentalement différentes... laquelle sera capable de donner la bonne réponse à cet incorrigible "dragueur" ?
Lire la suite...

Qu'est-ce qu'un bon client ?


Choisir les bons clients, dessin humoristique

Le dialogue

- LUI, enthousiaste : " Avec le nouveau système de CRM, vous pourrez identifier les mauvais clients : ceux qui discutent systématiquement les prix et exigent des remises ainsi que ceux qui demandent toujours de nouvelles études jamais concrétisées sans oublier tous ceux qui paient en retard"

- ELLE, sceptique : Moi j'en ai un comme cela : Il discute tous les prix, ses nouveaux projets n'aboutissent jamais et il paie toujours en retard. Seul hic, c'est mon seul client !

Commentaire

Connaître ses clients, les qualifier et les choisir sont un privilège que bien peu d'entreprises, a fortiori les TPE, peuvent se permettre. Cela dit, entre-nous, il faut aussi savoir faire des choix et éliminer sans regret les malfaisants qui nous pourrissent durablement la vie...

Pour aller plus avant :

o o o

C'est qui le bon client ?

Evaluer le ratio temps passé / rentabilité effective ( Et non la rentabilité promise !) permet, de temps à autre, de "remettre les pendules à leur place" comme on dit chez Seiko (à moins que ce soit Johnny. l'auteur de cette mémorable locution...;-)).
"Les clients qui sollicitent sans fin les services clientèles et se contentent de n'acheter que les produits d'appel et les promotions coûtent bien plus cher qu'ils ne rapportent !" ( voir le chapitre 4 des nouveaux tableaux de bord des managers

Ce petit dessin a été publié dans le livre "Le bon usage des technologies expliqués au manager".


Lire la suite...


Quel consultant êtes-vous ?


Les différentes facettes du métier de consultant

Consultant Le terme de consultant, exploité à outrance, est aujourd'hui particulièrement galvaudé. Plutôt que de préciser une réelle profession, il est utilisé à tort et à travers pour englober sous un libellé particulièrement séduisant un état difficile à définir .
"Vous faites quoi dans la vie ?"
"Je suis consultant. "
"Ah très bien ! Et cela consiste en quoi ? "
"Ben euh, c'est difficile à expliquer.... "

Pour vous aider à bien identifier quel métier se cache derrière ce terme générique, je vous propose cette petite typologie des consulting-boys  les plus courants. (Cela fonctionne aussi pour les consulting-girls) 

Le Consultant avec un grand "C"

Il y a les consultants des grands cabinets. Ils arrivent en équipe. Méga organisés qu'ils sont !
Ils ne parlent pas. Consultant donneur de leçonDe toutes façons ils n'ont rien à te dire. Et quant à t'écouter t'imagines pas !
Ils étudient les  chiffres, ils comptent, ils mesurent...
Pas de détails pour toi coco. De toutes façons tu coûtes trop cher. Et puis finalement tu sers à quoi dans la vie ?
Eux ils ont la leur à gagner.
C'est comme ça...

Le consultant indépendant

A l'autre extrème, il y a le petit mec. Le consultant indépendant, le freelance. Alors pourquoi on l'appelle lui ?
Et bien ce n'est pas compliqué, on fait appel à l'indépendant parce que :  soit Consultant indépendanton n'a pas les moyens de se payer un big cabinet... soit le big cabinet est trop cher... Et puis lui on le connaît, il est gentil et en plus il ne changera pas grand chose.... Bref, il va nous rassurer....
Cela dit ne nous méprenons pas, il y en a de  toutes sortes des consultants indépendants...

Le donneur de leçons

Il y a celui qui donne des leçons et définit les règles. Pour lui il n'y a pas à tortiller. C'est comme ça qu'il faut faire. Il sait parfaitement ce qu'il faut appliquer et tout le monde doit se plier à la règle.
Normal, c'est la règle.


Lire la suite...

Le Self Made Man à la française


Le grand patron et le journaliste obséquieux

Journaliste cireur de pompes La presse spécialisée vulgarisant le management cultive à l'envi le mythe des héros de l'entreprise, ces (supposés) self-made-men, devenus capitaines d'industrie. Selon les journalistes serviles à souhait, ces grands patrons fils de famille auraient accompli une carrière exemplaire digne d'un autodidacte ! À parcourir ces articles dithyrambiques (si on n'a rien de mieux à faire...), bien ingrat sera celui qui ne louange pas à son tour ces chevaliers des temps modernes, et n'essaie pas de leur ressembler... Dans la mesure de ses possibilités bien entendu, on ne mélange pas les torchons et les serviettes, faut pas deco*ner quand même !

Pour illustrer le propos, le portrait (presque) fictif d'un grand capitaine d'industrie, un battant, comme aiment à les présenter les revues spécialisées un poil « people ».

Le Journaliste : - Quel a été votre parcours ?
Le Grand Patron : - Oh si vous saviez ! J'ai fait tous les métiers ! Mais vraiment tous les métiers. J'ai d'ailleurs commencé comme ouvrier à l'âge de 20 ans !
J- Ouvrier ? C'est impressionnant ! Vous avez vraiment commencé au bas de l'échelle ! Racontez-nous...
GP- Oui bien sûr. Dans le cadre de mon école d'ingénieur, lors de la première année, un stage ouvrier était obligatoire. Et pour bien me faire comprendre la difficulté de la vie, cette même année, Père m'a contraint à poursuivre à ce poste durant les deux mois d'été !
J- Donc cette année là pas de vacances ! Vous avez vraiment été élevé par une main de fer !
GP- Ce ne fut pas une sinécure, mais cela a formé mon caractère de battant  ! Heureusement en septembre j'ai pu décompresser en effectuant un voyage découverte en Extrême-Orient...

Lire la suite...

Le risque, le tableau de bord et le droit à l'erreur


Humour risque de la décision

Le dialogue

  • Le consultant enthousiaste et positif : Avec le nouveau système de tableaux de bord, vous serez tous équipés pour prendre les BONNES décisions
  • Le cadre inquiet : Et quand on ne prend pas la bonne décision, c'est qui le responsable ? Le tableau de bord peut-être ?

Sommes-nous prêts à prendre des risques ?

Suffit-il de diffuser la Business Intelligence et ses outils tels que le tableau de bord, pour réformer les processus de décision des entreprises et plus généralement des organisations ?
Les outils d'aide à la décision, toujours plus sophistiqués, contribuent à mieux mesurer, apprécier et anticiper le risque de la décision.
Mais qu'en est-il du droit à l'erreur ? Comment le décideur sera-t-il jugé après coup ? Le sait-il au moins ?
A-t-il vraiment intérêt à prendre des décisions audacieuses, c'est à dire avec un risque difficile à appréhender ?
Pas vraiment...
Les décisions "ambitieuses" seront vraisemblablement jugées de "hasardeuses" si jamais on a tiré la mauvaise carte.
Sans un droit à l'erreur bien défini, Il vaut mieux demeurer autant que possible dans l'espace sécurisé, autrement dit éviter les décisions ambitieuses et se limiter à un minimum de prise de risques même si ceux-ci dont déjà bien évalués et parfaitement connus...
Lire la suite...

Intelligence collective et procédure


Vous ne souhaitez pas dynamiser l'intelligence collective et l'autonomie des équipes ? Alors soignez les procédures !

Pour tester la résistance des pare-brise d'avions, l'administration aéronautique fédérale américaine FAA avait mis au point un pistolet qui lançait des poulets morts.

Le poulet était propulsé à la vitesse d'un avion en plein vol. Si le pare-brise résistait au choc, cela signifiait qu'il ne subirait aucun dommage lors de la rencontre avec un véritable oiseau. Simple et efficace.
Lire la suite...


Comment fabriquer un décideur de terrain ?


Ah la délégation ! Aplatir la pyramide, réduire les niveaux hiérarchiques, responsabiliser les acteurs de terrain, ça fait des années qu'ils nous le répètent les experts ! Tous sans exception préconisent de diminuer le nombre de strates afin d'accélérer la vitesse de circulation de l'information et de dynamiser ainsi la prise de décision ! La seule méthode gagnante qu'ils disent.

Et vous alors qu'attendez-vous ? Pourtant ce n'est pas bien difficile !
Tenez, comme je ne suis pas trop vache je vous livre ici en exclusivité la recette la plus couramment pratiquée. En tout cas c'est ainsi que je l'ai vu faire.
Lire la suite...


Le consultant ne serait-il qu'un vendeur de salades ?


Un anonyme, désabusé j'imagine, a déposé cette remarque aussi brève que désobligeante en tant que commentaire de l'article : Choisir un consultant.
À mon avis, l'auteur de cette intervention, n'a pas encore bien compris le rôle joué par cette profession pour exprimer un propos aussi laconique qu'expéditif.
Bien entendu, comme dans tous métier, il y a les très bons et les bons, c'est sûr mais il y en a aussi de moins bons voire des mauvais et, disons-le, des très mauvais.
Peut-être n'a-t-il rencontré que des représentants des deux dernières catégories. Par exemple un consultant "junior" fraîchement sorti de l'école, supposément suivi (de très loin) par un "senior chevronné" ou encore un salarié d'un de ces cabinets qui ne voient que la phase de facturation comme unique finalité à la prestation. On comprend mieux son ton accusateur qui reflète une certaine exaspération justifiée. Quoi qu'il en soit, je propose une mise au point sur le blog de référence des entrepreneurs géré par Olivier Marone.
Lire ici : Vous, les consultants, vous n'êtes que des vendeurs de salades ! (enviedentreprendre.com)
Lire la suite...

Humour management


Humour et Management, quelques petits dessins...

1) Comment fabriquer un décideur de terrain
Le bon usage des technologies expliqués au manager

2) L'info économique
Le bon usage des technologies expliqués au manager

3) Le client parfait
Le bon usage des technologies expliqués au manager

4) Sous-traitance
Le bon usage des technologies expliqués au manager


Lire la suite...


Une réunion efficace


L'art et la manière de conduire une réunion...

Une réunion efficace ce n'est pas bien compliqué. Il suffit de respecter quelques règles de préparation et d'organisation du déroulement.

  • Un motif et un ordre du jour précis
  • Des participants correctement ciblés
  • Un déroulement minuté.
En conclusion :
  • Un plan d'actions,
  • Un ou plusieurs responsables nominativement désignés,
  • Un calendrier
  • Un compte-rendu.
Facile non ?
En exemple, pour illustrer le propos, une réunion rondement menée...
Contexte : Société Martin, Lundi 10h30.
Motif de la réunion : Retard de développement d'un nouveau produit. Le client a dépassé le stade de l'inquiétude et commence à faire sérieusement chauffer le téléphone.
Bref, ça ne va plus.
Réunion de travail d'urgence.


Lire la suite...


Le management collaboratif version collabhorratif


Connaissez-vous le management collabhorratif ?
Non ? Rien de bien surprenant cela dit, je viens juste de le formaliser...

En quelques mots, le management collabhorratif est un nouveau mode de management "Ré.vo.lu.tio.nnaire !" Voilà le mot ! Il sera vraisemblablement appelé à un succès certain... L'essayer c'est l'adopter !
Fondé sur le mapping des inimitiés, le management collabhorratif peut être perçu comme l'aboutissement de l'artisanal management par les conflits.
Lire la suite...


Vive la concurrence !


Ou comment mettre le bazar dans les services publics

Les promoteurs du libéralisme aiment à présenter l'avènement de la concurrence comme un bienfait pour les clients consommateurs.
"Avec la concurrence, vous êtes libre de choisir !"

201138_1Ne plus être soumis à un fournisseur unique  et pouvoir choisir en toute liberté en fonction de ses besoins du moment, il est vrai que l'avantage est de taille.
D'ailleurs, je reconnais  que je préfère franchement acheter mes produits frais sur un marché (concurrence) plutôt que dans une grande surface (fournisseur unique). Je peux ainsi comparer les étalages des différents commerçants et choisir librement et sans contrainte le rapport qualité/prix qui me convient.
Bon. Ok.
Mais peut-on sérieusement s'en tenir à ce type d'exemple simpliste pour affirmer que la concurrence est toujours au service du client ?


Lire la suite...


le partage la connaissance et la compétition individuelle


humour partage des connaissances et performance individuelle

Le monologue

  • Le protagoniste enthousiaste : "Partager les connaissances ? Je suis pour!" dit-il en tapant du poing sur la table pour donner plus de force à son propos.
  • Le même après réflexion : "Mais qu'est-ce que je raconte... A part moi, qui dans cette boîte à des connaissances à partager ?"

Ah le partage de la connaissance...
Dans un monde où l'on cultive l'individualisme et la performance personnelle, qui donc aurait envie de partager une connaissance durement acquise ?
Lire la suite...


Qu'est-ce que le marketing ?


Définition du marketing

Le marketing est la manière, plutôt que l'art, de "pousser"(1) produits ou services de telle façon que les clients, réels et potentiels, soient persuadés de choisir en toute liberté.
Le marketing n'hésite pas à puiser ses ressources au sein même des sciences sociales afin de réussir la transmutation du superflu en nécessaire, de l'inutile en essentiel.
Le marketing et son indissociable compagnon, la publicité, sont les enfants chéris de l'entreprise moderne. Pourquoi dépenser en Recherche et Développement, avec les inévitables risque d'échec lors de la mise sur le marché, lorsqu'il suffit de réhabiller ce que l'on a déjà en magasin et dont on maîtrise parfaitement la rentabilité ?
C'est justement là la finalité des métiers du marketing et de la publicité. Refaire du neuf avec du vieux. Ni vu ni connu. Les risques sont limités au maximum. Les exemples ne manquent pas. Ils vont de l'automobile au cosmétique en passant par les yaourts et la pharmacopée.
C'est bien pour cela que, même en période de crise, ces deux fonctions accaparent une bonne part des budgets dédiés au développement. D'ailleurs certaines mauvaises langues, dont je fais partie j'en conviens, ne voient l'innovation (2), tant vantée par les apôtres de l'entreprise, qu'en visitant les services marketing et publicité...
Lire la suite...

Performance Stock Option


Tu navigues sur quelle galère ?

9 heures 15, je suis à la bourre et le métro n'arrive pas.
5 minutes que j'attends, 10 minutes, presque un 1/4 d'heure maintenant. Avec le flux incessant de voyageurs occupant le moindre espace libre du quai, il va encore falloir jouer des coudes pour se trouver une place de sardine lorsque le métro daignera pointer son nez. Cela dit j'ai du pot dans mon relatif malheur, je suis assis.
Depuis quelques minutes déjà, je sens bien que mon voisin cherche à engager un brin de conversation.
Lire la suite...

Lorsque l'effet devient la cause


Lorsque l'effet devient la cause ou l' indicateur qui se mord la queue.

Une des erreurs les plus classiques lors du choix des indicateurs est « l'indicateur qui se mord la queue »....

Un indicateur qui se mord est la queue est un indicateur dont la conséquence agit directement sur la cause avec un mouvement auto-entretenu faussant l'appréciation.
Comment l'expliquer ? Ah ! Avec une petite histoire. Celle du trappeur et du sage indien.

Vous connaissez le grand nord Canadien ? Vous en avez entendu parlé en tout cas. Voilà l'histoire se déroule en des temps pas si lointains. Le personnage : un trappeur. La saison : L'été. Alors l'été, dans le grand nord Canadien c'est une courte saison entre la fin d'un long hiver et le début d'un long hiver. Notre ami le trappeur profite de cette courte période pour faire sa provision de bois. Car voilà. L'hiver il fait froid et il faut se chauffer. Il part donc en forêt, une turlute à la bouche (une chansonnette au Québec), abattre quelques arbres et les débiter en bûches de la taille adéquate pour entrer dans sa cheminée....


Lire la suite...

Utilisez les outils de communication


Le bon usage des technologies expliqués au manager

Les outils de communication facilitent les échanges...
L'anonymat c'est pas mal. A rapprocher du mode "parapluie" ou comment se couvrir en utilisant judicieusement la fonction de copie cachée. Cette fonction bien utile et bien pratique permet d'intriguer efficacement à peu de frais. Ainsi gràce à une fine sélection de messages expédiés en douce (copie cachée) à un tiers, vous pouvez en tout innocence construire deux versions d'une même situation. Sympa non ?
Lire la suite...


L'intelligence collective et la performance individuelle


humour partage des connaissances et performance individuelle

Le monologue

  • Le consultant promet monts et merveilles : Vous verrez ! Avec le portail (de connaissances partagées), vous pourrez accéder à TOUTES les informations de l'entreprise...
  • Le cadre malin qui connaît l'art du double-jeu :BRAVO! (Toutes ?... Enfin sauf celles que je garderai sur mon micro personnel) Se dit-il in petto...

L'information n'est pas un un produit comme un autre

Lorsque je donne une information je ne la perds pas pour autant. Ainsi si je donne une information et que j'en reçois une autre en échange, nous disposons tous deux d'une information supplémentaire, un jeu gagnant-gagnant...
Mouaif ! bon enfin... On en a aussi perdu tous les deux l'exclusivité.
Dans un système où l'on ne reconnaît que la performance individuelle, il y a plutôt intérêt à contrôler les informations que l'on donne tout comme celles que l'on reçoit. En tout cas tant que le management moderne restera fondé sur un principe d'individualisme et de compétition interne voir aussi Le management collaboratif version collabhorratif.

Et pourtant ....
Lire la suite...


sigles et acronymes, je vous aime 2/2


Mais plutôt que de se creuser les méninges à chercher la signification d'un sigle (voir sigle et acronyme première partie), il est bien plus “sport” d'improviser sa propre interprétation. Les détournements d'acronyme, lorsqu'ils sont bien trouvés, sont révélateurs du sens profond, du vécu de terrain.
On essaie ?
Allez, je me lance.
Dernièrement, j'avais titré un billet ROI et TCO.
En remplacement du désormais consacré Return On Investment, il me semble préférable de traduire ROI par Le “Rituel Ovni de l'Informatique”.
Lire la suite...

Les jeux pour développer les bonnes pratiques


Les jeux, lorsqu'ils sont bien utilisées peuvent s'avérer un excellent outil pour développer les bonnes pratiques tout au moins durant la phase d'initiation

On ne cesse pas de jouer parce que l'on devient vieux, on devient vieux parce que l'on cesse de jouer. George Bernard Shaw

Le solitaire, un incontournable

jeu en entreprise Parmi les logiciels les plus utilisés, à mon avis, le « Solitaire » doit être dans le tiercé de tête.

Il suffit de traverser les bureaux aux heures de pose pour voir les petites cartes à jouer apparaître sur les postes de travail. L'autre jour, je me faisais cette réflexion dans ma tête en traversant les bureaux d'une grosse boîte en plein midi. Cela me rappelait mes débuts. Un des softs les plus originaux que l'on ne m'ait jamais commandé pour une application industrielle était justement un jeu : le Reversi.
En ces temps, au tout début des années 80, l'écran informatique était une sorte d'incongruité dans une salle de conduite industrielle. Il fallait donc, par un moyen ou par un autre, inciter les personnels d'astreinte à suivre l'écran. Le tableau « Synoptique » avec ces petites lampes et ses petits boutons, devait être remplacé à court terme. ..


Lire la suite...


L'information économique et budgétaire est le secret du pouvoir


Le bon usage des technologies expliqués au manager

Le dialogue

- Le DSI se mouille : " Avec le nouvel ERP, vous allez pouvoir rapprocher les données et visualiser la rentabilité exacte des produits !"

- LE CHEF D'ATELIER enthousiaste : "Bravo ! Comme cela, nous aussi à la production, on pourra afficher les coûts de revient "

- LE DAF cynique mais réaliste : "A la production ? Vous rigolez ! Ces chiffres sont réservés à la Direction Financière !"


Lire la suite...


Moi plus tard je serai grand patron


- Et toi que veux tu faire plus tard ?
- Grand patron Msieur. S'il faut bosser autant que ce soit pour des pépètes, pas pour des clopinettes...

zazie dans le metro, image tirée de la pochette du DVD du film de Louis Malle- Dis moi Zazie que veux-tu faire plus tard ?
- Moi, je veux être institutrice...
- C'est un beau métier et pourquoi veux-tu être institutrice ?
- "Pour faire chier les mômes, ceux qu'auront mon âge dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, dans mille ans, toujours des gosses à emmerder. Je leur ferai lécher le parquet, je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes. En hiver. Hautes comme ça. Avec des grands éperons pour leur larder la chair du derche.
Et puis si je ne suis pas institutrice, et bien je serai astronaute pour aller faire chier les martiens..."(1)
(1) Raymond Queneau, Zazie dans le métro bien sûr... L'image est tirée de la pochette du DVD du film de Louis Malle

Lire la suite...

Comment devenir riche ?


Il y a une historiette (que l'on prête à Rothschild ? je ne me souviens plus) et qui commence ainsi.

Interview d'un milliardaire :

Le journaliste : Comment avez-vous fait fortune ?

Le milliardaire : Voyez-vous, lorsque j'étais jeune j'étais très pauvre. Un jour, j'ai acheté une pomme pas très belle mais pas très chère non plus. C'est là où j'ai eu l'idée de ma carrière. Plutôt que de la manger, je l'ai nettoyée, astiquée, faite briller du mieux que je pouvais. J'ai revendu cette superbe pomme bien plus chère que je ne l'avais achetée bien sûr. Avec le produit de la vente, j'ai donc pu racheter deux nouvelles pommes pas très belles ni très chères. Et j'ai recommencé. Encore et encore,  pendant des jours, et des jours, j'ai acheté, astiqué, revendu des pommes, puis des poires, puis d'autres fruits....

Le journaliste : Mais cela a dû prendre de nombreuses années avant de devenir aussi riche ?

Le milliardaire : Oh! je pense bien ! Ca a duré jusqu'à la mort de mon oncle.

Le journaliste : Et puis ?

Le milliardaire : Il me léguait toute sa fortune.


Lire la suite...


Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2016 Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog ««