Le Portail du Manager Innovant

Syndication, fil RSS du site piloter.org    Je suis aussi  sur facebook    Je suis aussi sur  Linkedin    Actualités Twitter
Syndication, fil RSS du site piloter.org  Je suis aussi  sur facebook  Je suis aussi sur  Linkedin  Actualités Twitter
×
★ TOUS LES ARTICLES ★

La méthode Six Sigma

Mise à jour le 11 juillet 2022  Par   Partagez
Cette étude consacrée à la démarche "Six Sigma" est destinée aux managers souhaitant disposer rapidement d'une connaissance suffisante afin d'être en mesure de juger à sa juste valeur la pertinence de la méthode. Un conseil : attention de ne pas mépriser la question de l'humain au risque de se la reprendre en boomerang (et à juste titre !).

La quête du zéro défaut devrait toujours être corrélée par une juste gestion des coûts d'obtention (financier et humain) pour échapper au risque de devenir obsessionnelle et contreproductive à la fois. La maîtrise d'un principe de mesure systématique, justement ciblé et largement partagé s'impose.

Qu'est-ce que la méthode Six Sigma ?

Six sigma est un ensemble de méthodes, de techniques et d'outils statistiques principalement, destinés à réduire drastiquement les défauts de fabrication en s'attaquant aux causes et aux raisons de la variabilité.

La méthode doit son nom au niveau de variation statistiquement acceptable soit 3,4 défauts pour un million d'unités produites.

Atteindre le seuil des six sigma est donc un objectif, et la démarche éponyme propose outils et méthodes pour y accéder.

Objectifs de la méthode

  • Mieux connaître les attentes des clients.
    Importance primordiale. Quels sont les facteurs clés de la qualité au sens du client et non au sens des habitudes et pratiques de l'entreprise ?
  • Connaître et maîtriser les facteurs influents de la qualité.
    Avantage indéniable. Connaître les facteurs clés, vital few, permet de cibler du plus efficacement possible les actions d'amélioration des processus avec la certitude de toujours aller dans le sens de l'accroissement de qualité selon le client.
  • Maîtriser la variabilité des dits facteurs.
    L'objectif est d'encadrer la variabilité des facteurs influents de la qualité au sens du client dans les limites de l'acceptable et d'éliminer définitivement les possibilités d'écarts imprévus. Bref d'accroître la satisfaction client.
La méthode 6 Sigma pose ainsi comme principe fondamental : "SI tous les efforts sont mis en oeuvre pour toujours rester à l'intérieur de cette fourchette, ALORS le gain sera au rendez-vous."
La diminution drastique des rebuts et la satisfaction constante des clients sont en effet un des moyens pour améliorer sa rentabilité.

Toute l'entreprise est concernée. 6 Sigma dépasse ainsi la logique de démarche d'amélioration continue chère aux approches qualité plus classiques.

C'est en tout cas la théorie. Et par définition, la théorie n'a rien à voir avec la pratique : voir ici une réponse un peu plus nuancée. Voir ici une approche plus critique des méthodes d'organisation industrielle

6 sigma, de la démarche qualité au management global

Limitée dans un premier temps aux techniques de SPC (Statistical Process Control MSP Maitrise Statistique des Procédés), elle est rapidement devenue une véritable méthode de management englobant l'ensemble des fonctions de l'entreprise.

Un processus radical d'amélioration

La méthode Six Sigma est née au début des années quatre-vingt au sein des usines Motorola. La méthode a ensuite été perfectionnée par d'autres groupes industriels, comme General Electric, Allied-Signal ou Texas Instruments par exemple, qui l'ont mise en oeuvre.

Motorola a d'ailleurs été l'une des toutes premières entreprises mondiales à recevoir le "Malcolm Baldrige", prix très convoité récompensant les entreprises US accédant à la qualité totale.

La lettre grecque "Sigma" symbolise la variabilité (ou la dispersion) statistique. Six en l'occurrence, caractérise une dispersion limitée (3,4 défauts par millions d'unités produites) et donc des produits en sortie de processus conforme aux attentes du client.

6 Sigma, quel en est le principe ?

6 Sigma, Six sigma courbe en cloche de la dispersion
Courbe en cloche de la dispersion, le six Sigma

Le principe en deux temps :
  • Temps 1 : Si on peut mesurer, on peut corriger

    Postulat fondamental

    Un processus, qu'il soit industriel ou pas, a nécessairement une variabilité plus ou moins importante, plus ou moins constante. Cette variabilité a nécessairement une origine, une cause donc, qu'il s'agit d'identifier afin de la corriger.

    Encore faut-il savoir et pouvoir mesurer efficacement et précisément afin de cibler, de mobiliser et d'évaluer la pertinence des actions correctrices à engager.

    Orientée processus de production à l'origine, la méthode recherche la régularité absolue. La variabilité est en effet source d'insatisfaction du client.

    La "normale"

    Que ce soit pour l'une ou l'autre raison, au final bon nombre de produits seront en dehors de la "normale" et s'écarteront ainsi de la fourchette correspondant à la qualité acceptable pour le client. Cette dérive est fort coûteuse pour l'entreprise.

    La gestion des rebuts, des retouches ou des retours clients pour non-conformité génère des coûts conséquents qui vont amputer sérieusement les bénéfices espérés. N'oublions pas d'ailleurs qu'il faut aussi prendre en compte l'insatisfaction du client.

    Les niveaux de performance "Sigma"

    À noter, Défauts par million = DPMO Defects Per Million Opportunities.
    La démarche propose méthode et outils pour améliorer drastiquement la "capabilité" des processus tout en réduisant les défauts. L'objectif étant de recentrer la courbe sur la cible.

    Six Sigma Les niveaux de dispersion
    Les valeurs de dispersion des six sigma

  • Temps 2 : Si on peut mesurer on peut aussi améliorer

    Le client attend un produit avec une certaine qualité, selon un standard précis. Ne pas être capable de garantir la totalité de la production en respectant ce standard est particulièrement coûteux pour l'entreprise.

    En fait, la variabilité de la qualité finale est essentiellement la conséquence de l'instabilité des composants entrant dans la fabrication du produit, de l'imprécision des procédures de travail et, plus globalement, de la complexité des processus.

    6 sigma impose de rester dans les limites en appliquant le principe : Si on peut mesurer, on peut non seulement corriger mais aussi améliorer de façon à se rapprocher aussi près que possible du zéro défaut.

La méthode 6 Sigma en pratique

Bien des entreprises acceptent, bon gré mal gré, un niveau de dérive des processus qui pourraient être améliorer.

Quelques milliers de défauts pour la même quantité de pièces produites, soit pour cet exemple un million d'unités, sont en effet le quotidien de nombre d'unités de production, quel que soit le type d'industrie.

Une maîtrise optimale des défauts, rebuts et retours

La méconnaissance de l'importance des coûts générés par les défauts explique le plus souvent ce manque de prise de conscience.

Pour bien en estimer l'ampleur, il faut prendre soin d'intégrer dans le calcul le coût des contrôles répétitifs, celui des rebuts, des retouches, la gestion des retours clients et par dessus tout, tous les clients perdus car lassés des erreurs et des produits non conformes.

6 Sigma n'est pas une simple démarche d'amélioration continue

Voir ici les démarches qualités, le kaizen et le TQM. Si les démarches qualité et Six Sigma sont différentes, elles ne sont pas pour autant exclusives. L'investissement peut être conséquent. Prendre garde qu'il se maintienne en conformité avec les résultats potentiels attendus.
Encore faut-il les estimer avec précision avant de budgéter le projet. La mise en action de la méthode a un coût financier et humain... Le jeu en vaut-il toujours la chandelle ?
6 Sigma est issue de la démarche qualité. Mais elle n'est plus seulement une application de la Maîtrise Statistique des Procédés, mais bien une méthode de management globale plaçant la limitation drastique de la variabilité au centre des préoccupations.

6 sigma c'est une question de mesure Dans une démarche qualité classique on pourrait supposer qu'il suffit de s'approcher d'un taux de 99% de résultats corrects pour se sentir satisfait et estimer le devoir accompli. Que nenni ! nous diront les promoteurs du Six Sigma.

Le coût représenté par ce 1% de pertes de production et de manque à gagner fera la différence entre les entreprises qui réussissent et les autres, poursuivront-ils.

Au sens de six sigma, l'avantage concurrentiel repose sur ce jusqu'au-boutisme de la maîtrise de la variabilité des processus.

Si le principe est assez aisé à comprendre, la mise en oeuvre de la méthode nécessite une mobilisation sans précédent. Là, il s'agit d'attaquer sérieusement et d'investir en conséquence.

Six Sigma est une méthode de management industrielle orientée client

Issue d'une démarche fortement connotée qualité à l'origine, la méthode 6 sigma est relativement simple sur le plan du principe (et seulement du principe !).

Principe six sigma

Avec la complexité croissante des produits, la régularité de la qualité délivrée est un véritable casse-tête. En effet, les processus de fabrication ont une forte tendance à devenir terriblement complexes.

De plus, il faut noter que les composants de base utilisés pour chaque produit ne sont pas toujours de qualité ou de performance égale. Et si de surcroît, les procédures de fabrication sont difficiles à établir, la dérive sera inévitablement au rendez-vous.

Poursuivre avec la méthode clé DMAIC, où chacune des lettres du sigle correspond à une phase de la démarche.

Six Sigma la méthode DMAIC

La méthode DMAIC est précisément décrite dans cet article dédié.

Quels gains avec une mise en oeuvre 6 Sigma réussie ?

Quand on accepte un taux de défauts déraisonnable, le coût est nécessairement élevé en terme de matière, de temps perdu (production, retours, retouches...), d'occupation inutile des ressources et surtout d'insatisfaction des clients...

C'est d'ailleurs sur ce dernier point que doit se focaliser toute notre attention. On parle de COPQ, coût de pauvre qualité (Cost Of Poor Quality).

On relèvera en premier lieu parmi les gains les plus directs, la réduction de la non-qualité comme les rebuts, les reprises, les retouches.

On ne parlera pas ici des effets secondaires comme la pénibilité du travail, un facteur qui devrait pourtant être pris en compte...

Réduction des coûts

Réduction des coûts

Les gains les plus directs sont évidemment liés à la réduction des coûts de fabrication. La diminution des conséquences néfastes de la non-qualité des produits conçus et/ou fabriqués se traduit par un gain financier immédiat.

Les rebuts, les reprises et les retouches sans oublier les forts coûteux retours clients qui impactent autant en terme de coût direct que sur l'image de marque sont un manque à gagner bien plus important que l'on ne peut l'imaginer.

Tous ceux qui ont travaillé la question de l'élimination de la non qualité pourront en témoigner.

Les impacts de la non qualité au niveau de l'organisation

D'ailleurs, la non-qualité a des conséquences aussi bien en amont auprès des clients qu'en aval au niveau de l'organisation globale de l'entreprise. La non qualité est ainsi directement ou indirectement selon les cas à l'origine de multiples problèmes inhérents."

"Citons à titre d'exemples les pertes de temps liés aux erreurs de planning, les reprises de procédures, les modifications d'affectations et le sous-emploi des compétences disponibles. Les problèmes de communication aux interfaces des processus et des activités sont plus difficiles à identifier. Ce sont aussi des causes de blocages de premier plan pénalisant l'ensemble du processus."

Ces propos retranscrit ici, reflètent le discours habituel des adeptes de "l'excellence opérationnelle", un concept dont l'intitulé pompeux à l'extrême est révélateur l'état d'esprit "universaliste" de ses promoteurs...

En résultats

On constate une bien meilleure exploitation des ressources (optimisation des processus, utilisation optimale des machines et des autres équipements, amélioration des temps de cycle : diminution du coût de fonctionnement combiné à une meilleure exploitation.

En revanche, sur le plan humain des travailleurs, le résultat est rarement à la hauteur des ambitions.

Amélioration des revenus

  • Meilleure satisfaction des clients donc fidélisation renforcée, amélioration du CA par client, accroissement de la part de marché

Dynamique de progrès continu

  • Meilleure disposition pour lancer des projets de grande ampleur : nouveaux produits ou nouveaux processus
  • Instauration d'une culture du pilotage par la mesure

Critiques du Six Sigma: de la théorie à la pratique

Le projet Six Sigma est un projet de grande de ampleur qui mobilise une grande part du personnel et des partenaires, un projet qui impacte la structure de l'entreprise, un projet qui nécessite un investissement conséquent.

La vraie question qu'il s'agit de ne pas éluder est bien celle du Retour sur Investissement, le ROI. Elle se pose en ces termes :

Est-ce que les gains envisagés par la réduction drastique des rebuts sont suffisants pour justifier un tel investissement ?"
Un bémol : il est bon de se méfier des délires d'optimisation dont le coût d'obtention dépasse largement le gain visé.

Autrement dit, mis en balance du coût réel engendré par le taux de rebuts actuels, le passage au six sigma stricto-sensu est-il pleinement justifié ? C'est un calcul assez délicat à effectuer, mais ce n'est surement pas vrai pour toutes les industries.

Ensuite, les démarches un peu trop radicales, ajoute une certaine rigidité aux processus de l'entreprise, ce qui s'avère parfois un handicap lorsqu'il s'agit d'être plus souple pour innover plus aisément.

À voir au cas par cas sans oublier la question "humaine".

Il n'est que temps de cesser de considérer les femmes et les hommes qui créent la valeur comme de vulgaires pions interchangeables, contraints de tout accepter sans rechigner.

À l'instar de toutes les méthodes d'organisation industrielle, dans sa définition, le six sigma ne fait aucun cas du facteur humain C'est-à-dire que la démarche et ses prescripteurs ne prennent guère en compte l'ampleur des efforts à consentir ni les inévitables conséquences de la transformation des postes de travail notamment sur les questions de santé physique et morale.

Avant tout projet, il est plus que judicieux d'évaluer, précisément et sans concession aucune, le coût d'obtention, autant financier qu'humain, du "six sigma". Une étude critique fait cruellement défaut. Introduire une once de démocratie dans l'entreprise ne serait pas du luxe. C'est une exigence aujourd'hui. Lire à ce sujet l'article à propos de l'Excellence Opérationnelle.

À ce sujet, voir aussi

Toutes les ressources du dossier dédié à la méthode et ses dérivés.

Méthodes DMAIC & DMADV détaillées

Au delà de la méthode six Sigma

Conduire le Projet

  • SIX SIGMA Le projet 6 Sigma
    Comment gérer et réussir le projet six sigma : Les huit conditions de réussite du projet et la culture de la mesure avec la méthode Gimsi.
  • Synthèse six sigma
    Synthèse six sigma, recommandations, philosophie de la démarche, ce que tout manager doit savoir...
  • La mesure six sigma
    La mesure est au coeur du projet six sigma. Comment bâtir le système de mesure ? Comment définir la métrique ?

Les ressources

  • SIX SIGMA La feuille de route du Juran Institute
    La méthode Six Sigma en pratique : la feuille de route du Juran Institute. Centre de formation Green Belt, Master Black Belt.
  • SIX SIGMA Le lexique 6 Sigma
    La méthode 6 Six sigma en pratique : le lexique ou glossaire, Définitions de Black Belt, DFSS, DMAIC, DMADV, DPMO, EFQM, Green Belt...
  • Black Belt Six sigma
    Qu'est-ce qu'un Black belt ? Comment devenir Black belt ? Quelles sont les formations Six sigma (green belt, champion) ?
  • Les livres consacrés à la méthode Six Sigma
    Sélection de livres consacrés à la méthode 6 sigma et à sa mise en oeuvre en pratique. Comment devenir Green Belt et Black Belt...

Ressources web

  • Six Sigma Case Study: General Electric
    Un article sur le site 6sigma.us (anglais)...
  • iSixSigma
    Un site consacré à 6 Sigma, de nombreuses ressources en ligne, un forum particulièrement actif ainsi qu'une plate-forme de Blog. iSixSigma publie aussi une revue : "iSixSigma Magazine" (anglais).
  • Wiley
    Un extrait fort complet du livre "Six Sigma LeaderShip HandBook" du cabinet Rath & Strong.
  • Outils Shainin
    Sur un thème relativement connexe, il est intéressant de s'intéresser aux travaux de Dorian Shainin qui propose une démarche éponyme pour mieux maitriser la variabilité à l'instar de six sigma.

À lire...

La réussite de tous les projets de ce type repose sur une participation active des équipes de terrain, en charge de prendre des décisions dépassant largement le simple registre procédural. Il s'agit de leur en donner les moyens et de commencer par vérifier son propre système de mesure de la performance. C'est là l'objet de l'ouvrage ci-après...

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes tableaux de bord du manager innovant
Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe

Alain Fernandez
Éditeur : Eyrolles
Pages : 320 pages

Consultez la fiche technique »»»

Pour acheter ce livre :

   

Format ebook : PDF & ePub, Format Kindle


Un ouvrage didactique pour bien comprendre les avantages de l'association du lean management et de 6 Sigma. Le Six Sigma permet de réduire drastiquement les défauts d'un processus productif pour l'amener au plus près de la perfection. Le Lean traque les dépenses inutiles en temps et en énergie afin d'optimiser l'utilisation des ressources. Comment associer ces deux méthodes radicales.

Qu'est-ce que le Lean Six Sigma ?Qu'est-ce que le Lean Six Sigma ?
Michael L. George, David Rowlands, Bill Kastle
Maxima
129 pages

Malheureusement cet ouvrage est épuisé, voir si les offres d'occasion sont abordables sur : www.amazon.fr

Sinon, le livre d'origine en anglais est toujours disponible...

What is Six Sigma ?What is Six Sigma ?
Michael L. George, David Rowlands, Bill Kastle
McGraw-Hill Education
96 pages

Dispo : www.amazon.fr


Un petit guide bien fait pour les lecteurs un peu pressés. Les 100 outils pour améliorer les processus au sens de la qualité et de la rapidité...

The Lean Six Sigma Pocket Toolbook: A Quick Reference Guide to nearly 100 Tools for Improving Process Quality, Speed, and ComplexityThe Lean Six Sigma Pocket Toolbook
A Quick Reference Guide to nearly 100 Tools for Improving Process Quality, Speed, and Complexity
John Maxey, David Rowlands, Michael L. George, Malcolm Upton
McGraw-Hill Professional
225 pages (anglais)

Dispo : www.amazon.fr


Une référence francophone du Six Sigma...

Six Sigma
Comment l'appliquer

Maurice Pillet
Eyrolles
448 pages

Dispo : www.amazon.fr

À découvrir...

Comment bâtir une équipe ?Comment bâtir une équipe ?
Une équipe, ce sont des individualités aux compétences complémentaires qui acceptent et prennent plaisir à collaborer pour oeuvrer en commun. Ce ne sera pas avec des trucs et des machins que l'on parviendra (genre gadgets du team building) à bâtir une équipe efficace et performante. C'est un peu plus complexe que cela... 


Le mot du jour

Point de vue
Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique: ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau; une moelle épinière leur suffirait amplement. Albert Einstein

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 165)