Management de l'entreprise

Auto-gestion, l'entreprise adulte

Par Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
.

Pourquoi ne sommes-nous pas tous patrons ?

Vous en avez ras la casquette du management par le stress (1), vous vous sentez pris au piège d'un salariat corvéable à merci (2), vous n'avez pas du tout confiance dans un paternalisme de légende tout droit sorti du XIXème , vous craignez l'extension de l'emploi jetable (3) et le modèle Toyota ne vous fait pas rêver (4).
Il existe pourtant d'autres manières d'organiser la création de valeurs sans être pour cela contraint de subir en permanence les abus managériaux. L'inexorable financiérisation exacerbe déjà suffisamment les lois de la concurrence sans encore en rajouter.

Ouvrages liés

(1) Orange stressé : Le management par le stress à France Télécom & Suicide et travail : que faire ?
(2) Travailler plus pour gagner moins : la menace Wal-Mart
(3)Le quai de Ouistreham
(4)Toyota : L'usine du désespoir


L'auto-gestion, un mode de survie en environnement chahuté ?

L'auto-gestion par exemple, un modèle d'organisation fondé sur des principes démocratiques(1), est bien mieux adapté aux fonctionnements horizontaux tels que l'on devrait les pratiquer. Lorsqu'il est bien appliqué, ce mode d'organisation à l'échelle humaine est suffisamment mobilisateur pour relever des entreprises en faillite et vidées de leur substance par les ex-propriétaires. Même s'ils sont bien peu médiatisés, les exemples d'entreprises redressées depuis le passage en coopérative ne manquent pas.

De la propriété...

        Autres articles...
 The take, des usines sans patron
 Jack Welch, strategie, actionnaires et coopératives
 Management democratique Tower Colliery
 Intelligence collective en pratique

Cela dit, l'auto-gestion n'est pas pour autant qu'un mode de survie en environnement chahuté. Il est essentiel de revenir de temps à autre aux fondamentaux et d'en profiter pour se poser les bonnes questions. Par exemple, pourquoi l'outil de travail devrait-il être détenu systématiquement par des éléments extérieurs à l'entreprise ? Ne serait-il pas plus logique qu'il soit la propriété de ceux qui créent la valeur, des femmes et des hommes qui, sur le terrain, 8 heures par jour, conçoivent, produisent, vendent et assurent le fonctionnement du processus global ? On pourrait alors donner une définition aussi précise que réaliste à la notion d'investissement personnel sans se fourvoyer dans l'archaïque schéma de soumission-dépendance.

Qu'est-ce que la performance ?

Dans tous les cas, c'est bien la notion de performance qu'il s'agit de préciser avec soin. Un petit exercice de réflexion, collectif ou non, du type des 5 pourquoi sera d'un précieux secours pour enfin comprendre l'intérêt de se défoncer au boulot. "Emploi et revenu durables" sont en réalité les seuls objectifs de performance qui méritent d'être poursuivis. C'est d'ailleurs sous cette aune que l'on évaluera et classera les méthodes de management. (A titre d'aparté j'ai déjà effectué un premier tri et éliminé l'ivraie. Les "bonnes" méthodes sont décrites sur l'ensemble des sites du portail "piloter la performance".)

Revisiter les méthodes de management et d'organisation

Ensuite, bien sûr, il faut encore les mettre en oeuvre avec soin, en se focalisant exclusivement sur la définition de la performance retenue. La quête continue de la satisfaction client, les démarches qualité, la maîtrise des processus, l'alignement stratégique, les stratégies coopératives, océan bleu, niches et innovation permanente trouvent toutes leurs saveurs dans une perspective d'emploi et de revenu durables. Mais tout cela doit être piloté. On laissera de côté le mythe du leadership, fond de commerce des flagorneurs, cabinets de consultants à 2 balles et publications easy reading pour s'attarder sur la question de la gouvernance et le principe de prise de décision dans une démarche plus globale de développement durable.

Je vous laisse réfléchir à tout cela et vous propose ci-après quelques ressources. Je compléterai et actualiserai ce billet au fil de mes lectures.

(1) Dans une autogestion, chaque "salarié"-sociétaire-actionnaire, quelle que soit sa position, dispose d'une voix et d'une seule. Les bénéfices ne sont pas dispersés à l'extérieur comme pour une société par action. Ils sont partiellement redistribués après avoir renforcé les réserves nécessaires pour les investissements à venir et coups durs éventuels.

Quelques ressources sur cette question

  • SCOP, le réseau Société Coopératives et participatives
  • Un site particulièrement complet et informé
  • Qu'est-ce qu'une Scop ? Définition détaillée
  • SCIC, définition des Sociétés Coopératives d'Intérêt Collectif
  • Labo ESS, le labo de l'Economie Sociale et Solidaire
  • Contribution d'Edgar Morin
    Postface à l'ouvrage Economie sociale et solidaire : 50 propositions pour changer de cap ! (PDF)
  • Alternatives économiques
    De nombreuses informations sur la question de l'autogestion. Alternatives économiques est elle-même une SCOP. Un abonnement au ROI assuré.
  • Mondragón, une méga coopérative
    L'énigme de Mondragon : comprendre le sens de l'expérience par Jacques Prades

A ce sujet, voir aussi


Lecture recommandée

Auteurs de référence Les ouvrages cités en introduction de ce texte


Points de vue



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 85)

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»