Les KPI ne sont pas la priorité

15 décembre 2017  Par          Partagez
.

Les indicateurs de performance ne sont pas le plus important

Quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, il faudra bien finir par admettre que les indicateurs de performance ne sont pas le plus important. Tant que vous n'avez pas décidé concrètement et donc matériellement où vous souhaitez aller et comment vous souhaitez y aller, la manière dont vous mesurer votre progression n'a vraiment aucune importance !

“Que m'importe la force du vent si je ne sais vers quel port je me rends.”

Nouveaux tableau de bordAu cours d'un séminaire pour dirigeants, je développais les aspects bien spécifiques de l'identification des facteurs de succès lorsqu'un auditeur m'interpella ainsi :
- “ Ma mère qui est une femme de raison m'a toujours dit : ne perds pas ton temps avec les préliminaires et va directement à l'essentiel. Dites, on pourrait aborder dès à présent la question des indicateurs de performance ?”

Je lui répondis : - “Bien que je connaisse quelques situations où les préliminaires sont particulièrement importants, je reconnais que dans le cas présent votre mère a tout à fait raison.
Mais vous, vous avez tort. Désolé de vous le dire ainsi. Les indicateurs de performance ne sont pas le plus important. Le plus important, c'est de savoir ce que vous voulez faire et comment vous allez le faire. Le moyen choisi pour mesurer ne vient qu'ensuite." “

Maintenant, développons...

Les indicateurs de performance, que l'on préfère bien souvent dans leur forme américanisée KPI Key Performance Indicators, suscitent un véritable engouement. On les voit partout.
Pas une activité n'y échappe. Définir des indicateurs semble être la règle du moment.
Cela dit, c'est compréhensible. Avec l'incertitude ambiante, mesurer la performance rassure. Mais quelle performance ? Là on ne sait plus. C'est le paradoxe.

A force de marteler des slogans du type “On ne pilote que ce que l'on mesure”, on mesure un peu tout et n'importe quoi. Au final on ne sait plus trop ce que l'on pilote, ni même si on pilote. Je me demande s'il ne faudrait pas, durant un temps en tout cas, inverser la formule afin de se recentrer sur l'essentiel. “ On ne mesure que ce que l'on pilote”. Sous entendu, si on ne pilote pas on ne mesure pas. Cette formule inciterait à mieux définir ce que l'on souhaite piloter avant de partir tête baissée dans la quête des indicateurs de performance.

En fait, le plus délicat n'est pas de définir ce que l'on souhaite piloter mais bien comment on souhaite le piloter.
Avec l'avalanche de déréglementations en tout genre, nous vivons le passage d'une entreprise pyramidale, dirigiste et un peu paternaliste à une entreprise de type “libérée” au sens far-west du terme où la prime est offerte au plus déloyal, au moins fidèle. La fin justifie les moyens semble-t-elle nous sermonner.

Heureusement, la société civile, notamment dans le cadre du développement durable et de la Responsabilité Sociale des Entreprises exigent de nouvelles règles de conduite des entreprises. La gouvernance en est une facette. La coopération étendue, la transparence généralisée, l'autonomie et le travail en équipe responsable en sont une autre.

De nouveaux systèmes de prise de décision, bien plus respectueux autant des règles de l'éthique la plus élémentaire que des aspirations réelles des femmes et des hommes de l'entreprise, sont désormais nécessaires. Par chance, ces systèmes de prise de décision de nouvelle génération sont justement les moteurs de la réactivité et de la créativité, les deux besoins de l'entreprise d'aujourd'hui.

C'est un peu tout cela que nous allons développer dans ce livre, le quoi, le pourquoi et le comment définir et construire les tableaux de bord de ces nouveaux systèmes de prise de décision...
...Sans oublier les indicateurs de performance !

Ce texte sous copyright ©Eyrolles est l'avant-propos de la 4ème édition de l'ouvrage ci-après référencé.

Bâtir le système décisionnel de l'Entreprise

Etape après étape, De la définition de la stratégie au choix des indicateurs pertinents en passant par l'identification des objectifs de performance et la sélection des outils technologiques de la BI, ce livre vous guide au fil du projet pour bâtir le système de pilotage de la performance et d'aide à la décision par tableaux de bord.




Points de vue


J'aimerai savoir qu'elle est la différence entre "piloter la performance" et "évaluer la performance". Merci et bonne continuation!
Ecrit par : Slawy

Pour faire vite, l'évaluation de la performance est une composante à part entière du pilotage de la performance. Piloter la performance c'est adopter une démarche de progrès. Pour cela il faut maîtriser plusieurs domaines d'intervention, voir les thèmes traités sur ce site . L'évaluation de la performance est un peu la vigie de la démarche. Elle nous permet de s'assurer que l'on va dans la bonne direction et à l'allure voulue.
Ecrit par : afz


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 45)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2018- Tous droits réservés


Le Portail du Manager Innovant
Le portail du Manager Efficace Piloter.org