Autoformation

L'autoformation ce n'est pas l'enseignement scolaire

28 mai 2019  Par   Partagez

Chacun d'entre nous est unique. Notre cerveau a été structuré par bien des facteurs dont notre propre histoire n'est pas le moindre. Lorsque l'on apprend, on redessine l'information reçue afin de l'intégrer du mieux possible dans notre propre système de connaissances. L'enseignement classique, celui que l'on a quasiment tous connu durant notre formation de base, ne considère pas les spécificités de chacun, son vécu, son système de pensée et ses besoins. Ce n'est pas l'exemple à suivre pour réussir son auto-formation.

un exemple de formation dite utile

L'éducation ne doit pas être perçue comme l'idée de remplir un vase avec de l'eau, mais bien comme celle d'aider une fleur à pousser selon sa nature. D'après Bertrand Russell, philosophe et mathématicien britannique
Dans le même esprit, on prête à Montaigne, la réflexion suivante tout aussi expressive :
L'élève n'est pas un vase qu'on remplit, mais un feu qu'on allume.

Les principes traditionnels d'enseignement ne sont pas applicables à l'autoformation. Pourquoi ?

L'enseignement scolaire est régulièrement et à juste titre l'objet de critiques pour son mode directif et uniforme de transmission des connaissances. Malgré de nombreuses réformes aux effets limités, les principes fondamentaux ont bien peu évolué depuis l'instauration de l'enseignement obligatoire au cours de la Troisième République.

Le postulat de départ est clair. La connaissance, quelle que soit la matière enseignée, est une notion universelle. Elle est donc aisément transmissible en utilisant des moyens standardisés et n'a nul besoin d'être personnalisée. Chaque élève reçoit donc, en théorie en tout cas, exactement le même enseignement selon le principe de l'égalité des chances.

La "méritocratie" et machine à trier

Il est ensuite passé au crible des évaluations afin de juger de ses capacités. C'est le fondement du modèle "méritocratique". Si les élèves les plus réceptifs à ce mode d'enseignement écoutent et appliquent à la lettre les enseignements reçus, les moins adaptés bayent aux corneilles et regardent l'oiseau comme le rimait si bien Jacques Prévert.

L'éducation scolaire est aussi une machine à trier. Elle cherche à détecter les « meilleurs » pour bâtir l'élite du pays, tout en reléguant les « cancres », c'est-à-dire tous ceux qui sont réfractaires à un tel mode d'apprentissage, vers les métiers subalternes.

Les critiques les plus virulents utilisent de préférence la métaphore de la machine à broyer pour qualifier cet enseignement de masse soumis aujourd'hui plus que jamais aux diktats de la régulation budgétaire.

le tri scolaire en action

L'enseignement en mode "poussé" n'est pas le plus efficace

Ce modèle de transfert des connaissances uniforme en mode « poussé » vers des auditeurs « passifs », faisant abstraction de la personnalité de chacun, est particulièrement simple dans son principe. C'est bien pour cela que la très large majorité des organismes d'enseignement et de formation continue pour adultes l'appliquent à la lettre. Les MOOCs, (formations en ligne ouvertes à tous) dont on attend beaucoup aujourd'hui, utilisent eux aussi ce principe de « savoir poussé ». Il vaut mieux bien connaître le principe fondamental de ces outils pour les utiliser à propos le cas échéant.

Les bases d'une autoformation réussie : « je suis aux commandes »

Lorsque l'on se lance sérieusement dans un programme d'autoformation, il vaut mieux prendre le contrepied d'un enseignement subi où l'on écoute sagement l'enseignant sans réagir. Chacun construit son programme de formation selon ses goûts et ses attentes, gère la collecte d'informations et de documents, et juge ses acquis en totale autonomie.

La classe inversée

De multiples expériences d'enseignement centrées sur les besoins de l'apprenant ont été tentées. Les écoles appliquant ce type de pédagogie dès le plus jeune âge ont su marquer leur différence.

L'enseignement mis au point par Célestin Freinet, il y a déjà plusieurs décennies, est un bon exemple de ce type de pédagogie. Célestin Freinet (1896-1966) a en effet mis au point une pédagogie d'enseignement dirigée sur l'expression en toute liberté des enfants qui choisissent seuls leurs activités, ainsi que les ressources mises à leur disposition.

L'autogestion de l'enseignement et l'émancipation des élèves sont les idées motrices de Célestin Freinet et du collectif d'instituteurs ayant participé au développement de cette démarche et des outils pédagogiques associés.

Il existe d'autres expériences fondées sur les mêmes principes comme les pédagogies Decroly et Montessori. Voir le site : Pédagogie Freinet.
Voir aussi les travaux autour de la « classe inversée », une approche de l'enseignement qui s'inscrit dans cette lignée de « l'apprenant demandeur ». Voir le site : Classe inversée

La pensée paresseuse, l'ennemi numéro 1 de l'apprenant

Nous vivons une époque où l'immédiateté semble prendre le pas sur le travail de fond indispensable à la construction des connaissances. Une question ? Vite une réponse ! Surtout ne pas perdre de temps à explorer les pistes alternatives et les points de vue divergents. Cette approche superficielle est en passe de devenir la règle de l'acquisition des connaissances sur le web.

Quel que soit le thème traité, les articles les plus concis exposant les thèses les plus simplistes sont plébiscités . Étudier un sujet particulièrement complexe, se concentrer sur des développements plus conséquents, et confronter des points de vue divergents, bref, tenter de donner du sens exige une dépense d'énergie. C'est pourtant ainsi que l'on se forge de solides connaissances.

Les plus persévérants l'ont bien compris. Ils progressent avec méthode, découvrent de vraies pépites, enrichissent leurs connaissances et construisent leurs compétences. Les moins courageux et les plus désorganisés volètent de site en site, et perdent leur temps à parcourir les articles aux titres racoleurs mais vides de contenu. Leurs acquis sont aussi fragiles qu'éphémères.

Ce sont là les méfaits de la « pensée paresseuse ». C'est ainsi que Boris Cyrulnik désigne bien justement le fait de se contenter des idées reçues sans jamais pousser son exploration plus avant. Un travail de fond est pourtant nécessaire pour dénicher les pépites, construire méthodiquement ses connaissances et parvenir à enrichir son éventail de compétences.

A ce sujet, voir aussi

  • Autoformation : Evitez les chausse-trapes

    Se former est une digne ambition, d'ailleurs indispensable aujourd'hui où l'exigence de renouvellement des connaissances est particulièrement accélérée. En revanche il vaut mieux éviter de se fourvoyer en sélectionnant mal ses motivations et ses objectifs au risque de perdre non seulement un temps précieux mais aussi un indispensable enthousiasme. Voyons tout cela.
  • Apprendre doit rester un plaisir

    Combien de fois nous sommes-nous retrouvés à essayer de se concentrer sur un sujet rébarbatif ? On a beau s'auto-justifier avec des il faut bien le faire, mais à la première occasion notre attention s'évade... Et on relit pour la troisième fois le même paragraphe sans le comprendre pour autant. En conclusion, il est toujours préférable d'étudier des thèmes que l'on aime. C'est une évidence, mais il n'est pas inutile de le rappeler.
  • Un tête bien pleine ou une tête bien faite ?

    Toute la subtilité de l'acquisition des connaissance repose sur cette célèbre formule de Montaigne, S'agit-il de se remplir la tête de connaissances pour répondre du tac au tac à des quiz ou de structurer ses savoirs afin d'améliorer sa capacité de jugement pour des situations imprévisibles ? Là est la question.


Lecture recommandée

7 Habitudes pour se former tout au long de la vie7 Habitudes pour se former tout au long de la vie
La méthode Faraday, une légende de l'autoformation

Alain Fernandez
110 pages Prix : 9,90 Euros
Editions Mimismo

En stock chez : www.amazon.fr
Ebook Kindle
Ebook epub

Téléchargez l'extrait (PDF)


Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du webObjectif : Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du web
Les 7 bonnes pratiques de l'autodidacte 3.0

Alain Fernandez
137 pages Prix : 9,90 Euros
Editions Mimismo

En stock chez : www.amazon.fr
Ebook Kindle
Ebook epub

Téléchargez l'extrait (PDF)

Copyright : © Alain FERNANDEZ 1998-2019 Tous droits réservés

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 185)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.