La théorie des parties prenantes, l'autre stratégie

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

La stratégie des partenaires

stratégie d'entreprise, théorie des parties prenantes

Définition

La théorie des parties prenantes, stakeholder theory, propose une approche participative de la conception de la stratégie. Plutôt que de n'envisager la stratégie que dans la dimension unique de lutte contre la concurrence, la théorie des parties prenantes prônent l'intégration de l'ensemble des partenaires à la démarche.

C'est une conception fondée sur une négociation constructive où l'on s'arrange pour que chacune des parties prenantes trouve son intérêt à coopérer. C'est un modèle de gouvernance négocié et donc participatif.

Une partie prenante, stakeholder en anglais, peut être définie comme "un porteur d'intérêt", c'est-à-dire n'importe quel acteur qui a un intérêt et donc qui joue un rôle dans la conception stratégique et le modèle de gouvernance. Le terme anglais de stakehokder a été choisi en opposition avec celui de shareholder, c'est-à-dire l'actionnaire. Là, le stakeholder a d'autres intérêts que de suivre uniquement la valeur du cours de l'action et des dividendes annuels.

Le principe

Toutes les approches de la stratégie ne s’inscrivent pas nécessairement dans le registre de la combativité. La théorie des parties prenantes prend le contre-pied des autres approches de la stratégie qui n’envisagent la concurrence qu’en terme de rivalité, et dont l’archétype est peut-être le modèle de l’avantage compétitif de Michael Porter.

La théorie des parties prenantes (stakeholders theory) place au premier plan l’importance de prendre en considération les intérêts spécifiques de l’ensemble des acteurs liés à l’entreprise, et donc au processus de création de valeurs, qu’ils soient salariés, actionnaires, dirigeants, sous-traitants, fournisseurs ou distributeurs, banques, public, environnement, voire concurrents potentiels, mais complémentaires pour l’occasion dans le cas d’une alliance stratégique.

Ainsi, plutôt que de jouer la loi du secret, de placer des verrous et de lancer des déclarations de guerre à-tout-va, on laisse une large place à la négociation pour renforcer les partenariats, et on se préoccupe des impacts de la stratégie sur l’environnement et l’éthique publique.

Quelles parties prenantes sont concernées ?

L'entreprise n'est pas une entité abstraite qui vit en vase clos. Elle partage des intérêts avec maints autres acteurs qui défendent aussi chacun leurs propres intérêts spécifiques. Ce sont les "partie-prenantes", ils contribuent directement ou indirectement à la création de valeur, ils ont aussi, en tout cas selon la théorie, leur mot à dire sur la stratégie poursuivie et la construction du modèle de gouvernance.

  • 1) Les salariés

    Ce sont eux les créateurs de valeur, ce sont aussi eux qui assurent le succès de l'entreprise, ce sont encore eux qui sont en charge de mettre en oeuvre la stratégie. Il semble évident à toutes personnes étrangères au monde de l'entreprise et à ses rites anachroniques, qu'il importe qu'ils participent au premier plan, que ce soit à la conception de la stratégie comme à la conduite de la gouvernance.
  • 2) Les fournisseurs

    Ils fournissent les matières premières, les sous-ensembles et tous les composants externes intégrés dans le produit fabriqué. Ils font partie de la supply chain, et sont intégrés dans le système de Juste À Temps. Ils sont impliqués au premier plan dans la qualité des produits fabriqués, le niveau de fonctionnalité fourni et le respect des délais des commandes et livraisons client.
  • 3) Les sous-traitants

    Tout comme les fournisseurs, ils interviennent au coeur même des processus-clés de l'entreprise. La satisfaction de leurs intérêts est donc une clé de la réussite de l'entreprise.
  • 4) Les "spécialistes"

    Ce sont des acteurs qui n'interviennent pas nécessairement au sein du processus, ils sont aussi présents en aval, comme formateur, conseil ou expert. Ils sont parfois indispensables pour construire une stratégie viable.
  • 5) Les clients

    Les clients sont quelque part l'alpha et l'oméga de l'entreprise. Nul besoin de longs discours pour bien comprendre que la satisfaction de leurs attentes, exprimées ou pas (la bonne surprise !), est bien le sujet de la stratégie.
  • 6) Le public

  • 7) Les syndicats

  • 8) Les investisseurs

  • 9) Les gouvernements

  • 10) Les associations locales

  • 11) Les alliés

    Autres acteurs du même secteur économique, partenaires pour l'occasion.

Les parties prenantes
Légende : les principales parties prenantes de la théorie

En pratique

Comme l’intitulé de la démarche ne le cache pas, il ne s’agit que de théorie.

La mise en pratique est loin d’être évidente. Déjà, négocier à deux ce n’est pas simple. On imagine avec un tel nombre de partenaires... Seront-ils tous coopératifs, c'est-à-dire prêts à accepter des concessions sans frustration ? Saura-t-on en finir avec la loi du plus fort, règle fondamentale de la négociation en entreprise pour construire un projet commun ? Là est l’énigme à résoudre.

La théorie non plus n'est pas récente, et bien des études l'ont enrichie. Les positions dominantes de certaines parties prenantes, ou encore la prise de risques vis-à-vis de ceux qui n'en prennent pas, sont aussi considérées au fil des études. C’est en tout cas une bonne référence pour prendre conscience qu’une stratégie n’est pas nécessairement la préparation d’un champ de bataille.

À retenir

Durant de nombreuses années, Michael Porter, gourou entre les gourous, a influencé la démarche stratégique suivie par les entreprises, et enseignée dans les écoles de management dans la direction la plus belliqueuse. Une orientation qu'ont tentée de modérer les auteurs du célèbre best-seller Stratégie Océan Bleu.

Cela dit, Michael Porter a, à juste titre, bien mis en évidence l’explosion de la concurrence avec la mondialisation et la fin des rentes de situations. Il a simplement omis dans son schéma que la coopération était aussi une solution. Le marché n’est pas nécessairement du sang et de la douleur.

Ressources web

A ce sujet, voir aussi



Ouvrage de référence

1. Un court précis sur la théorie des parties prenantes, plus orienté origine et principe de la démarche que mise en pratique.

La théorie des parties prenantesLa théorie des parties prenantes
Maria BONNAFOUS-BOUCHER et Jacob Dahl RENDTORFF
La Découverte Collection Repère
128 pages
Prix : 10 Euros

Dispo chez :
www.amazon.fr  


2. Une référence de la démarche stratégique.

Stratégique  Stratégique + Quiz
G. Johnson, R. Whittington, K. Scholes, D. Angwin, P. Regner
11ème édition Juin 2017    Pearson Education
661 pages
Prix : 45 Euros

Dispo chez :
www.amazon.fr

3. Un ouvrage de synthèse, les dix principaux courants de pensée à propos de la stratégie. Gourous, concepts, principes et résultats sont passés au crible de l'analyse et de la critique. (Langue anglaise)

Strategy Safari : l'exploration des grands courants de la pensée stratégique Strategy Safari
L'exploration des grands courants de la pensée stratégique
Henry Mintzberg, Bruce Ahlstrand, Joseph Lampel
Free Press
416 pages

Dispo chez :
www.amazon.fr & Format Kindle


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 65)

Commentaires lecteurs...

Pour commenter en tant qu'Anonyme, cliquez sur "Commencez la discussion" Puis sur "Nom", tout en bas apparaît alors une case à cocher : "Je préfère publier en tant qu'invité"

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017 Tous droits réservés Mentions légales


Performance, Management & Décision
»» Tous les articles Piloter.org »»