Comment déléguer, la bonne recette !

17 avril 2018 Par   Partagez

Dans l'entreprise il faut déléguer... C'est une évidence... Mais c'est quoi déléguer ? S'agit-il de charger le collaborateur d'assumer toutes les responsabilités des décisions qu'il est contraint de prendre pour accomplir les tâches déléguées ? Autrement dit de le contraindre à tenir le clou mais pas le marteau ? (imaginez la scène : vous tenez le clou à main nue et votre supérieur assène les coups de marteau...Aïe aïe aïe les doigts !)note Voyons tout cela d'un regard un peu humoristique...

prise de décision

Le dialogue...

  • Le consultant enthousiaste et positif : Avec le nouveau système de tableaux de bord, vous serez tous équipés pour prendre les BONNES décisions
  • Le cadre inquiet : Et quand on ne prend pas la bonne décision, c'est qui le responsable ? Le tableau de bord peut-être ?

C'est dit, je délègue !

Ah la délégation ! Aplatir la pyramide, réduire les niveaux hiérarchiques, responsabiliser les acteurs de terrain, ça fait des années qu'ils nous le répètent les experts ! Tous sans exception préconisent de diminuer le nombre de strates afin d'accélérer la vitesse de circulation de l'information et de dynamiser ainsi la prise de décision ! La seule méthode gagnante qu'ils disent.

Et vous alors qu'attendez-vous ? Pourtant ce n'est pas bien difficile !
Tenez, comme je ne suis pas trop vache je vous livre ici en exclusivité la recette la plus couramment pratiquée. En tout cas c'est ainsi que je l'ai vu faire.

Recette : Comment fabriquer un décideur de terrain ?

    1. Vous prenez un cadre de l'entreprise.
    Peu importe le domaine d'activité, choisissez le pas trop mûr, encore suffisamment vert pour conserver un soupçon d'enthousiasme et quelques illusions.
    2. Vous le plongez dans son quotidien :
    • Rapidité : “Je vais plus vite mais de toutes façons je n'aurai jamais le temps”,
    • Complexité : “Je n'y comprends rien, tous les problèmes semblent liés les uns aux autres...”,
    • Incertitude : “Il me manque des données !”,
    • Stress : “Oui mais ça, ce n'était pas prévu!
    • Angoisse : “Je sens que je ne vais pas y arriver...”.

    3.Vous agrémentez selon le goût d'un bouquet garni d'outils Hi tech : Accès Data Warehouse, analyses Multidimensionnelles, data mining, tableau de bord, Balanced Scorecard...…

    4. Vous laissez mijoter le temps d'une formation express au maniement des dits progiciels.

    5. C'est quasiment prêt, vous n'avez plus qu'à le dresser d'un rapide briefing sur les objectifs attendus.

    Le plus du chef : Enfin, juste avant de servir, vous briefez votre subordonné : “ Maintenant le responsable c'est vous ! Vous êtes équipé, vous n'avez plus d'excuses, prenez donc les bonnes décisions” !
    ( Responsable: "Qui doit accepter et subir les conséquences de ses actes" Le Petit Robert)

    Le sommelier recommande : Un bon système de notation personnelle façon management à la Jack Welch : Avec une note de 1 vous êtes le héros de la farce et vous pourrez vanter autour de vous cette belle réussite, avec une note de 3 ou 4 vous irez voir ailleurs si j'y suis...

    Bon appétit !
    Et gare à l'indigestion...

    Sommes-nous prêts à prendre des risques ?

    Suffit-il de diffuser la Business Intelligence et ses outils tels que le tableau de bord, pour réformer les processus de décision des entreprises et plus généralement des organisations ?
    Les outils d'aide à la décision, toujours plus sophistiqués, contribuent à mieux mesurer, apprécier et anticiper le risque de la décision.
    Mais qu'en est-il du droit à l'erreur ? Comment le décideur sera-t-il jugé après coup ? Le sait-il au moins ?
    A-t-il vraiment intérêt à prendre des décisions audacieuses, c'est à dire avec un risque difficile à appréhender ?
    Pas vraiment...
    Les décisions "ambitieuses" seront vraisemblablement jugées de "hasardeuses" si jamais on a tiré la mauvaise carte.
    Sans un droit à l'erreur bien défini, Il vaut mieux demeurer autant que possible dans l'espace sécurisé, autrement dit éviter les décisions ambitieuses et se limiter à un minimum de prise de risques même si ceux-ci dont déjà bien évalués et parfaitement connus... Note : Cette comparaison avec le clou et le marteau n'est pas de moi, je la dois à un conférencier dont malheureusement j'a oublié le nom, cela dit c'était il y a fort longtemps...

    A ce sujet, voir aussi

    Lecture recommandée

    Faciliter la prise de décision par les acteurs de terrain ne se fera pas sans réformer les principes de la mesure de la performance telle qu'elle est encore pratiquée dans les entreprises. Comment faire ? C'est là le sujet de ce livre...

    Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes Tableaux de bord du Manager Innovant
    Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe

    Alain Fernandez
    Editeur : Eyrolles
    Publication : 12 Avril 2018
    Pages : 320 pages
    Prix : 25 Euros

    Pour acheter ce livre :

       



    Partagez cet article...

    Envoyer le lien de cet article par e-mail   
    (total partages cumulés > 105)

    La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

    Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

    Google+    Twitter    Facebook

    Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
    Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez



    Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2018- Tous droits réservés


Le Portail du Manager Innovant
Le portail du Manager Efficace Piloter.org