Le Portail du Manager Innovant

Le manager, le robot et la prise de décision

16 janvier 2020  Par   Partagez

decideur robot

Le rôle du manager c'est de prend des décisions, c'est un fait. Est-ce qu'un robot équipé d'une intelligence artificielle sera-t-il capable de prendre lui aussi voire mieux les indispensables décisions ? C'est ce que croient tous ceux qui se fondent sur le modèle de l'Homo oeconomicus. Selon ce modèle pour le moins simpliste, le décideur est ultra rationnel, parfait calculateur et pleinement informé, il prend toujours la bonne décision, comme un robot donc. En réalité, en entreprise on navigue plutôt dans un contexte complexe et incertain et le processus de décision ne peut être envisagée par un modèle simpliste qui fait l'impasse sur l'incertitude, le doute et le risque.

Non, le manager n'est pas un "Homo Oeconomicus"

En pratique, la prise de décision est bien loin de l'image d'Epinal soigneusement entretenue du décideur avec un D majuscule qui pleinement informé, sûr de lui et en tout conscience prend toujours la bonne décision. Le décideur absolu
Quel est le problème ?
Le manager au moment de décider, pur produit du modèle de l'homo economicus parfait, consulte ses éléments, analyse avec soin le "pour" et le "contre" et prend la décision sans hésiter une seconde.
Elle est nécessairement excellente, puisque c'est lui le Décideur.
Selon ce modèle économique archaïque, le manager est en effet un acteur ultra rationnel qui cherche toujours à maximiser son intérêt individuel. Il serait donc efficace par définition.

En résumé, selon ce modèle, il suffirait de peser le "pour" et le "contre" et de choisir...
Mais peser quoi ?...
Qui aujourd'hui, en situation de prendre une décision délicate et engageant l'avenir dispose de tous les éléments pour évaluer en toute conscience avant de trancher sans regret ?

Le futur manager, un robot ?

Toute la théorie du robot manager et donc décideur, repose sur ce modèle ultra simpliste à souhait. Exploitant à fond le Big Data, Le robot équipé d'une intelligence artificielle est donc pleinement informé, théoriquement en tout cas. Il est en mesure de prendre plus rapidement la meilleure décision. Et de plus il progresse, le "deep learning" place ce décideur artificiel dans une logique d'amélioration permanente. Tout va pour le mieux... Toujours en théorie et en respect de ce modèle.

Le robot serait pour certains le manager idéal...

Ainsi, le manager a toujours réponse à tout. Il a traité toutes les données en un temps record. Insensible aux influences et toujours d'humeur égale, il vous indique sans faillir la meilleure direction à suivre. Increvable, il ne connaît ni les week-end, ni les vacances. Bref une bête quoi. Mais une fiction surtout.

En fait, la réalité est tout autre. Déjà on est jamais pleinement informé. C'est ainsi. Le Big data aussi puissant soit-il pêche aussi sur les questions d'exhaustivité et surtout sur celle de la qualité des données collectées. Ensuite on pourrait aussi évoquer les limites de la modélisation des données pour le processus de prise de décision automatique.

Mais pour détruire ce mythe absurde du manager robot, il est bien plus rapide et plus efficace de prendre le temps de s'intéresser à la réalité de la prise de décision en univers complexe et incertain, le notre actuellement. Commençons par la thèse de la rationalité limitée de Herbert Simon.

La rationalité limitée

Dès les années 60, Herbert Simon, prix Nobel d'économie 1978, définissait ainsi le comportement du décideur en évoquant la rationalité limitée. Définition.

Rationalité limitée
Nous sommes toujours prêts à adopter un comportement rationnel, mais comme notre sphère informative et notre connaissance ne seront jamais exhaustives, notre rationalité est limitée et, finalement, on se contente du premier choix satisfaisant...

Abondance des données

Le Big Data, c'est l'abondance des données. Est-ce pour autant synonyme d'exhaustivité de l'information ? C'est aller un peu vite en besogne. Même si on imagine la situation futuriste impossible où l'on peut collecter "toutes" les données, il s'agira de bien dissocier la part du bruit d'un côté et l'information de l'autre, séparer l'insignifiant du significatif. Pas évident, même en théorie. De toutes façons la prise de décision est nécessairement une prise de risques.

La décision est une prise de risques

Le "pour" comme le "contre" sont truffés d'inconnus. Il manque toujours des informations. Mais il faut tout de même s'engager !
Et on s'engage comment ? Et bien en se fondant sur sur son expérience, sa propre personnalité et sa subjectivité, son intuition. Elle s'affine avec l'expérience acquise. La prise de décision est tout sauf ultra-rationnelle.

Pour forger sa conviction, Le manager décideur écoute aussi les conseils qu'il peut piocher ici ou là auprès de proches « experts » ou « spécialistes » du moment. C'est aussi à cela que servent les rapports, les études, les enquêtes, les réseaux sociaux professionnels.

Parfois c'est aussi une façon de botter en touche, il faut bien le reconnaître. Consulter à droite et à gauche, faire de grandes déclarations sans ne jamais décider ou mettre en oeuvre une décision prise est une "technique" bien au point pour les illusionnistes du pouvoir.

L'acte de prise de décision fait peur et le décideur cherche à ne pas porter toute la responsabilité d'un éventuel échec. C'est pour cela que bien peu de vraies décisions sont prises ou mise en oeuvre. parce que n'oublions jamais qu'il ne suffit pas d'annoncer une décision encore faut-il la mettre en oeuvre. C'est seulement à ce stade que la décision se concrétise, qu'elle existe.

Pour décider en univers complexe

Le déploiement des systèmes décisionnels, tels les tableaux de bord bien conçus, sont bien entendu un plus puisqu'ils permettent de disposer d'éléments facilitant l'appréciation du risque. Ces outils sont incontournables pour dynamiser la prise de décision concrète et accessoirement calmer un tant soit peu l'angoisse du décideur de terrain.

Si décider c'est "choisir", décider c'est donc aussi "éliminer".

Comment éliminer les alternatives lorsque la solution choisie ne se distingue pas franchement ? Quels critères utiliser pour valoriser les solutions lorsque l'incertitude est le quotidien ? Comment choisir une option sans regretter celles délaissées ? C'est cela le risque de décider. Seul un humain peut l'assumer.

Le robot ne sera pas un bon décideur

Tout simplement parce qu'une intelligence universelle ne sera jamais dotée de la sensibilité dont nous disposons nous les êtres vivants pour prendre des décisions délicates. On ne saura que remplacer l'increvable homo oeconomicus qui ultra-rationnel, prend toujours les bonnes décisions.
Mais voilà. Ce n'est pas si simple.
Même en accumulant une quantité inimaginable de données comme nous le propose le Big Data, encore faut-il en tirer le juste enseignement. Déjà, des problèmes techniques se posent.
La qualité des données sera toujours une question en suspens. Comment garantir que toutes les données sont bien fiables ?
Mais le vrai problème c'est le manque de bon sens.

Le point de vue de Antonio Damasio

Une intelligence artificielle ne sera jamais capable de prendre de vraies décisions dans l'incertitude, tout simplement parce qu'elle n'a pas d'histoire ni de vécu, ni le sens de l'avenir. Antonio Damasio, spécialiste des neurosciences, a déjà démontré le lien entre la capacité de décider et l'émotion (l'erreur de Descartes).

Selon le chercheur, pour qu'un ordinateur puisse prendre des décisions comme un humain, il faudrait déjà qu'il puisse éprouver les sentiments de joie, de plaisir, de tristesse, de peur, de douleur ou encore celui de la mort. C'est cela qui fait de nous des humains capables de comprendre la notion de risques.
On parviendra à utiliser l'intelligence Artificielle pour prendre des décisions en univers certain (voir les arbres de décision). Mais décider dans l'incertitude est toujours une prise de risques. Après, le reste, c'est de la science-fiction.

Un voyage dans la science-fiction

Un épisode de Star Trek la série mythique de science-fiction répond très clairement à cette question : « The Ultimate Computer », 1968.
Je vous raconte... Attention, ce paragraphe est un spoiler
Un savant de génie est parvenu à mettre au point un ordinateur suffisamment puissant pour remplacer le capitaine du vaisseau spatial "Enterprise" ainsi qu'une bonne part de l'équipage. Pour les dirigeants de la « Fédération », l'avenir appartient désormais aux vaisseaux autonomes. Pour démontrer les performances de cet ordinateur, ils décident d'organiser une simulation de combat dans l'espace avec d'autres vaisseaux alliés.

Le capitaine Kirk et son équipe dont le fidèle Spock sont tenus de se tenir en retrait et de subir les sarcasmes de leur direction. Le combat commence et effectivement l'ordinateur s'avère un fin stratège. Malheureusement, il n'a pas compris la différence entre un jeu de simulation et un vrai combat. Il n'hésite donc pas à détruire méthodiquement et systématiquement les vaisseaux amis qui participent à l'exercice.

C'est cela, les limites de l'intelligence artificielle : le manque chronique de bon sens. Piloter un vaisseau spatial, une entreprise ou une équipe ce n'est pas uniquement respecter des procédures. C'est aussi faire preuve de bon sens. C'est en cela que l'homme sera toujours supérieur à la machine.

Remarque : J'ai déjà utilisé cet exemple qui illustre parfaitement le propos notamment pour cet entretien pour le bulletin de l'ILEC

A ce sujet, voir aussi

  • La prise de décision et le droit à l'erreur
    La qualité d'une décision ou la compétence d'un décideur ne peut être jugée au seul vu des résultats, malgré la croyance largement répandue. C'est pourtant malheureusement le principe retenu que ce soit en entreprise ou ailleurs pour trier les bonnes décisions des mauvaises et les décideurs respectables des incompétents dans la foulée. Ce principe est totalement erroné et néfaste de surcroît. Toute la question du droit à l'erreur repose justement sur un sérieux éclaircissement de ce principe. Voyons tout cela dans le détail.
  • Manager avec Bon Sens
    Finalement, c'est quoi les qualités fondamentales d'un bon manager ? Avant tout une bonne dose de bon sens que l'on sait utiliser à bon escient, une inclinaison pour l'altruisme qui se traduit par le respect d'autrui et enfin le goût d'améliorer et donc d'évaluer le progrès. Bref des qualités bien humaines qu'en toute logique chacun d'entre nous détient ou acquiert aisément. Alors pourquoi se sent-on obligé de recourir systématiquement à des trucs et des machins ?
  • La folie de la mesure en entreprise
    Les technologies renforcent une tendance pathologique des entreprises : le délire de la mesure. Cette débauche de métrique n'est pas sans effet pervers. L'obsession de la mesure et de l'évaluation, dans le vain espoir de tout connaître et donc de tout contrôler, est la principale cause de la crise du management actuel. Sans remédier drastiquement à cette pathologie désormais pandémique, la notion de mesure perd tout son sens et devient un véritable obstacle au développement d'organisations collaboratives, et donc réactives. Voyons tout cela d'un peu plus près.

  • Lorsque le décideur fait face à un dilemme
    En univers hyperconcurrentiel, la prise de décision n'est pas un simple réflexe automatique. Quel que soit son poste dans l'entreprise, il ne s'agira pas de se contenter de décision dite procédurale telle l'application scrupuleuse des instructions du mode d'emploi. Les décisions type ad hoc, c'est-à-dire originales et sans aucune garantie de réussite, sont désormais le quotidien du manager. Mais comment choisir entre une ou plusieurs alternatives lorsqu'aucune ne se dégage franchement ? Suivons la réflexion du décideur face au dilemme.
  • Comment dissocier le bruit de l'information ? Avec bon sens
    On associe à peu près systématiquement la notion d'incertitude avec la pauvreté de la collecte informationnelle. Sous-entendu que l'abondance d'informations résoudrait la question de l'incertitude. C'est faire fi du désemparement du manager devant faire face à un flux ininterrompus de données. Chercher une aiguille dans une botte de foin illustre bien la difficulté de trouver une hypothétique information décisive. Explications et une énigme à résoudre.

À lire

Prise de décision, et mesure de la performance

Mieux comprendre le processus de décision en entreprise et ses liens avec la mesure de la performance et la démarche stratégique est un passage incontournable avant de chercher à développer un pilotage efficace. C'est là le thème de cet ouvrage de fond fruit de plus de vingt ans de pratique de terrain.

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes Tableaux de bord du Manager Innovant, Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe
Alain Fernandez
Editeur : Eyrolles
Pages : 320 pages
Prix : 25 Euros
EAN : 978-2212569285

Disponible en librairie
   

L'envers de l'Intelligence Artificielle : les tâcherons

L'auteur explique la réalité de l'intelligence artificielle qui, au contraire de remplacer les humains est plutôt à l'origine de la multiplication des métiers de tâcherons mal payés et ultra précaires. Une enquête de fond qui révèle bien l'envers du décor et la réalité sous-jacente des jolies contes des spécialistes du marketing et de tous ceux qui parlent sans savoir... À lire sans tarder.

En attendant les robots - Enquête sur le travail du clic En attendant les robots - Enquête sur le travail du clic
Antonio A. Casilli
Editeur : e Seuil
Pages : 400 pages
Prix : 24 Euros
EAN: 978-2021401882
Disponibles en librairie
www.amazon.fr & Format Kindle


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 85)

           



Tous les articles

Processus de décision
Décider en équipe
Techniques
Risques
Biais Cognitifs

Perfonomique

Un ebook de 200 pages gratuit...
Perfonomique ebook management
Perfonomique Saison 2
32 recommandations pour un management pleinement assumé »»