Le Portail du Manager Innovant

Gérer les stocks, comment faire ?

25 novembre 2019  Par   Partagez
La gestion des stocks conditionne au premier plan la performance de la Supply Chain. Il s'agit en effet d'optimiser les flux pour éviter toutes les ruptures possibles tout au long de la chaîne, c'est-à-dire autant pour l'entreprise que pour ses partenaires. Et cela tout en assurant la maîtrise des coûts. La qualité du service rendu au client en dépend directement. Pas si simple.

Définition de la gestion des stocks

Définition du dictionnaire Le Grand Robert :
Ensemble des produits finis non vendus, des produits semi-œuvrés, des matières premières, détenu par une entreprise à une date donnée.
L'idée de la fluidité absolue c'est le zéro stock dans une dimension de Juste à Temps. Cela dit, il faut pouvoir anticiper et assurer la régularité globale du processus alors que toutes les activités de la supply chain ne produisent pas dans la même unité de temps. Il y a donc une limite à la réduction drastique des stocks qui est aussi indissociable par définition de la gestion des approvisionnements. L'optimal du "Zéro Stock" ne doit en rien créer des ruptures de production, dramatiques au sens du client. En conclusion, la gestion des stocks est une tâche particulièrement complexe aujourd'hui.

Stock et Juste à temps

En effet, dans un contexte de juste à temps, lorsque les centres de production et d'approvisionnement, tout comme les clients, sont répartis sur le territoire ou à l'international, on ne peut plus se reposer exclusivement sur les traditionnelles méthodes de gestion des entrepôts et magasins (20/80, ABC, formule de Wilson... Voir ci-après).

Gestion des stocks

Gestion logistique orientée client

La gestion "dynamique" des flux matière, produits semi-finis et produits finis supplée désormais à une gestion "statique" des stocks .
Le passage d'un type de gestion "statique" des stocks à un type de gestion "dynamique" des flux, ne se fera pas sans réformer les modes organisationnels et les principes de fonctionnement de la chaine client fournisseur depuis le premier élément de la chaîne jusqu'au client final. La gestion logistique orientée client est en effet d'un autre niveau de complexité. Elle implique une étroite collaboration avec l'ensemble des partenaires de la chaine logistique.

Confiance et transparence pour une gestion logistique dynamique

Le partage systématique de l'information pertinente, l'anticipation, la confiance et le développement et la mise en place de stratégies communes sont les principales caractéristiques de l'indispensable changement des relations clients fournisseurs pour une gestion des stocks adaptée aux besoins actuels du juste à temps.

Rappel : Méthodes de gestion des stocks, les techniques classiques

Quelques-unes des méthodes les plus courantes de gestion des stocks tels que l'on peut les enseigner. À connaître ne serait-ce que pour savoir de quoi parle-t-on

20/80

La loi des 20/80 est directement issue des travaux de Vilfredo Pareto.
C'est une loi empirique qui appliquée à la gestion des stocks met en évidence le fait suivant : environ 20% des mêmes références produit se retrouvent dans 80% des commandes. Ou encore, plus ou moins 20% des références produit génèrent 80% du chiffre d'affaires. Il est donc essentiel de s'assurer que ces références précises ne sont jamais en rupture de stock. La méthode ABC permet de les identifier et de les répartir en 3 classes.

Méthode ABC

À ne pas confondre avec son homonyme (Activity Based Costing) une méthode de calcul des coûts par activité.
La méthode ABC pour la gestion des stocks est d'une simplicité enfantine en tout cas dans son principe. Il s'agit en effet de répartir les références en trois classes selon la valeur du stock:
  • Classe A : !5 à 25 % des références selon le type de production qui en référence à la loi de Pareto correspondent à 80 % de la valeur du stock, peu ou prou.
    Ce sont les produits les mieux valorisés, ceux qui apparaissent le plus régulièrement dans les commandes. Ce sont aussi les matières ou sous-ensembles, indispensables constituants de nombreux produits finis ou tout au moins les plus rentables.
    Cette classe doit être surveillée comme le lait sur le feu, ce sont en effet les produits rangés dans cette catégorie qui contribuent à créer la richesse de l'entreprise. Il vaut mieux qu'il n'y ait jamais de rupture de stock sur l'un ou l'autre des produits référencés dans cette classe A.
  • Classe B : 30 à 40 % des références selon le type de production correspondent à environ 15% de la valeur totale du stock.
  • Classe C : 50% environ des références correspondent à environ 5% de la valeur totale du stock.
La somme des trois classes fait évidemment 100%.

La formule de Wilson

La méthode de Wilson est une formule permettant d'estimer les besoins de réapprovisionnement, c'eat à dire la quantité économique de commande optimale, tout en minimisant les coûts de commande et les coûts de possession du stock.

  • Un stock trop abondant pour les besoins représente un coût loin d'être négligeable : consommation électrique inutile, gestion des périssables, occupation de surface, fiscalité, mise au rebut en cas de utilisation etc.
  • Un stock insuffisant se révèle aussi très coûteux: Les ruptures de production se répercutent au long de la chaîne logistique et impactent les salariés et surtout les clients en bout de chaîne qui attendent que leur commande soit honorée.

La formule de Wilson est un modèle particulièrement ancien, adaptée à la production de masse mais totalement inadaptée à la production en Juste à Temps. Cela dit cette formule est un excellent outil didactique pour bien saisir les différents facteurs de la gestion des stocks à prendre en considération.

Remarque : Cette formule est très bien expliquée sur la wikipedia anglaise, sous son intitulé : EOC, Economic Order Quantity, Quantité Economique de Commande en français. Wikipedia

Pourquoi optimiser la gestion des stocks ?

Pour justifier l'importance de la maîtrise des stocks, il était encore coutumier il y a quelques années de s'en tenir aux seuls coûts d'immobilisation. Les matières et les produits ont été achetés, ils "coûtent" et comme ils ne sont pas encore entrés dans le processus de vente, ils ne "rapportent" donc pas.
Même lorsque la question de la péremption n'entre pas en jeu, une bonne gestion impose que le temps entre l'achat d'un produit (sortie d'argent) et sa vente (entrée d'argent) soit le plus court possible, indépendamment des délais de paiement.

Les stocks sont pénalisants sur deux autres aspects

  • Ils masquent les dysfonctionnements des flux et écartent les exigences des indispensables optimisations de la stratégie globale (les seuils choisis pour les stocks minimums et de "sécurité" notamment).
  • Ils sont un obstacle majeur au renouvellement rapide des gammes et plus généralement à l'innovation en pratique.

Stockage et gestion des flux

La gestion des entrepôts et magasins de stockage en termes d'organisation interne tout comme de localisation se satisfait peu du pifomètre. La gestion de flux est une source inépuisable de questions dont la complexité, bien connue des mathématiciens, met constamment à l'épreuve les logisticiens.

L'utilisation d'un logiciel de simulation spécifiquement dédié permet justement de tester au préalable l'opportunité et la performance d'une nouvelle configuration. En tenant compte des limites fondamentales de la modélisation bien entendu.

Logiciel de modélisation

Il existe plusieurs fournisseurs. Un exemple :
  • www.arenasimulation.com
    Simulation du type "What if ?" Que se passerait-il si ? Pour définir les flux en limitant la prise de risques.

Une démarche de progrès, le tableau de bord de la Supply Chain

Améliorer sa gestion des flux matières et produits est un point essentiel pour assurer une parfaite optimisation de sa trésorerie, du BFR, Besoin en Fond de roulement, de son cash flow. Il est important pour les entreprises gérant des stocks de matières et ou de produits finis d'adopter les principes d'une démarche de progrès continu et de mettre en place un système de pilotage efficace et donc de construire un tableau de bord pour la supply chain

Stocks et Information

Réduire les stocks grâce à une gestion efficace de l’information au sein de la chaîne de fournisseurs est la règle de base des modes de gestion de la production actuellement mis en oeuvre. En ouvrant l’accès du système d’information à l’ensemble des partenaires, l’entreprise rend accessibles les prévisions et commandes à court terme réactualisées.

Les partenaires peuvent alors s’organiser pour répondre aux principaux critères de performance : rapidité et ponctualité des livraisons de produit de qualité.
Connaissant les possibilités des sous-traitants en temps réel, le gestionnaire de la supply-chain s’organise à son tour et sélectionne les sources d’approvisionnement.

Le fonctionnement de la supply-chain est dépendant de la qualité et de la rapidité des informations échangées.


Ce paragraphe est extrait du livre "Les nouveaux tableaux de bord des managers" publiés aux éditions ©Eyrolles et référencé ci-dessous.

Logiciel de gestion de la Supply Chain

  • Voir ici sur le site Capterra une liste de produits SCM.

Un point de vue humain

Avec l'essor du Toyotisme que l'ont préfère dénommé Lean Management, il n'y a pas de secret. La question du zéro stock marque bien la ligne d'horizon vers laquelle doit s'orienter tout manager logistique même, si comme on l'a vu ici il ne s'agit pas de l'atteindre à la lettre.

Mais sur le terrain la réalité des pratiques managériales de production sont relativement en décalage avec la théorie du Toyotisme, pour parler par euphémisme. En d'autre termes, et comme le notent justement Luc Boltanski et Eva Chiapello dans l'ouvrage majeur L'esprit du capitalisme, la suppression des stocks, tout comme plus globalement les méthodes de juste à temps du "toyotisme", est le meilleur outil pour relayer la pression des exigences et attentes client (celui qui paie) directement sur les unités de production, et garantir ainsi la performance de l'auto-contrôle. Bien plus efficace qu'une hiérarchie directe.

"La suppression des stocks a surtout pour effet de faire parvenir directement dans l'atelier la pression de la demande. Luc Boltanski et Eva Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme

Quel que soit le secteur d'activité il est bon de se rappeler que le management ce n'est pas uniquement de jolies histoires contées par de gentils managers dans le monde merveilleux de l'entreprise comme on nous le serine au quotidien. La réalité de l'entreprise est bien plus aride que cela.

À ce sujet, voir aussi

  • Qu'est-ce que les 5 cinq Zéros ?
    Le concept des 5 zéros est quelque part le catalyseur des méthodes du toyotisme, telles que le Juste à temps et Kanban et, par extension des démarches qualité. Il est toutefois prudent d'ajouter un sixième zéro à la liste : Zéro défaut, Zéro papier, Zéro panne, Zéro stock, Zéro délai + le Zéro mépris sans quoi rien n'est possible
  • Lean management, système d'organisation industrielle
    Le lean management est un système d'organisation industrielle initié dans les usines japonaises du groupe Toyota au tout début des années 70. La démarche ne peut être réduite à sa traduction française de maigre. C'est bien là la principale erreur des concepteurs peu conscients de la complexité d'une véritable démarche de progrès. Il ne s'agit pas d'adopter une vision exclusivement globale centrée sur la réduction des coûts et des délais mais bien de développer une approche depuis le terrain au plus près des vraies difficultés des salariés et collaborateurs de l'entreprise. Mais cela c'est en effet bien plus difficile.
  • Mesurer la performance de la Supply Chain
    La performance de la Supply chain conditionne la réussite de la stratégie engagée. En effet, que vous cherchiez à conquérir de nouvelles parts de marché, à fidéliser les clients, ou à améliorer la rentabilité de chaque client, ou les trois à la fois, la chaîne logistique joue en effet un rôle essentiel. La mesure de la performance de la supply chain mérite donc d'être particulièrement soignée. Voyons tout cela.


Lecture recommandée

Pratiques des méthodes logistiques adaptées au lean manufacturing :

La logistique globale et le Supply Chain ManagementGestion des stocks et des magasins
Fabrice Mocellin
Dunod
336 pages
Dispo :
www.amazon.fr


Une démarche méthodique et concrète pour concevoir ou améliorer les entrepôts, magasins et unités de stockage. Des exemples concrets :

Entrepôts et magasinsEntrepôts et magasins
Tout ce qu'il faut savoir pour concevoir une unité de stockage

Michel Roux
Eyrolles 6ème édition
483 pages
Dispo :
www.amazon.fr

Assurer le pilotage de la Supply Chain c'est être en mesure de prendre les bonnes décisions d'orientation. Pour cela il est impératif d'être équipé d'un tableau de bord parfaitement adapté au besoin.

livre tableau de bordLes nouveaux tableaux de bord des managers
Le projet décisionnel en totalité
Alain Fernandez
Editions Eyrolles
495 pages, 6ème Édition

Dispo :
www.amazon.fr
Format Ebook PDF ou ePub, Kindle

Tableaux de bord du manager innovant, le livreLes Tableaux de bord du Manager Innovant, Une démarche en 7 étapes pour faciliter la prise de décision en équipe
Alain Fernandez
Editeur : Eyrolles
Pages : 320 pages
Prix : 25 Euros
EAN : 978-2212569285

Disponible en librairie
   



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 125)

           



Tous les articles