Les bases de données "In-Memory"

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Une nouvelle génération de base de données pour une utilisation intensive

Comme son nom l'indique clairement, une base de données dite "In memory" est essentiellement résidente en mémoire vive. Cette nouvelle génération profite de la baisse du prix des mémoires vives et de la puissance de calcul offerte par les nouvelles générations de processeurs multi-coeurs. En limitant au maximum les accès disques, les requêtes s'exécutent en un temps record. C'est évidemment une avancée majeure pour le monde de la business intelligence en version analytique. L'analyste n'est plus gêné par la lenteur des accès à l'infrastructure et aux disques de stockage pour bâtir de solides modèles d'analyses.

Le principe mis en oeuvre

Les bases de données "In Memory" sont généralement construites comme des base relationnelles. Elles sont conformes aux exigences ACID (Atomicity, Consistency, Isolation, Durability) qui garantissent l'intégrité des transactions. Les données contenues en mémoire sont volatiles par principe. Un système de sauvegarde périodique par image disque, snapshot, permet de sauvegarder la base. Ce système est complété d'une historisation des transactions afin de remettre la base en état en cas de coupure de courant.

Les solutions du marché

Sans surprise, la grande majorité des éditeurs de bases de données ont lancé leur propre solution.
  • SAP AG propose le produit Hana ®
    SAP place le In Memory au coeur de sa stratégie et multiplie les annonces. Le serveur Hana est désormais pleinement opérationnel avec la suite ERP de l'éditeur afin d'accélérer au maximum les transactions. À ce titre, l'éditeur parle de temps réel.
  • Oracle Corp et le produit Exalytics &Reg;
    Directement concurrent du produit Hana, Exalytics est selon son éditeur plus orienté analytique que transactionnel.
  • SAS Corp propose SAS® In-Memory Analytics
  • Microsoft lance le projet Hekaton &Reg; intégré à SQL Server
Cette courte liste n'est pas exhaustive. La technologie In Memory est à juste titre en bonne place dans la liste des technologies d'avenir régulièrement actualisée par le Gartner Group. Tous les principaux éditeurs proposent, ou proposeront à court terme, une solution de ce type, et chacun se réfèrera au catalogue de son fournisseur préféré.

La technologie mise en oeuvre

À titre d'exemple de la puissance dédiée à une base de données de type In Memory, attardons-nous sur la solution choisie par Oracle Corp avec le produit Exalitics ®. Cette solution s'appuie sur un serveur Sun Fire ® doté de 1 téraoctet de RAM et de 4 processeurs Intel Xeon E7-4800 de 10 coeurs chacun.
D'autres, comme SAS Corp, ont opté pour une architecture de type big data reposant sur une infrastructure Hadoop de 96 serveurs (blade servers), soit 1.152 coeurs, 9,2 téraoctets de mémoire et 57,6 téraoctets de capacité de stockage sur disque.


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 45)

Commentaires lecteurs...

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2015 Tous droits réservés Mentions légales


»» Toutes les fiches Piloter.org »»
Management de l'entreprise

Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail