Le portail du Manager Efficace
»» Tous les articles Piloter.org »»

Entreprendre seul ou à plusieurs ?

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Ne pas se précipiter pour prendre un associé

Se lancer pour la première fois pour créer son activité indépendante, c'est sortir brutalement de son contexte quotidien pour affronter un nombre impressionnant de situations inconnues. Même pour les plus solides, le stress sera présent. Il semble naturel de penser à s'associer afin de s'épauler deux à deux et ainsi mieux franchir les difficultés. Dans les faits, parfois ça marche, rarement en fait, parfois ça ne marche pas, souvent. Et quand ça ne marche pas c'est une aventure pénible qui commence. Monter une entreprise à plusieurs, c'est comme un mariage où l'on ne peut envisager le divorce froidement, on partage trop de bien communs...

On prend partenaire par crainte de la solitude
On pense ainsi partager les difficultés
Il faudra aussi apprendre à se supporter
S’entendre et se comprendre n’est pas une certitude
La peur de se lancer en indépendant est bien naturelle. Les risques de l’entreprise individuelle sont bien présents, et l’on ne sera pas trop de deux pour les assumer. Ce constat est à l’origine de la plupart des associations préalables à la création d’une activité commerciale.

Au cours des premières phases du démarrage de l’entreprise fraîchement créée, l’association s’avère toujours une bonne solution. On se soutient mutuellement et l’on se sent prêts à gravir les montagnes. Mais c’est seulement face aux premières difficultés que l’on pourra juger de la qualité de l’association. Mises à l’épreuve, seules les plus solides résistent. C’est-à-dire celles qui ont instauré le respect comme règle fondamentale. D’expérience, elles sont relativement rares, quasi exceptionnelles.

Les difficultés réveillent les tempéraments, et les protagonistes de l’association oublient les règles de tolérance les plus élémentaires. Dès que le ressentiment s’installe au cœur des relations commerciales et managériales, l’entreprise a vécu. On ne peut travailler ensemble et bâtir quelque chose en commun sans un minimum de considération réciproque.

Pour lire les 44 conseils illustrés...

160 pages 16 EUR

Dispo :
www.Amazon.com
www.Eyrolles.com
www.Fnac.com

Formats ebook
(PDF ePub) & Kindle
Les entrepreneurs chevronnés ne sont pas plus à l’abri des risques de l’association. Individualiste par définition, les désaccords sur la stratégie à suivre ou la course individuelle au leadership mettent à rude épreuve les associations les plus optimales en apparence. Sans les précautions élémentaires de respect et de tolérance déjà mentionnées, ce type d’association ne vit pas très longtemps non plus.

Dans tous les cas, avant de s’associer pour monter une entreprise, il est préférable d'être parfaitement conscient des difficultés de la rupture. Les actifs accumulés au cours de l’activité ne sont pas toujours faciles à partager. L’évaluation et la répartition du portefeuille clients, du catalogue produits ou des marques créées sont l’objet de litiges insolubles durablement pénibles pour les nerfs.


de Noémie
Cogérante d’une fleuristerie
Tout commence au cours d’un repas entre amis, où Noémie retrouve Hélène.
— Dis donc Hélène, toi qui fais de beaux bouquets, ça te dirait que l’on reprenne ensemble la fleuristerie de la place de la Mairie ? Elle est à vendre.
Noémie est employée dans une société d’assurances. Elle rêve de laisser tomber son métier pour voler de ses propres ailes. Hélène, au chômage de longue durée, presque en fin de droits, ne se le fait pas dire deux fois :
— Bien sûr que c’est une bonne idée, je marche ! Mais bon, j’imagine qu’il faut un apport, et comme tu sais, je suis un peu... juste.
Par chance, Noémie vient de toucher un petit héritage.
— Pas de problème, j’apporte les fonds. Tu me rembourseras au fur et à mesure des rentrées.

« En toute entreprise, il n'y a rien de plus funeste que de mauvais associés »

ESCHYLE, extrait Les sept contre Thèbes

L’affaire est conclue. Hélène est réellement douée pour faire de beaux bouquets. En revanche, elle n’aime pas se lever de bonne heure. Faire l’ouverture de la boutique à neuf heures tous les matins représente pour elle un effort suffisamment conséquent.

Nicolas, le mari de Noémie, travaille en équipe dans une société de maintenance informatique. Une semaine sur deux, il est de service l’après-midi. Il peut donc se rendre dès l’aube aux Halles de Rungis pour acheter les fleurs avant de venir aider à la boutique. Noémie a réussi à négocier un temps partiel. Elle relaie Nicolas les semaines où il est de service le matin. Mais les problèmes ne font que commencer. Hélène a en effet fait sienne une devise bien connue : tout travail mérite salaire. Bien qu’elle ne passe pas plus de temps à la boutique que ses associés, elle ne trouve pas très juste de ne pas toucher encore de salaire.

Or l’affaire vient à peine de démarrer, elle est loin d’avoir atteint l’équilibre. Sans se démonter, elle exige que Noémie et Nicolas lui versent une compensation financière conséquente au risque de tout abandonner. Les relations entre les deux ex-amies sont plus que tendues. Si Hélène sait faire de beaux bouquets, elle n’est pas très patiente avec les clients un peu hésitants. Cavalièrement éconduits, ils ne reviennent pas. Il ne faut pas attendre bien longtemps pour que l’affaire capote. Comme elles n’ont pas rédigé de reconnaissance de dettes, Noémie et Nicolas continuent à éponger les pertes.

Copyright : L'intégralité de ce texte ainsi que les illustrations l'accompagnant sont extraits de l'ouvrage "44 astuces pour démarrer son business" publié par les ©Éditions Eyrolles

Commentaire...

Mais qu'est-ce donc qu'un bon associé ?

Au delà de cet exemple assez typique en tout cas d'après mon expérience, une association bien conduite présente bien des avantages. Il suffit pour cela de bien choisir son associé. Il n'est pas nécessairement un copain ou un membre de la famille (attention danger!). Le bon associé dispose de qualités et de compétences complémentaires aux vôtres. Il a tout comme vous le sens de la création de valeur au sens du client. Il vous respecte pour vos compétences et vos qualités et vous le respectez pour les siennes. Ainsi si vous n'aimez pas les "chiffres" et les "formalités", ne choisissez pas un associé qui a la même aversion que vous. Bien des entreprises en herbe, disposant d'un bon produit et de clients potentiels, se dirigent droit vers l'échec tout simplement pour une méconnaissance de l'importance d'une comptabilité bien tenue et de contrats parfaitement rédigés. Au cours de l'astuce suivante, nous nous attarderons sur la question de la gestion de la trésorerie, véritable talon d'Achille de tous les entrepreneurs...

Le conseil suivant...

Le conseil précédent...

Revue de presse...

  • L'Express (L'entreprise) publie les bonnes feuilles, extrait en ligne
    « Lutte contre les idées reçues et les préventions, conseils simples pour avoir confiance en soi, clés pour réseauter et réussir durablement : le livre "44 astuces pour démarrer votre business" aborde les différentes étapes de la préparation entrepreneuriale. »
    Lire la suite »»»
  • Ouest-France pose la question essentielle :
    « Et si la solution était du côté de l’entrepreneuriat ? »
    L'article répond en 5 points sur son site "Entreprise" : Entreprendre, est-ce à la portée de tous ? Quels sont les avantages de devenir entrepreneur ? Les inconvénients ? Faut-il obligatoirement avoir de l’expérience avant de se lancer ? Quels sont les secteurs porteurs ?
    Lire la suite »»»
  • La Voix du nord, sous le titre « Lancez votre affaire » , développe une critique complète du livre sur ses sites dédiés.
    Lire la suite »»»


À télécharger...

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 185)

Tous les articles de ce thème


Les Références...

Astuces Business Les meilleures astuces des "pros" de l'entrepreuneuriat
Editions Eyrolles

monter une entreprise indépendanteÀ son compte
Guide pour se lancer en indépendant lorsque l'on est salarié.
Editions Eyrolles