Livre Chef de projet efficace

Conduire intelligemment un projet 
Les 12 points clés où il faudra faire preuve de bon sens pour réussir le projet (voir le livre) »»»

"Le chef de projet efficace, 12 bonnes pratiques pour un management humain" Alain Fernandez, Editions Eyrolles voir la fiche descriptive»»»

Le Portail du Manager Innovant

           

Manager un projet : une affaire de « bon sens »

18 septembre 2018  Par   Partagez
management de bon sens

Conduire un projet ce n'est pas uniquement maîtriser méthodes et outils, établir des procédures et contrôler l'avancement et les dérives. Un projet c'est avant tout des femmes et des hommes qui décident, interagissent et le vivent au quotidien. Être chef de projet c'est comprendre la dimension humaine et surtout s'efforcer de développer le relationnel in et out, c'est à dire au sein de l'équipe ainsi qu'avec toutes les parties prenantes.

un projet a pour objet d’utiliser le plus efficacement possible les ressources humaines et techniques disponibles, afin d’apporter un nouveau service ou un produit précis, dans un environnement donné, en un temps défini et avec un budget limité. Il a sa raison d’être en un but bien défini et unique: l’équipe projet n’existait pas avant et n’existera plus après.
Source: Le chef de Projet Efficace

Manager les projets complexes de l'entreprise

Le rôle du manager de projet, que l'on appelle encore "chef" en référence aux temps passés, a radicalement changé au cours de cette dernière décennie.

Les projets d'entreprise sont bien souvent complexes, quand ils ne sont pas critiques de surcroît.

Il est bien évident que ce n'est pas par la seule maîtrise des méthodes de la profession aussi pertinentes soient-elles que l'on parviendra à conduire les projets actuels en parfait accord avec l'ensemble des parties prenantes.

Un projet d'entreprise est au coeur de multiples intérêt divergents. C'est là une des composantes majeures de la complexité. Ce n'est pas la seule. La construction d'une équipe composés de spécialistes d'horizons différents aux ambitions bien spécifiques, réunis uniquement pour l'occasion, est aussi une composante de la complexité.

L'originalité du projet, il n'a encore jamais été réalisé et ne le sera jamais plus est encore une composante de la complexité. L'importance stratégique du projet attendue par les parties prenantes alors que l'équipe n'a eu droit qu'a un très vague briefing sur la stratégie poursuivie est aussi un facteur de la complexité.

Il faudra deviner les finalités réelles. N'oublions pas non plus les difficultés à mettre en oeuvre des technologies encore jeunes et mal maîtrisées. Chacun confirmera et complètera cette liste de sa propre expérience professionnelle, n'en doutons pas.

Qu'est-ce que le bon sens ?

Le facteur humain fait la différence

Faire preuve de bon sens, en substance, c’est prendre conscience que le facteur humain fait toute la différence. C’est bien là le principal reproche que l’on peut faire aux modes de conduite de projet traditionnels. Ils sont trop instrumentalisées, et le facteur humain a été oublié.

Seuls le choix de la méthode, l’exécution des procédures et le suivi des temps et des dépenses sont considérés comme digne d’intérêt. Les femmes et les hommes ne sont perçus qu’en termes de compétences, c’est-à-dire comme instruments de production.

Un projet est toujours centré "Humain"

Pourtant, il n’est guère besoin de se livrer à de longues explications pour prendre conscience que l’humain est présent à toutes les phases du processus. Ce sont bien des hommes qui décident de la portée et de l’enveloppe budgétaire du projet, ce sont encore des hommes qui le réalise, et ce sont toujours des hommes qui utiliseront au final le système une fois celui-ci déployé.

Attention, si le management avec bienveillance est indispensable, la bienveillance ne résout pas tout à elle seule, tant s'en faut.

Ce sont des femmes et des hommes qui prennent ou ne prennent pas les décisions

Toutes les décisions sont prisent par des femmes et des hommes dont la rationalité est influencée par leurs sensations, leurs émotions et leurs ambitions. Comment espérer réussir un projet d’entreprise si l’on prend un soin méticuleux à le déshumaniser sous une couche d’instruments formalisés ?

Les chefs de projet chevronnés ont bien compris que la solution n’était sûrement pas de se cacher derrière des règles et des batteries d’outils aussi sophistiqués soient-ils. Ils préfèrent au contraire accorder la place de choix aux femmes et aux hommes impliqués directement ou indirectement par le projet pour résoudre l’énigme de la complexité.

Un projet ? Ce sont des relations humaines

Un projet, ce n’est pas uniquement des plannings, des tableaux de bord et des comptes rendus de réunions. Un projet, c’est avant tout des échanges et des discussions, des accords en toute intelligence et des négociations plus ardues, de la réflexion en équipe et des prises de décisions difficiles, des conflits parfois mais aussi des moments de réjouissance.

Un avancement bien maîtrisé, une bonne idée enfin trouvée pour résoudre un problème bloquant, ou ne serait-ce qu’un bon mot qui détend l’atmosphère d’une réunion trop tendue, suscitent des instants d’allégresse qui à eux seuls justifient que nous soyons si nombreux à prendre plaisir à exercer ce métier passionnant...

À ce sujet, voir aussi

  • Manager avec Bon Sens
    Finalement, c'est quoi les qualités fondamentales d'un bon manager ? Avant tout une bonne dose de bon sens que l'on sait utiliser à bon escient, une inclinaison pour l'altruisme qui se traduit par le respect d'autrui et enfin le goût d'améliorer et donc d'évaluer le progrès. Bref des qualités bien humaines qu'en toute logique chacun d'entre nous détient ou acquiert aisément. Alors pourquoi se sent-on obligé de recourir systématiquement à des trucs et des machins ?
  • Manager par l'entraide
    Les sociétés humaines ne sont pas nées de la compétition individuelle à grande échelle, sinon elles n'auraient guère survécu. L'humain est un être social et c'est bien l'esprit d'entraide qui lui a permis de survivre et de se développer jusqu'à notre époque. De même, les entreprises ne vivent et ne prospèrent que grâce à cet esprit de solidarité entre les femmes et les hommes, qui malgré les croyances, est bien plus fort que l'individualisme égoïste. Voyons comment amplifier ce trait naturel des humains en pratiquant un management fondé sur l'entraide..
  • Management humain du projet
    Le chef de projet efficace pratique un management humain, les 12 pratiques de bon sens. En univers complexe, changez votre vocabulaire: remplacez les termes "autorité" et "ordre" par "synergie" et "coopération". En substance, mobilisez les ressources pour agir et dynamisez l'imagination pour réussir. (piloter.org) Synergie et coopération....
  • Comment devenir un bon manager ?
    Le bon manager n'est plus celui qui règne sur son équipe en s’appuyant, au mieux sur une supériorité de connaissances ou de compétences, au pire sur une autorité établie officiellement. Ce temps est largement dépassé ou en tout cas il devrait l’être. Le bon manager est celui qui dynamise l'expression de toutes les intelligences pour accéder au stade ultime de l’efficacité, l'intelligence cumulée.


Le livre de référence du site

Le chef de projet efficace
12 bonnes pratiques pour un management humain

Alain Fernandez
Editions Eyrolles
6ème édition
240 pages 22 Euros
EAN : 978-2212569735

Disponible en librairie
   
Disponible au format ebook
PDF & ePub, Kindle


Voir ici la fiche technique, extraits, critiques...

Partagez cet article...

Envoyer le lien de cet article par e-mail   
(total partages cumulés > 145)

Sur le même thème...