Le Portail du Manager Innovant

Comment devenir un bon décideur ?

24 février 2020  Par   Partagez

manager et la prise de décision

Notre parcours personnel n'est que la suite des décisions que nous avons prises... ou que nous n’avons pas prises. Nous savons tous intimement que la décision n'est pas un acte simple. Ce constat est d'autant plus vrai dans un environnement changeant, complexe, marqué par l'incertitude permanente. Autant maîtriser les principaux aspects de la décision afin de ne pas s'en laisser conter...

Chaque homme prend les limites de son champ de vision pour les limites du monde. Arthur Schopenhauer

Devenir un bon décideur en 10 étapes

La vraie fonction du manager, ce n'est pas d'être bienveillant, gentil, attentionné. Non. Sa vrai fonction, c'est de prendre des décisions, parfois délicates, souvent difficiles. Voyons ci-après dix étapes majeurs + deux recommandations pour mieux aborder la question de la prise de décision responsable en entreprise.

  • 1. Quel décideur êtes-vous ?

    Commencez par identifier votre attitude face à la prise de décision. Pour un management efficace de la performance, il est hautement recommandé d’abandonner le modèle de l’Homo Œconomicus. La décision est bien plus complexe que ne le propose ce modèle simplifié à l’extrême.

    La presse de management, populaire ou non, aime à entretenir l’image du décideur du type Homo Oeconomicus. Omniscient et omnipotent, il prend toujours la bonne décision. Normal, c’est lui le chef. En dépit des temps d’incertitudes devenus notre quotidien, cet absurde modèle de décideur semble paradoxalement inoxydable...

  • 2. Précisez votre conception de la décision en entreprise

    Décider n’est pas un acte aisé. Dans un monde d’incertitudes et de complexité croissante, il est assez exceptionnel qu’une alternative se démarque significativement. Décider c’est aussi faire des concessions.

    Étymologiquement parlant, décider c’est trancher.

    Le décideur des manuels de management sait parfaitement soupeser les alternatives pour choisir la plus adéquate autant en fonction des résultats espérés que des risques potentiels et des ressources nécessaires. Mais voilà, nous ne vivons pas dans un manuel de management, mais bien dans le monde réel avec sa complexité et ses incertitudes….

  • 3. Apprenez à juger de la qualité d'une décision

    Lorsque le temps a passé et que les incertitudes ont été levées, il est alors facile de juger de la qualité d’une décision et par conséquent d’un décideur. Il est préférable de ne pas abuser de cette situation privilégiée et plutôt injuste au risque de castrer les ambitions constructives.

    “La qualité d'un décideur ne peut être jugée au seul vu des résultats…”

    En temps d’incertitude, il n’est guère possible d’espérer la complétude de l’information pour prendre les décisions à coups sûrs. Le bon décideur évalue en fonction des informations disponibles, élabore des scénarios plausibles et prend le risque de décider.

  • 4. Prenez garde aux décisions supposément rationnelles

    En matière de décision, il est bon de ne pas se contenter des modèles classiques. Au sein des organisations, le processus de prise de décision est bien plus surprenant que ce que nous relatent les ouvrages de vulgarisation du management.

    Le processus de décision suit-il toujours un déroulement rationnel ? La théorie déroule un schéma logique et compréhensible partant de l’identification du problème pour aboutir au choix des solutions. Mais dans la pratique qu’en est-il ? Ne sommes-nous pas bien souvent en quête du problème susceptible de coller avec la solution dont nous disposons sous la main ? Étudions donc le modèle de la poubelle de James G. March.

  • 5. Manager c'est avant tout accepter les risques

    La décision est une prise de risque. Manager c’est Entreprendre, et Entreprendre, c’est avant tout accepter les risques. Encore faut-il que ceux-ci soient “mesurés”. On n’échappera pas à une soigneuse phase d’identification et d’évaluation.

    Mais qu’est-ce donc que le risque ?

    • 1) Comment l’identifier ?
    • 2) Comment s’en prémunir ?
    • 3) Comment le désamorcer ?
    C'est bien un processus d'analyse de risque, plus ou moins formel selon l'importance de la décision a prendre en terme d'impact, qu'il s'agit de dérouler pour limiter la prise de décision sans filet. Il est aussi fort utile de chercher dépasser un tant soit peu les limites que l'on s'impose comme la rationalité limitée au sens de Herbert Simon en pratiquant l’échange et le dialogue impromptu.

  • 6. Évaluer la qualité de votre tableau de bord

    Le tableau de bord est l’instrument de prédilection du manager de la performance. Encore faut-il que celui-ci soit utile, c’est-à- dire utilisable et utilisé.
    Concevoir et maintenir un tableau de bord efficace n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Il ne suffit pas d’insérer des graphiques aux riches couleurs et autres schémas en perspective 3 D. Essayez donc d’effectuer l’audit de votre tableau de bord pour en apprécier la pertinence. En déroulant méthodiquement l’audit le plus objectivement possible, étape par étape, vous prendrez mieux conscience des faiblesses et des améliorations à mettre en œuvre sans délai.
    Pour assurer la continuité de service d’un bon outil d’aide à la décision, il est nécessaire de consacrer régulièrement un peu de temps à ce travail de remise en question.
  • 7. Choisir les bons indicateurs, on ne pilote que ce qui est facile à mesurer

    Lors de la conception du tableau de bord, on n’hésitera pas à choisir les indicateurs de performance qui font mal. Ce sont les seuls efficaces.
    On ne pilote que ce que l’on mesure
    Cet aphorisme mainte fois ressassé mérite bien souvent d’être interprété. Si on ne pilote que ce que l’on mesure, sommes-nous sûrs à 100% de mesurer ce que l’on souhaite piloter ? Sur le terrain, loin des théories et des aphorismes :
    Ne mesure-t-on pas ce qui est facile à mesurer ?
    Alors que pilote-t-on ? Poussons encore un peu plus avant le raisonnement : Mesurer pour piloter
  • 8. Choisir les indicateurs de pilotage, on ne confond pas la cause et l'effet

    Lors du choix des indicateurs de pilotage, il est bon de se méfier de deux travers récurrents. Le premier est de choisir des indicateurs pour lesquels on ne dispose pas des leviers d’action. Le second est lié à une confusion entre l’effet et la cause.
    Différencier l’effet de la cause n’est pas toujours aussi simple qu’il y paraît. Ce travail de réflexion est pourtant indispensable avant d’identifier l'accessibilité et l’efficacité des leviers d’actions en préalable au choix des indicateurs de pilotage.

  • 9. Apprenez à interpréter les indicateurs sans manipuler votre auditoire

    Lorsque l’on est placé sur une branche élevée de l’arbre “entreprise”, il peut être tentant d’user de manipulations pour renforcer sa position. Il vaut mieux ne pas trop en abuser, les victimes sont rarement dupes.

    Lorsque l’accompagnement est traité avec rouerie, les indicateurs de performance sont bien pratiques pour camoufler la manipulation. En effet, on peut faire dire ce que l’on veut aux indicateurs. Il suffit de bien les choisir et de les interpréter à volonté. Le verre à moitié plein ou à moitié vide ? C’est un peu cela.
    Avec les indicateurs manipulés, on peut même aller plus loin comme laisser percevoir un verre vide alors qu’il est plein. Ou vice-versa.

  • 10. Limitez le recours aux experts "officiels" et favorisez l'intelligence collective

    Le recours à l’expert n’est pas l’unique solution. Les acteurs de terrain, même lorsqu’ils ne disposent pas de la totalité de la réponse, sont en mesure de produire efficacement des pistes de résolution de problèmes lorsqu’ils y sont incités.

    Mais la question est : sommes-nous meilleurs à plusieurs ou tout seuls, chacun dans son coin ? Les organisations se sont rarement posées cette question et ont toujours systématiquement privilégié l’avis de l’expert du moment plutôt que celui des personnes concernées.
    Les récentes technologies et notamment les réseaux sociaux sont pourtant d'excellents supports pour confronter largement les réflexions de chacun et développer efficacement la prise de décision collective.

Recommandation : n'hésitez pas à déléguer

Le type de délégation et les modes de contrôle sont révélateurs du fonctionnement global de l'organisation. Ils définissent le processus de prise de décision et cadrent le mode de conception du système décisionnel.
Déléguer c'est aussi faciliter la prise de décision en équipe. Celle-ci n'est possible que si on a pris soin au préalable d'établir contractuellement une véritable relation de confiance qui implique la transparence et par voie de conséquence la reconnaissance.

Ce texte est extrait de l'ouvrage "Perfonomique", disponible en accès libre et gratuit, voir la bibliographie ci-dessous

A ce sujet, voir aussi

  • Qu'est-ce qu'un bon manager ?
    Le bon manager n'est plus celui qui règne sur son équipe en s’appuyant, au mieux sur une supériorité de connaissances ou de compétences, au pire sur une autorité établie officiellement. Ce temps est largement dépassé ou en tout cas il devrait l’être. Le bon manager est celui qui dynamise l'expression de toutes les intelligences pour accéder au stade ultime de l’efficacité, l'intelligence cumulée.
  • Le manager est un stratège
    Dans un contexte pour le moins bouleversé, il est prudent de se livrer à un exercice de stratégie appliquée afin d'anticiper un tant soit peu le devenir collectif et opter ainsi pour une orientation qui garantie une création de valeurs durable. C'est en cela que tout manager se doit d'être un stratège afin de sélectionner, de lancer et de conduire les projets qui garantissent un progrès continu selon l'orientation choisie.
  • Le manager, le robot et la prise de décision
    Le rôle du manager c'est de prend des décisions, c'est un fait. Est-ce qu'un robot équipé d'une intelligence artificielle sera-t-il capable de prendre lui aussi voire mieux les indispensables décisions ? C'est ce que croient tous ceux qui se fondent sur le modèle de l'Homo oeconomicus. Selon ce modèle pour le moins simpliste, le décideur est ultra rationnel, parfait calculateur et pleinement informé, il prend toujours la bonne décision, comme un robot donc. En réalité, en entreprise on navigue plutôt dans un contexte complexe et incertain et le processus de décision ne peut être envisagée par un modèle simpliste qui fait l'impasse sur l'incertitude, le doute et le risque.
  • La prise de décision et le droit à l'erreur
    La qualité d'une décision ou la compétence d'un décideur ne peut être jugée au seul vu des résultats, malgré la croyance largement répandue. C'est pourtant malheureusement le principe retenu que ce soit en entreprise ou ailleurs pour trier les bonnes décisions des mauvaises et les décideurs respectables des incompétents dans la foulée. Ce principe est totalement erroné et néfaste de surcroît. Toute la question du droit à l'erreur repose justement sur un sérieux éclaircissement de ce principe. Voyons tout cela dans le détail.
  • Délégation et prise de décision dans l'entreprise
    Le concept de délégation est indissociable de la notion de pouvoir. Le type de délégation et les modes de contrôle pratiqués dans l'entreprise sont la signature du fonctionnement global de l'organisation et du principe de management. Ils définissent précisément le processus de prise de décision et permettent ainsi de mieux cadrer la conception du système décisionnel.

À lire...

PERFONOMIQUE SAISON II, l'ebook gratuit du management

Dans cet ouvrage, le rôle du manager est structuré selon les huit verbes d'action majeurs. Chacun de ses verbes est placé sous l’éclairage plus ou moins diffus des trois facteurs d’influence : le bon sens, le respect d’autrui et le principe de mesure de la performance.
32 recommandations de terrain jalonnent le parcours du lecteur. Chaque recommandation, fruit de la pratique, est illustrée d’un récit, d’une expérience vécue. Ces récits sont les vecteurs du sens.
Perfonomique, Saison 2PERFONOMIQUE SAISON II
8 verbes et 32 recommandations illustrées pour un management de la performance pleinement assumé

Alain Fernandez
Editeur : Mimismo
Pages : 199 pages
Prix : 0 Euros
EAN : 978-2956758846

Disponible en téléchargement, cliquez sur la couverture

Une démonstration pratique, du management par le bon sens

Cet ouvrage de référence déjà réédité six fois, présente, explique et illustre à l'aide de témoignages réels les 12 bonnes pratiques de bon sens pour conduire efficacement un projet d'entreprise aujourd'hui.

Le chef de projet efficace
12 bonnes pratiques pour un management humain

Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
240 pages 22 Euros
EAN : 978-2212569735

Disponible en librairie
   
Disponible au format ebook
PDF & ePub, Kindle

Voir ici la fiche technique, extraits, critiques...

Cet ouvrage de référence développe une démarche pratique pour dynamiser l'innovation dans une optique de performance globale et durable de l'entreprise en se fondant sur une délégation efficace auprès d'équipes de terrain solidaires.

Tableaux de bord du manager innovant, le livrePiloter donc au lieu de contrôler !, Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe
Alain Fernandez
Editeur : Eyrolles
Pages : 320 pages
Prix : 25 Euros

Disponible en librairie
   


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 185)

           



Tous les articles