Management de l'entreprise

tag information

A lire : les billets consacrés à l'information

Qu'est-ce qu'une bonne décision ?


La qualité d'un décideur ne peut être jugée au seul vu des résultats

Qu'est-ce que c'est épuisant d'entendre toujours les mêmes expressions ! Tenez prenez par exemple le coup de monsieur Jourdain et de la prose. Dans une rencontre professionnel, il y en a toujours un qui s'imagine original de ponctuer l'échange d'un "C'est comme monsieur Jourdain, il fait de la prose sans le savoir !"
Oh! là. Ça fait bien 20 ans qu'on nous la ressasse celle-là !
Elle doit sûrement réveiller en nous quelque chose de coincé entre Racine et Corneille. En ces temps de potache, Molière était en effet une forme de soulagement, en tout cas moins barbant que les deux autres.

Des YAKA FOKON...

Une autre expression est tout aussi lassante : C'est la référence au "Yaka Kokon". A croire que l'entreprise ne serait peuplée que de conseilleurs aux bras coupés, toujours prêts à proposer une réponse simple qui commence par une formule du type : "Il suffit de...". Mais attention, à la condition que ce ne soit pas eux qui la mettent en oeuvre. Pas fous !
Bon ! Ok, je vous l'accorde, ils sont assez nombreux et plutôt envahissants.
Mais cela dit, tout bien réfléchis ce ne sont pas les plus nuisibles. Eux ne font rien ou pas grand chose. Ils ne font donc que peu d'erreurs. Non, non.


Lire la suite...

Sécurité informatique et malfaisance interne


"Le ver est dans le fruit"

Sécurité informatique, humour

  • Le DSI est réjouit et totalement rassuré : "Avec le nouveau Firewall, nous sommes protégés de toutes attaques extérieures. Nous allons enfin pouvoir travailler en toute sécurité !"
  • Le salarié brimé contraint de signer un contrat léonin : "Je ne suis pas si sûr..."
  • Le contrat : "Nouveau contrat avec diminution du salaire"

Les entreprises ne sont pas vraiment une grande bande de copains. Déjà il n'y a pas que des mecs sympas. Il faut apprendre à se méfier de tous ceux qui suivent une stratégie de reussite "toute personnelle".

Ensuite, la direction n'est pas nécessairement aux "petits soins" pour ses salariés. Au final, les vacheries, brimades et autres gracieusetés du même tonneau engendrent nécessairement inimitiés, jalousies et esprit de vengeance.
Conclusion : l'ennemi est aussi à l'intérieur.
Lire la suite...


Comment utilisez-vous vos bases de données ?



Le bon usage des technologies dessin humoristique

Le dialogue

- Le DSI Doctoral : "Avec le nouveau système de bases de données, vous pouvez, avec une simple question, connaître la liste de tous les clients qui commandent d'habitude et n'ont pas commandé ce mois-ci"

- L'UTILISATEUR Enthousiaste :" Wahou ! Super ! : 'Donne-moi la liste de toutes les filles disponibles de la boîte qui ne me connaissent pas encore'..."

Commentaire

Et vous, vos bases de données, vous les utilisez comment ? Vous collectez des monceaux d'informations. Mais vous en faîtes quoi ensuite ? Comment mesurez-vous le Retour sur Investissement ?

Pour aller plus avant

Deux types de bases de données fondamentalement différentes... laquelle sera capable de donner la bonne réponse à cet incorrigible "dragueur" ?
Lire la suite...

Les méthodes de management


A lire sur le site piloter.org, une liste quasi exhaustive des méthodes de management et référentiels développés sur l'ensemble des sites du portail francophone de la performance.

Les principales méthodes du management de la performance comme Gimsi, Balanced Scorecard ou 6 sigma, ou de gestion de projet comme les méthodes agiles, font l'objet d'un dossier approfondi.

Toutes les autres méthodes (Océan bleu, SWOT, ABC-ABM, TdABC, SCRUM, Prince 2, PMBOK, XP...) et référentiels (IAS-IFRS, Sarbanes Oxley, référentiel COBIT, ITIL V3, CMMI, ISO 27000, ISO 9000...) qu'ils soient de management de la performance ou de gestion de projet sont décrits sous une forme plus synthétiques. Chaque fiche tient en une ou plusieurs pages web et proposent les rubriques suivantes : description, principe, utilisation et ressources complémentaires (livre et sites web de référence, formation le cas échéant...). N'hésitez pas à farfouiller aussi parmi les dossiers pdf et livres blancs en téléchargement libre.
Voir ici : la fiche annuaire des méthodes. Je maintiendrai cette liste à jour au fur et à mesure des compléments apportés à l'ensemble des sites du portail.
Lire la suite...


Business Intelligence et agilité du développement


Le projet Business Intelligence est un type de projet assez particulier. On le représentera plus facilement comme un processus continu.
On ne mettra pas en place une solution BI complète "one shot". le projet est non seulement complexe, il est aussi totalement lié aux besoins toujours en évolution des utilisateurs appelés à prendre des décisions en un univers changeant.

Parce c'est cela la finalité de la Business Intelligence :

Assister tous les acteurs impliqués dans le processus de décision de l'entreprise, qu'ils soient managers ou membres d'un groupe autonome et responsable pour les décisions stratégiques, tactiques ou, plus trivialement, opérationnelles.

Lire la suite...

Réaliser l'indicateur tachymètre avec Excel


Formation en ligne :
Réaliser un indicateur tachymètre avec Excel

indicateur compteur avec excelPour être efficace, un tableau de bord se doit d'être simple et ergonomique. L'indicateur tachymètre est ainsi incontournable tant son usage est ancré dans l'expérience personnelle de tout un chacun. Il est tout a fait dans l'esprit "d'un seul coup d'oeil". Il est bien plus riche qu'une valeur brute qui impose une réflexion pour tenter de se raccrocher à une échelle de valeur afin d'attribuer une notion qualitative pour en interpréter le sens. Là, la valeur qualitative est directement perçue.

Le tachymètre est assez simple à réaliser avec Excel, sans aucune programmation, en utilisant uniquement les fonctions graphiques du tableur. La fiche pratique numéro 3 de la seconde partie du livre de référence "L'Essentiel du Tableau de Bord" décrit pas à pas la réalisation de cet indicateur. Une vidéo de formation gratuite, en accès libre réservée au lecteur, complète le livre. Elle est accessible ici : Indicateur Tachymètre avec Excel, et suit ligne à ligne le déroulement décrit dans le livre.
Lire la suite...


Choisir un indicateur de performance KPI


Comment choisir un indicateur de performance pertinent (KPI)?


5 critères définissent un bon indicateur (KPI)
KPI : Key performance indicator

1Un bon indicateur (KPI) délivre une information en Temps Réel
Les entreprises utilisent majoritairement des indicateurs financiers et productivistes issus de la comptabilité analytique ou légale publiée à échéances fixes. Ce rythme de publication est en décalage avec l'évolution du système. Il n'autorise que le constat. Trop tard pour agir. Pour piloter, l'information essentielle doit être disponible lorsque la décision est possible.
C'est cela que l'on appelle le temps réel.
Lire la suite...


De l'affliction à la réalité : Les indicateurs manipulés


Il n'est pas bien difficile de faire dire tout et son contraire aux indicateurs. Mais où s'arrête l'information et où commence la manipulation pour un parfait enfumage ?

cible indicateurs de performance Le week-end dernier, j'ai croisé une ancienne voisine. Pas vraiment au meilleur de sa forme. Elle venait juste d'apprendre la veille qu'elle faisait partie de la charrette. Licenciée. « Ce sont les indicateurs », me dit-elle. « Ils sont tous dans le rouge, et comme je suis la dernière arrivée... En tout cas, c'est ce que l'on m'a expliqué lors de mon entretien. Il n'y a pas d'autre solution. »

« Ce sont les indicateurs !». Cette phrase résonne encore dans ma tête.
Moi, qui consacre une bonne part de mon temps à promouvoir l'usage des indicateurs de performance, je me sens un peu mal à l'aise lorsque j'entends ce type de discours. Il est temps de faire une mise au point.

Il est vrai que désormais les indicateurs ont envahi notre quotidien. Dévoyés de leur rôle initial, ils sont bien pratiques pour servir d'explication incontestable à un peu tout et n'importe quoi. Ainsi, il devient coutumier dans l'entreprise, comme dans la vie publique, de justifier les décisions prises ou à prendre par la publication d'un indicateur à l'intitulé ronflant appuyant l'argumentation et coupant court à toutes objections.
Lire la suite...


Analyse de la valeur et changement


B6335

L'analyse de la valeur au service de la conduite  du changement...
(En complément du billet "Réussir le changement

L'analyse de la valeur, conçue par Lawrence Miles chez Général Electric, il y a plus de 50 ans, est une méthode particulièrement efficace pour recentrer la conception des produits sur la question du « juste nécessaire» pour satisfaire les clients. Son objectif est d'éradiquer les coûts inutiles grevant les coûts de conception.


Lire la suite...

Devenir un manager de projet


Un conseil pour les managers qui abordent leur premier projet

L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs." Oscar Wilde
Réunion projet

Quels sont les "réflexes" les plus difficiles à acquérir pour un manager débutant ?

Je vous en propose trois. Tant que l'on n'a pas été amené à conduire plusieurs projets dans des contextes différents, ils ne tombent pas toujours sous le sens. L'importance de ces "réflexes" n'apparaît qu'avec l'expérience. Celui qui sait en saisir la portée sans perdre de temps s'accorde une avance certaine et améliore sérieusement son "quota" de projets réussis.
Ces trois "réflexes" complètent les 4 conseils au manager débutant déjà développés au cours d'un article précédent.
Lire la suite...

Cool Infographics


Données complexes, storytelling et infographie

Le perfologue a lu pour vous : Cool Infographics Effective Communication with Data Visualization and Design de Randy Krum

Cool Infographics *****
La présentation graphique des données est désormais la seule solution pour faire passer le sens. On ne peut plus se contenter d'un enchainement de classiques camemberts entrecoupés de phrases supposément "chocs". La complexité du monde des données impose de raconter une "histoire" et quel est le meilleur outil de storytelling que l'infographie ?

Mais une infographie ne s'improvise pas. Il ne suffit pas d'utiliser un canevas "tout prêt" d'un des très nombreux outils en ligne pour réaliser une infographie digne de ce nom c'est à dire qui transmet un message. Tout est là : composer une belle histoire pour transmettre un message. Ecrire des histoires et donner vie aux données exige un vrai travail de création.

Cool Infographics est un excellent livre pour bien apprendre à réaliser une infographie qui tienne vraiment la route. L'auteur traite à peu près tous les aspects et toutes les situations :
Lire la suite...


Plan B = salariat Vs Plan A = Monter sa boîte


« La vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux » Henri de Montherlant.

Lancez votre « plan A » : entreprenez en solo !

entreprendre, le plan A S'investir corps et âme dans une entreprise, se contraindre â exécuter des tâches qui ne vous intéressent pas toujours, et espérer en vain que votre compétence soit enfin reconnue : est-ce réellement ainsi que vous aviez envisagé votre carrière professionnelle ?

Et si ce mode de vie était en fait votre « plan B » ?

Comme la plupart des salariés, vous n'avez pas vraiment choisi. Vous vous êtes engagé dans le monde de l'entreprise, sans trop réfléchir aux exigences inhérentes â ce statut, avec l'espoir de construire une carrière solide et durable.

Il y a quelques années, c'était encore possible. Mais depuis que nous vivons dans un monde de concurrence exacerbée, les règles ont changé. Hormis quelques rares privilégiés, il est devenu extrêmement difficile de réaliser un projet de vie professionnelle tout en conservant un statut de salarié.

Le salariat n'est donc plus la solution.

Mais pas d'inquiétude. Il n'est jamais trop tard pour prendre les bonnes décisions. Si vous souhaitez exercer un métier que vous aimez et le pratiquer comme vous jugez bon de le faire, c'est-â-dire avec le professionnalisme adéquat et sans contrainte inutile, il n'est que temps d'entreprendre en indépendant et de lancer votre « plan A ». C'est ainsi que vous révélerez vos talents et que vous exploiterez au mieux vos qualités pour bâtir une carrière conforme â vos aspirations.

Vivre de ses passions et conjuguer plaisir et travail, n'est-ce pas lâ une ambition bien légitime ?


Lire la suite...


Le Big Data et la conception du Système d'Information


Le big data, du rêve à la réalité

Les mots bleus...

La notion de big data, "mégadonnées" ou "données massives", deux traductions types reconnues comme officielles en France, dépasse largement la simple traduction littérale du terme ainsi proposée.
Le big data, ce n'est pas uniquement le stockage de très grandes quantité de données. Le big data, c'est aussi la capacité de trier, de classer et d'analyser très rapidement lesdites données. De tels moyens sont riches de promesses, et les fournisseurs, éditeurs et cabinets de conseils fraîchement devenus spécialistes ont rapidement su trouver les termes marketing, "les mots bleus", pour faire rêver (pâmer ?) les clients.


Lire la suite...


Gestion des risques, la documentation


Documentation et analyse de risques

La réussite d'un projet complexe n'est pas acquise par principe. A tout instant du déroulement, les imprévus peuvent se transformer en véritables embûches.
Aussi est-il hautement recommandé de se livrer à quelques exercices de prévention et de lister les risques les plus plausibles avant d'entreprendre quoi que ce soit. Une fois les risques identifiés, il convient de procéder à un classement selon la gravité, la probabilité d'occurence et les préventions et garanties possibles, en terme de solutions et de coûts.
Mais comment identifier les risques potentiels pouvant survenir au cours d'un projet dont la principale caractéristique est l'originalité ?
Lire la suite...

Piloter la performance du projet


Comment piloter la performance du projet ?
Peut-on se contenter de suivre l'avancement d'un projet en termes de consommation ?
Poser la question, c'est y répondre.
Il est bien évident que l'on ne pilote pas avec le regard braqué sur les délais écoulés et les ressources consommées.
Cela dit il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l'eau du bain. La boule de cristal n'étant pas encore partie intégrante de la panoplie du chef de projet averti, il faut bien utiliser les quelques outils et informations dont on dispose.
Lire la suite...

Style de management, le management autoritaire


Quel style de management d'équipe adopter ?
En théorie, un manager devrait être un animateur, un créateur de synergie, s'effacer à la manière d'un coach et contribuer à l'expression de chacune des personnalités.
En théorie.
En pratique, un management autoritaire est bien plus facile et plus reposant.
Et en plus ça marche !
Bon pas vraiment sur le plan de l'efficacité du projet, mais pour le confort et l'égo du "chef", on est plutôt pas mal servi avec ce type de management. Une fois son autorité bien assise, ça roule.
Lire la suite...


Comment fabriquer un décideur de terrain ?


Ah la délégation ! Aplatir la pyramide, réduire les niveaux hiérarchiques, responsabiliser les acteurs de terrain, ça fait des années qu'ils nous le répètent les experts ! Tous sans exception préconisent de diminuer le nombre de strates afin d'accélérer la vitesse de circulation de l'information et de dynamiser ainsi la prise de décision ! La seule méthode gagnante qu'ils disent.

Et vous alors qu'attendez-vous ? Pourtant ce n'est pas bien difficile !
Tenez, comme je ne suis pas trop vache je vous livre ici en exclusivité la recette la plus couramment pratiquée. En tout cas c'est ainsi que je l'ai vu faire.
Lire la suite...


Les perversions de la culture du résultat


Manipulations et dévoiement de la stratégie sont intrinsèquement liés à la culture du résultat. Pour y remédier, Il n'est d'autre solution que de passer d'une logique de la récompense et de l'évaluation à une logique de la responsabilité et du contrat.

Lorsque l'on évolue dans une culture du résultat, l'indicateur est "Roi".
Il s'agit de le choisir et de le construire avec précision, cela tombe sous le sens.
Il s'agit aussi de garantir son intégrité et sa transparence. Bref, tout un chacun doit comprendre sans effort comment il est construit, comment il est utilisé. Mais est-ce réellement le cas le plus courant ?

De la manipulation...

La manipulation est tentante. Il est en effet bien plus aisé de bricoler ses indicateurs afin qu'ils collent avec ses propres ambitions de surperformance que de déployer de réels efforts. Changer le mode de calcul de l'indicateur en cours de parcours ou même "ajuster" au mieux les chiffres et statistiques servant à sa construction sont des pratiques bien plus courantes qu'on ne le pense et à tous les niveaux de la société.
Rien de bien nouveau il est vrai. Les travers d'une culture du résultat sont déjà bien connus.
Lire la suite...

L'audit du tableau de bord


Dis-moi quels sont tes indicateurs je te dirai comment tu pilotes.

Un homme se rend chez son médecin et lui explique qu'il a mal partout. Il suffit qu'il se touche une partie du corps pour immédiatement ressentir une douleur : « Je me touche la tête, j'ai mal, je me touche le bras, j'ai mal, je me touche la jambe, j'ai encore mal ... Ce nest pas grave, répond le docteur, vous avez simplement mal au doigt... »

L'audit du système décisionnel et des tableaux de bord de pilotage en pratique

tableau de bord Plantons le décor : Vous êtes chargé de l'audit d'un nouveau système de pilotage fraichement mis en service.
La nouvelle direction informatique vient en effet de se réorganiser et a révisé de fond en comble son processus de décision.
Paraît-il même que le projet de gouvernance du système d'information longtemps en gestation serait quasimenent prêt.
Le nouveau système de pilotage et d'aide à la décision est la brique fondamentale de ce vaste projet. Tout le monde l'a bien compris et c'et bien pour cela que l'on fait appel à l'expert, vous en l'occurrence.
Lire la suite...

Limiter les risques du projet


Le manager n'était pas causant...

Aussi bien conçu que puisse être un tableau de bord, il ne prendra jamais la décision à votre place... Et lorsque la problématique tend à devenir complexe, lorsque l'incertitude envahit le terrain et que le doute s'instaure, on est bien seul pour décider...ou ne pas décider.

Un bon décideur est un rationnel avant tout dit-on. Pleinement informé, il juge froidement les données à sa disposition et choisit toujours la meilleure alternative.
Bon. Ok.
Encore faut-il être pleinement informé !

Ce qui est loin d'être le cas en situation complexe. Il est en effet assez rare de tenir toutes les cartes en main pour bien apprécier le risque. Notre vision est partielle et de plus, comme disait Herbert Simon, notre rationalité est limitée.
Pour étendre les limites de la rationalité, il n'est d'autres solutions que d'échanger avec ses pairs qui, utilisant un autre prisme (déformant) de la réalité, l'observe depuis un angle de vue différent.
Ainsi, le « parfait » tableau de bord sera complété d'une palette d'outils de communication facilitant l'établissement de relation d'échanges, impromptus ou continus. C'est en effet le seul moyen pour mieux cerner ce diamant multi facettes et insaisissable qu'est la réalité d'une situation à un instant donné.


Lire la suite...

Astuces de "Pro" pour Démarrer son Business


Un livre de terrain pour vous assister dans votre processus de création d'entreprise.

Pour le créateur averti et lucide...

Le créateur prend des risques, de vrais risques, et il le sait. C'est à ce lecteur averti et lucide que s'adresse ce livre. Bien ancrée dans la réalité du quotidien du créateur, ses enthousiasmes et ses craintes, cette étude s'appuie sur une collecte minutieuse auprès de bon nombre d'entrepreneurs chevronnés pour vous offrir les meilleures astuces pour démarrer le business qui vous convient, et le conduire vers une rentabilité durable.

Dans 44 astuces pour démarrer votre business, publié aux éditions Eyrolles, Alain Fernandez délivre de précieux conseils à ceux qui désirent se lancer dans l'entrepreneuriat.
L'Express (Entreprise)
Lire la suite et les bonnes feuilles sur le site de l'Express


Lire la suite...


Réussir son premier projet


Comment réussir son premier projet d'entreprise, complexe par nature, mettant en jeu de multiples parties prenantes aux intérêts divergents en s'appuyant sur des équipes de réalisation à l'enthousiasme "limité" ?

Vous dirigez votre premier projet ? Félicitations !

Vous avez été choisi pour conduire un projet. C'est une marque de confiance et vous souhaitez bien entendu remplir cette mission avec succès. C'est une véritable opportunité. Réussir un projet est un atout de poids dans une carrière.
Mais comment vous y prendre ?
Comme tout un chacun dans la même situation, vous partez à la pêche aux informations. Vous commencez par fouiller dans vos cours, c'est déjà bien loin. Mais vous vous souvenez vaguement de cet intervenant qui avait bien exposé les étapes du déroulement d'un projet.
Vous regardez un peu autour de vous, vous fouillez le net, vous en parlez à vos collègues plus expérimentés et vous ne manquez pas de les questionner à propos des meilleurs outils. Ne vous inquiétez pas, c'est un réflexe automatique, pavlovien même. La première réaction de tout un chacun appelé à une nouvelle fonction est toujours de rechercher les outils les plus efficaces.
Vous sentez bien toutefois que ce ne sera pas suffisant.
Lire la suite...

La bonne méthode et la création de valeur


Dans tous les cas, la réussite d'un projet passe nécessairement par la case « méthode »

Qu'est-ce qu'une bonne méthode ?

métaphore médicale bonne méthode

Un jour, au cours d'une formation, on me proposa la réponse suivante : "la bonne méthode, c'est celle qui me permettra d'atteindre mes objectifs sans que j'ai à me poser trop de questions. Pas plus compliqué !..." Un peu lapidaire comme définition mais terriblement juste. Développons.

Définition

Une méthode peut être définie comme la formalisation des règles de réussite d'un projet. Conçue selon un processus dit « inductif », elle synthétise les expériences passées afin d'en extraire les fondamentaux ou bonnes pratiques. Une fois formalisée, elle propose un cadre de travail balisé pour conduire le projet. C'est le processus déductif. Ainsi, l'utilisation d'une méthode digne de ce nom permet de profiter pleinement de l'expérience du ou des concepteurs.
Lire la suite...

Business Intelligence et aide à la décision


Business Intelligence et aide à la décision

La Business Intelligence n'a d'autre finalité que de faciliter le processus d'aide à la décision dans l'entreprise. Ce n'est pas en réduisant la BI a un assemblage de briques technologiques que l'on accèdera à cet ambitieux objectif. Sur le plan technologique, la BI remplit les fonctions suivantes : collecte, stockage, analyse et présentation. Une grande majorité des concepteurs de solutions BI, influencés par les éditeurs de progiciels il est vrai, se contentent de ce schéma et prennent pour argent comptant le postulat suivant :
il suffit de mettre à la disposition des décideurs le maximum d'informations pour qu'il prennent la bonne décision"

Ce n'est pas ainsi que se déroule le processus d'aide à la décision. Nous le savons depuis déjà plusieurs décennies, en tout cas depuis les travaux de Herbert Simon autour de la rationalité limitée.

  • En premier lieu il est impossible d'être pleinement informé et ce, malgré le phénomène "big data". La possibilité de collecter et d'analyser de très grande quantité de données a en effet réveillé le mythe de l'homo oeconomicus que nous pensions bien enterré.
  • En second lieu, chaque décideur a des préoccupations bien précises selon les activités qu'il pilote. C'est uniquement pour celles-ci qu'il souhaite une information plus complète afin d'éclaircir un peu mieux sa perception de la situation, de mieux évaluer les risques en quelque sorte et de prendre la décision qui s'impose le cas échéant. C'est pour cela que ce livre de référence est centré sur le tableau de bord afin d'être au plus près des besoins des décideurs.

Lire la suite...

Projet Business Intelligence


Les points d'inflexion du projet BI


1 Business Intelligence et aide à la décision
Le projet Business Intelligence 1
Postulat fondamental : Quel que soit le type de décision que vous soyez amené à prendre, vous aurez toujours besoin de disposer d'informations validées et actualisées. C'est ainsi. Le processus de décision commence invariablement par une phase de collecte des informations.
Lire la suite...

Les promesses de la Business Intelligence


BI 2.0 et entreprise 2.0 où en sommes-nous ?

Il y a peu encore, il était assez tendance d'agrémenter d'un indice de release les concepts en vogue. Il eut été dommage de ne pas en gratifier la Business Intelligence. C'est ainsi que les BI 2.0, BI 3.0... sont nées.
Tout comme la mythique entreprise 2.0, la BI 2.0 n'est en pas en mal de promesses. Pour vous en faire une idée, imaginez un peu une interface toute simple, super facile à utiliser, modifiable et configurable à souhait sans pour cela être contraint de subir un long et lourd apprentissage. Bref quasi aussi simple à utiliser que le web.

Une conception "techno centric"...

Rien à voir avec la BI 1.0 puisqu'il faut bien l'appeler ainsi et tout son bazar logiciel. Bon, c'est vrai qu'avec la BI 2.0, on ne va pas le faire disparaître le bazar logiciel. On va plutôt l'envoyer dans les nuages et recentrer les outils au service de l'utilisateur-décideur. En fait, c'est bien ce qu'il aurait fallu faire depuis le début entre nous soit dit. Sur le schéma fonctionnel du système de Business Intelligence, l'utilisateur est tout de même placé en bout de chaîne.


Lire la suite...


Le poste de travail de l'utilisateur Business Intelligence


Le poste de travail idéal de l'utilisateur de la BI

Un peu de prospective pour terminer cette série d'articles consacrés au projet Business Intelligence.

Au cours du premier billet de cette série, nous nous étions attardés sur la réalité des sources d'information du décideur.
Toutes les données susceptibles de devenir des informations utiles à la prise de décision ne passent pas systématiquement par le système d'information de l'entreprise.
Loin s'en faut.
Seules les données formelles et de surcroît structurées sont à même d'être stockées dans les bases de données de production et récupérables par les outils de collecte (ETL) afin d'alimenter la base décisionnelle, le Data Warehouse.
Ainsi, pour assister au mieux le décideur en situation, le poste idéal comportera les moyens d'accéder aisément, autant aux données formelles structurées et non structurées qu'aux données informelles.
Lire la suite...


Rentabilité des projets BI


Finalité du projet Business Intelligence

Encore récemment et en dépit des discours émaillés de bons sentiments et de résolutions définitives, les projets informatiques ne visaient qu'une seule finalité : Rationaliser les processus..
L'investissement informatique devait alors se traduire par l'éternel couplet, symbole de la réussite de la société industrielle : produire plus et moins cher.
Le ROI (Return On Investment) n'était alors pas bien difficile à calculer.
Dans une grande majorité des cas, même s'il était de coutume de ne pas le chanter sur les toits, la rentabilité du système informatique se mesurait en nombre de postes supprimés. L'usine sans papiers, chère aux fans de la pyramide du CIM (Computer Integrated Manufacturing) des débuts 80, masquait en fait une ferme volonté d'accéder à l'usine sans hommes.
Lire la suite...

BI, informations & Aide à la décision


Considérons maintenant les informations dites formelles

Restons modestes, au mieux 20 % d'un tiers de l'information nécessaire au décideur serait disponible au sein du Data Warehouse...

Les informations formelles se classent elles-mêmes en deux catégories distinctes :
Les informations structurées et les informations non structurées.
Les premières sont bien sûr les informations que l'on peut ranger plutôt aisément dans une base de données : résultats et autres données quantitatives.
Les secondes sont bien plus délicates à gérer. Ce sont les mails, courriers, rapports, compte-rendu de réunion, dont il faut extraire le sens avant de pouvoir les exploiter.
Lire la suite...


Projet Business Intelligence et aide à la décision


Le projet Business Intelligence, les informations pour décider

Postulat fondamental :
Quel que soit le type de décision que vous soyez amené à prendre, vous aurez toujours besoin de disposer d'informations validées et actualisées. C'est ainsi.
Le processus de décision commence invariablement par une phase de collecte des informations.Ceux qui vous affirment avec aplomb décider en toute situation à l'instinct, avec leurs tripes, "with the guts", ne procèdent pas différemment.
Ils sont simplement parvenu au stade du processus où l'on prend effectivement la décision. Ils ont déjà accompli cette phase de collecte des informations. Ensuite, c'est bien en s'appuyant sur sa propre expérience et sa personnalité que l'on estime le risque et que l'on envisage les potentialités des alternatives pour prendre ou ne pas prendre la décision.
Lire la suite...

Formation à la Business Intelligence


Cours Business Intelligence gratuit

Le chapitre Business Intelligence a été profondément restructuré afin de coller au plus près des critères que l'on pourrait attendre d'un document d'auto formation, d'un cours en ligne.
Ce dossier comporte désormais 85 fiches pratiques organisées en 12 sections thématiques. Il est recommandé, dans le cas d'une auto formation rapide comme une sensibilisation pour manager, de parcourir les sections de ce cours en ligne dans l'ordre de présentation (voir aussi le guide de formation "acceléré" disponible directement sur le site piloter.org). Bien entendu, rien n'empêche le lecteur un peu plus averti de "butiner" à volonté les fiches pratiques de ce dossier.
Lire la suite...

Devenir milliardaire


Vous connaissez le manuel des castors juniors ?
Non ? Bon. Vous connaissez quand même Riri, Fifi et Loulou les neveux de Donald ? Le manuel des castors juniors, c'est leur guide.
C'est un livre particulièrement génial qui contient toutes les réponses à toutes les questions que vous pouvez vous poser, quelle que soit la situation. Tenez, rien qu'un exemple. Un jour les trois neveux et leur oncle gaffeur se retrouvent face à des extra-terrestres. Pas de problème ! Le précieux manuel contenait le lexique de cette langue. Drôlement pratique lorsque l'on vit de telles  aventures,  non ?


Lire la suite...

Excel et la Business Intelligence


Excel et l'analyse Business Intelligence

Depuis déjà quelques version d'Office, Microsoft prépare l'intégration d'Excel au sein de sa solution de Business Intelligence.
Depuis Excel 2013, il n'y a plus de doute à ce sujet, le tableur est devenu un outil d'analyse Business Intelligence à part entière. Bon, avec quelques limites m'objecteront les spécialistes de la question. Mais il faut aussi prendre en compte qu'il ne s'agit que d'un tableur très largement diffusé, et bien assez puissant pour toutes les analyses que pourra souhaiter effectuer un utilisateur très averti, voire un analyste spécialiste de la BI.

Je vous propose sur le site piloter.org, deux nouvelles fiches sur ce sujet :
Lire la suite...


L'empire de l'illusion ou le triomphe du spectacle


Le perfologue a lu pour vous : L'empire de l'illusion, la mort de la culture et le triomphe du spectacle. de Chris Hedges (Lux 2012)

L'empire de l'illusion L'auteur, Chris Hedges, journaliste déjà récompensé par le prestigieux prix Pulitzer, brosse un portrait sans concession d'une Amérique en totale déconfiture, où la démocratie a été insidieusement remplacée par les injustices du capitalisme débridée.
Dans un marché libéré et dérégulé, les murs qui protégeaient le pays et les citoyens ont été en bien peu de temps mis à terre par les tenants des grandes entreprises et leurs représentants (lobbies, politiques, presses, mass média).
Pour manipuler le citoyen afin qu'il se contente de n'être qu'un consommateur, il suffit d'entretenir l'illusion et d'agiter des marionnettes (comme les jeux débilitants et la télé réalité), de traiter en priorité les informations les plus superficielles (comme les résultats sportifs, les coucheries et fausses rumeurs concernant les vedettes et politiques), et de cultiver les héros qu'ils soient champions de catch ou grands patrons...
Pour appuyer son étude, Chris Hedges se réfère à l'allégorie de la caverne de Platon (Wikipedia), où des hommes enfermés dans une caverne vivent dans une illusion et refusent de voir la réalité en face.
Lire la suite...


Comprendre de quoi on parle


"... - Tu me réveilleras lorsque l'on parlera du coût "

Suite du billet La IT gouvernance vous y croyez-vous ?
Donc pas de secret pour la IT gouvernance. Faut s'impliquer à tous les niveaux. Condition sine qua non.
Mais pour s'impliquer, il faut déjà se sentir concerné.
Et comment se sentir concerné lorsque l'on ne comprend absolument rien aux propos échangés ?
Lorsqu'il s'agit d'implanter une nouvelle technologie, on ne peut pas en rester à un simple vernis. Les investissements en terme de budgets et de mobilisation des ressources sont conséquents. Les implications des choix initiaux le sont tout autant.
A un moment donné il faut bien prêter l'oreille et entrer un peu dans la “machine”, essayer d'en capter le sens pour mieux en saisir principe et usage.
Pas si facile.
Lire la suite...


Le management collaboratif version collabhorratif


Connaissez-vous le management collabhorratif ?
Non ? Rien de bien surprenant cela dit, je viens juste de le formaliser...

En quelques mots, le management collabhorratif est un nouveau mode de management "Ré.vo.lu.tio.nnaire !" Voilà le mot ! Il sera vraisemblablement appelé à un succès certain... L'essayer c'est l'adopter !
Fondé sur le mapping des inimitiés, le management collabhorratif peut être perçu comme l'aboutissement de l'artisanal management par les conflits.
Lire la suite...


Choisir le bon consultant, celui qui aime son métier


Consultant, c'est un métier !

A titre d'exemple, le spécialiste en organisation (et donc en réorganisation) des entreprises
consultant Dans une entreprise qui tourne depuis un moment, la grande majorité des activités n'ont rien de bien original. Modéliser l'entreprise en adoptant une approche transversale afin d'en identifier les processus clés est rarement une épreuve insurmontable, il faut bien le reconnaître. Pourtant, quelque part, aucune entreprise ne se ressemble réellement.

À côté du fonctionnement dit "standard", il y a une part de spécifique qui n'est pas toujours discernable à première vue.
Lire la suite...


Booster l'intelligence collective


Booster l'intelligence collective, couverture du livre Le perfologue a lu pour vous : Booster l'intelligence collective de Olivier D'Herbemont (Armand Colin 2012)

De la complexité des projets

L'accroissement de la complexité des projets est quelque part la caractéristique la plus saillante de notre époque, vue en tout cas sous un angle professionnel.

C'est par ce juste constat que l'auteur introduit son étude publiée aux éditions Armand Colin. La taille des projets est en effet en continuelle augmentation.

La concurrence toujours plus aiguë accroît la pression et impose une accélération de tous les cycles. Le développement technologique continu accentue la dépendance technique de tous les acteurs.
Lire la suite...


C'est qui qui décide ?


L'inoxydable Homo oeconomicus

Le modèle du décideur, Homo oeconomicus, omniscient et omnipotent semble inoxydable.
Malheureusement...

décideurL'image d'Epinal soigneusement entretenue présente le Décideur avec un D majuscule, omniscient et omnipotent qui, en toute conscience, sûr de lui, prend toujours la bonne décision. Quel est le problème ? Le décideur, homo economicus parfait, consulte ses éléments, analyse avec soin le pour et le contre et Pif ! Paf !
La décision est prise.
Elle est nécessairement bonne, puisque c'est lui le Décideur.

Cette image du décideur, qui me rappelle quelque part de vieilles BD de Gotlieb, du temps de Pilote et des dingo-dossiers semble reprendre du poil de la bête dans l'imagerie populaire.
Pourtant, la question de la décision en entreprise est à mon avis un poil plus complexe que cela.
Pesez le pour et le contre et choisissez.
Ok facile.
Mais peser quoi ?...
Qui aujourd'hui dispose de tous les éléments pour évaluer en toute conscience avant de trancher ?
Lire la suite...


How de Dov Seidman


Le perfologue a lu pour vous : HOW de Dov Seidman (Dunod 2011)
Dans un monde hyperconnecté et hypertransparent tel le notre aujourd'hui, il n'est guère concevable d'envisager une quelconque réussite durable sans une profonde réforme des modes de pensées économiques et managériaux.

Les problèmes sont bien trop complexes pour être résolus en persistant à conserver les principes de l'entreprise du XXème siècle.
Fondées sur le modèle de la forteresse, les entreprises n'ont foi que dans l'individualisme et la continuelle compétition. Ceux qui gagnent aujourd'hui et gagneront demain ont déjà révisé en profondeur leur éthique. Ils se posent clairement la question du comment Non pas le « comment faire » qui succède au « quoi faire ». Avec ce type de raisonnement, nous resterions dans le schéma classique. Il s'agit là du « comment se comporter » Quelle est la meilleure manière de se comporter vis à vis de ses clients, de ses employés de ses partenaires ou de ses concurrents ?
Lire la suite...


Quelle méthode pour trouver les bonnes idées ?


Une bonne idée commerciale, c'est ce qu'il me faut !

Idées innovation, le penseur de RodinNul besoin d'être un gourou de l'entreprise pour exprimer l'évident constat que seule une politique d'innovation, continue et sans cesse renouvelée, permet d'espérer l'assurance d'une rente durable et profitable.
Les clients aiment les bonnes surprises et sont sensibles à un renouvellement permanent de l'offre. De nouveaux marchés sont prêts à s'ouvrir pour ceux qui sauront innover, comme le démontrent entre autres W. Chan Kim et Renée Mauborgne dans leur étude la stratégie océan bleu.

Mais encore faut-il avoir des idées... Et de bonnes idées ! C'est-à-dire des idées susceptibles de se transformer à plutôt brève échéance en espèces sonnantes et trébuchantes, tout en limitant au maximum la prise de risques mal évalués.
Une définition un peu matérialiste de la bonne idée, mais qui colle assez bien avec les besoins de l'entreprise. Autrement dit, il ne suffit pas de se contenter de renouveler les gammes de produits ou de services après quelques infimes modifications "cosmétiques", de peindre en rose ce qui était en noir et vice versa, le tout relayé par une tonitruante campagne marketing. La corde est déjà bien usée.
Lire la suite...


La Business Intelligence pour tous, une réalité ?


Il y a déjà pas mal d'années, quelques sagaces experts remarquaient bien justement qu'au delà des contingences technologiques, l'architecture des systèmes informatiques était toujours à peu près en phase avec le principe organisationnel en vigueur. Ainsi, du temps de l'entreprise monolithique, le système informatique était ce monstre central inaccessible aux vulgaris salariés, véritable Minotaure logé dans son labyrinthe climatisé, nourri sans relâche par ses fidèles servants, de bandes et de cartes perforées.

Puis, l'entreprise s'est peu à peu disloquée pour adopter une organisation en services et unités indépendantes, classés par la suite selon un radical barème : centre de coûts, centre de profits. L'informatique est alors « départementale » avec l'essor des « minis ».


Lire la suite...

Perspectives Business Intelligence


Le Gartner Group publie ces jours-ci le traditionnel "carré magique" de la Business Intelligence. Je laisse de côté la critique du "top 50" des éditeurs, les "up" and "down" et les commentaires de rigueur. Le thème est bien développé sur le site et suffisamment commenté par les spécialistes de la Business Intelligence présents sur le web.


Lire la suite...


Nouveaux tableaux de bord


Vos tableaux de bord sont-ils adaptés au pilotage de la performance ?

Les tableaux de bord sont au coeur du processus de management de la performance. La qualité et la cohérence du système d'information décisionnel conditionnent la réussite de la stratégie déployée.
Encore faut-il que les tableaux de bord soient conçus méthodiquement, qu'ils mesurent toutes les formes de performance et qu'ils assistent du mieux possible les décideurs en situation.

Les nouveaux tableaux de bord des managersLes nouveaux tableaux de bord des managers
Le projet décisionnel dans sa totalité
Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
490 pages 33,50 Euros
Téléchargez le dossier pdf
Best-seller auprès des managers, chefs de projet et consultants. 35.000 exemplaires vendus

ISBN-13: 9782212556476

Pour aller plus avant ...


Lire la suite...


Gouvernance du SI en pratique


Pour illustrer la mise en oeuvre d'une gouvernance du SI, je vous propose sur le site piloter.org un nouveau dossier complet : Mettre en place la gouvernance du système d'information, méthode pratique" .
L'exemple choisi pour support n'est pas l'un de ces éternels cas d'école où tout tombe miraculeusement juste pour confirmer la méthode ou la théorie du moment. J'ai sélectionné un cas réel d'entreprise informatisée avec son histoire et ses particularités.
Même si elle n'est qu'ébauchée sur ce site, cette étude cherche à montrer l'importance de la connaissance du terrain pour mieux laisser s'exprimer le bon sens. Du pur pragmatisme en quelque sorte.
Lire la suite...

Managers, à quoi jouez vous ?


Suite du billet Piloter par les enjeux ? Facile à dire...
Mais le constat est cependant juste.
Il est vrai que trop de projets achoppent par manque de vision globale et de suivi des enjeux stratégiques de l'entreprise. Seulement, ce n'est pas en laissant la totale responsabilité aux seuls informaticiens que ce problème sera résolu.
Les décideurs doivent aussi prendre leur part de responsabilité.
Bien souvent, les dirigeants et l'ensemble des responsables fonctionnels ne se sentent paradoxalement pas concernés outre mesure par le bon déroulement des projets.
Ainsi, à quelques heureuses exceptions près, ils prennent un soin particulier à se tenir à une distance respectable de la technique.
Lire la suite...

Piloter par les enjeux ...


...Facile à dire...

Informaticiens, vous pensiez avoir tout vu en informatique ? Et bien non !
Il paraît que maintenant vous devez adopter une vision globale et piloter les projets par les enjeux !
Selon certains gourous, ce serait la recette miracle pour réussir les projets d'intégration IT.
Eh bien tiens donc !
Pourquoi pas, cela dit. Il est vrai que nous sommes tous prêts à sortir de temps en temps la tête du guidon. Encore faudrait-il ne pas être en permanence en phase de sprint. Sinon, ce n'est qu'un slogan de plus à afficher sur les murs comme ils en fleurissaient dans les entreprises à une époque pas si lointaine.
En théorie, tout le monde est parfaitement conscient, informaticiens compris (et oui !), de l'importance d'une prise de recul et de l'opportunité d'adopter une vision globale. Mais en pratique, sur le terrain, ce n'est pas si évident. Comment peut-on imaginer résoudre la multitude de problèmes techniques inhérents à tout projet avec la tête hors du guidon et le regard porté loin devant ?
Lire la suite...


Internet, l'usine à crétins


L'Internet, nouvelle usine à crétins ? Cette question, un poil polémique on n'en doute pas, est désormais le dada de Nicholas Carr (1).
Son premier article sur ce thème fit déjà pas mal de bruit : "Is Google Making Us Stupid ? What the Internet is doing to our brains" 1. Il développe sa thèse et argumente son propos avec un livre de fond, The Shallows.

Les hyperliens sur la sellette

Selon l'auteur, les liens hypertextes notamment seraient la cause d'une dispersion des esprits. Les internautes, fortement incités à virevolter de page en page (butiner comme disent les cousins du Québec), ne prendraient plus le temps d'approfondir un thème précis. L'abondance des "news", la multiplicité des "flux RSS" et autre Twitter contribueraient à nous transformer en girouette. Les usages du Web ne sont pas sans conséquences. Notre cerveau se réorganise en permanence. Les connexions neuronales s'adaptent à l'environnement informationnel. Selon l'auteur, il sera de plus en plus difficile de conserver son attention sur un sujet précis. Le risque est là. Bref, c'est la crétinerie globalisée qui nous pend au nez.
Lire la suite...

IT Gouvernance ITIL COBIT et ROI


Ainsi, on appelle Business Intelligence ce qui n'est en fait que du reporting. Le CRM ne dépasse pratiquement jamais le stade de l'automatisation des forces de ventes. Quant au KM,après quelques velléités de capitalisation de connaissances indépendamment des cerveaux qui les détiennent, on se contente d'en parler, sans agir, fuyant toujours les possibilités de partage et d'échange horizontaux offertes par la technologie actuelle. (3)
Quelles sont les caractéristiques de ces projets ? Non seulement ils ne réforment pas la structure en place mais en plus le ROI semble visible, quasi palpable (mais attention, en apparence seulement). C'est d'ailleurs pour cela qu'ils ont été choisis. La gestion globale du portefeuille de projets est en fait bien plus opportuniste que raisonnée. Traitant les problèmes au coup par coup et sans vision globale, elle n'évite pas les redondances et se rapproche bien plus souvent qu'on ne le pense du modèle de la "poubelle" .


Lire la suite...


La Gouvernance du SI, vous y croyez vous ?


Vous connaissez la gouvernance du système d'information ou IT Governance ? C'est ce nouveau concept né dans la mouvance de la corporate Governance qui garantit un pilotage aux petits oignons du système d'information en accord avec la stratégie et toutes les parties prenantes.… Génial non ?

Aligner les technologies sur la stratégie d'entreprise, on en parle depuis déjà pas mal de temps. Si le thème, désormais rebaptisé et restructuré en gouvernance du système d'information (ou IT Gouvernance pour faire court), semble devenir la préoccupation du moment, c'est tout simplement parce que l'enjeu est désormais crucial.
Mais qu'en est-il exactement ?
Lire la suite...


Auto-gestion, l'entreprise adulte


Vous en avez ras la casquette du management par le stress (Orange stressé : Le management par le stress à France Télécom & Suicide et travail : que faire ?), vous vous sentez pris au piège d'un salariat corvéable à merci (Travailler plus pour gagner moins : la menace Wal-Mart), vous n'avez pas du tout confiance dans un paternalisme de légende tout droit sorti du XIXème (Michelin : ils dénoncent la pression au travail), vous craignez l'extension de l'emploi jetable (Le quai de Ouistreham) et le modèle Toyota ne vous fait pas rêver (Toyota : L'usine du désespoir).
Il existe pourtant d'autres manières d'organiser la création de valeurs sans être pour cela contraint de subir en permanence les abus managériaux. L'inexorable financiérisation exacerbe déjà suffisamment les lois de la concurrence sans encore en rajouter.

L'auto-gestion, un mode de survie en environnement chahuté ?

L'auto-gestion par exemple, un modèle d'organisation fondé sur des principes démocratiques(1), est bien mieux adapté aux fonctionnements horizontaux tels que l'on devrait les pratiquer. Lorsqu'il est bien appliqué, ce mode d'organisation à l'échelle humaine est suffisamment mobilisateur pour relever des entreprises en faillite et vidées de leur substance par les ex-propriétaires. Même s'ils sont bien peu médiatisés, les exemples d'entreprises redressées depuis le passage en coopérative ne manquent pas.
Lire la suite...

Excel 2010 et les sparklines


Les sparklines
Image © Microsoft Corp
Vous connaissez les sparklines de Edward Tufle ? Mais si, ces minigraphes qui tiennent en une cellule de tableur ?
Là ça y est ?
Je vous en parlais il y a déjà quelques temps, en vous présentant rapidement l'usage de la solution proposée par Bonavista systems. Attendez un peu... Ah ! Voilà. C'est ici : Tableau de bord Excel et Sparkline.
Depuis la version Excel 2010, Microsoft a judicieusement choisi d'intégrer les sparklines directement dans le produit. Pratique pour suivre les tendances d'un seul coup d'oeil. Quasiment indispensables, à mon sens en tout cas, pour le tableau de bord sous Excel, notamment pour les pages de détails explicatifs, le pourquoi.


Lire la suite...


L'économie du gratuit, Free de Chris Andeson


L'internet ou plus globalement la généralisation du numérique est-elle en train d'activer une mutation radicale de l'économie vers le tout gratuit ? C'est la thèse de Chris Anderson, le rédacteur en chef de Wired. Souvenez-vous, il y a peu, il avait déjà secoué notre perception de la distribution en exposant le modèle de la longue traîne. Toujours en analyste de précision, et non en visionnaire, Chris Anderson expose le modèle de la gratuité. Irrémédiable. Si le modèle de la gratuité laisse sceptique les plus agés il est tout ce qu'il y a de plus naturel pour les moins de 30 ans.
Quel est ce modèle ? Comment fonctionne-t-il ? L'économie de l'abondance, comment s'organiser ?
Lire la suite...

De l'importance d'un Tableau de Bord Citoyen accessible à tous (web)


Stilglitz et le PIB

Pour ceux qui ne sont pas encore lassés de la question du futur PIB en gestation, un article GDP Fetischism publié sur le site de Project Syndicate et traduit en français Fétichisme du PIB sur celui des Echos. Joseph Stilglitz revient sur la fonction et les dérives de l'indicateur chouchou de la société (Est-il nécessaire de rappeler que Joseph Stilglitz prix Nobel d'économie préside la "Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress" en charge de réviser la définition du PIB ?)
PIB: Produit Interieur Brut, GDP: Gross Domestic Product
L'auteur rappelle notamment l'importance de la mesure dans un monde privilégiant la course à la performance, avec les risques d'erreurs de trajectoire lorsque les indicateurs sont mal choisis, mal construits ou suivis avec des oeillères (fétichisme).
A lire donc.

Une micro remarque en passant :

Nos éminents prix Nobel semblent remarquer que la Médiane, le juste milieu d'une population, est bien plus parlante que la Moyenne, total/nombre d'individus, pour tenir compte des disparités de revenus. En effet, il semblerait que les banquiers et patrons grassement payés auraient tendance à tirer cette dernière vers le haut. La médiane, pointant bien sur la valeur centrale : 50% au dessus et 50% au dessous, serait plus proche de la réalité. Sympa, même si j'ai l'impression que cette remarque était déjà au programme des classes de collège de mon époque. En tout cas, le thème débattu est très largement accessible...
Lire la suite...

Collecter les données


La Collecte des données ou de l'importance des préliminaires....

La phase la plus importante d'un projet se situe bien en amont du lancement proprement dit. On parle alors de l'avant-projet.
Cette caractéristique n'est pas propre aux projets technologiques. Lors de grands travaux de génie civil, le terrassement, la consolidation des sols, la préparation des fondations peuvent représenter une part importance du projet que ce soit en terme de coûts, de délais ou de compétences techniques à mobiliser.
La qualité de l'ouvrage dépendra directement du soin accordé à ces travaux préparatoires.


Lire la suite...

Que penser du cloud computing ?


Le Cloud Computing, il n'y a pas à se leurrer on n'y échappe pas.
Les promoteurs ne manquent pas d'arguments pour enjoliver l'offre potentielle. Ecoutons donc non pas les détracteurs mais ceux qui réfléchissent et argumentent un peu plus avant.
Un premier texte Not every cloud has a silver lining publié sur The Gardian. Une critique plutôt acerbe du cloud computing signée Cory Doctorow (Boing Boing)
Pour Cory Doctorow il n'y a pas de doute, à part quelques cas très précis, le Cloud Computing a toutes les chances de se transformer en une sorte de trappe à clients captifs sans que qualité de service et fonctionalités ne soient au rendez-vous. A part peut-être pour les back-up de sécurité (comme Amazon S3 Simple Storage Service), on doit pouvoir s'en passer, selon l'auteur bien entendu.
Lire la suite...

L'Intelligence collective en pratique


Expert vs Intelligence collective.

Que ferait-on aujourd'hui, sans experts, prévisionnistes et autres spécialistes de la prospective ?
Une décision délicate à prendre ? Quelle chance ! J'ai justement un expert sous le coude, prêt à éclaircir la problématique. Sauvé !
Pas un domaine ou une activité n'échappe à cet engouement pour les experts et prévisionnistes. La politique, les marchés boursiers, la météo, la circulation routière.
Ah ! mon rêve, être prévisionniste chez Bison Futé : «Ne prenez pas la route samedi 1er août, Bison Futé prévoit une journée rouge dans le sens des départs » Ben voyons ! Reconnaissons que Bison Futé ne se trompe jamais. Si les embouteillages prévus n'ont pas eu lieu, c'est tout simplement que les automobilistes ont bien suivi les recommandations. Aussi simple que cela ! C'est d'ailleurs la force des prévisionnistes de toujours retomber sur leurs pattes.
De toutes façons ils ne sont pas prêts de disparaître. En ces temps d'incertitude, je les verrais plutôt se multiplier.


Lire la suite...


Data mining : Les chercheurs de trésors


Ils sont rigolos les nouveaux chercheurs de trésors.La plage commence à peine à se vider et déjà ils débarquent avec leur poêle à rallonge en main, le casque bien ajusté sur les oreilles.Data Mining
Ils sont prêts à ratisser méticuleusement les quelques kilomètres de sable. Ah ? Quelque chose ? Un bip ? Il creuse un petit peu... Le signal se précise... Il creuse encore... Le signal devient fort. Ah ah ! Là il y a vraiment quelque chose ! 

Une bague en or ornée de rubis ? Un vieux camé, unique souvenir d'un parent regretté ? Une broche relique d'un amour perdu ? Fébrile, il s'accroupit et fouille avec son outil passoire. Il ne trouve rien. Il pose la poêle et remonte sa manche pour creuser avec sa main. Pas de bol pour cette fois. Ce n'est qu'une capsule de bière. Mais l'optimisme est là. Et il continue à chercher en espérant qu'un(e) pauvre malheureux(se) ait perdu un bijou de valeur. Sympa comme démarche....
Lire la suite...


F.A.Q Piloter la performance


Classement thématique des principales questions posées à propos du management de la performance. Cette série en 6 chapitres est aussi un point d'entrée transversal du portail.
Lire la suite...

F.A.Q Indicateur KPI


Questions fréquentes "Indicateurs de performance"


Lire la suite...

Faits et foutaises dans le management


couverture du livre Jeffrey Pfeffer , Robert Sutton
Vuibert
265pages 28 Euros
Méthode systématique pour démolir les demi-vérités pernicieuses et les croyances idiotes qui empoisonnent trop souvent la vie des entreprises...

4ème de couverture

  • * Ce qui fait marcher les gens dans l'entreprise et ailleurs, ce sont les incitations financières...
  • * La réussite d'une entreprise repose avant tout sur sa stratégie...
  • * Une entreprise doit savoir maîtriser le changement...
  • * Ce qu'il faut à une entreprise, c'est un grand leader...
Autant d'exemples d'affirmations péremptoires que vous avez sans doute déjà entendues... et pour cause, puisqu'elles inspirent fréquemment le management et les prises de décision dans les entreprises. Et si elles étaient fausses, ou seulement partiellement vraies ? Par exemple, et si les incitations financières avaient des conséquences qui altèrent la performance ? Et si se focaliser sur la stratégie plutôt que sur l'efficacité opérationnelle, c'était mettre à côté de la plaque ? Et si le changement était parfois pire que l'absence de changement ? Et si les "grands leaders" ne jouaient qu'un rôle mineur dans la performance de leur entreprise ?


Lire la suite...


Cloud Computing


Pour utiliser un grille-pain, un rasoir électrique ou un ordinateur personnel, il suffit simplement de brancher l'appareil dans une prise électrique connectée au secteur.
Dans l'industrie, c'est un peu la même chose. Les machines et systèmes sont connectés au réseau de distribution électrique pour y puiser l'énergie nécessaire.
Ce ne fut pas toujours le cas. Au siècle dernier, les industriels devaient aussi générer l'énergie consommée. Une machine à vapeur trônait au coeur de l'atelier. Un jeu complexe (et dangereux!) de courroies distribuait l'énergie aux différentes unités de production.
Par analogie, le "Cloud Computing" suit un peu le même raisonnement. Plutôt que de maintenir en local sa propre capacité de traitement informatique, ne serait-il pas plus pratique de la louer auprès d'un fournisseur spécialisé ? Il suffirait alors de se connecter à volonté depuis le réseau, en fait l'Internet.
Lire la suite...

Prendre une decision ad hoc


Le décisionnel : décision opératoire ou décision ad hoc ?
Si si, je vous assure. Les projets d'informatisation rentables sont aujourd'hui des projets dits "décisionnels".

décisionnel Eh ? Vous avez vu ? Le décisionnel a le vent en poupe. Si si, je vous assure. Les projets d'informatisation rentables sont aujourd'hui des projets dits "décisionnels".
Du coup, on libelle du flatteur qualificatif de "décisionnel" un peu tout et n'importe quoi. Il suffit de bâtir un projet ayant trait au traitement de l'information pour que ce dernier devienne un "projet décisionnel. Ou mieux encore, un bête système de reporting se voit lui affublé du titre flamboyant de : Business Intelligence ! ". Rien que ça !
Vous classez des feuilles en fonction de leur couleur : les rouges dans le panier rouge, les bleues dans le panier bleu et les vertes dans le panier vert.  Eh bien vous savez quoi ? Vous faîtes du décisionnel ! Véridique ! Et le système informatique qui vous indique la couleur et le numéro de la corbeille ? C'est un système décisionnel, bien entendu ! CQFD !
Mais dîtes-moi si je me trompe, mais quand même, l'informatique, c'est bien le traitement de l'information non ?  Alors l'informatique c'est du décisionnel si on va par là ...


Lire la suite...


Les progiciels de la Business Intelligence


Les progiciels de la Business Intelligence (informatique décisionnelle) répondent à trois besoins :

  • Collecter, nettoyer et consolider les données de l'entreprise étendue
  • Stocker les données
  • Exploiter l'information de l'entreprise étendue

Collecter : Les outils d'ETL (Extract Transform and Load)

outils BIL'aspect "collecte" est du ressort des outils d'ETL (Extract Transform load). Les systèmes d'information de l'entreprise sont hétérogènes. En dépit des efforts conséquents pour standardiser les outils informatiques (ERP), la disparité des formats des données stockées au sein des bases de production incompatibles deux à deux est toujours une réalité. Avant d'être utilisables, les données doivent être formatées, nettoyées (élimination des valeurs aberrantes et consolidées. C'est le prix à payer pour que les données deviennent des informations pertinentes, utiles au décideur en situation de décider. Les outils d'ETL (Extract Transform load) permettent d'automatiser ces traitements et de gérer les flux de données alimentant le Data warehouse ou le Datamart. C'est une étape fondamentale du projet décisionnel.
Lire la suite...

L'intelligence collective et la performance individuelle


humour partage des connaissances et performance individuelle

Le monologue

  • Le consultant promet monts et merveilles : Vous verrez ! Avec le portail (de connaissances partagées), vous pourrez accéder à TOUTES les informations de l'entreprise...
  • Le cadre malin qui connaît l'art du double-jeu :BRAVO! (Toutes ?... Enfin sauf celles que je garderai sur mon micro personnel) Se dit-il in petto...

L'information n'est pas un un produit comme un autre

Lorsque je donne une information je ne la perds pas pour autant. Ainsi si je donne une information et que j'en reçois une autre en échange, nous disposons tous deux d'une information supplémentaire, un jeu gagnant-gagnant...
Mouaif ! bon enfin... On en a aussi perdu tous les deux l'exclusivité.
Dans un système où l'on ne reconnaît que la performance individuelle, il y a plutôt intérêt à contrôler les informations que l'on donne tout comme celles que l'on reçoit. En tout cas tant que le management moderne restera fondé sur un principe d'individualisme et de compétition interne voir aussi Le management collaboratif version collabhorratif.

Et pourtant ....
Lire la suite...


KPI Indicateur clé de la performance


KPI Indicateur de performance

Gare à la dictature de l indicateur
Vous devez mettre des indicateurs. Il faut placer des indicateurs. Voilà des recommandations en forme d'ordre que l'on entend de plus en plus souvent. Est-ce lié à une dérive des normes ISO qui recommandent légitimement de piloter les processus clés ?......

Lire la suite...


Dis-moi quels sont tes indicateurs et je te dirai qui tu es 1ère partie
Un indicateur pertinent, et donc utile, ne se sélectionne pas au hasard. Il est le fruit d'une profonde réflexion afin d'intégrer du mieux possible l'objectif poursuivi, la démarche mise en place pour l'atteindre et d'une manière un peu plus subtile : la personnalité du décideur...

Lire la suite les indicateurs


Lire la suite...

Gestion des performances : Intégrer les données financières


Tribune libre
Un billet de Michel Bruley Directeur Marketing Teradata France

De nos jours, les directeurs financiers sont soumis à une pression constante de leur direction générale pour devenir proactifs et tournés vers l'avenir.
Afin de prendre de meilleures décisions, plus rapidement, tout en gérant le risque, les directions financières doivent pouvoir accéder en toute transparence à des données financières et d'exploitation, détaillées et intégrées. Pour que les initiatives de gestion des performances puissent réussir, elles doivent reposer sur des analyses qui relient les résultats financiers aux activités d'exploitation qui les génèrent. Ce n'est qu'à cette condition qu'elles peuvent rapidement transformer les données en informations pour orienter les décisions des directions.


Lire la suite...


Equiper les PME


Un gérant d'une PME du Sud-Ouest me fait part de ses difficultés pour trouver un équipement informatique adapté à ses propres besoins et à son budget. Il est vrai que le marché des PME est longtemps resté le parent pauvre des équipements en matière des technologies de l'information...

j

Des solutions inadaptées

La grande majorité des solutions s'adressent essentiellement aux grandes entreprises. Pourtant, en France notamment, les PME représentent 99% des entreprises et emploient 2 salariés sur 3. Ce n'est pas rien ! Les éditeurs de progiciels de type ERP ne sont d'ailleurs plus sourds à ce secteur du marché. Bien au contraire. La reprise des ventes de licences repose de plus en plus sur l'équipement des PME. Restent à fournir des solutions adaptées.

Si une grande entreprise peut se payer des mois et des mois de développement maison type ABAP pour écrire ses propres règles de gestion au sein du maelström généré par les progiciels éléphantesques, ce ne sera pas le cas de la majorité des PME. Le créneau des prestataires « métiers » est toujours à prendre.
Dans le cadre du décisionnel, la question se pose différemment.

Si la chaîne décisionnelle est toujours plus complexe, il est tout à fait possible, et même recommandé, de démarrer simplement. Excel ®, par exemple, est amplement suffisant pour créer quelques tableaux de bord de pilotage. Le temps d'apprécier les bienfaits de l'aide à la décision et d'en recueillir les fruits. Par la suite, lorsque le système d'aide à la décision prend de l'ampleur, il est temps alors de jeter un coup d'oeil du coté des progiciels spécialisés. L'utilisateur est alors bien plus averti et connait, sur le plan fonctionnel, en tout cas ses besoins.

Excel dans sa livraison de base dispose en standard de fonctions d'aide à la décision particulièrement évoluées. Le solveur, les scénarios, et surtout, les tableaux dynamiques (pivots tables) que vous pouvez connecter simplement à un cube OLAP extérieur. Voilà de quoi satisfaire les plus curieux.
Lire aussi : "l'essentiel du tableau de bord" dédié à la conception et la construction d'un tableau de bord de pilotage avec Microsoft Excel.
Lire la suite...


Trois lecons sur la société post industrielle


couverture du livre Le perfologue a lu pour vous :
Trois leçons sur la société post-industrielle de Daniel Cohen.
Un livre de la collection la République des idées Le Seuil.
"La société industrielle liait un mode de production et un mode de protection. Elle scellait ainsi l'unité de la question économique et de la question sociale."
En partant de ce principe, l'auteur propose en 3 leçons l'analyse des ruptures et des transformations qui ont conduit le capitalisme du XXI siècle à la "destruction méthodique de cet héritage"

Bref c'était mieux avant !
Et l'auteur construit sur cet unique postulat son analyse au demeurant intéressante bien qu'un peu courte et didactique, mais c'est là le principe de cette collection.

Lire la suite...


Sales cons et salauds en entreprise


couverture du livre Paraît que dans l'entreprise il y aurait des cons voire même des salauds ! Véridique !
C'est en tout cas ce que nous expliquent les auteurs de ces deux livres au titre sans détours récemment publiés.
Le premier Objectif zero sale con de Robert Sutton éditions Vuibert et le second Profession salaud de Claude Lussac (pseudo ?) Editions du Palio.

Bon pourquoi pas ?
Cela dit comment fonctionnerait l'organisation sans sales cons et encore moins sans salauds ?
Vous imaginez une entreprise où tout le monde s'entend pour oeuvrer en un sens commun ?
Les planches savonnées seraient ôtée consciencieusement une à une. Tout un chacun serait heureux de partager ses informations les plus jalousement gardées en pensant à la performance globale...
Et pourquoi pas utiliser les outils d'intelligence collective tant qu'on y est !
Vous n'imaginez pas ? Moi non plus !
Le moment serait alors venu de se poser la question de l'utilité de la direction et de réveiller ce rêve, vieux comme l'humanité, d'autogestion.
Mais paraît-il que seuls les ringards y pensent encore. Alors vive les sales cons et les salauds !

couverture du livreObjectif zéro-sale-con
de Robert SUTTON
Pocket
288 pages 7,40 Euros
Lire la suite...


Comment dissocier le bruit de l'information ? Avec bon sens


Pour prendre une bonne décision, il faut disposer de données propres, précises et validées. Ok. Bien sûr. Nous sommes tous d'accord. Mais est-ce suffisant ? Il n'est peut-être pas inutile de savoir aussi lire et trier les données avant de pouvoir espérer en extraire la substantifique moelle. A ce sujet, une petite pointe de bon sens ne sera pas superflue...
Bruit et données La mise en place de la structure de collecte des données et d'alimentation du système décisionnel est une phase essentielle du projet. Longue et coûteuse, c'est aussi la plus ingrate.

Au cours d'un projet Business Intelligence un poil conséquent, l'équipe de développement achevait de bâtir une première tranche de la structure d'alimentation, fournissant des données *propres* et donc *utilisables* au système global d'aide à la décision. Le coût et la durée de l'opération, conséquents comme il se doit, suggérèrent quelques réflexions de techno-fiction.
Lire la suite...


Il y a des managers bien singuliers


Leçon 1 du consultant : On ne se fie pas à la première impression. Facile de juger d'un seul coup d'oeil son nouveau client. Mais attention, de ne pas s'en tenir à cette première impression. On est souvent surpris. Explications....

Les internautes assoiffés de conseils sont des gens pressés...

humour mouche du coche Sur le Net, des typologies d'internautes on en trouve en veux-tu en voilà.
Moi j'ai la mienne.
A mon avis il y a deux catégories :
1) Les flâneurs fureteurs qui volètent de sites en sites, picorant au gré des humeurs
2) et les internautes pressés.
Et pour être pressés, ils le sont !
Les internautes de cette seconde catégorie cherchent quelque chose de bien précis. Ils n 'ont aucune envie d'être détournés de leurs quêtes.
D'ailleurs, pour ne pas perdre de temps à parcourir les sites, ils n'hésitent pas à questionner le gestionnaire. Et comme ils sont très pressés, ils ne vont pas s'encombrer de fioritures du style "bonjour, merci, à bientôt, je ne manquerai pas de parler de vous etc..." Non. Ils vont direct dans le vif du sujet.

Ainsi je reçois fréquemment des mails formulés à peu près comme cela, rien de plus, rien de moins :
- Comment on fait pour choisir un indicateur ?
- Pouvez-vous m'envoyer de la doc sur les tableaux de bord ?
- J'ai à tout prix besoin d'un exemple de conduite de projet en milieu bancaire. C'est super urgent...

Ou encore celui que j'ai reçu hier : Quel conseil donneriez-vous à un consultant freelance qui débute ?
La plupart du temps, les réponses sont déjà en ligne sur le site (voir la FAQ du portail). Mais une fois n'est pas coutume, je vais répondre ici à la dernière question à l'aide d'une anecdote.
Lire la suite...


L'information économique et budgétaire est le secret du pouvoir


Le bon usage des technologies expliqués au manager

Le dialogue

- Le DSI se mouille : " Avec le nouvel ERP, vous allez pouvoir rapprocher les données et visualiser la rentabilité exacte des produits !"

- LE CHEF D'ATELIER enthousiaste : "Bravo ! Comme cela, nous aussi à la production, on pourra afficher les coûts de revient "

- LE DAF cynique mais réaliste : "A la production ? Vous rigolez ! Ces chiffres sont réservés à la Direction Financière !"


Lire la suite...


F.A.Q management du SI


Questions fréquentes "Management du SI "


Lire la suite...

Comment reussir son echec


Quelquefois, prendre à contre-pied une situation donnée, facilite la compréhension du message.
Le "faîtes comme cela et vous êtes sûr de vous planter" donne un peu de consistance à la recommandation et, à l'occasion, eveille en chacun d'entre nous des souvenirs plus ou moins heureux...
Il y a quelques années, je m'étais laissé aller à l'exercice et j'avais mis en ligne un
petit guide pratique "Le projet décisionnel : comment réussir son échec en 10 leçons".
A mon avis il est toujours d'actualité.

Il commence ainsi :
1 Commencez par choisir l'outil. Il est forcément très bien puisque toute le monde en parle...

2 Ne questionnez pas les utilisateurs, de toutes façons ils ne comprennent jamais rien...

3 Pourquoi perdre du temps à étudier précisemment les besoins ? On a choisi un progiciel configurable !

4 Surtout ne dérangez pas la direction ! Contentez-vous de lui présenter les factures...


Lire la suite...

Tableau de bord Excel et Sparkline


Ceux qui ont lu "l'Essentiel du tableau de bord" (Best Seller de la thématique soit dit en passant) ont apprécié les quelques techniques simples pour réaliser en deux temps trois mouvements un tableau de bord sous Excel digne des progiciels spécialisés.

Définition tableau de bord
Un tableau de bord est en fait un générateur de sens. En pratique c'est une interface utilisateur sise à l'intersection d'une problématique et d'un ensemble de données. Son rôle fondamental est bien de transformer les dîtes données en informations porteuses de sens pour l'utilisateur en charge de résoudre la problématique.

Lire la suite...

Integration, data warehouse et Google OneBox


Facteurs d'utilité et de performance du système Data Warehouse

La qualité de l'intégration des données au sein du Data Warehouse est désormais reconnue comme le principal facteur conditionnant la réussite du système décisionnel.
C'est dire si cet aspect du projet Business Intelligence mérite un soin particulier.
Il ne faudrait pas pour autant que ce point, quoique essentiel, mobilise la totalité des efforts de conception. L'ensemble du projet est complexe. Il serait ainsi peu judicieux de ne pas consacrer autant d'attention à l'épineuse question de l'organisation des bases décisionnelles.
Lire la suite...

Le marché des progiciels décisionnels


Le marché des progiciels décisionnels : ça bouge...

Depuis quelques années, le marché des éditeurs d'outils décisionnels est en pleine restructuration.
« Concentration » semble d'ailleurs être le mot clé pour décrire cette évolution....
Lire la suite...


La dérive technologique du data warehouse


Pourquoi  une telle course au gigantisme des data warehouses, bases de données décisionnelles ? Est-ce simplement parce que la technologie le permet ?

Savez-vous combien de pages contient la base de recherche de Google ?
Quelques dizaines de milliers de milliards (30.000 Milliards déjà en 2012 d'après la Wikipédia)
Bon. Combien de pages consultez-vous régulièrement ?
Pas tant que cela j'imagine... Chacun prend vite ses habitudes et se limite à ses centres d'intérêt.
Autre question : Savez-vous combien de pages de textes pourrait-on stocker dans une base de 1Tera Octets ?
...

1 Tera octet c'est 1.000.000.000.000 octets.
A raison de 3000 octets par page, je vous laisse faire le calcul....
Le tera-Octet, c'est aussi la nouvelle unité de stockage des Data Warehouses. En tout cas d'après le vendeur que j'ai rencontré dernièrement, on y coupera pas ! (remarque, ce texte est assez ancien, il a été écrit il y a une bonne dizaine d'années)
Ne me dites pas qu'avec autant de données, vous ne trouverez pas l'information essentielle !
Ah ! Bon ? Vous n'êtes pas sûr de trouver l'information décisive ?
Vous ne pensez pas que de disposer d'autant de données améliorera la qualité de vos décisions ?
Et pourquoi donc ?
Ah parce qu'il vous faut pouvoir accéder aisement uniquement aux données qui vous intéressent, les autres vous vous en fichez !
Très bien. Et quelles sont les données qui vous intéressent ?
Ah voilà la question.
Cela dépend comme dirait l'autre...
En fait c'est bien par là qu'il faudrait commencer.
Par où ?
Et bien par définir quelles sont les données qui nous intéressent et les rendre facilement accessibles.
Alors pourquoi des data warehouses aussi gigantesques ?
Parce que la technologie le permet !

C'est un peu vrai et d'ailleurs Teradata avait publié un papier à ce sujet.
Cela dit, il ne faut pas jeter la pierre à la technologie. Elle n'est pas responsable du manque de structure. Car c'est bien par la question de structure qu'il faut commencer. En tout cas pour de classiques Data Warehouse. Toutes les entreprises ne sont pas prêtes à passer au Big data (voir ici le dossier big data"). Le Big Data exige un investissement compétent, non seulement dans la technologie mais aussi dans la compétence. Sans un spécialiste de l'analyse et des managers bien sensibilisés donc bien formés la technologie a elle seule ne sert pas à grand chose... Revenons à la question du Data Warehouse plus classique :
Lire la suite...



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2016 Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog ««