Rôles et responsabilités au sein du projet

22 novembre 2016 Par    Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Le rôle et les responsabilités de chaque acteur du projet

Un management obsolète

Les structures classiques de pilotage et de réalisation d'un projet sont hiérarchisées et cloisonnées. On ne peut pas vraiment dire que les organisations en pyramide facilitent toujours l'indispensable communication pour une prise de décision opportune.

Manque de souplesse

Les échanges entre les acteurs de terrain qui conçoivent et réalisent, le client qui attend un produit précis et la direction projet qui prend en charge les décisions ne sont pas facilités. Cette absence chronique de souplesse s'oppose radicalement aux exigences d'adaptabilité en cours de réalisation des projets actuels.

Un exemple de structure classique de responsabilité de projet

Le tableau ci-après présente la structure classique des entités et responsabilités d'un projet.

Pilotage de projet
Sources "Le chef de projet efficace" © Eyrolles 2009

Remarque :
Ce schéma de responsabilité n'est pas figé. Il peut comporter plus ou moins de structures de responsabilités. On peut ainsi y adjoindre le cas échéant un comité scientifique, un comité d'avancement. La maîtrise d'ouvrage peut se subdiviser en niveaux d'intervention ou d'autorité.

Voir aussi MOE et MOA

Vers une structure de pilotage réactive

Il est toujours préférable de procéder par projets courts et rapides. Ainsi, on peut se passer de cette longue chaîne de décisions qui émousse la qualité de l'information et handicape durablement la réactivité. La structure de pilotage mérite d'être réactive. Auto-organisation, autonomie, communication étroite avec le client, prise de décision sans délai... Voilà quelques repères pour une structure de pilotage optimale des projets. C'est en tout cas ainsi que le management de projet est analysé sur ce site.

Conduire un projet, ce n'est pas uniquement résoudre les problèmes techniques

Question : Pourquoi les managers (les vrais, les décideurs) devraient-ils se sentir impliqués pour les phases d’un projet technologique, n’est-il pas du ressort du chef de projet technique ?

Le chef de projet technique

Les décisions ne sont pas que techniques...

Il est pratiquement impossible de prévoir le déroulement précis de projets toujours plus complexes. En cours de réalisation, il faudra prendre des décisions d’importance qui conditionnent l’issue ou la finalité du projet. Lorsque le chef de projet technique est seul maître à bord, ses choix sont naturellement influencés par les préoccupations techniques.
Son cadre de travail est géré par : (1) sa maîtrise technique, (2) le délai imparti, (3) les budgets alloués et (4) les relations avec l'équipe.
Il limite son risque en reproduisant ce qu’il sait faire.

Sous-traitance, le mot d'ordre : On ne prend pas de risque !

La question est encore plus sensible pour les projets intégralement sous-traités. La majorité des sociétés de services tout comme de bien nombreux cabinets de conseils adoptent une approche exclusivement économique de la conduite des projets, aux conséquences pour le moins paradoxales.

Les éléments les plus expérimentés sont le plus souvent uniquement utilisés pour décrocher les affaires. Une fois le contrat en main, dans une logique de maîtrise des coûts, la réalisation est confiée à des chefs de projet débutants (ou d’anciens développeurs), sûrement de bonne volonté mais bien peu armés dès que la problématique dépasse le niveau technique.

Mais c'est quoi un projet réussi ?

Si la course aux prix planchers se poursuit, il y a bien peu de chance que ces modes de travail évoluent. Ensuite il faut bien définir ce que l'on appelle un projet réussi : s'agit-il uniquement d'un projet qui, juridiquement parlant, peut sembler conforme au cahier des charges, ou parle-t-on d'un projet qui répond aux enjeux initiaux et s'inscrit dans le devenir stratégique de l'entreprise ? Il ne s'agit pas que d'une notion de sémantique. Cette différence d'acception conditionne l'accession a un Retour sur investissement appréciable .

Les décisions sont aussi d'une portée quasi stratégiques.

Lorsque les managers, client du projet, sont impliqués, ils sont alors en mesure de considérer le problème dans son ensemble et d’inciter le chef de projet à considérer les décisions à prendre selon les enjeux du moment, voir notamment piloter par les enjeux.

Le but n’est plus de se contenter de mettre en place une technologie précise en un délai donné mais bien de rendre la dite technologie utile au sens de la création de valeurs. La réussite des nouveaux projets imbriquant étroitement processus organisationnels et technologiques est à ce prix (voir notamment les spécificités du projet BI).

Les conseils pour les chefs de projet débutants

Lecture recommandée

Le chef de projet efficaceLe chef de projet efficace
Les 12 bonnes pratiques pour un management humain

Alain Fernandez - Eyrolles
Pour réussir les projets d'entreprise, adoptez une démarche qui dynamise le relationnel entre les femmes et les hommes.
6ème Edition Mai 2018
250 pages - Prix librairie : 22 EUR

voir la fiche détaillée »»»

Dispo chez :
   



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 65)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez


Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2018- Tous droits réservés


Le Portail du Manager Innovant
Le portail du Manager Efficace Piloter.org