Autoformation

Évaluer la pertinence des documents

07 octobre 2019  Par   Partagez

Évaluer la pertinence des documents Recherche Documentaire : Il n'est pas aisé de juger à l'estime la pertinence des documents collectés. C'est là la principale difficulté de la recherche documentaire. Pour ne pas se trouver face à un dilemme dès que l'on déniche un document qui paraît sérieux, il est prudent d'établir un juste barème d'évaluation des sources auquel se référer. C'est grâce à cet outil d'aide à la décision que l'on évalue la qualité de chacune des pièces et que l'on choisit sans (trop de) regret entre « je garde » et « je jette ». Voyons comment réaliser ce crible.

Apprendre, c'est prendre le temps de trouver l'articulation entre ce que l'on sait déjà et ce que l'on ne sait pas encore. Piloter.org

Le dilemme de la collecte

Lors de l'étape de collecte, il n'est guère possible de lire avec attention l'ensemble des documents qui semblent a priori correspondre aux critères de recherche. C'est le moment où se pose le dilemme de tout prospecteur d'information. Doit-on le garder et donc le classer, ou au contraire le rejeter ?

Le droit au remords

Déjà, on s'accorde le droit au remords. Rien n'est définitif. Ce n'est pas parce que l'on a fait le choix de garder ou de ne pas garder un document ou une source d'information que l'on s'interdit à tout jamais de revenir sur cette décision. Mais ce n'est pas encore suffisant.

Curiosité versus esprit critique

Si la curiosité est une qualité indispensable pour l'apprenant, elle se doit d'être modérée par la rationalité et l'esprit critique. La rationalité nous assure de rester bien en phase avec notre plan de travail. L'esprit critique nous incite à ne pas prendre pour argent comptant l'information sans se référer à quelques critères bien choisis.

Mais avant d'établir une grille de critères pour évaluer les documents collectés, intéressons-nous en premier lieu à la question de l'auteur de l'article choisi. Le document que l'on a sous les yeux a bien été écrit par un auteur. Qui est-il ?

Les « auteurs » du web, qui sont-ils ?

Les algorithmes des moteurs de recherche utilisent de bien nombreux critères pour définir la pertinence d'un document selon la requête formulée. Même si on peut le supposer, il n'est pas encore manifeste que l'expertise du signataire dudit document soit un facteur décisif pour le tri. Les systèmes automatisés comme Google semblent d'ailleurs marquer le pas sur cette question. Elle est pourtant d'importance.

La notion « d'auteur » est un critère essentiel pour juger de la qualité et de l'originalité d'un document.

Comme nous l'avons vu lors de l'étude de la première bonne pratique consacrée aux moteurs de recherche, Gary Illyes, porte-parole de l'entreprise Google, nous informait en 2015 que 60 % des pages présentes sur le web n'étaient que de la copie.

Il ne reste plus qu'à évaluer la proportion du web qui n'est que du plagiat indétectable par les algorithmes. Il y a fort à parier que le taux a toutes les chances d'être significatif. Il est donc essentiel de bien connaître les principaux experts de sa spécialité pour privilégier les articles originaux, et ne pas perdre de temps avec de pâles copies riches en contresens.

De l'importance du signataire

Les moteurs de recherche ont toujours été orientés « documents ». C'est-à-dire que la pertinence du document dépend de sa qualité intrinsèque (structure et mots-clés) et de la notoriété du site qui l'héberge. La renommée du signataire ne semble pas un critère majeur.

Avec l'essor des réseaux sociaux, orientés « personnes identifiées », la tendance tente de s'infléchir pour se rapprocher un tant soit peu de la « vraie vie » où l'on préfère, à juste titre, connaître l'auteur d'un texte, voir notamment linkedin pour se former.

Il semble évident que l'identification du signataire d'un document est un critère indispensable pour juger de la pertinence et de l'orientation du propos. L'objectivité prise dans le sens de la neutralité, comme l'envisage la Wikipédia, n'est guère concevable dans le monde réel. Quel que soit le thème, il est nécessairement complexe et chaque expert défend un point de vue précis. Cette orientation transparaît nécessairement dans le contenu du document. Il est donc primordial de connaître le signataire.

La Wikipédia a adopté une logique inverse, voir ici utiliser la Wikipédia pour la formation

Les critères d'évaluation de la collecte documentaire

Pour juger de la fiabilité de l'information transmise, il est prudent de se poser quelques questions à propos de l'auteur.

Identifiez le signataire du document

  • L'expertise de l'auteur est-elle notoire ?

    Il suffit de « googliser » son nom complet pour vérifier son champ de connaissance.
  • A-t-il déjà publié ?

    On vérifiera la liste de ses publications, ouvrages et articles.
  • L'auteur détient-il un site web ou un blog personnel ?

    C'est le moyen de connaître ses centres d'intérêt et ses travaux réalisés.
  • Ce site ou ce blog est-il régulièrement actualisé ?

    Si oui, c'est une bonne information à propos de son expertise.
  • L'auteur est-il présent sur Twitter ?

    Là encore, c'est le moyen d'évaluer ses centres d'intérêt en tout cas s'il publie régulièrement, c'est-à-dire au moins une fois par semaine.
  • Est-il inscrit sur un réseau professionnel tel que Linkedin ?

    Nous pouvons alors mieux connaître son expérience et son statut professionnel.
Cette analyse s'effectue très rapidement. Elle permet de s'assurer de la notoriété et de l'objectivité de l'auteur.

Il est prudent de bien repérer les auteurs qui, bien que connus sur le web, sont affiliés à une entité commerciale. Ils risquent alors d'assurer, plus ou moins discrètement, la promotion de solutions commerciales qui ne répondent pas nécessairement à nos attentes. On peut alors mettre sérieusement en doute leur impartialité.

Intéressons-nous à présent à la qualité du document proposé. La qualité est perceptible autant dans le fond que dans la forme.

Évaluez la qualité du document

  • Le propos est-il bien argumenté ?

    Les éléments pour illustrer la thèse développée sont bien à propos.
  • Les idées sont-elles bien exposées ?

    Elles sont expliquées, démontrées sans recourir à des références abstraites ou morales.
  • Le signataire respecte-il les droits d'auteur ?

    Ce point est plus difficile à vérifier. Il n'est pas toujours aisé de repérer les emprunts et les plagiats.
  • Les sources sont-elles correctement citées ?

    Bien des auteurs amateurs du web se contentent d'agglomérer des fragments de textes d'auteurs différents sans citer les sources, liens et bibliographies.

Remarque : Cette seconde grille de critères rejoint celle que nous avons établie pour juger de la pertinence d'un article de la Wikipedia. Voir ici Evaluer la pertinence de la Wikipédia

La question de la « fraîcheur » du document

À juste titre, les moteurs de recherche ne donnent pas toujours la priorité aux informations les plus récentes. La nouveauté n'est pas nécessairement un critère de qualité et de pertinence.

Cela dit, il est toujours préférable de s'informer de la date de rédaction du document afin de s'assurer qu'il n'existe pas de version plus récente. Il serait dommage de considérer comme pertinentes des analyses mises en défaut depuis par des faits nouveaux.

Il est recommandé d'identifier soigneusement l'auteur d'un texte avant de lui accorder un quelconque crédit. Les outils du web orientés « auteur », comme Twitter, Facebook ou Linkedin, sont de précieux instruments pour découvrir de nouveaux auteurs d'intérêt et éliminer tous ceux qui ne font que répéter ce qui se dit ailleurs sans proposer la moindre analyse.

Diplômes et Titres ne sont pas nécessairement des passe-droits

Remarque : Les diplômes, titres et distinctions ne sont pas nécessairement les attributs d'un bon passeur de connaissances. Ils ne présument en rien de sa capacité d'adopter un style suffisamment fluide et didactique propre à un bon pédagogue.

Infographie, la recherche documentaire

Infographie, la recherche documentaire
Légende : Infographie, cliquez sur l'image pour l'agrandir...

Les pièges de la recherche documentaire

Deux pièges dans lesquels nous sommes tous déjà tombés...

1. Ne devenez pas un boulimique informationnel

Il n'est pas toujours évident de prendre la décision de stopper sa prospection pour un thème choisi. Effectuer une recherche documentaire efficace, c'est aussi savoir faire le deuil de ce que l'on ne trouve pas malgré nos efforts.

Il est contre-productif de consacrer trop de temps à rechercher l'introuvable perle rare. Attention aussi à ne pas se laisser emporter par sa fringale documentaire hors du périmètre de son sujet.

2. Résistez au syndrome FOMO

Pour illustrer ce dernier propos, il n'est peut-être pas inutile d'évoquer en quelques lignes le syndrome FOMO . Acronyme de « Fear of Missing Out », la « peur de rater quelque chose », FOMO désigne une nouvelle forme d'angoisse assez répandue aujourd'hui. Elle se caractérise par le besoin d'assurer une veille permanente, de rester toujours aux aguets devant son écran, sa tablette ou son smartphone, de crainte de passer à côté de l'évènement.

Là encore, il est prudent de conserver sa rationalité et son esprit critique en alerte. Ce sont les meilleurs outils pour parvenir à surnager dans un océan informationnel toujours plus agité. Il est clair que l'on ne saura jamais tout. Il est préférable de se contenter de moins d'informations, mais de bien les intégrer dans son schéma personnel d'acquisition et de structuration des connaissances.

A ce sujet, voir aussi

  • Abondance n'est pas Pertinence
    Sur le web comme ailleurs, Abondance n'est pas un nouveau synonyme de Pertinence, Le web nous propose un monde informationnel ou le pire côtoie le meilleur sans aucun discernement. Il est donc particulièrement aisé de nous prendre au piège commercial. On parle alors d'économie de l'attention. Mais me web ce n'est pas que cela, c'est aussi l'économie du partage. Voyons tout cela.
  • Comment utiliser google pour se former en ligne ?
    Comment dénicher l'information pertinente dans le capharnaüm qu'est devenu le web aujourd'hui ? On y trouve tout et n'importe quoi, l'essentiel côtoie l'insignifiant sans distinction particulière. Alors faut-il faire confiance à Google et aux autres moteurs de recherche pour faire le tri ? Pas si sûr. Voyons pourquoi.
  • Vérifier ses sources
    Grâce au web et aux réseaux sociaux, nous disposons aujourd’hui des moyens de nous informer à tout instant et en n’importe quel lieu. En contrepartie, il est aussi plus difficile d’échapper aux rumeurs et aux idées reçues. Voyons comment s'y prendre pour faire le tri entre informations dignes d'intérêts et les fake-news comme on dénomme aujourd'hui toutes ces tentatives de manipulations, volontaires ou involontaires. De toutes manières le résultat est le même : la désinformation.
  • Qu'est-ce qu'un moteur de réponse ?
    Jusqu'à présent, nous avions toujours considéré Google comme un moteur de recherche. À une requête donnée, le moteur de recherche délivre les pages des sites qui lui semblent les plus pertinentes au sens de ce qu'il comprend de la question posée et de ce qu'il sait de l'internaute. On observe depuis quelques années une tendance qui présage un changement radical. Google connaitrait la bonne réponse...
  • Comment utiliser Facebook pour se former ?
    Facebook est depuis sa création l'objet de toutes les passions. Les uns le détestent et le chargent de tous les maux de la planète, les autres l'adorent et restent connectés nuit et jour. Facebook est en effet criticable c'est un fait. Cela dit son principe est particulièrement adapté pour accompagner une formation collective, la meilleure manière de se former. Voyons comment.


À lire...

IMPORTANT : Cet article est extrait du guide "Objectif : Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du web".
Voir ci-dessous...

Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du webObjectif : Débusquer les pépites de connaissance dans le foutoir du web
Les 7 bonnes pratiques de l'autodidacte 3.0

Alain Fernandez
137 pages Prix : 4,99 Euros
Editions Mimismo, ISBN : 9782956758839
Disponible :
Format Kindle
Format epub Kobo ou Format epub www.FNAC.com

Voir la fiche du livre

Vu, lu, suVu, lu, su
de Jean-Michel SALAÜN
La Découverte   152 pages

Ce livre est un bon point de départ pour mieux comprendre le web dans une démarche de recherche documentaire.
www.amazon.fr

Nous sommes tous des décideurs !

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes Tableaux de bord du Manager Innovant, Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe
Alain Fernandez
Editeur : Eyrolles
Pages : 320 pages
Prix : 25 Euros

Disponible en librairie
   


Copyright : © Alain FERNANDEZ 1998-2019 Tous droits réservés

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 45)

Si vous souhaitez partager votre point de vue sur cet article, utilisez désormais Twitter ou votre réseau social favori.

           



Tous les articles