Autoformation

Tout apprendre avec la méthode Faraday

20 mai 2019  Par   Partagez

La méthode de michael FaradaySe former tout au long de la vie est un programme ambitieux qui ne sera réalisable qu'à la condition d'adopter de bonnes habitudes. Je vous propose sept habitudes à adopter au quotidien. Ce sont celles que j'utilise consciencieusement depuis une bonne quinzaine d'années pour mes propres besoins de formation. Ce sont des références, elles sont en effet inspirées des pratiques de Michael Faraday, savant autodidacte de génie, encensé à juste titre dans tout le monde anglo-saxon. Voyons tout cela.

Profitons de l'expérience et des recommandations intemporelles d'un scientifique de renom, autodidacte de génie.

Michael Faraday, un autodidacte remarquable

Michael Faraday(1791-1867), physicien britannique spécialiste de l'électromagnétisme, avait mis au point une méthode pour construire son apprentissage et conduire efficacement sa carrière scientifique. Michael Faraday était en effet un autodidacte, un vrai. Né dans un milieu particulièrement modeste, il est contraint d'entrer très jeune dans la vie active.

Par chance pour lui comme pour nous les bénéficiaires de ses découvertes, il trouve un emploi chez un éditeur libraire. Il profite de ses temps libres pour dévorer tous les livres qui lui tombent sous la main et en rédige des synthèses qu'il envoie à des scientifiques. Sa carrière de génie scientifique était lancée.

Une méthode particulièrement simple et efficace

La méthode Faraday est assez simple. Elle repose sur six principes comme autant de bonnes habitudes. Ces habitudes sont toujours d'actualité, elles sont intemporelles. Adopter ces habitudes, c'est s'assurer d'une autoformation réussie, je peux en témoigner.

J'ai découvert cette méthode il y a déjà bien des années et je l'ai adoptée après l'avoir adaptée aux exigences actuelles de l'autoformation sur le Web et les réseaux sociaux. Ce fut assez aisé puisque l'autoformation ce n'est rien d'autre que collecter de l'information et confronter ses raisonnements avec ses pairs. C'est ainsi que Michael Faraday procédait et la méthode n'a pas changé aujourd'hui. L'autoformation est même sérieusement facilitée avec le web et les réseaux sociaux, cela va s'en dire. Encore faut-il séparer le bon grain de l'ivraie. C'est aussi à cela que sert une bonne méthode.

Voir ici une biographie de Michael Faraday résumant les 7 temps majeurs de sa vie

Les sept habitudes de la méthode Faraday "augmentée"

J'ai complété la méthode d'une indispensable bonne pratique préalable pour mieux construire ses connaissances : l'établissement d'un plan et la sélection d‘objectifs de formation viables.

Première Habitude : Construire son programme de formation

Pour être sûr de ne pas perdre son temps et acquérir de solide connaissance, il est indispensable de se construire un plan d'autoformation et de fixer des objectifs. Ainsi le programme et bien cadré et orienté.

Jusque l'a rien de bien sorcier. Pour construire le plan, nous utiliserons le Mind Map, ce fantastique outil de Tony Buzan. On pourra bien entendu le remanier à volonté afin de mieux préciser le périmètre d'acquisition des connaissances.

Quant aux objectifs de formation, il suffit de respecter quelques règles de bon sens. Ce sont les buts à poursuivre. Non seulement les objectifs orientent l'acquisition des connaissances mais ce sont aussi de précieux outils pour l'évaluation des acquis.

  • Faire un Mind map, c'est facile !
    Réaliser un Mind Map n'est pas une affaire en soi. Un papier et quelques feutres de couleurs et l'affaire est jouée. Les idées viennent toutes seules au fur et à mesure. Ah ! au fait, une gomme est aussi forte utile. On ne réussit pas du premier coup, d'ailleurs c'est un peu le but du jeu, il s'agit de tâtonner. Un bon logiciel, open source de préférence, est encore une meilleure solution. Voyons tout cela avec une petite méthode en cinq temps, une infographie et de nombreux exemples.
  • Comment choisir un objectif de formation ?
    L'objectif de formation remplit au moins deux fonctions : il indique la direction en fixant le but à atteindre et il permet de mesure la qualité de sa progression dans sa démarche de formation. Autant se fixer des objectifs soigneusement choisis, pas trop ambitieux, juste ce qu'il faut. Ainsi on sait toujours ou on en est, et on se motive en les accomplissant. Voyons comment s'y prendre.

Deuxième habitude: Prendre des notes à tout instant et en toute occasion

Les bonnes idées sont fugaces. Il suffit de changer de contexte pour oublier les réflexions que l'on s'était promis de développer. Pour l'usage le plus courant, un simple carnet est un bon instrument. Surtout si on apprend à utiliser les techniques de Sketchnote. Pour mémoriser les informations importantes trouvées en surfant sur le Web, des outils tels que Evernote (www.evernote.com) s'avèrent indispensables.

L'observation devient une habitude, et on prend en note les données essentielles afin de ne pas surcharger sa mémoire.

Lire à ce sujet

  • Comment prendre des notes avec Evernote
    Il existe aujourd'hui d'excellents outils pour archiver le fruit de ses recherches de documents en ligne. Étudions l'outil Evernote ®, le plus populaire encore aujourd'hui.
  • Comment prendre des notes avec Sketchnote
    Améliorer son efficacité c'est aussi soulager sa mémoire. Pour cela, rien de mieux que d'adopter l'habitude de prendre des notes en toutes occasions. Au cours de cette fiche nous étudierons la technique du sketchnote, je ne connais pas plus efficace pour bien structurer les notes manuscrites.

Troisième habitude: Toujours tout vérifier

C'est fondamental et encore plus vrai aujourd'hui à l'époque des fake-news. Avant de se fier à une théorie ou de relayer une information d'un clic pressé sur twitter, il vaut mieux la vérifier dans la mesure du possible en la confrontant à d'autres sources.

Sinon on finit par croire que la terre est plate comme 1 français sur 10 selon un sondage IFOP pour la fondation Jean-Jaurès consacré au complotisme.

Plus subtile, si une explication nous satisfait pleinement nous sommes naturellement plus réceptif et plus enclin à lui accorder un certificat de véracité en dépit des critiques formulées. Pour illustrer se propos, je vous invite à lire avec attention les commentaires accompagnant ce post publié sur Linkedin, reprenant un des plus vieux hoax (canular) des réseaux sociaux anglophones comme francophones, celui de la meute de loups.

  • Vérifier ses sources
    Grâce au web et aux réseaux sociaux, nous disposons aujourd’hui des moyens de nous informer à tout instant et en n’importe quel lieu. En contrepartie, il est aussi plus difficile d’échapper aux rumeurs et aux idées reçues. Voyons comment s'y prendre pour faire le tri entre informations dignes d'intérêts et les fake-news comme on dénomme aujourd'hui toutes ces tentatives de manipulations, volontaires ou involontaires. De toutes manières le résultat est le même : la désinformation.

Quatrième habitude: Entretenir une correspondance avec ses pairs

Il ne suffit pas de se rencontrer. Il est aussi important d'entretenir une correspondance écrite et régulière avec une étroite sélection de partenaires partageant le même esprit. C'est un enrichissement continu pour chacun des correspondants. L'e-mail remplit aujourd'hui merveilleusement cet office, encore faut-il bien l'utiliser, ce qui est rarement le cas.

De l'importance du réseau de formation, tellement aisé à faire vivre aujourd'hui avec l'e-mail et les réseaux sociaux.
  • Comment écrire un email professionnel ?
    Quelle que soit l'activité professionnelle exercée, il sera toujours indispensable de maintenir le lien avec ses partenaires. L’outil le plus simple reste encore l’e-mail, c'est une évidence tant l'outil est entrée dans les moeurs. Malheureusement, bien peu d'internautes l'utilisent comme il se doit. Les quelques règles énoncées ici sont un impératif pour profiter pleinement d'échanges fructueux.

Cinquième habitude: Mettre en place une véritable collaboration pour confronter et échanger les idées

Il n'est guère possible de travailler en isolement total. Quel que soit le sujet du moment, il gagnera toujours à être confronté et enrichi des points de vue et commentaires de partenaires, acteurs de la même thématique.

Le réseau est un lieu d'échanges où les idées se partagent, se confrontent, se discutent et se construisent. Encore faut-il maîtriser les règles de survie sur les forums et réseaux sociaux
  • Comment profiter des réseaux sociaux
    Les idées ? On en discute ! Les réseau sociaux sont un lieu d’échanges où les idées se partagent, se confrontent et se construisent. Il est particulièrement difficile de travailler isolé de tous, seul dans son coin. Quel que soit le sujet étudié, il gagnera à être confronté et enrichi des idées, points de vue et commentaires de partenaires ayant adopté une approche différente pour le traiter. Mais attention, comme dans la vraie vie, les abrutis de toutes espèces, individus néfastes par définition, pullulent. Voyons un guide de survie sur les réseaux sociaux.
  • Devenir influenceur des réseaux sociaux
    Être influenceur c'est établir des relations solides et profitables pour chacune des parties, c'est construire des ponts plutôt que des murs, c'est aussi mesurer régulièrement la rentabilité du temps passé sur les réseaux sociaux, particulièrement chronophages. Voyons une démarche complète pour assurer solidement sa renommée sur les réseaux sociaux tout en profitant pleinement de l'échange pour s'enrichir intellectuellement.

Sixième habitude: Éviter les controverses

On fuira comme la peste les lieux où celle-ci est appelée à se développer, que ce soit au cours d'échanges sur des forums Internet ou au contact d'acteurs un peu obtus qui deviennent rapidement agressifs pour défendre leur point de vue

La polémique pour la polémique est toujours stérile. C'est une perte de temps et d'énergie.
  • Comment éviter les polémiques sur les réseaux sociaux ?
    Au coeur des réseaux sociaux, les rencontres ne se déroulent pas nécessairement comme dans la vraie vie. Les contacts sont plus faciles c'est un fait. Mais on se retrouve parfois pris au piège de l'ardeur de certains correspondants qui profitent de l'éloignement physique pour entrer en polémique bien à l'abri derrière leur écran. C'est une dérive à bien gérer si on souhaite profiter des réseaux sociaux professionnellement sans perdre sa santé ou sa bonne humeur dans des luttes stériles. Voyons comment s'y prendre pour anticiper et bien gérer les polémiques inutiles.

Septième habitude: Ne pas généraliser trop rapidement, s'exprimer aussi précisément que possible

Cette dernière habitude est en fait le rapprochement de deux principes complémentaires. Le premiere tombe un peu sous le sens. Considérer comme axiome ce qui n’est que l’analyse d’un phénomène mal compris n’est peut-être pas la meilleure idée. Il est en effet prudent de ne pas généraliser un peu trop rapidement et de tirer des règles et principes de ce qui n'est encore qu'une simple observation.

En revanche, la seconde recommandation est plus subtile qu’il n’y paraît. Elle révèle en substance un test de la qualité de l’acquisition des concepts. Si l’on n’est pas capable d’exprimer précisément et simplement son propos, c’est bien la preuve que l’on n’a pas encore suffisamment débroussaillé le sujet. Cette erreur de raisonnement sera vite démontrée. Ce sera la preuve que l'on n'a pas encore atteint le stade de la synthèse et qu'il ne s'agit que d'un regroupement un peu rapide de faits disjoints.

À titre d'illustration, une bonne idée peut être décrite et expliquée simplement et précisément. Il suffit en effet de deux ou trois croquis rapidement tracés sur un coin de table pour lancer une discussion riche et efficace.

Mais la meilleure méthode pour vérifier et consolider ses connaissances, reste encore de les transmettre à son tour.
  • Transmettre ses connaissances pour mieux les consolider
    La meilleure manière d’évaluer le degré d’acquisition de ses connaissances, c’est encore de les transmettre à son tour. Préparer un cours contraint à explorer les recoins les plus cachés de ses savoirs fraîchement acquis. Les lacunes seront inévitablement mises en évidence au cours d’une session de formation. Il est assez facile d’imaginer l’embarras du formateur qui, face un public attentif, se voit pris au piège de sa propre ignorance. Nicolas Boileau en son temps avait bien exprimé l’importance de bien maîtriser son sujet avant de le transmettre. Voyons comment s'y prendre.
  • Comment partager ses connaissances ?
    Partager ses connaissances est une démarche doublement enrichissante. Non seulement on participe à un projet altruiste mais aussi, s'il est bien conduit, on recueille en retour une somme d'informations qui renforcent ses propres connaissances. Encore faut-il utiliser le bon modèle de diffusion des connaissances. Voyons tout cela.

Comment j'ai découvert la méthode Faraday

J'ai découvert la méthode Faraday il y a bien des années déjà. Je vivais alors à Vancouver (Canada). Au cours d'un passionnant séminaire organisé au sein de l'UBC (University of British Colombia), le conférencier avait rapidement évoqué cette méthode sans s'étendre plus longtemps. Je profite de la pause pour le questionner à ce sujet. Obligeant, il prend le temps de me proposer quelques pistes de réflexion, de quoi éveiller un peu plus ma curiosité.

J'étais alors prêt à pousser plus avant mes investigations. Par chance, la ville de Vancouver est dotée d'une extraordinaire bibliothèque autant sur le plan architectural que pour la richesse des ressources disponibles. Je la fréquentais assidûment et je la connaissais particulièrement bien. Il me fallut bien peu de temps pour tout savoir autant sur la vie de ce génie qu'était Michael Faraday que sur cette inestimable méthode d'autoformation qu'il avait mise au point pour ses besoins personnels.

J'ai alors compris que c'était la méthode qu'il me fallait pour mes propres besoins d'autoformation. En effet, dans son principe, elle est intemporelle. Mettant l'accent sur la collecte d'informations, les échanges et la communication, il a suffi de quelques ajustements pour qu'elle soit tout à fait en phase avec notre époque actuelle, aux usages très centrés sur le web et les réseaux sociaux.

Je souhaite vous en faire profiter pour que vous puissiez à votre tour construire et suivre vos propres programmes d'autoformation. C'est là l'objet l'ouvrage présenté ci-après.

Ce paragraphe est la "note au lecteur" du livre ci-après

L'ouvrage de référence

7 Habitudes pour se former tout au long de la vie7 Habitudes pour se former tout au long de la vie
La méthode Faraday, une légende de l'autoformation

Alain Fernandez
110 pages Prix : 4,99 Euros
Editions Mimismo, ISBN : 9782956758815
Ebook Kindle
Ebook epub

Voir la fiche du livre

A ce sujet, voir aussi

  • Michael Faraday, le savant autodidacte
    Michael Faraday (1791-1867) est l’un des principaux savants et découvreurs du XIXe siècle. Chimiste, puis physicien de renom, il fut le premier à isoler et à identifier le benzène. Spécialiste de l’électromagnétisme, ses travaux sont à l’origine du développement du moteur électrique et de la découverte des ondes radios électromagnétiques. Michael Faraday était aussi un autodidacte de génie, et c’est à ce titre que nous nous sommes intéressés à son parcours et à sa technique d’autoapprentissage.
  • Autoformation : Evitez les chausse-trapes
    Se former est une digne ambition, d'ailleurs indispensable aujourd'hui où l'exigence de renouvellement des connaissances est particulièrement accélérée. En revanche il vaut mieux éviter de se fourvoyer en sélectionnant mal ses motivations et ses objectifs au risque de perdre non seulement un temps précieux mais aussi un indispensable enthousiasme. Voyons tout cela.
  • Apprendre doit rester un plaisir
    Combien de fois nous sommes-nous retrouvés à essayer de se concentrer sur un sujet rébarbatif ? On a beau s'auto-justifier avec des il faut bien le faire, mais à la première occasion notre attention s'évade... Et on relit pour la troisième fois le même paragraphe sans le comprendre pour autant. En conclusion, il est toujours préférable d'étudier des thèmes que l'on aime. C'est une évidence, mais il n'est pas inutile de le rappeler.
  • Un tête bien pleine ou une tête bien faite ?
    Toute la subtilité de l'acquisition des connaissance repose sur cette célèbre formule de Montaigne, S'agit-il de se remplir la tête de connaissances pour répondre du tac au tac à des quiz ou de structurer ses savoirs afin d'améliorer sa capacité de jugement pour des situations imprévisibles ? Là est la question.


Lecture recommandée

7 Habitudes pour se former tout au long de la vie7 Habitudes pour se former tout au long de la vie
La méthode Faraday, une légende de l'autoformation

Alain Fernandez
110 pages Prix : 4,99 Euros
Editions Mimismo, ISBN : 9782956758815
Ebook Kindle
Ebook epub

Voir la fiche du livre


Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du webObjectif : Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du web
Les 7 bonnes pratiques de l'autodidacte 3.0

Alain Fernandez
137 pages Prix : 4,99 Euros
Editions Mimismo, ISBN : 9782956758839
Ebook Kindle
Ebook epub

Voir la fiche du livre

Copyright : © Alain FERNANDEZ 1998-2019 Tous droits réservés

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 65)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.

           



Tous les articles