Indicateurs de performance du Développement durable

 Par          Partagez

La performance du développement durable

Le modèle Triple Bottom Line

Lors de la conception d'un tableau de bord de pilotage ou d'un tableau de bord projet, les indicateurs de portée sociétale sont sélectionnés en adoptant la même méthode que pour les traditionnels KPI Key Performance Indicators. Pour ceux qui pratiquent déjà la méthode Gimsi, rien de bien nouveau. Ils savent déjà pertinemment qu'une démarche de progrès ne se mesure pas uniquement en quantités, temps et coûts. L'ensemble des facettes de la performance mérite d'être pris en compte.

Communication

Il est tout à fait juste de dire qu'un indicateur de performance KPI est aussi un instrument de communication. La remarque est d'autant plus vraie dans le cadre d'une politique de développement durable. Si la mise en oeuvre d'une politique de Développement Durable est une démarche que l'on peut qualifier de "stratégique", elle est tout sauf secrète.
La communication est un des principaux fondements de la démarche. Pour cela, selon les lois en vigueur ou les référentiels de normalisation adoptés, des indicateurs bien identifiés devront régulièrement être publiés comme le préconisent le référentiel éco Audit EMAS ou la loi NRE de 2001 par exemple.

Des indicateurs clairs et précis

Ce qui n'empêchera pas l'entreprise qui le souhaite, de devancer la règlementation en bâtissant un fond d'indicateurs pertinents, véritable référentiel commun, préalable à une stratégie fondée sur la communication étendue. Le référentiel du GRI The Global Reporting Initiative est une excellente base de travail pour constituer ce fond.

Recommandation

Pour conclure ce paragraphe, une recommandation de la commission du parlement européen (EMAS).
"Les indicateurs doivent être compréhensibles et sans ambiguïté.
Pour garantir la crédibilité et le contrôle du management, il est important que les indicateurs ne créent pas de fausse impression ou n'induisent pas le public visé en erreur. Les indicateurs doivent être clairs et compréhensibles pour les utilisateurs et répondre aux besoins de ces derniers en matière d'information. Ils doivent être cohérents et porter sur les données essentielles."
cf eur-lex.europa.eu)

The Global Reporting Initiative

The Global Reporting Initiative (GRI) a développé une série de guides en ligne pour aider les organisations à bâtir des rapports compréhensibles et diffusables. Ces guides qui concernent les aspects économiques, environnementaux, sociaux ( droits de l'homme, travail, responsabilité, société) sont disponibles en suivant ce lien : Global Reporting Initiative guideslines.

Les nouveaux indicateurs de richesse

Le PIB Produit Intérieur Brut utilisé pour mesurer la richesse des nations n'est pas vraiment l'indicateur le mieux adapté pour évaluer la performance en terme de développement durable. D'autres indicateurs comme l'IDH développement humain, le BIP 40 inégalité et pauvreté, l'ISS santé sociale pour ne citer que ceux-ci sont plus adéquats à la mesure de la richesse véritable. J'en parle ici sur le blog du Perfologue avec quelques références en commentaire.

À lire...

Quels indicateurs pour mesurer la richesse ? Le PIB, on le sait, n'est pas la panacée, loin s'en faut. Cet ouvrage présente les principaux indicateurs susceptibles de mieux mesurer la véritable richesse. L'approche est méthodologique, indispensable pour traiter ce sujet.

Les nouveaux indicateurs de richesse   Les nouveaux indicateurs de richesse
Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice
La Découverte   Collection "Repères"
3ème édition
126 pages
Prix : 10 Euros
Dispo chez :
www.amazon.fr

Stilglitz et le PIB

Il y a quelques années, alors que la question de la révision de la composition du PIB occupait les esprits, Joseph Stilglitz avait publié un un très bon article de GDP Fetischism publié sur le site de Project Syndicate ensuite traduit en français Fétichisme du PIB sur celui des Echos.

Dans cet article, Joseph Stilglitz revient sur la fonction et les dérives de l'indicateur chouchou de la société (Est-il nécessaire de rappeler que Joseph Stilglitz prix Nobel d'économie a présidé la "Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress" en charge de réviser la définition du PIB ?)
PIB: Produit Interieur Brut, GDP: Gross Domestic Product

L'auteur rappelle notamment l'importance de la mesure dans un monde privilégiant la course à la performance, avec les risques d'erreurs de trajectoire lorsque les indicateurs sont mal choisis, mal construits ou suivis avec des oeillères (fétichisme).
A lire donc.

Une micro remarque en passant :

Nos éminents prix Nobel semblent remarquer que la Médiane, le juste milieu d'une population, est bien plus parlante que la Moyenne, total/nombre d'individus, pour tenir compte des disparités de revenus. En effet, il semblerait que les banquiers et patrons grassement payés auraient tendance à tirer cette dernière vers le haut. La médiane, pointant bien sur la valeur centrale : 50% au dessus et 50% au dessous, serait plus proche de la réalité. Sympa, même si j'ai l'impression que cette remarque était déjà au programme des classes de collège de mon époque. En tout cas, le thème débattu est très largement accessible...

Tableau de bord Citoyen

Une question :
Pourquoi autant s'entêter sur la construction d'un indicateur ultra global intégrant non seulement l'économique mais aussi le bien-être, voire les supposées composantes du bonheur individuel (sic) ?
Cette quête perdue d'avance d'un PIB universel n'aurait-elle aucune autre finalité que celle de délivrer une information binaire "c'est bon, c'est mauvais" voire même manichéenne à souhait "c'est bien, c'est mal", bref quelque chose de compréhensible sans effort par tout un chacun ?
Hormis une poignée d'économistes dans la confidence, ne serions-nous tous sur la planète qu'une population de microcéphales ne réagissant qu'en terme de valeurs préconstruites ?

Ne serait-il pas un petit peu plus pertinent d'identifier les quelques mesures spécifiques indispensables, après avoir précisé les objectifs selon les axes de développement : économique, bien-être social, écologie..., d'adopter une démarche tableau de bord afin de les équilibrer correctement puis que chacun utilise un peu son cerveau pour synthétiser et en tirer un enseignement profitable ?
Une seconde remarque en passant: Nous pourrions ainsi nous rendre compte, chiffres à l'appui, de l'incomplétude des règles comptables en vigueur qui, orientées exclusivement vers l'accroissement de la productivité, passent totalement à coté des autres formes de capitaux et de valeurs.

Ensuite bien sûr on peut rêver une sorte de tableau de bord citoyen, accessible depuis le web, où chacun pourrait suivre les différentes composantes des indicateurs officiels, juger des progrès, comparer avec les autres pays, voire même accéder aux données utilisées pour les bâtir. (Aux USA par exemple sur le site data.gov, un maximum de données collectées ou générées par le gouvernement fédéral sont disponibles et exploitables par tout un chacun...).
Bref on peut rêver...



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 145)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez





Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2018- Tous droits réservés
Le Portail du Manager Innovant
Le portail du Manager Efficace Piloter.org