Le Portail du Manager Innovant

Brainstorming ou remue-méninges

26 novembre 2018  Par   Partagez
Définition : Le brainstorming, littéralement tempête de cerveaux ou remue-méninges, est une méthode participative de résolution de problèmes s'appuyant sur la créativité spontanée des participants. En fait, c'est bien la spontanéité qui est recherchée. Voyons la démarche ou plutôt le protocole à suivre si l'on souhaite parvenir à un résultat

Déroulement d'une session de brainstorming

Un problème est un écart entre la situation actuelle et la situation désirée. Cet écart est parsemé d'obstacles connus et inconnus. Son franchissement n'est pas aisé. Piloter.org

Le protocole de brainstorming en pratique

Lors d'une session, toutes les idées sont notées sans y apporter aucun jugement.

Au contraire même, il est plutôt demandé aux participants de ne pas critiquer, et de ne pas hésiter à rebondir pour construire et laisser progresser la réflexion.

Ainsi, par association d'idées successives, on collecte de nombreuses pistes.

Déroulement

Une session de brainstorming se déroule en groupe d'une dizaine de personnes avec un animateur.

La première phase, une demi-heure, trois quart d'heure en moyenne, a pour finalité de collecter un maximum d'idées, comme décrit ci-dessus.

Ensuite, les idées collectées sont triées, rapprochées, organisées thématiquement et hiérarchisées. Un diagramme d'Ishikawa ou un diagramme d'affinités peuvent être utilisés pour réaliser ce travail de synthèse. Il est grandement préférable que l'animateur soit hors hiérarchie.

Une session de brainstorming réussie

Les 7 étapes pour réussir son remue-méninges...
  • 1) On explique le processus

    Il est important que chacun des participants connaisse parfaitement les règles et le étapes du déroulement. Si un ou plusieurs membres du groupe n'ont jamais participé à une session de ce type, il peut être utile de réaliser quelques exercices pratiques pour bien comprendre les principes.
  • 2) On précise les règles

    1. On ne critique pas, et on préserve son ouverture d'esprit.
    2. On laisse aller son imagination, par principe toutes les idées sont bonnes à formuler.
    3. On n'hésite pas à reprendre les idées des autres pour construire les siennes.
  • 3) Quel est le problème ?

    On s'assure que tous les participants ont une vision juste du problème à solutionner. Avant de commencer la session, on laisse quelques minutes de réflexion pour que chacun puisse bien intégrer le problème. Guère plus, il ne faut pas laisser s'envoler la spontanéité. On privilégie en effet la spontanéité sur la réflexion. Toutefois, l'animateur se réserve le droit de reformuler une proposition qui semble mal formulée.

  • 4) On écrit tout

    Le tableau blanc, visible de tous, est encore le meilleur outil... Il fonctionne même en cas de panne de secteur :-)
  • 5) On fait le ménage

    On élimine les idées similaires formulées différemment.
  • 6) On trie, on groupe et on élimine

    On rapproche les idées, et on élimine celles qui sont impossibles ou hors de propos ainsi que les doublons. Le diagramme d'affinités est l'outil à privilégier pour cette opération de "dépouillement".
  • 7) Les meilleures idées

    On sélectionne les meilleures idées (les moins mauvaises ?) parmi celles qui semblent réalisables en tenant compte de la problématique à traiter.

Conseil : Plutôt que de transformer la salle en une criée aux poissons, où seuls les extravertis s'expriment, préférez le brainstorming par écrit. Les idées sont alors notées sur un post-it, et ensuite affichées sur le tableau blanc (voir le déroulement des diagrammes d'affinités ici. On est ainsi pratiquement sûr que tous les participants s'expriment. D'autres part, le brainstorming est un exercice d'associations. Il est aussi profitable d'utiliser l'instrument clé : le Mind Mapping pour construire les idées et les solutions.

Comment rater une session de brainstorming ?

On croise à l'occasion des participants que l'on peut qualifier de "déviant" pour cet exercice.

3 exemples de participants déviants :

  • 1) Celui qui est persuadé de savoir à l’avance ce qu'il faudra faire, et ne participe que si l'on va en son sens...
  • 2) Celui qui exige que toutes ses idées soient conservées. Il tient à en garder la propriété, elles sont évidemment bien meilleures que toutes les autres suggestions de ses collègues...
  • 3) Celui qui n'apprécie que les ambiances paisibles, et cherche à jouer le modérateur lorsque les échanges s'animent un peu et s'enrichissent !
Il faudra accorder un soin particulier à ces participants pour les recadrer avec psychologie au plus vite au risque de laisser dériver la session.

Comment réussir ?

Le problème à résoudre doit impérativement être simple. C'est-à-dire :
  • 1) Tous les participants partagent une appréciation univoque de la question.
  • 2) Le nombre de variables d'actions est suffisamment réduit pour que l'on parvienne au terme de la session à une solution concrète acceptable et acceptée par l'assemblée puisqu'elle répond à la question initiale.
  • 3) Il est recommandé de s'assurer que les membres participant à la session connaissent bien le sujet à traiter. Il sera peut-être nécessaire de préciser les points les plus délicats avant de lancer le brainstorming.

À ce sujet, voir aussi : Le brainstorming est-il efficace ?

  • Déçus du brainstorming ? Adoptez donc le blamestorming
    Attention, une session de brainstorming, n'est pas des plus simples à conduire. Cet outil ne ne s'applique d'ailleurs pas pour pour toutes les situations d'innovation collective. Le blamestorming, c'est une autre démarche, bien plus classique de recherche d'un bouc émissaire pour renforcer la cohésion d'équipe. Voyons un cas concret.

Référence du site

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes Tableaux de bord du Manager Innovant, Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe
Alain Fernandez
Editeur : Eyrolles
Pages : 320 pages
Prix : 25 Euros
EAN : 978-2212569285

Disponible en librairie
   

Ressources web


Le mot d'humeur...

Personnellement, je ne pratique plus le brainstorming. Le jeu est bien trop souvent faussé. Produire des idées sans jamais les commenter est une pratique bien difficile pour nous les latins-cartésiens où la liberté de critique est fondamentale à la réflexion commune. Une séance de "critique constructive", où l'on confronte les idées en gérant intelligemment la polémique, est d'expérience bien plus productive.

Les ouvrages de référence

Un ouvrage assez complet sur la fonction qualité en entreprise. Ce livre traite notamment des aspects suivants de la fonction : les fondamentaux, les bonnes pratiques, les outils du responsable qualité et le management de la fonction dans la durée :

Le grand livre du responsable qualité
Florence Gillet Goinard, Bernard Seno
Eyrolles
486 pages
Dispo :
www.amazon.fr

Des mêmes auteurs que l'ouvrage précédent, 64 outils qualité essentiels présentés sous forme de fiches pratiques :

La boîte à outils du responsable qualité
Florence Gillet Goinard, Bernard Seno
Dunod
192 pages
Dispo :
www.amazon.fr & Format Kindle

Kaoru Ishikawa est le créateur des fameux cercles de qualité. Avec cet ouvrage, il présente simplement et en s'appuyant sur des cas concrets, dans le plus pur "esprit qualité", les principaux outils et méthodes pour mettre en oeuvre les plans d'actions d'amélioration de la qualité dans les entreprises :

La gestion de la qualité : Outils et applications pratiques, Kaoru IshikawaLa gestion de la qualité
Outils et applications pratiques

Kaoru Ishikawa
Dunod
256 pages
Dispo :
www.amazon.fr


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 125)

           



Tous les articles