Le portail du Manager Efficace
»» Tous les articles Piloter.org »»

Entreprendre, le réseau et la cooptation

29 novembre 2017 Par    Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   
C'est désormais bien connu, le réseau est le meilleur moyen d'étendre ses activités et de trouver les affaires les plus opportunes... À condition de bien maîtriser les règles de cooptation et de recommandations.

Connaître les règles de la cooptation et des recommandations

Tous les réseaux ne sont pas qualité équivalentes. Pour dénicher les bonnes opportunités et ne pas perdre son temps, encore faut-il avoir ses entrées dans les meilleurs réseaux professionnels selon son activité et sa localisation géographique. Pour cela, il vaut mieux bien connaître les règles de fonctionnement que ce soit pour les questions de cooptation et de recommandation. Ensuite, une fois introduit, on réfléchira à deux fois avant de coopter un proche à moins d'être sûr et certain de sa compétence et de ses qualités sociales. Recommander c'est s'engager personnellement.

Humour réseau professionnel Humour réseau et cooptation

Les membres du réseau sont des professionnels
Ils s’entraident volontiers, mais ils restent rationnels
L’amitié ne remplacera pas la compétence
Vous serez responsable de la contre-performance

Le réseau, pour de riches échanges

Les réseaux professionnels sont une source de multiples avantages pour les participants. Les membres actifs ont en effet l’occasion de confronter leurs idées pour enrichir leur réflexion.

Exerçant dans le même milieu professionnel, ils partagent leurs impressions sur les clients et les fournisseurs, et évitent ainsi d’éventuelles déconvenues. Mais le principal intérêt à participer à un réseau est bien de profiter des recommandations des autres partenaires auprès de leurs propres clients. Pour contacter un nouveau client, rien ne remplacera une telle carte d’introduction.

À votre tour, après quelques années d’expérience, vous vous retrouverez en position de recommander des partenaires auprès de vos propres clients. C’est une prise de risques, n’en doutez pas.

Un client qui vous apprécie et vous fait confiance est évidemment demandeur de prestataires recommandés.

Il part du principe que l’intervenant que vous lui conseillez est aussi un professionnel reconnu, compétent et maîtrisant les critères de qualité. Il est prêt à transférer sa confiance vers cet inconnu dont vous vous portez intuitivement garant.

Recommander un collègue, c'est s'engager auprès de son client

« Une amitié née des affaires vaut mieux qu’une affaire née de l’amitié »

DAVID ROCKEFELLER, banquier américain

Recommander, c’est en effet s’engager. Si le partenaire répond en tout point aux attentes, le client vous en sera reconnaissant. Mais si jamais il échoue, vous en subirez toutes les conséquences. Par conséquent, on ne recommande jamais un ami pour lui rendre un service. L’amitié n’entre pas en ligne de compte. Et ce n’est pas toujours si aisé. Autant il est assez facile de repousser poliment les éternels quémandeurs qui fréquentent les réseaux sans jamais rien donner en échange, autant il est plus délicat de refuser une aide à un partenaire avec qui l’on a développé des relations amicales. Jongler entre l’amitié et les affaires est un exercice de haut vol.

Attention de ne pas coopter n'importe qui

Pour lire les 44 conseils illustrés...

160 pages 16 EUR

Dispo :
www.amazon.fr
www.eyrolles.com
www.fnac.com

Formats ebook
(PDF ePub) & Kindle
La question se pose exactement dans les mêmes termes à propos de la cooptation. On n’entre pas dans les bons réseaux en remplissant un formulaire d’inscription. Généralement, nous sommes introduits par un membre qui joue alors le rôle de « parrain ». Il se porte garant de votre honnêteté et de vos qualités déontologiques. Si vous avez la chance de faire partie d’un réseau efficace, réfléchissez à deux fois avant d’y introduire un bon copain, à moins d’être certain de sa compétence et de sa capacité à échanger et à partager.

de Lionel W.
Consultant en urbanisation des systèmes d'information

Une recommandation pour le moins foireuse

J’ai moi-même connu une situation qui se rapproche assez bien de ce qui est décrit ici. Le fils d’un ami de mes parents vient d’achever ses études. étudiant brillantissime, il a suivi un parcours sans aucune anicroche. Pourtant, bien que titulaire d’un master en sciences biologique et informatique, il peine à trouver un emploi. Je viens juste de me mettre à mon compte et je travaille en partenariat avec mon ancien employeur, une société de services en informatique scientifique. Toujours en recherche de « pointures », ils sont évidemment intéressés par le portrait dithyrambique que je brosse de cet ami de la famille et l’embauchent sans hésiter. Deux mois plus tard, cet ancien employeur et désormais partenaire me recontacte pour me proposer une nouvelle fois une prestation totalement inintéressante que j’avais déjà refusée par le passé. Je suis surpris :
— Je n’ai pas changé d’avis tu sais, cette affaire ne m’intéresse toujours pas.
— Alors, c’est du donnant donnant. Si tu ne l’acceptes pas, on ne peut pas garder ton protégé.
— Je ne comprends pas.
— C’est pourtant simple ! Il n’est pas du tout à la hauteur et n’aime pas travailler en équipe. Si on le garde, c’est pour te rendre service... Mais puisque tu refuses de nous aider, nous sommes obligés de nous en séparer au titre de la période d’essai.

Je tombais des nues, car il m’avait été présenté comme un génie de l’informatique. Je pensais faire une double bonne action et je me retrouvais dans la délicate situation d’être redevable envers un partenaire. J’ai compris la leçon. Désormais, je recommande exclusivement des personnes que j’ai réellement côtoyées et dont je peux garantir les qualités professionnelles et relationnelles.

Copyright : L'intégralité de ce texte ainsi que les illustrations l'accompagnant sont extraits de l'ouvrage "44 astuces pour démarrer son business" publié par les ©Éditions Eyrolles

Commentaire...

Mais quel réseau ?

Tous les membres d'un réseau professionnel ne sont pas toujours positifs, constructifs et coopératifs.
Les vendeurs de vent hantent les réseaux, toujours prêts à vous proposer des plans, mirifiques en apparence, mais foireux en réalité. On y croise aussi des individus imbus d'eux-mêmes, petits potentats locaux, toujours en quête de nouveaux vassaux, et sans pitié pour les dissidents. Il est surtout prudent d'apprendre à repérer les pique-assiette et autres parasites qui, sous des manières affables, ne cherchent qu'à recevoir sans jamais donner.
  • Le conseil précédent...


Apporter une valeur suffisante pour assurer la rentabilité »»»

Il s'agit en effet de trouver le juste équilibre entre le prix, donc la valeur perçue par le client, la valeur supposée au sens du fournisseur et la rentabilité de l'activité...

  • L'Express (L'entreprise) publie les bonnes feuilles, extrait en ligne
    « Lutte contre les idées reçues et les préventions, conseils simples pour avoir confiance en soi, clés pour réseauter et réussir durablement : le livre "44 astuces pour démarrer votre business" aborde les différentes étapes de la préparation entrepreneuriale. »
    Lire la suite »»»
  • Ouest-France pose la question essentielle :
    « Et si la solution était du côté de l’entrepreneuriat ? »
    L'article répond en 5 points sur son site "Entreprise" : Entreprendre, est-ce à la portée de tous ? Quels sont les avantages de devenir entrepreneur ? Les inconvénients ? Faut-il obligatoirement avoir de l’expérience avant de se lancer ? Quels sont les secteurs porteurs ?
    Lire la suite »»»
  • La Voix du nord, sous le titre « Lancez votre affaire » , développe une critique complète du livre sur ses sites dédiés.
    Lire la suite »»»

À télécharger...


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 165)

               



Tous les articles de ce thème

Les Références...

Astuces Business Les meilleures astuces des "pros" de l'entrepreuneuriat
Editions Eyrolles

monter une entreprise indépendanteÀ son compte
Guide pour se lancer en indépendant lorsque l'on est salarié.
Editions Eyrolles