Le Portail du Manager Innovant

Analyse de risques, plan de prévention et autres calembredaines

12 mars 2018  Par                  Partagez
La meilleure manière de foirer un projet sans en assumer la responsabilité reste encore de bâcler l'analyse de risques et les plans de prévention... Voyons ci-après un témoignage de terrain presque vrai :

Gestion des risques, vision à court terme et maximisation des profits...

gestion des risques

L'analyse des risques et les plans de prévention, on connaît la rengaine. J'identifie, je farfouille un peu les historiques des anciens projets, je questionne à droite à gauche, je ventile, je valorise à qui mieux mieux et hop !
C'est fini ! J'ai fait mon job ! Une formalité de plus de remplie !
Et si jamais il se passe quelque chose d'imprévu... Eh bien on dira que c'est la faute à pas de chance ! Ou mieux encore, on dénoncera un "cygne noir", un de ces évènements tellement improbables que l'on reste pantois lorsqu'ils surviennent ! Imprévisibles par définition, je ne suis donc pas responsable, l'honneur est sauf !
On peut aussi mettre la faute sur le dos de la complexité. C'est également une bonne excuse. On ne peut quand même pas tout prévoir ! Il ne faudrait pas abuser !
Ne vit-on pas des temps d'incertitude ? Qui pourrait affirmer le contraire ?
De toute façon, depuis le temps que l'on nous affirme que le "risque zéro n'existe pas", nous en sommes tous convaincus...
Voilà de quoi clore les débats et boucler l'analyse de risque avec la satisfaction du travail accompli.

On suit toujours l'indicateur de performance le plus gratifiant...

En revanche, on sera moins tenté de culpabiliser l'insatiable course à la maximisation des profits. Cette course infernale, qui repousse les opérations de maintenance au delà de la dernière extrémité, exhorte à négliger les conclusions des études d'impacts préalables et à surseoir les travaux d'expertise.

De toute façon, ne nous leurrons pas, on suit toujours l'indicateur de performance le plus gratifiant ! Dans une logique de maximisation des profits, on félicitera le plus économe, le meilleur chasseur de coûts.

Pourquoi alors hésiter ? Sabrons les études de risques ! Supprimons la maintenance préventive ! Limitons les révisions préalables ! Et poussons les composants à l'extrême de leurs limites...
Et on obtient quoi en retour ? L'accident de Challenger pour une économie de quelques dollars, BP Petroleum et la catastrophe du golfe du Mexique, Fukushima...
Ensuite, on peut tenir toujours des congrès sur le développement durable...

<Mode coup de gueule OFF>

Une analyse de risques bien conduite...

L'Analyse de risques n'a d'autre finalité que d'établir un plan de prévention aussi exhaustif que possible afin de rendre les risques potentiels acceptables.

Il n'existe pas un nombre infini d'alternatives : soit on élimine le risque, soit on en réduit l'impact, soit on se prépare à affronter le cas échéant l'aléa afin d'éviter qu'il ne se transforme en catastrophe. Voilà l'utilité d'un plan de prévention bien préparé. Jusque là, tant que le propos est théorique, c'est relativement aisé.

...Confrontée à la réalité du terrain

Passons maintenant à la réalité du terrain, à la culture de l'économie systématique et du dégonflage des enveloppes budgétaires.
Qu'en est-il lorsque le chiffrage des solutions palliatives commence sérieusement à mettre en doute la faisabilité globale ?
Comment faire entrer dans le budget, limité par principe, la prévention des risques aux conséquences les plus graves ?

Dans une logique de maximisation des profits, on fera une fois de plus appel à sa bonne étoile. La confiance aveugle en des croyances idéologiques remplacera la rationalité la plus élémentaire.
Un tremblement de terre ? Pas possible !
Un tsunami ? Ne dites pas n'importe quoi !
"De toute façon, statistiquement ce n'est pas pour demain, et qu'après moi le déluge survienne m'importe peu, je ne serai plus là pour assumer."
, pourrait-on entendre raisonner les plus cynico-réalistes...
La logique de maximisation des profits transformera systématiquement les risques aux graves conséquences en risques hautement improbables. Ils sont donc éliminés du plan de prévention. Affaire réglée !

L'éthique personnelle et les whistleblowers

C'est bien là que réside la difficulté de conduire une analyse de risques digne de ce nom. Comment accepter en toute conscience la requalification des risques aux conséquences trop coûteuses ? Ne faudrait-il pas quelquefois résister à la tentation de couvrir d'un chaste mouchoir sa propre contestation ? Il est peut-être temps de réagir et de laisser parler sa propre éthique et non celle du marché. C'est peut-être bien cela qui pourra faire la différence et freiner l'irrépressible pouvoir de destruction de l'idéologie de la maximisation des profits et de la marchandisation systématique.

Le livre de référence du site

Une méthode est indispensable c'est un fait, mais elle n'est pas suffisante pour réussir les projets complexes que connait désormais l'entreprise. Pour parvenir à accomplir son projet en temps, en budget et en satisfaisant les parties prenantes, il est prudent de mettre en action tout son bon sens. Cet ouvrage présente les 12 bonnes pratiques de bon sens à appliquer selon les différente phases d'avancement du projet. Elles sont fondées sur l'expérience cumulée de plusieurs dizaines de chefs de projet chevronnés. Ce livre est d'ailleurs illustré de témoignages pertinents.
Ce livre a été vendu à plus de 25.000 exemplaires toutes éditions confondues.

Le chef de projet efficace
12 bonnes pratiques pour un management humain

Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
240 pages 22 Euros
EAN : 978-2212569735

Disponible en librairie
   
Disponible au format ebook
PDF & ePub, Kindle


Voir ici la fiche technique, extraits, critiques...

Tous les articles


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 105)

           

Décidez en équipe...

Les Tableaux de Bord du Manager Innovant Lire la fiche, extrait et commentaires
Pour dynamiser l'innovation »»



Tous les articles