Management de l'entreprise

Le modèle de la poubelle ou les solutions avant le problème

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Les décisions sont-elles toujours rationnelles ?

C'est ainsi qu'on les juge...Après coup en tout cas.
Prenons un simple exemple.
Comment, dans vos entreprises, définissez-vous la priorité des projets ? garbage modelToujours après une étude d'opportunité rondement menée avec une définition précise de l'urgence... ou plutôt en tenant compte de la disponibilité des ressources ?
Il y a déjà pas mal de temps, nous avions monté, avec un collègue de l'époque, une petite boîte de développeurs spécialisés dans les problématiques d'informatisation de la production industrielle.
L'automne, était particulièrement propice pour effectuer notre marché auprès de nos clients et récupérer un ou deux projets conséquents à notre échelle, afin de démarrer correctement l'année suivante. Les responsables de division disposant de queues de budget, et nous sachant disponibles (nous étions peu nombreux sur le créneau et les besoins étaient alors énormes), profitaient de l'opportunité et « découvraient » de nouvelles urgences. Les priorités des projets étaient rapidement chamboulées...Il est aussi vrai qu'avec le temps, les « queues de budget » se sont plutôt raréfiées...)
Curieuse approche de la décision me diriez-vous. Mais est-elle vraiment originale ?

Le modèle de la poubelle

James G March avait déjà étudié ce phénomène et s'en était servi pour démontrer le côté mythique de la décision rationnelle au sein des organisations.
Dans la théorie classique on présuppose que, face à un problème, les décideurs élaborent rationnellement une solution adéquate. Voici le problème, cherchons la solution. Mais selon les observations de March et de ses collaborateurs, le processus de décision ne se déroule pas ainsi. Il s'agirait plutôt de mettre en concordance des solutions pré-existantes avec des problèmes... Les décideurs puiseraient ainsi, dans une vaste poubelle, des solutions en quête de problèmes.

La prise de décision, dans ce cas précis, ne serait que le fruit de la rencontre entre des flux de solutions, de problèmes, de participants et d'opportunités : "Le modèle de la poubelle " était né. « The garbage can model ».

Lorsque les problèmes existent me diriez-vous, il ne s'agit là que d'une question d'occasion. Les ressources sont disponibles, la solution "est en magasin", profitons-en ça ne durera pas. Voilà quel pourrait être le raisonnement logique, après un difficile effort de rationalisation a posteriori.

Mais en réalité, cette approche par la disponibilité ne forcent-elle pas la main pour tenter de faire coller par tous les moyens une solution déjà existante à un problème mal défini ? (Voire, et ce dans le pire des cas, de faire surgir des problèmes qui n'existent pas vraiment ?)
Regardons un peu autour de nous...
Ne sommes-nous pas dans le cadre du "Modèle de la poubelle" lorsque l'on investit dans une technologie avant d'établir une véritable étude d'opportunité ?
Ou encore, lorsque le "comment" l'emporte sur le "pourquoi", et que l'on passe très rapidement à la mise en oeuvre avant de bien étudier le pourquoi de cette solution ?

Combien de fois a-t-on compté sur les technologies disponibles pour résoudre des problèmes organisationnels ?
Combien de projets d'ERP et surtout de gestion de la relation client CRM ont ainsi démarré sur les chapeaux de roues et fini dans le fossé par manque de préparation et d'étude précise de la valeur et de la rentabilité ? ... Et combien de projets de Business Intelligence risquent de suivre la même voie ? Finalement, ne serait-ce pas là une des principales pierres d'achoppement des projets ?

Prendre un de recul et vérifier les pratiques de mise en adéquation des besoins et des solutions sera un bon point de départ avant d'aborder les questions essentiels d'alignement stratégique... Si l'on souhaite en tout cas dépasser un tant soit peu le stade des discours blablas et du pipotron...
A mon avis, le modèle de la poubelle, malgré ses 30 ans révolus, est plus réaliste que jamais.


Points de vue


J'avais déjà entendu parler du modèle de la poubelle de James March. Merci pour le lien
Ecrit par : marie


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 65)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


»» Tous les articles Piloter.org »»