Le Portail du Manager Innovant

Syndication, fil RSS du site piloter.org    Je suis aussi  sur facebook    Je suis aussi sur  Linkedin    Actualités Twitter
Syndication, fil RSS du site piloter.org  Je suis aussi  sur facebook  Je suis aussi sur  Linkedin  Actualités Twitter
×
★ TOUS LES ARTICLES ★

La prise de décision et le droit à l'erreur

21 octobre 2021  Par   Partagez
Malgré la croyance largement répandue, la qualité d'une décision ou la compétence d'un décideur ne peuvent être jugées au seul vu des résultats. C'est pourtant malheureusement le principe retenu, que ce soit en entreprise ou ailleurs, pour trier les bonnes décisions des mauvaises et, dans la foulée, les décideurs respectables des incompétents. Ce principe est totalement erroné et néfaste de surcroît. Toute la question du droit à l'erreur repose justement sur un sérieux éclaircissement de ce principe. Voyons tout cela dans le détail.

Toujours chercher la justification d'une décision déjà prise. Ambrose Bierce (1842-1914) Journaliste américain.

Comment juger de la qualité d'une décision ?

Ce ne sera sûrement pas au seul vu des résultats !

Ah les réunions de boulot ! Qu'est-ce que c'est épuisant d'entendre toujours les mêmes expressions ressassées !

Tenez   Prenez par exemple le coup de monsieur Jourdain et de la prose. Dans une rencontre professionnelle, il y en a toujours un qui s'imagine original de ponctuer l'échange d'un "C'est comme monsieur Jourdain, il fait de la prose sans le savoir !"
Oh là !. Ça en fait un paquet d'années qu'on nous la ressort celle-là !

Elle doit sûrement réveiller en nous quelque chose de coincé entre Racine et Corneille. En ces temps de potache, quand on usait nos fonds de culotte sur les bancs du collège, Molière était en effet une forme de soulagement, en tout cas moins barbant que les deux autres.

Les conseilleurs à rebours

Les pires ennemis du décideurs : les donneurs de conseils à rebours et autres blameurs.

Des Yaka Fokon…

Une autre expression est tout aussi lassante. C'est la référence au "Yaka Kokon". À croire que l'entreprise ne serait peuplée que de conseilleurs aux bras coupés, toujours prêts à proposer une réponse simple qui commence par une formule du type "Il suffit de…". Mais attention, à la condition que ce ne soient pas eux qui la mettent en oeuvre. Pas folle la guêpe !

Bon ! Ok, je vous l'accorde, ils sont assez nombreux et plutôt envahissants.
Mais cela dit, tout bien réfléchi, ce ne sont pas les plus nuisibles. Eux ne font rien ou pas grand chose. Ils ne font donc que peu d'erreurs.

… aux Tunorépadu

À mon avis les plus dangereux, ce sont les "pousse au regret". Ceux que l'on pourrait appeler les "ifalépafercomça" et les "tunorépadu". Autrement dit, ceux qui n'ont que ces mots à la bouche "Il fallait pas faire comme ça", "Pourquoi tu as fait comme ça", " Tu n'aurais pas dû " ou encore "Tu aurais dû me demander avant, je t'aurais dit de ne pas le faire"

Ah le conditionnel passé ! Voilà un temps de conjugaison bien peu constructif.

Bref, tous ceux qui se sentent en force pour juger a posteriori une décision prise par un autre.

Le tribunal d'entrepriseCes conseilleurs à rebours sont réellement les personnes dangereuses.
Rabat-joie de nature, destructeurs par vocation, ils sont des briseurs d'enthousiasme, des castrateurs de l'initiative.

Ils étouffent la fougue et la pétulance de la jeunesse, berceau de la force et de la créativité, et incitent à l'extension de l'indifférence, voire de la rouerie.

Accusé, culpabilisé, l'infortuné décideur n'a plus que le regret comme bouée pour son estime personnelle. "Je ne recommencerai plus" pensera-t-il. C'est bien là le but de la manoeuvre.

On ne juge pas une décision a posteriori. Ce serait trop facile !

Il faut s'ancrer bien au fond du crâne, et une bonne fois pour toutes, que la qualité d'une décision ne se juge pas aux résultats. C'est comme ça.
Lorsque le temps est passé, lorsque le contexte s'est précisé, lorsque les premiers résultats ont pointé le bout de leur nez, le jugement est aisé. Les évidences apparaissent.

décideur face à la difficulté Mais on oublie un peu facilement qu'au moment de la décision, celui qui décidait n'avait pas toutes les cartes en main. En fait, c'est exactement cela la décision en univers complexe et incertain. On ne dispose pas de toutes les cartes.

Pourtant, il faut s'engager. Il faut prendre le risque de choisir. Ou d'éliminer si vous voulez. Décider c'est choisir, mais c'est aussi éliminer.

Est-ce le choix le plus opportun ? L'avenir nous le dira. Mais le décideur ne peut en aucun cas être mis en cause.

À moins qu'il n'ait pas tenu compte d'informations disponibles à ce moment. Dans ce cas, il est impardonnable.

Autrement, on ne peut abuser de la position hautement confortable d'être plus avant dans le temps pour juger une décision prise. Trop facile ! Non seulement le terrain s'est éclairci, mais de plus on dispose de l'expérience apportée par la décision.

Une bonne décision ne peut se juger a posteriori. C'est ainsi !

Factuel Versus Feeling

Au risque de se répéter, un décideur qui ne procèderait pas à une analyse "factuelle" des informations disponibles au moment de la prise de décision et se fierait uniquement à son "feeling" n'est pas pardonnable.

La décision, ce n'est pas une partie de dés (enfin pas toujours). Ensuite, la décision doit encore être mise en oeuvre, et c'est là où les différentes interprétations risquent de la détourner de sa vocation initiale.

Dans tous les cas, une décision n'existe qu'au moment où elle mise en oeuvre. Mais là c'est un thème en soi.

À ce sujet, voir aussi

  • Le manager, le robot et la prise de décision
    Le rôle du manager c'est de prend des décisions, c'est un fait. Est-ce qu'un robot équipé d'une intelligence artificielle sera-t-il capable de prendre lui aussi voire mieux les indispensables décisions ? C'est ce que croient tous ceux qui se fondent sur le modèle de l'Homo oeconomicus. Selon ce modèle pour le moins simpliste, le décideur est ultra rationnel, parfait calculateur et pleinement informé, il prend toujours la bonne décision, comme un robot donc. En réalité, en entreprise on navigue plutôt dans un contexte complexe et incertain et le processus de décision ne peut être envisagée par un modèle simpliste qui fait l'impasse sur l'incertitude, le doute et le risque.
  • Le modèle de la décision: une illusion
    Avant de lancer un projet décisionnel, Business Intelligence, tableaux de bord, sommes-nous toujours sûr de bien percevoir la réalité de l'organisation, ou plus prosaïquement, nous contentons nous seulement d'un modélisation autant simplificatrice qu'illusoire ? Posez la question c'est y répondre... La prise de décision en entreprise ne peut se contenter d'une modélisation simpliste
  • Lorsque le décideur fait face à un dilemme
    En univers hyperconcurrentiel, la prise de décision n'est pas un simple réflexe automatique. Quel que soit son poste dans l'entreprise, il ne s'agira pas de se contenter de décision dite procédurale telle l'application scrupuleuse des instructions du mode d'emploi. Les décisions type ad hoc, c'est-à-dire originales et sans aucune garantie de réussite, sont désormais le quotidien du manager. Mais comment choisir entre une ou plusieurs alternatives lorsqu'aucune ne se dégage franchement ? Suivons la réflexion du décideur face au dilemme.

À lire

Livre de référence du site : pour mieux comprendre les principes de la prise de décision en entreprise…

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes tableaux de bord du manager innovant
Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe

Alain Fernandez
Éditeur : Eyrolles
Pages : 320 pages

Consultez la fiche technique »»»

Pour acheter ce livre :

   

Format ebook : PDF & ePub, Format Kindle



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 85)

Sur le même thème...

Processus de décision
Décider en équipe
Techniques
Risques
Biais Cognitifs
Outils décisionnels