Management de l'entreprise

Le manager efficace est un entrepreneur

...

Le manager efficace est un entrepreneur

Tous les articles de ce thème...


Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/venteach/www/techno/piloter.org/blog/references/entreprendre.php on line 76

Soignez vos sous-traitants !

Humour-sous-traitance

Du partenariat à la soumission

Le dialogue

L'employé du donneur d'ordre, apprenti exploiteur, profite de la situation : "T'inquiètes pas! Maintenant je peux envoyer les plans bien après le délai contractuel !
Les sous-traitants n'ont rien à dire, avec le nouvel Extranet, ils le reçoivent pratiquement en instantané !"


Lire la suite


Le bon entrepreneur sait gérer son énergie

«Comme j'ai envie de vivre longtemps de ma nouvelle activité, j'organise mes journées à mon goût"

L'énergie est une ressource bien particulière,
Les travaux fastidieux l’épuisent rapidement,
Les tâches les plus intéressantes la régénèrent,
Les astucieux s'organisent intelligemment.

Apprenez à déléguer...

Le projet Business Plan

L'énergie n'est pas une ressource comme les autres. Les tâches les plus passionnantes agissent comme un régénérateur permanent, tandis que les travaux les plus ennuyeux épuisent les réserves en un temps record.

Il est prudent d'identifier les tâches les plus fastidieuses, et de s'arranger pour les traiter à un moment plus opportun dans la journée ou dans la semaine.(...)

(...)(1) Il est évident qu'après plusieurs heures d'abnégation consacrées à des travaux fastidieux, on n'aspire plus qu'à une seule chose : se détendre.
Lire la suite


Le business plan n'est pas le projet

« Maintenant que je suis entrepreneur indépendant, j’ai compris qu'il ne fallait pas passer trop de temps sur le business plan et se lancer à l'eau sans tarder..."

Pourquoi passer du temps sur le business plan,
Au risque de se sentir décrédibilisé,
Ce n’est là qu'un projet qu’il faut concrétiser,
Autant s'y consacrer sans attendre plus longtemps.

Laissez le business plan et passez à l'action !

Le projet Business Plan

La réalisation du business plan est un exercice riche d’intérêt. Son exécution impose en effet une mise à plat du projet afin d’en évaluer les potentialités et d’en estimer la faisabilité selon le budget imparti...

Bon, avec une certaine marge d'erreur, il est vrai. Cette marge d'erreur sera d'ailleurs d'autant plus importante que l'entrepreneur aura préféré éviter d'étudier les scénarios catastrophes.

C'est en effet du côté de l'étude des risques que pèchent la grande majorité des business plans. (...)(1)
Il ne faut jamais perdre de vue que le business plan n'est qu'un plan de plus sur la comète. Les partenaires aiment le concret. Il est donc urgent de ne pas perdre trop de temps et de se jeter à l'eau sans tarder...

Le Business Plan et la banque
Astuce nª25

(1) Ce texte partiel et ces deux illustrations sont extraits du livre "44 astuces pour démarrer votre Business" publié aux Editions Eyrolles ©


Lire la suite


Quel consultant êtes-vous ?

Les différentes facettes du métier de consultant

Consultant Le terme de consultant, exploité à outrance, est aujourd'hui particulièrement galvaudé. Plutôt que de préciser une réelle profession, il est utilisé à tort et à travers pour englober sous un libellé particulièrement séduisant un état difficile à définir .
"Vous faites quoi dans la vie ?"
"Je suis consultant. "
"Ah très bien ! Et cela consiste en quoi ? "
"Ben euh, c'est difficile à expliquer.... "

Pour vous aider à bien identifier quel métier se cache derrière ce terme générique, je vous propose cette petite typologie des consulting-boys  les plus courants. (Cela fonctionne aussi pour les consulting-girls) 

Le Consultant avec un grand "C"

Il y a les consultants des grands cabinets. Ils arrivent en équipe. Méga organisés qu'ils sont !
Ils ne parlent pas. Consultant donneur de leçonDe toutes façons ils n'ont rien à te dire. Et quant à t'écouter t'imagines pas !
Ils étudient les  chiffres, ils comptent, ils mesurent...
Pas de détails pour toi coco. De toutes façons tu coûtes trop cher. Et puis finalement tu sers à quoi dans la vie ?
Eux ils ont la leur à gagner.
C'est comme ça...

Le consultant indépendant

A l'autre extrème, il y a le petit mec. Le consultant indépendant, le freelance. Alors pourquoi on l'appelle lui ?
Et bien ce n'est pas compliqué, on fait appel à l'indépendant parce que :  soit Consultant indépendanton n'a pas les moyens de se payer un big cabinet... soit le big cabinet est trop cher... Et puis lui on le connaît, il est gentil et en plus il ne changera pas grand chose.... Bref, il va nous rassurer....
Cela dit ne nous méprenons pas, il y en a de  toutes sortes des consultants indépendants...

Le donneur de leçons

Il y a celui qui donne des leçons et définit les règles. Pour lui il n'y a pas à tortiller. C'est comme ça qu'il faut faire. Il sait parfaitement ce qu'il faut appliquer et tout le monde doit se plier à la règle.
Normal, c'est la règle.


Lire la suite

Ceux qui innovent, comment font-ils ?

Optimiste et pessimiste sont également nécessaires à la société, l'optimiste invente l'avion, le pessimiste invente le parachute...
Un anonyme du web

Trucs d'innovateurs

Dans l'’ouvrage Little Bets, Peter Sims démontre que les innovateurs suivent un processus fondé essentiellement sur l'expérimentation :
1) Expérimenter très vite.
2) Tester des idées imparfaites.
3) Analyser rapidement les échecs pour avancer d’un petit pas.
4) Et tenter un nouveau pari.

Il est totalement impossible de prévoir quelle idée rencontrera le succès. C'est la règle fondamentale de l'innovation industrielle. Il faut donc essayer, corriger, recommencer en profitant de l'’enseignement pour tenter autre chose, une autre voie.
Lire la suite


Auto-entrepreneur, la liberté ?
Humour consultant heureux

Plus de patron... Est-ce bien sûr ?

- Ça y est, je me lance à mon compte, j'ai pris le statut d'auto-entrepreneur et... Hop ! Plus de patron !
- En es-tu vraiment sûr ?
- Haha ! Tu m'étonnes ! Le patron c'est moi maintenant, c'est bibi qui commande !
- Mais tu as un client ?
- je commence avec mon ancien patron, on a un accord, il me passe un bon volant d'affaires, c'est ce que l'on a prévu.
- Tu n'as pas de contrat ?
- Mais non ! Je suis libre, je ne suis plus salarié, tu n'as pas compris...
- Oh que si j'ai compris ! Mais s'il trouve un prestataire moins cher que toi, tu t'imagines qu'il va te garder ?
- Alors là, il faudrait déjà qu'il le trouve ! J'ai vraiment cassé les prix pour me lancer. De toute façon, c'est le boulot que j'avais quand j'étais dans la boîte, donc je le connais super bien. Il aurait vraiment du mal à me remplacer...
- Donc, tu n'as plus aucune marge de manoeuvre. Bon récapitulons. Si je comprends bien, tu fais le même boulot qu'avant, mais tu n'as plus les garanties et avantages du contrat de travail, comme la paye à la fin du mois, les week-end assurés, les vacances, les heures supplémentaires, la mutuelle et j'en passe...
- Tu n'as vraiment rien compris, c'est juste pour commencer !
- Ne te fâche pas mais, si, j'ai tout compris. Et fait gaffe, on trouve toujours un prestataire moins cher, c'est la loi du marché.

L'auto-entrepreneur est un bon statut pour se lancer en solo, n'en doutons pas. Encore faut-il avoir choisi soi-même de se lancer et bien préparer son projet. Ainsi, on ne peut pas compter sur un seul client, surtout s'il s'agit de son ancien employeur.

Pour aller plus avant, deux témoignages concrets pour mieux mesurer à quel point :

  • 1) l'échec est toujours possible si le projet n'est pas soigneusement préparé.
  • 2) la casse organisée du salariat pour un esclavage moderne, ce n'est pas une fiction.

Lire la suite

Devenir un freelance heureux
Humour consultant heureux Entre les centaines de milliers d’'auto-entrepreneurs, qui servent de variable d‘'ajustement aux entreprises et vivent la précarité au quotidien, et les quelques consultants de haut vol dont le revenu annuel tenu top secret flirte avec le million d'’euros, il reste pas mal de place pour exercer une activité de freelance et profiter pleinement de la vie.

Si la seconde catégorie, celle des consultants de haut vol, est une chasse gardée fermée au grand public, il vaut mieux éviter de tomber dans la trappe de la première catégorie. Ce sont les galériens des temps modernes, prêts à tout et toujours en quête d'un contrat quel qu'il soit pour boucler le mois.
Lire la suite


Comment augmenter son salaire

Il n'existe que deux manières de s'enrichir :
1) soit on élève ses revenus pour accéder au niveau de ses désirs
2) soit on abaisse ses désirs pour les mettre en niveau de ses revenus
D'après Alphonse Karr

Accroître ses revenus significativement

Il n'existe pas cinquante manières d'obtenir une augmentation de salaire digne de ce nom. En tout cas, ce n'est ni en pleurnichant, ni en contant ses misères à son employeur que l'on parviendra à lui faire comprendre que vous méritez une rémunération plus en phase avec vos compétences et votre talent... tels que vous les estimez !

Remarque : Il vaut mieux éviter de suivre à la lettre les suggestions de comportement du type "les conseils du coach du journal Le Monde" qui vous exhortent notamment à remercier platement, puis à redoubler d'efforts une fois l'augmentation obtenue en signe de gratitude. Ce n'est pas la charité que l'on demande.
Lire la suite


Le Self Made Man à la française

Le grand patron et le journaliste obséquieux

Journaliste cireur de pompes La presse spécialisée vulgarisant le management cultive à l'envi le mythe des héros de l'entreprise, ces (supposés) self-made-men, devenus capitaines d'industrie. Selon les journalistes serviles à souhait, ces grands patrons fils de famille auraient accompli une carrière exemplaire digne d'un autodidacte ! À parcourir ces articles dithyrambiques (si on n'a rien de mieux à faire...), bien ingrat sera celui qui ne louange pas à son tour ces chevaliers des temps modernes, et n'essaie pas de leur ressembler... Dans la mesure de ses possibilités bien entendu, on ne mélange pas les torchons et les serviettes, faut pas deco*ner quand même !

Pour illustrer le propos, le portrait (presque) fictif d'un grand capitaine d'industrie, un battant, comme aiment à les présenter les revues spécialisées un poil « people ».

Le Journaliste : - Quel a été votre parcours ?
Le Grand Patron : - Oh si vous saviez ! J'ai fait tous les métiers ! Mais vraiment tous les métiers. J'ai d'ailleurs commencé comme ouvrier à l'âge de 20 ans !
J- Ouvrier ? C'est impressionnant ! Vous avez vraiment commencé au bas de l'échelle ! Racontez-nous...
GP- Oui bien sûr. Dans le cadre de mon école d'ingénieur, lors de la première année, un stage ouvrier était obligatoire. Et pour bien me faire comprendre la difficulté de la vie, cette même année, Père m'a contraint à poursuivre à ce poste durant les deux mois d'été !
J- Donc cette année là pas de vacances ! Vous avez vraiment été élevé par une main de fer !
GP- Ce ne fut pas une sinécure, mais cela a formé mon caractère de battant  ! Heureusement en septembre j'ai pu décompresser en effectuant un voyage découverte en Extrême-Orient...

Lire la suite

Histoire vécue d'un créateur freelance

Histoires vécues de créateurs d'entreprise

travaux de rentrée Pour écrire le livre À son compte, j'ai recueilli de nombreux témoignages de créateurs d'entreprise. Ils m'ont tous été fort utiles pour réaliser ce livre mais malheureusement je n'ai pas pu tous les insérer au risque de le transformer en recueil d'histoires vécues.
En accord avec les entrepreneurs qui ont aimablement accepté de témoigner, je reproduis sur le site www.piloter.org/asoncompte quelques-uns d'entre eux, deux pour commencer.

Le témoignage de Lucìa

Lucia est organisatrice en évènements d'entreprise, freelance depuis quelques années. Après un master en relations publiques, elle s'est retrouvée au sein d'une grande boîte, major des télécoms, en charge d'un travail assez ennuyeux à ses yeux. Dynamique comme je la connais, je ne suis pas surpris.Elle raconte ainsi l'instant déclencheur, le moment où elle a pris la décision de se lancer en solo.
Lire la suite

Pourquoi travaillons-nous ?

Je bosse, tu bosses, il bosse...

Business model pour entrepreneur Hormis une poignée de privilégiés, nous vivons tous très majoritairement de notre seule force de travail. Gagner sa vie du mieux possible est donc bien entendu le principal objectif qui nous pousse hors du lit tous les matins. Mais ce n'est pas le seul.
Si on se donne la peine de s'accorder quelques instants pour réfléchir sur soi, et uniquement sur soi en une manière d'introspection, nous prenons tous rapidement conscience de l'importance du besoin profond de se réaliser.
La force de cette ambition est d'ailleurs largement partagée dans la société. Il suffit, lors d?un échange à bâtons rompus avec quelques proches, de mettre à profit l'un de ces rares instants où l'on se sent mutuellement prêt à entrebâiller la grille de son jardin secret et à partager quelques confidences, pour constater que nous aspirons à peu près tous aux mêmes espoirs de réalisation personnelle.
Quelle que soit sa situation actuelle, chacun souhaite au fond de lui-même se construire dans le respect de ses propres ambitions. Le montant en bas de la fiche de paye n?est pas la seule motivation pour exercer une activité...

Lire la suite

Comment se mettre à son compte

Pour se lancer : le dossier à télécharger...

se mettre à son compte Le dossier du livre "À son compte" est en ligne. Vous pouvez le télécharger directement en cliquant juste sur l'image à gauche ou sur ce lien.
De nouveaux PDF seront en ligne sur la page dédiée : Les dossiers pdf de l'entrepreneur, à très court terme, dans le courant de cette semaine et la semaine prochaine.
Le livre "À son compte" s'adresse essentiellement à tous les salariés qui sentent bien que leur carrière en entreprise n'évoluera plus. Ils seraient bien tentés de voler de leur propres ailes afin de reprendre en mains leur projet professionnel.
Mais comment faire ?
Comment passer de la simple envie à sa concrétisation et bâtir une activité durablement rentable et enrichissante dans tous les sens du terme ? C'est là l'objet de se livre.

On peut choisir de s'installer comme conseil indépendant et faire profiter de son expérience les entreprises de son secteur, être tenté par une rupture totale avec son ancien métier et laisser s'exprimer ses passions secrètes, ou encore découvrir une activité qui sera riche en satisfactions. Dans ce livre, on suivra de près le parcours de Claire, Clémentine, Marc, Victor et Lea qui ont pris la peine de soigneusement choisir une activité rentable et conforme à leur goût. En effet, un business model durablement viable ne se bâtit pas uniquement sur une envie.
Lire la suite


Piloter sa carrière à son gré

Envie de conduire une carrière conforme à ses ambitions ?

Suite du billet : Course à la performance, je ne suis pas coupable !

Piloter sa carrière Il n'y a guère besoin de déployer de grands efforts pour comprendre qu'il existe des individus qui ne se sentent pas prêts à se mouler corps et âme dans un tel système. L'erreur pour ces derniers serait d'accepter le procès en culpabilité et de se livrer à une séance d'autoflagellation. Plutôt que d'entreprendre un travail introspectif afin de mieux comprendre le type de faute commise, il sera hautement préférable de profiter de l'énergie latente de son capital de résistance pour entreprendre enfin à son profit, et laisser s'exprimer sa singularité. Il serait regrettable de laisser ce capital en friche. Les regrets se transformeraient alors en amertume, puis en rancoeur, et enfin en frustration. Le sentiment d'injustice viendra ensuite s'ajouter aux regrets, un état d'esprit négatif dont il n?est pas aisé de s'extraire...

Lire la suite


Course à la performance, je ne suis pas coupable !

Vous ne suivez pas le rythme imposé ? Surtout ne culpabilisez-pas ! C'est quelque part le but recherché...

Nous ne sommes pas naturellement doués pour survivre en environnement hostile...

Culpabilité performance entreprise Un spécialiste de la stratégie saura vous convaincre de la nécessité d'adapter les entreprises aux nouvelles règles commerciales imposées par les marchés désormais mondialisés. Qu'il s'agisse d'un groupe international ou d'une PME, l'entreprise n'a guère d'autre choix que de réformer au plus vite ses structures afin de devenir compétitive si elle ne souhaite pas disparaître à moyen terme. La compétitivité se gagne en recherchant les gains de performance dans les moindres recoins de l'entreprise. Et c'est en développant la flexibilité absolue qu'elle sera armée pour mieux affronter un monde changeant et imprévisible.

Voilà pour le discours du consultant. Si l'on adopte à présent le point de vue des salariés, cette démonstration n'est rien d'autre que la mise en équation des femmes et des hommes de l'entreprise. Les salariés sont désormais contraints de reléguer leurs propres valeurs aux oubliettes et de mettre leurs ambitions entre parenthèses...
©Groupe Eyrolles

Ce texte est le début du deuxième chapitre du livre "À son compte" publié aux éditions Eyrolles
Lire la suite


L'entrepreneur, ses besoins en fonds et ... son banquier !

Vive l'autofinancement !

« Maintenant que je suis entrepreneur indépendant, j'ai compris qu'un business model ne doit pas se transformer en une quête sans fin de fonds"

Pour votre business model rien ne vaut l'autofinancement...

Courir après les banques, son projet sous le bras,
Pour trouver de l'argent afin de le mettre bas,
Cette quête n'en finit pas, elle épuise l'énergie,
Pourquoi ne pas lancer une nouvelle stratégie ?

Les banquiers sont prudents...

L'entrepreneur et son banquier

...Ils ne prennent aucun risque, soyez-en assuré !

La recherche du financement de son projet peut rapidement tourner au parcours du combattant tant les investisseurs sont d'une nature rétive. L'entrepreneur est optimiste. Pour lui, la réussite du projet ne fait aucun doute.

L'investisseur voit l'affaire proposée sous un autre angle. Il cherche à réaliser le meilleur investissement sans être contraint de prendre des risques. Il sait pertinemment qu'un grand nombre d'entreprises fraîchement créées ne parviennent jamais à décoller. Lorsque l'on lui cite l'expression pertes et profits, il élimine le premier terme pertes et ne conserve que le second profits. (...)(1)

N’hésitez pas à explorer les voies de l’autofinancement en démarrant à frais réduits et en limitant au maximum les investissements. Une fois la vitesse de croisière atteinte, il sera temps de réinvestir les premiers bénéfices pour assurer le développement en totale liberté. C’est bien pour être indépendant que l'on s’engage dans l'aventure de la création d'entreprise en solo.
Lire la suite


Pourquoi entreprendre en indépendant ?

Le 1er temps de la démarche, le constat

Pour bien piloter son projet de vie professionnelle, il vaut mieux ne pas trop tarder à se poser les bonnes questions, à étudier sa propre situation actuelle, à réfléchir à ses ambitions et à préparer son plan d'action. Bref il n'y a pas de temps à perdre pour prendre au sérieux son déroulement de carrière !

Business model pour entrepreneur Le gain n'est pas la seule motivation au travail, chacun cherche aussi à se réaliser personnellement. Il est pourtant devenu difficile, voire impossible d'accomplir cette légitime ambition au sein même d'une entreprise. La pression des objectifs imposés unilatéralement par la direction, la course à la performance étendue à toutes les strates de la hiérarchie et la compétition interne généralisée mettent à mal les projets de carrière les mieux préparés. Il ne reste plus qu'une seule solution viable : entreprendre en indépendant....

Lire la suite


Plan B = salariat Vs Plan A = Monter sa boîte

« La vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux » Henri de Montherlant.

Lancez votre « plan A » : entreprenez en solo !

entreprendre, le plan A S'investir corps et âme dans une entreprise, se contraindre â exécuter des tâches qui ne vous intéressent pas toujours, et espérer en vain que votre compétence soit enfin reconnue : est-ce réellement ainsi que vous aviez envisagé votre carrière professionnelle ?

Et si ce mode de vie était en fait votre « plan B » ?

Comme la plupart des salariés, vous n'avez pas vraiment choisi. Vous vous êtes engagé dans le monde de l'entreprise, sans trop réfléchir aux exigences inhérentes â ce statut, avec l'espoir de construire une carrière solide et durable.

Il y a quelques années, c'était encore possible. Mais depuis que nous vivons dans un monde de concurrence exacerbée, les règles ont changé. Hormis quelques rares privilégiés, il est devenu extrêmement difficile de réaliser un projet de vie professionnelle tout en conservant un statut de salarié.

Le salariat n'est donc plus la solution.

Mais pas d'inquiétude. Il n'est jamais trop tard pour prendre les bonnes décisions. Si vous souhaitez exercer un métier que vous aimez et le pratiquer comme vous jugez bon de le faire, c'est-â-dire avec le professionnalisme adéquat et sans contrainte inutile, il n'est que temps d'entreprendre en indépendant et de lancer votre « plan A ». C'est ainsi que vous révélerez vos talents et que vous exploiterez au mieux vos qualités pour bâtir une carrière conforme â vos aspirations.

Vivre de ses passions et conjuguer plaisir et travail, n'est-ce pas lâ une ambition bien légitime ?


Lire la suite


Les 12 facteurs de réussite de l'entreprise indépendante

Qu'est-ce que la réussite ?

Le principe critique n'est autre que de bouger vos fesses et de faire quelque chose. Beaucoup de personnes ont des idées, mais bien peu décident d'en faire quelque chose sans tarder, pas la semaine prochaine, aujourd'hui même. Le véritable entrepreneur est un homme d'action, ce n'est pas un rêveur...Nolan Bushnell, fondateur d'Atari et d'une vingtaine d'autres entreprises
Pour réaliser les livres :
- "À son compte, le guide pratique pour passer de salarié à entrepreneur" et
- "44 astuces pour démarrer votre business", tous deux publiés aux Editions Eyrolles, j'ai suivi dans la durée plusieurs créateurs d'entreprise et j'ai aussi questionné de nombreux entrepreneurs afin d'identifier les paramètres les plus saillants qui leurs ont permis d'accéder à ce que l'on peut appeler "une réussite durable".
Une mise au point avant de commencer : "Réussir", ce n'est pas accumuler des montagnes de lingots. On peut dire que l'on a réussi lorsque l'on ne rechigne pas à se lever le lundi matin et que l'on n'attend pas impatient que le vendredi arrive. Au contraire, on est pleinement heureux d'exécuter les tâches de son métier, de répondre aux besoins de ses clients et d'échanger avec ses partenaires.
On peut aussi dire que l'on a réussi lorsque l'on a l'impression de construire "quelque chose" de satisfaisant pour soi et pour ses proches. Dans tous les cas, en aucune manière on envisage de changer sa situation actuelle si ce n'est pour continuer à progresser dans la même direction.
Lire la suite

Monter sa boîte et devenir riche

Pourquoi montes-tu une boîte ?

echec commerce en ligne "Quelle question!
Pour m'en mettre plein les poches bien sûr. Tous les malins savent très bien que les entrepreneurs s'enrichissent rapidement. Ce n'est pas en restant salarié que je vais bâtir ma fortune."

Même s'il est difficile de contredire la seconde partie du propos (le salariat), l'enrichissement ne peut en aucun cas être le but d'une démarche d'entrepreneuriat. C'est le meilleur moyen de passer complètement à côté de la réussite.

Cette croyance est vraisemblablement à l'origine de bien des échecs. Focalisé sur le gain rapide, ces entrepreneurs bien trop cupides ne voient pas les leurres et les pièges tendus au fil du parcours. Ils en oublient de construire un solide projet et n'ont pas l'énergie de le porter dans la durée. Attention, cette croyance est bien plus généralisée qu'on ne le pense...

Je développe ce thème ici : Tu montes ta boîte ? Alors tu vas te faire plein de pépettes !. sur le blog Enviedentreprendre.com
Lire la suite


Entreprendre pour réussir sa carrière

Conduire son projet personnel

Réussir sa carrière Il n'est pas particulièrement aisé de construire une carrière tout en restant sous le statut du salariat.
Le constat n'est plus à faire.
Dans un contexte aussi exacerbé que celui que nous vivons actuellement, l'entreprise a bien d'autres préoccupations que celle de satisfaire les ambitions des salariés. Cela dit si lesdites ambitions correspondent étroitement aux besoins et aux exigences du management de l'entreprise, vous avez peut-être votre chance. En revanche si vous "n'entrez pas dans le moule", vous resterez sur la touche, pas de doute à ce sujet...

Il existe pourtant un moyen de construire un projet personnel en accord avec ses aspirations : il suffit d'entreprendre en indépendant.
Vous y avez déjà pensé ?
En tout cas la question mérite d'être creusée.
En conduisant le projet correctement, c'est en en effet le moyen de faire enfin ce que vous aimez faire, d'exprimer vos talents (nous en sommes tous dotés pas de doute à ce sujet) et de développer vos qualités.
Il n'est jamais trop tard.
Quoi qu'on en dise, nous disposons toujours d'une "seconde chance" de bien faire. A ce sujet, je vous propos un petit guide pratique à télécharger au format PDF :


Lire la suite

Business model

Business Model Generation

Le perfologue a lu pour vous l'ouvrage de Alexander Osterwalder et Yves Pigneur (Pearson 2011)

Business Model Generation, couverture du livre
Cet ouvrage est un guide pratique pour bâtir un business model original. La méthode proposée est particulièrement bien structurée. Le livre est d'ailleurs lui-même original de par sa forme, en tout cas, comparativement aux publications habituelles de la catégorie ouvrage de management et d'entrepreunariat. Les auteurs ont en effet travaillé le côté pictural pour mieux faire passer le message dans une logique purement didactique.
Bref, ce livre est un bel objet et c'est aussi un Best-Seller.

Postulat de départ : un Business Model innovant est simple à présenter et facile à comprendre. "Nous avons besoin d'un concept de Business Model que tout le monde comprenne, un modèle qui facilite la description et la discussion."

Le livre est ainsi structuré :

  1. Cadre de travail (Canvas)
    Les outils pour la description, l'analyse et la conception du Business Model
  2. Modèles (Patterns)
    Les modèles de Business Model en se référent aux penseurs leaders de la stratégie commerciale
  3. Design
    Les techniques pour vous aider concevoir le Business Model
    Le processus générique de conception du Business Model innovant
  4. Stratégie
    Réinterpréter la stratégie sous l'angle de vue du Business Model
    • Processus (Process)
    • Perspectives (Outlook)
    • Epilogue (Afterword)

Lire la suite

The take, des usines sans patron

Une expérience d'autogestion à grande échelle

2001, la crise en Argentine. Fuite massive des capitaux. Les avoirs des argentins de base sont bloqués. C'est le sauve qui peut. Les usines ferment, les patrons vendent ce qu'ils peuvent, oublient de payer les salaires en retard et prennent le large.
Ici et là, les ouvriers des usines au chômage forcé ne se laissent pas abattre. Ils se remontent les manches, occupent les usines vides, se remettent au travail et relancent la production et l'économie du pays.
Ocupar, resistir y producir.
        Autres articles...
 Autogestion, l'entreprise adulte
 Jack Welch, strategie, actionnaires et coopératives
 Management democratique Tower Colliery
 Intelligence collective en pratique


Lire la suite

Ma petite entreprise ne connait pas la crise
VentesMoi, ma petite boîte, elle tourne du tonnerre. Une vraie petite turbine. Une pompe  à cash. Notre job à nous, c'est la High Tech. Avez-vous constaté  comment la plupart des boîtes du secteur  flottent en eau trouble depuis bientôt 4 ans ? Pas nous. Nous on cartonne.
Notre truc ? Je vous le dis, mais sur le ton de la confidence : c'est le buzz. Vous savez le petit bourdonnement d'oreille à oreille. Ce bruit qui se répète et s'amplifie. C'est ça notre machine à fric.

Notre cible ? Les geeks. Ils raffolent des dernières nouveautés. Ils écoutent le bourdonnement, « Bzzzzzzz » Pas trop fort, non. Juste ce qu'il faut. C'est la répétition qui importe. Et recta ! Ils achètent. Bien sûr, on est pas seuls sur le créneau. Mais nous, on casse les prix. Notre principe ?


Lire la suite

Pénurie d'entrepreneurs

Se mettre à son compte, ça vous dit ?

Doigt pointé ordre d'entreprendreSe mettre à son compte, connaître les joies de la liberté d'entreprendre, cela en  fait bien rêver plus d'un. Les  couvertures des magazines de management aux titres alléchants  produisent aussi leur  petit effet. Mais pas plus que cela. Les français ne sont pas encore décidés  à franchir le pas.  D'ailleurs 30% des jeunes rêvent d'être fonctionnaires. C'est dire. Fort de ce constat, les promoteurs de l'entrepreneuriat individuel montent au créneau.
"- Bougez-vous citoyens, ne soyez pas aussi frileux ! Monter une entreprise ce n'est pas difficile. On vient d'ailleurs de simplifier les procédures, que voulez-vous de plus ?

Comment ? Qu'est-ce que j'entends ? Ah vous n'avez pas de fonds ? Mais ce n'est pas un argument ça !  Emprunter donc à votre banque. Vous êtes propriétaire ? Et bien  proposez donc votre maison comme garantie et vous aurez les liquidités pour démarrer. Facile non ?  Ah bon ? elle est déjà hypothéquée  ? Le prêt n'est pas encore remboursé ? Et bien, essayez alors auprès de vos  amis, de la famille, la solidarité, ça existe !  La France t'attend ! Toi précisément.
Vous dites ?  Et si ça ne marche pas ? Mais voyons ! Regardez donc celui-ci ou  celui-là ! Ils ont réussi non ? Alors pourquoi pas toi ? Ah mais bien sûr !  Il y a les risques de l'échec. On n'a rien sans rien. Il  arrive, il est vrai, que des entrepreneurs malchanceux soient contraints de  rembourser pendant de longues années  des erreurs de gestion ou simplement des revers du marché... Mais il ne faut pas penser à cela ! Il faut savoir prendre des risques dans la vie ..."


Lire la suite

Le courage d entreprendre

Le courage d'entreprendre, une histoire buñuelienne...

Hier après midi, j'intervenais avec un collègue dans une rencontre de jeunes, futurs entrepreneurs. Et bien sûr lors d'une tirade limite grandiloquente (des fois on se laisse aller...) nous avons abordé le thème du courage. Sujet bateau peut-être, mais il n'en est pas moins vrai qu'il faut une certaine dose de courage pour se lancer dans l'aventure. Un auditeur me demanda comme cela : Le courage, c'est quoi pour vous ?
A mon avis, lui dis-je, le courage c'est savoir aborder le danger avec toute l'ardeur et l'énergie dont vous êtes capable.
Mais ce ne pourrait pas être aussi la définition de l'inconscience ? Me suggéra-t-il un poil malicieux.
Non car l'inconscient ne mesure pas le danger. Le courageux oui. Il est aussi vrai qu'il faut une bonne dose d'inconscience, dans certaines entreprises afin d'amoindrir la mesure du danger. Etre téméraire en quelque sorte. Sans cela, il n'y aurait pas beaucoup d'entrepreneurs.
Et l'échange s'est arrêté là sur cette dernière tirade. Après réflexion, ce matin, je me rends compte que mon appréciation de la notion de courage est assez incomplète. Il faut aussi considérer la force de la volonté d'atteindre un but précis. Et j'ai un bon exemple....


Vous avez tous vu cette image de pub censurée à la demande des évêques (en attendant le retour de Torquemada...).  (ref Marithé et François Girbaud acticle liberation)


Cela m'a fait penser à cet épisode de l'histoire du cinéma, lorsque Franco en 1961 avait demandé à Luis Bunuel de revenir en Espagne pour faire un film. A la surprise générale, ce dernier accepta et réalisa Viridiana. Un film à l'érotisme particulièrement torride. (ref : IMDB: Viridiana )
Ce film comporte d'ailleurs une parodie de « La Cene » où les mendiants ivres morts se mettent du même coté de la table pour la photo, qu'une autre mendiante simule de prendre en levant ses jupes. La censure locale de ce régime catho-fasciste n'y vit que du feu et le proposa pour la mostra de Venise. Toute la délégation espagnole fut chassée sous les foudres du vatican ("blasphème des saintes huiles") et le film fut interdit en Espagne jusqu'en 1977 (Franco voulait le faire détruire). Bunuel arriva alors en France (tant mieux pour nous) et obtint la palme d'or à Cannes.
Quelque part, le courage doit faire partie de la panoplie des grands artistes....





Lire la suite


Travailler chez soi

Travailler chez soi qui n'en a pas rêvé ?

Fini, les métros saturés, les trains de banlieue surpeuplés et les embouteillages interminables (rayez la mention inutile)
Terminé ces collègues qui à tout bout de champ viennent vous interrompre pour vous confier leurs problèmes personnels. Oublié ces boîtes ultra-structurés avec leurs petits chefs toujours en compétition.
Génial non ? Oui enfin si on aborde la question avec un minimum de précaution. Travailler chez soi exige une rigueur et une grande maîtrise de soi au risque de se retrouver totalement dépassé et sur-stressé. Le travail est un dévoreur du temps personnel, un destructeur des loisirs.
D'autant plus que travaillant à la maison, vous semblez toujours disponible :
Lire la suite

Le manager efficace est un entrepreneur
Les pages du chapitre Entreprendre
Lire la suite




Points de vue



Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 70)

Pour établir un lien vers cet article depuis votre site recopiez le lien suivant.

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook



Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2016- Tous droits réservés


  Suivez-nous :   Google+   twitter+  Facebook  Linkedin    e-mail  
»» Toutes les fiches du Blog »»