Projet en déroute: le point de vue des utilisateurs et des ingénieurs

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Que dit-on lorsque tout ne se passe pas comme prévu ?

Un enseignement digne d'intérêt

Un petit florilège de remarques collectées de ci de là lorsque les projets ne semblent pas répondre aux attentes. La chasse au(x) coupable(s) est alors ouverte. Gare aux absents ! Quel enseignement peut-on tirer de ces propos lâchés lorsque l'on en gros sur le coeur ? Une fois placés en perspective avec le constat de visu, soulagés de leur charge émotive, ils sont particulièrement précieux pour l'équipe chargée de reprendre le projet en déroute afin de le remettre sur les rails.

Le point de vue des utilisateurs

  1. Le responsable de projet était trop conciliant
    Un travers assez classique notamment lorsque le chef de projet est un débutant et le client particulièrement persuasif. Au final lorsque "l'usine à gaz" ne cache plus sa nature et que l'échec est désormais évident, on lui reproche d'avoir été trop sympa !
  2. Il manquait d'autorité et ne savait pas mener ses équipes
    Il y en encore pour s'imaginer qu'une équipe projet se conduit à la baguette et que, sans une autorité de fer, il n'y a pas de réussite.
  3. Les différents fournisseurs ne communiquaient pas suffisamment.
  4. On ne nous a pas tenus au courant de l'avancement.
    Il est vrai que les chargés de réalisation rechignent un peu à délivrer des repères précis sur l'avancement réel du projet. D'un autre côté, il existe aussi des donneurs d'ordre qui préfèrent de ne pas lever les lièvres avant l'heure.
  5. On ne nous a pas demandé notre avis.
  6. On voyait bien que ce n'était pas cela qu'il fallait faire...
    Pourquoi ne pas l'avoir signalé ? Pas toujours facile d'établir le contact. C'est pourtant un préalable pour réussir un projet.
    ... Mais faut bien admettre que nous on ne compte pas...
    Le mépris. Principal défaut du mauvais chef de projet. Attention toutefois aux attitudes involontaires et remarques irréfléchies. Les interlocuteurs se sentent parfois méprisés sans que l'on ait pour autant affiché un mépris patent.
  7. On ne comprenait rien aux problèmes exposés lors des réunions.
    L'abus de termes techniques, rien de mieux pour inciter à fermer les écoutilles. En plus, on évite ainsi les questions insidieuses.
  8. Le projet était trop ambitieux pour le budget et le délai disponibles.
    Une erreur d'estimation préalable. Quasi impossible à rattraper.
  9. Les problèmes soulevés lors de la séance précédente disparaissaient comme par magie. Etaient-ils résolus ? Resurgiront-ils avant la fin du projet ?
    Il est indispensable de mettre en place une gestion rigoureuse des réunions. Quels sont les problèmes soulevés ? Comment compte-t-on les résoudre ? Quelles sont les actions envisagées ? Qui sont les responsables ? Quels sont les délais ? Comment juger de la pertinence  des actions envisagées ? Comment les évaluer ?
  10. Il leur fallait toujours plus de temps.
  11. Il en fallait toujours plus. Il manquait toujours quelque chose qui n'était pas prévu dans le devis initial.

Le point de vue des ingénieurs

  1. Les clients ne savaient pas précisement ce qu'ils voulaient.
    D'où l'intérêt d'adopter une démarche coopérative et de la faire vivre tout au long du projet, quitte à abandonner la traditionnelle hydre à deux têtes MOE MOA.
  2. De toute façon, ils ne sont jamais contents.
  3. Les solutions choisies n'étaient pas assez mûres.
    Un problème récurrent des projets mettant en oeuvre des solutions technologiques évoluées. On utilise des solutions et des produits qui n'ont pas encore fait leurs preuves. Les releases successives livrées, et mises en route à un rythme trop soutenu, pénalisent le bon déroulement du projet.
  4. On nous en demandait trop, et il a fallu repousser les solutions dans leurs ultimes retranchements.
  5. Le cahier des charges manquait de précisions.
    Pas toujours aisé de gérer un projet lorsque l'on n'a pas élaboré le cahier des charges. Des inconnues subsistes et, plus pénalisant, les incompréhensions ne sont en lumière qu'une fois le produit achevé.
  6. Il a été élaboré en dépit du bon sens.
  7. On a manqué de temps, les délais étaient trop serrés.
    (Variante : remplacer temps par budget.)
  8. Les utilisateurs ne comprenaient pas, ils manquaient d'une formation minimum.

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 105)

Commentaires lecteurs...

Pour commenter en tant qu'Anonyme, cliquez sur "Commencez la discussion" Puis sur "Nom", tout en bas apparaît alors une case à cocher : "Je préfère publier en tant qu'invité"

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


»» Toutes les fiches Piloter.org »»
Management de l'entreprise
  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail