Le prochain viré, c'est qui ?

Par   Partagez : Envoyer le lien de cet article par e-mail   

Quand il s'agit de "dégraisser"...

licenciement, cadreProfiter des phases de repli pour procéder à des réductions d'effectifs n'est pas particulièrement original. En la période de récession actuelle, nous sommes au coeur même de la pratique.
Quelles seront les prochaines victimes ? Les mieux payés ? Les moins efficaces ? Les plus jeunes ? Les plus vieux ?
Mettez-vous donc durant un court instant en lieu et place du décideur équarrisseur. Vous constaterez que le choix n'est pas toujours évident.
Ainsi, et vous en conviendrez aisément, il serait fort peu judicieux d'adopter une "politique" de dégraissage obscure. Elle serait irrémédiablement perçue comme arbitraire, voire comme une décimation dans le sens originel du terme.

Il est préférable d'éviter de gâcher ce qui reste de confiance et de ne pas laisser le soupçon s'installer durablement. Une fois le virus du doute propagé, la suspicion aura tôt fait de tuer dans l'oeuf les moindres velléités de zèle et d'initiative. Bref, manier le couperet sans discernement perceptible pénalisera irrémédiablement l'ensemble de l'activité de l'entreprise.
D'autre part, il est bon, en ces périodes de repli, de vaticiner un brin.

Une phase de reprise est généralement la suite logique d'une crise, aussi profonde soit-elle. Il s'agira d'être armé du mieux possible lorsque les fameuses "pousses vertes" ne seront plus seulement des leurres de politiciens pour rassurer les foules mais bien un champ de blé en herbe. Les places les plus convoitées sur le marché seront alors rapidement occupées. Aussi est-il préférable de conserver, voire de développer, son pouvoir d'attraction des meilleurs éléments, d'attirer les "talents" comme on dit...

Alors, le prochain viré, c'est qui ?
Voilà la question du moment lorsque l'on est de l'autre côté du manche, que l'on turbine au fond de la galerie.
Jusqu'à présent, il n'existait pas d'études effectives sur les processus de licenciements brutaux, ou euphémiquement dit, de concentration des forces.

Comment procède-t-on dans votre boîte ? Le savez-vous ?

  • Place-t-on au premier plan la recherche d'efficacité, chacun se présente à la revue de détail avec sa grille de performance collée sur le front, et on élimine les supposés moins brillants ? voir aussi à ce sujet l'évaluation de la performance individuelle
  • Préfère-t-on traiter cette question sous l'angle de la rationalité économique, et on se débarrasse alors des moins rentables, notamment ceux qui interviennent sur des secteurs à plus faibles valeurs ajoutées ?

    D'autres adeptes du couperet, encore plus malins, obsédés par les résultats trimestriels, dégraisseront aussi les activités rentables, sachant fort bien que ceux qui conservent leur poste prendront en charge les tâches de leurs compagnons moins "chanceux". Ne serait-ce pas là l'origine de la légendaire productivité des français, accomplir le travail des collègues licenciés ? Sans rechigner, bien sûr, on ne sait qui sera de la prochaine charrette.
  • Ou encore abuse-t-on des arguments paternalistes et on pousse vers la sortie les plus jeunes (LIFO Last In First Out), les soit-disants mieux dotés pour affronter l'avenir en argumentant sur leurs capacités naturelles de rebond ? Afin de rassurer ceux qui restent bien sûr.
  • Ou agit-on plus simplement en bons profiteurs de la société et on évacue les plus vieux, ceux qui sont plus proches de la pré-retraite en comptant sur la solidarité nationale pour assurer la suite... "et puis de toutes façons les autres n'en font-ils pas tout autant ?"

Quelques études empiriques

La réponse n'est pas toujours univoque. Cela dit, selon les études ci-après, les entreprises de culture latine et notamment les françaises auraient tendance à se débarrasser des plus anciens, surtout lorsqu'ils ont un salaire élevé et paradoxalement même lorsqu'ils sur-performent...

Si vous souhaitez anticiper un peu et vérifier que vous n'êtes pas susceptible de devenir un passager involontaire de la prochaine charrette en préparation, je vous recommande de vous attarder sur les textes suivants, toujours d'actualité.

Ressources web


Lecture recommandée

Les stratégies des ressources humaines, Bernard Gazier
DRH
Le livre noir

Jean-François Amadieu
Editions Le seuil

236 pages - 18, 90 Euros
Dispo chez : www.amazon.fr



Points de vue


Très bon article comme bien souvent. Je ne suis pas certain que la politique des licenciements soient toujours bien claire. Dans ma boite comme vous dites, les chefs de secteur ont le choix des futurs chômeurs. Il n'y a pas de politique générale. On a simplement pour objectif de réduire les coûts. A nous de voir comment faire la même chose pour moins cher. Bonne continuation.
Ecrit par : jacquesmeylan

Très bon article
Ecrit par : redouane

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 185)

Commentaires lecteurs...

Pour commenter en tant qu'Anonyme, cliquez sur "Commencez la discussion" Puis sur "Nom", tout en bas apparaît alors une case à cocher : "Je préfère publier en tant qu'invité"

La reproduction ou la traduction totale ou partielle de ce texte, images et documents est formellement interdite. Voir ici les conditions pour publier un extrait sur votre site ou blog. Ce texte et les images et documents qu'il contient est déposé auprès de l'IDDN

Suivez aussi les news du portail sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook

Google+    Twitter    Facebook

Excel ® est une marque déposée de Microsoft Corp ®
Gimsi ® est une marque déposée de Alain Fernandez


Copyright : Alain FERNANDEZ ©1998-2017- Tous droits réservés


»» Tous les articles Piloter.org »»
Performance, Management & Décision