Echec de la conception du tableau de bord

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Lorsque les indicateurs précèdent les objectifs...

"Pour celui qui ne dispose que d'un marteau tous les problèmes ont une forme de clou"
Une citation, tant de fois vérifiée quel que soit le métier exercé ou l'activité considérée, souvent attribuée à Joseph Juran, père fondateur de la qualité moderne (ou de ce qu'il en reste...)

Illogisme chronique des technomaniaques, la charrue avant les boeufs

Le déroulement classique du choix des indicateurs est désormais archi connu.
On commence par prendre le temps de choisir un objectif constructif et fédérateur, puis on s'attache à sélectionner les quelques indicateurs susceptibles d'en assurer un suivi raisonnable. Logique non ?

Pourtant il existe encore des concepteurs de tableaux de bord qui placent la charrue avant les boeufs, le toit avant les fondations, et construisent les indicateurs avant de définir précisément les objectifs.
Pas que des amateurs bombardés "concepteurs" le temps d'un projet, des consultants aussi.

Le marteau et les clous...

Imaginez un peu.
Le fun avant toute chose semble être leur devise. Construire un bel indicateur avec un intitulé ronflant leur paraît bien plus bandant qu'une étude de fond sur la finalité de ce dernier.
Ensuite ? Eh bien ils essaient de trouver à quel objectif le bel indicateur peut bien coller.
Aberrant ? Je suis d'accord avec vous.

A titre d'analogie, imaginez qu'après avoir offert à votre employé modèle un beau télémètre laser, vous lui demandiez de vérifier la masse de quelques objets. Ce dernier, cherchant à utiliser coûte que coûte le nouveau gadget, se lance alors dans une série de calculs après une estimation approximative de la densité des objets avec une marge d'erreur significative... Alors qu'il suffisait simplement de ranger le télémètre pour un usage futur et de ressortir la bonne vieille bascule ! "Pour celui qui ne dispose que d'un marteau tous les problèmes ont une forme de clou" disait déjà Joseph Juran.

...Et la charrue avant les boeufs

Encore une fois, le "comment" précède le "pourquoi".
On réalise parce que l'on dispose des moyens, puis on cherche à savoir à quoi cela pourra bien servir. La démarche technique est le point central de la construction, la réflexion organisationnelle est annexe, elle n'est qu'une justification des budgets engagés.

Ce n'est pas seulement une cause d'échec de la conception du tableau de bord. 99 % minimum des "usines à gaz" construites dans le monde du technico management n'ont d'autre origine que cette inversion des phases de la réflexion. Déjà dénoncé il y a bien longtemps par James C. March avec le "modèle de la poubelle" (voir ici Vous avez des solutions ? Cherchez donc des problèmes !). Regardez autour de vous les exemples ne manquent pas.

En complément, L'article Facteurs de succès et KPI est sur le même thème.


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 125)

Commentaires lecteurs...

Pour commenter en tant qu'Anonyme, cliquez sur "Commencez la discussion" Puis sur "Nom", tout en bas apparaît alors une case à cocher : "Je préfère publier en tant qu'invité"

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez


Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


»» Toutes les fiches Piloter.org »»
Management de l'entreprise
  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail