Le portail du Manager Efficace
»» Tous les articles Piloter.org »»

Auto-entrepreneur, un statut rêvé pour l'exploitation des travailleurs ?

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Deux échecs d'auto-entrepreneur

Humour auto entrepreneur Le statut d'autoentrepreneur, ou microentrepreneur comme il a été rebaptisé sans trop d'originalité, peut sembler un bon tremplin pour celui qui souhaite entreprendre sans trop s'engager.

Le statut permet en effet d'essayer son idée et de mesurer les risques avant de se lancer à échelle réelle si l'expérience est positive.

Mais attention, le statut n'est pas exempt d'effets pervers.
Depuis que les politiques louent le dieu "flexibilité" comme solution miracle au chômage, la crainte de casser le salariat et de transformer toute une couche de la population en travailleurs corvéables à merci se concrétise petit à petit. Pour mieux éclairer le propos, voyons deux cas réels, seuls les prénoms ont été changés.


Histoire de Daniel

Daniel, après vingt-cinq ans passés au sein du service achats d'une multinationale, était persuadé que les PME seraient friandes de ses compétences et de sa riche expérience. Il est tombé de haut en découvrant que ses acquis étaient totalement inutiles. Les PME fonctionnent d'une manière totalement différente. Son passé au sein d'une grande entreprise bien structurée, où les services sont hermétiquement cloisonnés, se révéla un véritable handicap pour assister des entreprises de petites tailles où la définition des postes est moins rigoureuse et les relations plus informelles.

Pourquoi exiger des notes écrites officialisées par la ligne hiérarchique, quand tout a déjà été réglé au détour d'un couloir un café à la main ? Daniel n'était vraiment pas à sa place, la petite entreprise qui avait accepté sa prestation, impressionnée par le nom de son employeur précédent, a tôt fait de le remercier.

Histoire de Sandrine

Le cas de Sandrine est un peu différent. Elle s'est lancée en freelance avec le statut d'auto-entrepreneur sur proposition de son employeur, un ami. Enfin, à l'époque c'était un ami car depuis les relations se sont tendues. Souhaitant se mettre un peu au vert, son ex-employeur avait promis de lui sous-traiter une bonne part de son activité. C'était un ami, ils n'avaient donc rien écrit.

Une fois son nouveau statut en règle, elle a pu vérifier la justesse de l'adage : "les promesses n'engagent que ceux qui y croient". Elle a ainsi découvert que son ancien employeur comptait l'utiliser comme bouche-trou.

Une fois débarrassé du contrat de travail, il l'utiliserait comme les fermiers exploitaient les journaliers : (mal) payés à la tâche, sans vacances ni indemnités, ni droits aucun. Humiliée, mortifiée, ulcérée, elle a évidemment rompu toute relation avec cet exploiteur. Depuis, tout comme Daniel, elle court après les petits boulots et additionne les petits revenus, elle prend tout ce que l'on lui propose, corvéable à merci dit-on. C'est une vie ça ?

C'est pourtant ainsi que vivent bien des indépendants.

Morale de l'histoire :

Et oui, le statut d'auto-entrepreneur est une bonne idée de simplification administrative et financière pour se mettre à son compte, encore faut-il prévoir ses arrières, anticiper dirions-nous.


On ne se met pas à son compte parce que l'on ne trouve pas de job ou pire encore parce que l'employeur l'exige (esclavagiste va !). On se met à son compte pour une seule raison : parce que on en a décidé ainsi.

On a un projet, il est bien ficelé et on souhaite le concrétiser. On choisi le statut de micro entrepreneur parce que c'est le plus simple pour démarrer et tester la faisabilité de son idée. En effet les formalité sont simples, la comptabilité quasi inexistantes et les contributions sociales sont proportionnelles aux gains et non systématiquement dues comme pour tous les autres statuts d'indépendant.
Si l'idée fonctionne, on peut la transformer. Dans le cas contraire on n'a rien perdu, même pas du temps puisque l'on a acquis de l'expérience.

Livres de référence

Bien entendu vous préféreriez ne tomber dans aucun de ces pièges, le petit guide 44 astuces pour entreprendre vous aidera à les repérer et à les éviter...

1. Comment transformer son envie d'émancipation en une activité durablement rentable. Les meilleurs "trucs" des pros de l'entrepreneuriat sont ici mis en forme, structurés et illustrés de témoignages de créateur d'entreprises.

livre créer son entreprise44 astuces pour démarrer votre business
Alain Fernandez
Éditions Eyrolles 2014
160 pages
Prix : 16 Euros
Dispo :
www.amazon.fr, Format ebook (PDF ePub), format Kindle

2. Ce livre développe une démarche complète pour réussir sa création d'entreprise. Tel un coach personnel, il vous accompagne et vous aide à franchir les embûches du parcours, depuis l'idée initiale jusqu'à l'accession à une situation durablement stable. Ce livre s'appuie sur l'expérience cumulée de plusieurs dizaines d'entrepreneurs avertis et chevronnés.

livre monter son entrepriseÀ son compte
De salarié à entrepreneur indépendant

Alain Fernandez
Éditions Eyrolles 2012 - 272 pages
Prix : 20 Euros
Dispo :
www.amazon.fr, au format PDF & ePub, format Kindle


Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 165)

Commentaires lecteurs...

Tous les articles de ce thème


Les Références...

Astuces Business Les meilleures astuces des "pros" de l'entrepreuneuriat
Editions Eyrolles

monter une entreprise indépendanteÀ son compte
Guide pour se lancer en indépendant lorsque l'on est salarié.
Editions Eyrolles