Autoformation

Testez vos compétences

04 juillet 2019  Par   Partagez

Chacun d'entre-nous est seul juge de la maîtrise de ses compétences. Déjà, il ne suffit pas de disposer des connaissances pour être compétent. Un jeune diplômé frais émoulu de l'université possède bien des connaissances. Mais comme il ne les a jamais mises en pratique, il n'est pas encore compétent. Voyons comment tester ses compétences en s'inspirant du modèle de Stuart et Hubert Dreyfus.

Testez vos compétences

La connaissance, ce n'est pas la compétence

L'auto-apprenant est seul juge de la maîtrise de ses compétences. Il ne suffit pas de disposer des connaissances pour être compétent. Un jeune diplômé frais émoulu de l'université possède bien des connaissances. Mais comme il ne les a jamais mises en pratique, il n'est pas encore compétent.

Qu'est-ce qu'être compétent ?

On dira d'une personne qu'elle est compétente si, comme un soudeur professionnel intervenant en environnement à risques, il sait évaluer les spécificités du contexte : difficulté, sécurité, conditions de travail, risques éventuels. Il choisit l'outillage adéquat et adopte la technique ad hoc.

En cours de travail, de son libre arbitre, il peut modifier son approche, changer son outil ou sa méthode. Il n'a qu'un seul but : exploiter au mieux les moyens disponibles dans le temps imparti pour livrer un travail de qualité, c'est-à-dire parfaitement conforme à l'usage que l'on en attend.

Testez vos compétences en cinq questions

Pour faciliter cette évaluation, prenez le temps de réfléchir à la consigne ci-dessous et répondez aux cinq questions suivantes :

Consigne

Considérez une situation professionnelle bien particulière telle que la participation à un nouveau projet, une difficulté à résoudre ou une promotion à un nouveau poste d'encadrement, ou tout autre cas de figure où vous devez justement mettre en œuvre les nouvelles compétences acquises.

1. Faire face à une situation originale

Question 1 : Dans quelle mesure êtes-vous capable de percevoir les spécificités du contexte et de la situation pour adapter au mieux votre technique de travail ?
  • Le novice a de grandes difficultés pour s'adapter, il se cramponne à ses connaissances et ne souhaite en aucune manière déroger à la méthode apprise.
  • Le compétent sait connecter ses nouvelles connaissances avec sa propre expérience.

En reprenant le cas d'école des métiers de bouche (voir les objectifs de formation), le " compétent " sait qu'il n'est peut-être pas nécessaire de courir les magasins pour trouver de la fécule de pomme de terre pour lier une sauce, tel qu'indiqué dans la recette, s'il dispose dans son placard de la fécule de maïs. Il sait aussi que pour faire lever correctement une pâte à brioche, il ne pourra pas remplacer la levure de boulanger par de la levure chimique.

2. Adopter systématiquement une approche analytique

Question 2 : Êtes-vous contraint de toujours vous référer à une approche analytique pour étudier la situation ?

Pour les trois premiers niveaux de connaissance, l'approche analytique est toujours privilégiée. C'est-à-dire qu'il faut encore décomposer les problèmes en petites unités pour pouvoir les comprendre, en apprécier la portée et la difficulté, et parvenir à les solutionner.

Celui qui ne sait résoudre les problèmes de son métier que par l'approche analytique est par exemple incapable d'estimer " à la louche " une enveloppe budgétaire pour un projet donné. Il lui faut encore décomposer le problème en détail pour parvenir à un chiffre.

3. Adopter une approche synthétique

Question 3 : Au contraire, adoptez-vous une vision plus synthétique avant de prendre des décisions ?

Le " professionnel " et l'" expert " disposent d'une expérience et d'une maturité qui leur offrent les outils intellectuels pour apprécier les problèmes plus globalement, et trouver ainsi la solution la plus adéquate.

Ils ont suffisamment de métier pour sentir les difficultés à venir, cerner les solutions potentielles, mesurer les impacts humains et économiques, anticiper les interrelations avec les éléments connexes. Ils sont tout à fait en mesure d'indiquer " à la louche " une enveloppe budgétaire sans être contraint de se lancer dans une étude trop détaillée.

4. Suivre un raisonnement rationnel

Question 4 : Êtes-vous toujours rationnel ? Pour vous, les faits sont-ils toujours incontournables ?

Tant que l'on n'a pas atteint un haut niveau d'expertise, on ne sait et on ne doit résoudre les problèmes qu'en appliquant rigoureusement les règles de la méthode appropriée. Les sentiments et intuitions s'effacent derrière les faits.

5. Suivre un raisonnement intuitif

Question 5 : Vous sentez-vous suffisamment expérimenté pour vous fier à vos intuitions ?

" L'expert " dispose d'une compétence reconnue, fruit d'une grande expérience. Il peut accorder toute confiance à son intuition pour comprendre et résoudre les problèmes qui lui sont soumis. Son vécu lui permet de mieux sentir les situations, même s'il ne respecte pas nécessairement, en tout cas dans son raisonnement, l'enchaînement logique des faits.

Il peut en effet parfois ne pas accorder l'exclusivité à l'approche factuelle et laisser intervenir sa subjectivité, c'est-à-dire son ressenti, pour prendre des décisions originales et pertinentes, notamment en situation d'incertitude.

Synthèse

Il faut un peu de temps avant de bien évaluer sa propre compétence. Comme le bon vin, une compétence se bonifie avec le temps. La compétence, c'est aussi être en mesure de décider et d'agir en accord avec les autres acteurs qui ont nécessairement une autre formation ou une autre expérience.

Cela dit, dans le cadre de l'autoformation, nous ne sommes jamais un grand débutant. Un professionnel qui étend sa palette de compétences passe très rapidement au stade « Compétent » en ce qui concerne ses nouvelles acquisitions. Il connaît suffisamment son métier pour interconnecter les compétences récemment acquises avec sa propre pratique

Test des compétences, modèle de Dreyfus

A ce sujet, voir aussi

  • Comment évaluer la formation ?

    L'évaluation est une étape importante du programme d'acquisition des connaissances. Elle exige une approche méthodique tout au long de la formation. En résultat, si elle a bien été conduite dans les règles, l'évaluation s'avère un précieux éclairage sur notre personnalité.
  • Évaluer l'acquisition des compétences

    La compétence, c'est la mise en action des connaissances. Le débutant connaît parfaitement son sujet. Encore faut-il qu'il soit capable de mettre en action les connaissances acquises et les relier à la réalité du terrain. Étudions le modèle de Stuart et Hubert Dreyfus.
  • Compétence et connaissance

    La compétence n'est pas équivalente à la connaissance loin s'en faut. Être compétent c'est posséder les bonnes connaissances mais c'est aussi et surtout adopter les bonnes attitudes et mettre en pratique les bonnes aptitudes selon les situations. Précisons cette définition pour mieux comprendre.


Lecture recommandée

7 Habitudes pour se former tout au long de la vie7 Habitudes pour se former tout au long de la vie
La méthode Faraday, une légende de l'autoformation

Alain Fernandez
110 pages Prix : 9,90 Euros
Editions Mimismo

En stock chez : www.amazon.fr
Ebook Kindle
Ebook epub

Téléchargez l'extrait (PDF)


Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du webObjectif : Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du web
Les 7 bonnes pratiques de l'autodidacte 3.0

Alain Fernandez
137 pages Prix : 9,90 Euros
Editions Mimismo

En stock chez : www.amazon.fr
Ebook Kindle
Ebook epub

Téléchargez l'extrait (PDF)

Copyright : © Alain FERNANDEZ 1998-2019 Tous droits réservés

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 145)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.